Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 77

Samedi,

Pas de Coaching ce matin, le père de Jean est en voyage d’affaire à l’étranger. Je décide donc de passer voir sa femme.
Ça va faire longtemps que je ne suis passé vérifier le travail du jardin et son implication dans l’éducation sexuelle des potes de Jean.

Sans m’annoncer je sonne de 9h (heure habituelle de mon coaching).
Elle m’ouvre en peignoir. Elle est surprise de me voir les copains de Jean ne venant que vers 10h.
Elle me saute au cou. Je me dégage vite et lui enlève le peignoir. Elle est nue dessous. Collée à moi elle me masse le paquet qui grossit vite et demande de la place pour se déployer totalement.
Elle dézippe  ma combi et mes attributs sortis, elle pompe ma queue direct fond de gorge comme une sevrée depuis longtemps.

Jean apparaît en haut de l’escalier. Il descend me dire bonjour. J’en profite pour lui demander si elle a un copain à lui pour ce matin. Il me confirme un fils de bourge plein au as qui lui retient un samedi sur deux.

En attendant elle me suce bien. L’usage répété a rodé sa gorge et à genoux elle arrive à me prendre en entier.
J’envoi Jean me copier les enregistrements qu’il à fait depuis mon dernier passage sur une nouvelle clé USB de grande capacité.

Elle se relève et pliée en deux elle me présente son cul. Je me Kpote vite fait et lui défonce direct l’anus. Pas de passage par sa chatte de toute façon je n’y suis pas assez serré et la kpote est lubrifiée. Il est tôt et même bien excité elle est encore bien serrée. Je m’enfonce en force, elle souffle mais ne cherche pas à s’échapper, trop contente que ce soit moi qui l’encule.

Elle s’accroche à la console de l’entrée pour soutenir mes coups de reins. Je passe mes mains sur ses seins et attrape les deux tétons que je fais rouler entre mes doigts. Elle monte en pression, son cul spasme sur la bite. je passe à la vitesse supérieure et serre mes doigts. Elle jouit, son anus me serre comme dans un étau, trop bon, je pince de nouveau pour ressentir cette sensation. Alors qu’elle continue de jouir, je jute au fond de son cul, remplissant la kpote.

Je m’arrache et ce faisant lui tire une dernière contraction. Je dékpote et en la lui donnant lui dit d’aller se laver car son premier plan allait pas tarder à arriver.

La bite à l’air je rejoins la chambre de Jean, passe dans sa salle de bain pour me laver le sexe avant de le ranger derrière le cuir.

Sur son PC, je mate les dernières séances de sa mère. Je vois passer Jean Black qui plonge ses 30cm au fond de son cul et des têtes (et bites) nouvelles.
Elle jouit bien de se faire ramoner par de jeunes bites. Depuis qu’elle m’a dépucelé, je ne crois pas que son mari l’ait touchée. Mais elle n’a pas perdu au change vu la petite bite qu’il a entre les jambes.
D’après ce que j’ai pu mater elle ne s’est jamais fait prendre par aussi petit depuis et ça n’a pas l’air de lui déplaire.

Coup de sonnette, Jean descend accueillir son pote et l’emmène au salon d’été (près de la piscine) où sa mère attend à poil.

Sur le PC je vois le jeune entrer. Il a déjà ses habitudes. Il est à poil en 1mn. 1,75m, 60Kg à vue de nez, musclé gentiment et un sexe déjà en érection d’environ 18cm qui m’a l’air plus épais que la moyenne avec un gland pointu.
Je mate la rencontre. Le jeune lui dit de le sucer. Elle se met à genoux et commence à jouer avec le gland, lèche la hampe des couilles à la couronne. Au bout de quelques instant il devient impatient et prenant sa tête entre ses deux mains, il lui enfonce sa bite entière. Elle tousse un peu, la bite doit être bien un peu plus large que la moyenne. Ça ne l’arrête pas. Il pompe sa bouche sans se soucier d’elle. On l’entend la traiter de « salope », de « meuf qui aime se taper des petit jeunes », « qu’elle en veut de la bite et qu’elle va en avoir ». En attendant Jean est revenu. il me dit que c’est un mec de sa classe qui est arrivé seulement cette année dans son lycée, qu’il a de la tune et qu’il réserve toujours la matinée entière soit deux séances. Il me dit aussi qu’il a un peu plus d’imagination que les autres.
Pendant que Jean fait les comptes de ce qu’il me doit sur les passes de sa mère, je continu à mater. C’est plus fun qu’un film de cul car je sais que c’est du direct.
Sur l’écran coupé en 4 (1/4 écran par caméra), je vois qu’il a changé de pratique. Lassé ou peur de juter, il s’est retiré de la bouche et s’est kpoté la bite.
Il l’a fait mettre à 4 pattes et s’enfonce dans son vagin. Il la secoue bien. Elle fait sa « chienne » réclamant qu’il la lime plus fort encore. Il s’accroche à ses épaules et ses coups de rein ralentissent mais gagnent en puissance. Je la vois obligée de s’arquebouter pour ne pas glisser sur le sol.

Je l’entend déclarer qu’elle est trop large et je le vois juste après changer de trou.
Il pose son gland sur la rosette de la meuf puis d’un seul coup s’enfonce totalement. Elle en cri de surprise. (pas de douleur, je l’ai rodé y’a pas si longtemps !).

Ça m ‘excite, à Jean qui en a fini avec les comptes, je dis de me sucer. Assis sur le bord de la chaise, je dégage ma bite et sort  mes boules. Il glisse sous le bureau et commence à me téter. Il a un peu de difficulté tant ma bite est raide et tendue vers mon nombril. Du coup je me lève, il me suce mieux.

Sur l’écran le jeune continu à prendre son plaisir. il a relevé la mère de Jean et la prend maintenant pliée sur la table de jardin. Il lui appui sur le dos et la caméra de profil nous montre ses seins écrasés sur le plateau.

Je demande une kpote à Jean qui me l’enfile aussitôt. Sans quitter l’écran des yeux, je l’encule dès qu’il présente son petit trou devant mon gland. Je lui fais prendre la même position que sa mère, le torse aplati sur le bureau. Je me calque sur le rythme du petit jeune. Je sélectionne la caméra la plus intéressante et la met plein écran. Sur un 21 pouce l’image est pas mal du tout.
J’entend soudain le jeune demander si elle a son gode. Comme elle répond oui, il lui dit d’aller le prendre et de se le mettre dans la chatte avant de revenir.
Je reviens à l’écran partagé. On peut voir la meuf se planter le gode de 20cm x 5 (qu’elle avait acheté à ma demande) au fond de sa chatte, jusqu’à ce que les fausses couilles buttent sur son clito, puis revenir vers la bite tendue du jeune mec.
Elle reprend sa position et il l’encule de nouveau, criant son plaisir.

Je le sais pour l’avoir déjà testé, l’enculer quand elle a un gode dans la chatte c’est divin. Chaque va et vient fait frotter son gland sur celui en plastique de la fausse bite et ça excite un max.
C’est ce qui arrive au petit jeune. Il monte en pression plus rapidement. Du coup il stoppe de temps en temps au fond de son cul.
Nous l’entendons déplorer le fait que ce ne soit pas une deuxième vrai bite qui la ramone. Qu’elle aime tellement la bite que ça lui ferait sûrement plus d’effet encore.

Elle se tait et ne lui dit pas que c’est pas nouveau pour elle.

Emporté par l ‘élan, il lui dit que si ça se trouve il pourrait peut être venir avec un pote à lui pour le faire.

Je pense que rien que l’idée, ça le fait jouir et nous l’avons vu se cramponner aux hanches pendant qu’il se vidait dans sa kpote.

De mon coté, j’avais juté quelques minutes plus tôt au fond du cul de Jean. Et nous avions maté la fin moi assis et lui sur mes genoux.
J’autorisais Jean à accepter moyennant une rallonge qu’il amène un de ses copains.
Puis le laissait aller rechercher son copain.

Plus tard je quittais la maison CD et une enveloppe Kraft bien pleine.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.