Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 7

Le soir même nous établissions, Marc et moi, un programme pour former Richard aux besoins de son père. L’échafauder nous a bien excité et, alors que nous tournions dans le donjon pour prévoir les différentes situations, je me suis retrouvé à genoux d’une bourrade dans le dos. Marc s’est placé devant moi et vu la bosse dans son jeans, j’ai compris tout de suite que je devais le piper. Je me suis bien appliqué à bouffer sa grosse tige et je n’ai pas tardé à récolter les fruits de mon travail en de volumineuses giclées de sperme que j‘avalais, ne gardant que les deux dernières pour les partager avec mon donneur.

Comme prévu, je passais chercher Richard le lendemain matin.
Sa mère m’ouvrit sans un mot, à sa tête je voyais que la soirée avait du être mouvementée pour elle !
Je montais à la chambre de son fils, je l’y trouvais très excité par l’idée de partir en vacances avec moi, alibi que son père avait concocté pour que je puisse l’emmener. Je fis son sac avec lui. Juste quelques slips et slips de bain, deux vieux jeans (qui seront transformés en shorts spéciaux), deux Tshirts. Comme il s’étonnait de prendre si peu pour deux semaines, je le rassurais en lui disant qu’il pourrait puiser dans mes affaires.
Nous descendîmes l’escalier sous le regard noir de sa mère, et une fois dehors, je l’équipais du second casque que j’avais apporté et lui donnais les instructions de « passager moto ». avec son mètre 80, il n’eu aucun à s’accrocher à mon paquet. Le trajet s’est effectué sagement.
A l’arrivé, une fois la moto garée, je lui montrais la chambre qui serait la sienne pour les 15 jours. Je lui demandais de se mettre ne maillot et de m’attendre. J’allais me changer et, lui ayant apporté une paire de Tongs, nous sommes descendu à la piscine. Otant mon slip, je lui indiquais que le bassin était nudiste ! il s’exécuta. A la vue de sa pilosité (relativement peu étendue), je prévoyais mentalement un passage à la case épilation.

Une bonne demi heure de crawl plus tard, je l’emmenais au sous sol. La salle de musculation l’impressionna ainsi que la salle d’eau attenante. Je l’épilais total (aisselles et sexe) une bonne douche fit disparaître le tout. J’avais devant moi une grand beau, musclé et lisse jeune homme. J’avisais ses cheveux courts, et me dis que tondu il serait encore plus désirable. J’attrapais la tondeuse et après juste un mouvement de recul que je bloquais d’un « stop » énergique, je lui réduisais la toison à 2mm.

Il avisa sous une des douche un flexible terminé par une canule, et me demanda à quoi cela servait. Je lui dis qu’il en ferait plus connaissance en fin d’après midi.
Comme je bandais de le voir nu, je l’allongeai sur un des banc et lui défonça la gorge. J’observais qu’il s‘adaptait de plus en plus vite, mon gland n’éprouvant plus beaucoup de résistance à la pénétration totale. En me penchant, je lui gobais le sexe. Un peu plus tard, une torsion de ses couilles eu raison de sa résistance et alors que je le gavais de mon jus, je récoltais le sien dans ma bouche. ne l’ayant pas avalé, je le lui restituais en le faisant couler doucement dans sa propre bouche.
Ce qui est bien des puceaux, c’est que l’on peut tout faire sans Kpotes !!
Après un déjeuner tardif et rapide, je me suis attaqué à sa garde robe. Ses deux jeans se sont retrouvés dans le même état que les miens c’est à dire coupé en short ultracourt avec le fond fendu et je lui donnais les bases du règlement :
1) il vivra à poil ou avec juste maillot, « short » ou jock (que je lui prêterais),
2) Il devra obéir à tous les ordres venant de moi ou de Marc,
3) Si nous avons des amis de passage, il devra les servir aussi.
4) Il devait se taire sauf si pour répondre à nos questions.
5) Il s’appellerait dorénavant « Ric » .

A son air, j’ai vu qu’il ne s’attendait pas à cela. Mais sa nature a vite repris le dessus et c’est en garçon bien obéissant qu’il a accepté.
Vers 16h30, j’ai commencé à le préparer pour Marc.
Nous sommes descendu à la salle de muscu faire ¾ heure d’exercices, je voulais qu’il se montre les muscles gonflés par le travail.
Passage sous la douche. Là il a fait connaissance avec le flexible qui l’intriguait tant. Après avoir réglé la température de l’eau, je lui dis de se pencher et avec un peu de gel douche, je lui plantais dans le cul. Il eu un sursaut de surprise et voulu se redresser. De mon autre main, je lui appuyait sur le dos, le temps que ses intestins se remplissent.
Après avoir retiré la canule, je lui ordonnais de bien serrer les fesses pour garder l’eau le plus longtemps possible, puis de passer aux toilettes pour se vider.
A la troisième fois l’eau est sortie propre.

Je le faisais se coucher sur un banc. Prenant de la graisse à gode sur mes doigts, je lui travaillait l’anneau histoire de l’assouplir. Il a gémi pendant toute l’opération. J’achevais la préparation en lui enfilant un plug. Je lui expliquais l’intérêt d’un tel appareil, il tortilla du cul quelques instant afin de trouver la position et prendre en compte ce nouvel intrus.
Nous remontâmes à sa chambre et je lui faisais revêtir un des mini short en jeans. Il eu des difficultés à fermer les boutons tellement il bandait. Je vérifiais d’une main que l’accès à son cul pluggé était libre, la fente du fond du jeans était correctement placée. Je m’habillais pareillement.

Il était temps, j’entendais la voiture de Marc entrer dans la cour.
Nous descendîmes l’escalier pour l’accueillir et sommes arrivés juste comme il ouvrait la porte.
Marc se défit de sa malette, et après m’avoir roulé un palot qui eu le don de me faire bander, il se planta devant Richard pour l’examiner.
Passant la mains sur sa tête, il me dit que ce que j’avais laissé n’était pas nécessaire. Puis il vérifia sous les bras et passant sa main sous la ceinture contrôla que le travail était complet.
Son autre main découvrait le revers du gamin et la présence du plug.
Il m’envoya rectifier la tête de Ric et me dis de l’attendre en bas le temps qu’il se change.
Arrivés sous les douches, mousse à raser et rasoir, Ric eu un mouvement de rébellion.
Je le pris par le cou et l’obligea à s’agenouiller devant moi. Malgré sa force (identique à la mienne) il courba l ‘échine. Je lui rinçais la tête quand Marc est arrivé, le cycliste bien plein de ses gros attributs.

Il me demanda de le placer sur un banc sur le dos. Je laissais la tête en dehors sachant qu’il allait tester la profondeur de sa gorge. Je me plaçais à genoux à ses cotés, je lui basculais la tête en arrière et Marc est venu entrer sa bite. Arrivé au fond de la bouche, j’ordonnais à Ric de déglutir. Marc en profita pour rentrer les derniers centimètres. Surveillant la couleur de la tête de Ric, j’indiquais à Marc quand il devait se retirer (juste avant l’étouffement). Le laissant respirer juste une fois, Marc ré enfournait sa queue, jusqu’à ce que Ric prenne bien le rythme.
Marc me remercia de lui avoir préparé sa gorge dans laquelle il se plaisait à y être bien serré. De son coté, le traitement n’avait pas l’air de déplaire à Ric vu le barreau qui s ‘allongeait sous son short.

Nous l’avons retourné et l‘avons entravé aux anneaux du sol. Ric, ayant bien compris sa position de dominé, nous laissa faire sans bouger.
Marc écarta les bords du jeans faisant apparaître la base du plug. Il le pris entre ses doigts et tira dessus pour le sortir. Le passage du renflement tira une crispation de Ric. La même arriva lorsque Marc lui renfonça le plug. Il le sorti définitivement et me demanda de lui bouffer le cul pour bien le lubrifier.

Je me suis mis a genoux derrière Ric et posant mes lèvres sur son anus, je commençais à saliver dessus, ma langue poussant mes secrétions dans son trou. Celui ci préparé par le plug, s’ouvrait sans difficultés à la pression et j’arrivais à lécher l’intérieur sur 2cm.
Impatient, Marc me fit basculer en arrière et planta son dard. Le passage du gland arracha un cri à Ric. Je me plaçais à sa tête, la lui releva et lui roula un patin . je voyais la progression de Marc dans les yeux Ric. Plus la bite pénétrait et plus ceux ci s’écarquillaient !
Je m’écartais un peu et laissait Ric haleter pour prendre les derniers centimètres les plus épais de la queue de Marc (ceux qui font un bon 6,5cm de diamètre !).

A la vue des grimace de Ric au retrait de Marc, je lui attrapais les tétons entre mes doigts et je les fis rouler, les pinçant progressivement de plus en plus fort. Cette excitation supplémentaire au pour effet de lui desserrer le trou du cul, et il commença à bien prendre son pieds aussi.
J’ouvrais mon short pour sortir ma queue qui commençait à y être très à l’étroit et me plaçant devant lui, lui intima l’ordre de me sucer.

La jouissance de notre receveur, entraîna les nôtres, Marc et moi éjaculant nos derniers spermatozoïdes sur son dos.
Je détachais Ric et le relevais. Son sperme avait traversé le tissus et faisait une grosse auréole au niveau de sa poche gauche. Sous la douche, nous avons lavé notre jeune ami caressant sa peau. Quand je lui demandais si ça lui avait plu, il hocha la tête avec un grand sourire.

Après le dîner, nous l’avons envoyé se coucher pour récupérer de ses émotions.

Devant un dernier verre, Marc m’a indiqué ce qu’il voulait que fasse faire à notre invité le lendemain. Quand nous avons regagné notre chambre, j’ai entrouvert la porte de celle de Ric, je l’ai vu nu sur le ventre en travers du lit plongé dans un profond sommeil.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.