Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 79

Samedi Soir

Il est déjà 22h quand nous finissons les desserts. Marc me charge de les conduire à l’appart.

Chargés de leurs vêtements « civils », en shorty cuir, en tong et couverts de leurs long manteaux blancs, moi juste couvert d’un grand manteau en fourrure, nous traversons la cour. Entrés dans l’appart, je leur précise que toutes les affaires qui y sont m’appartiennent et que j’y tiens. Donc je leur demande un minimum de respect. Je leur dis que si ils ont  à revenir, je libérerais de la place pour leurs affaires personnelles.
Comme nous sommes seuls, tous les trois, alors que je m’apprêtais à partir, ils m’ont posé les questions qu’ils n’avaient pas osées poser à Marc.
Notamment si pour la partie financière, il tiendrait parole. Car l’un comme l’autre avait subit des désillusions sur ce plan là entre autre.
Je leur jurais que ce serait tenu. Par contre je les avertissais de ne pas faire les cons et de respecter leur part de marché, notamment pas de baise avec les invités.

Dimanche Matin.

Levé tôt, je prend un café quand je vois s’éclairer la fenêtre de « mon » appart.

Je traverse la cour avec en mains une bonne quantité de Jock (leurs uniformes hors service touze). Quand j’entre, j’entend la douche fonctionner. Les bols sont propre sur le séchoir à vaisselle. J’avance encore et les découvre en train de se faire du bien tous les deux sous la douche. Samir est en train d’enculer Ammed avec de bons coups de reins et ce dernier en redemande encore et encore. Hier ils s’étaient contenus finalement.
Ils sont surpris de me voir leur tendant les draps de bain alors qu’ils émergent de l’état d’euphorie consécutif à l’orgasme et qu’ils sortent de la douche.
Ammed devient rouge comme une pivoine.
Je les félicite de leur ardeur matinale et leur dit que pour ce matin, ils ont : ménage et préparation du donjon de 8h à 9h30 puis muscu de 9h30 à 10h30 et préparation du brunch de 10h30 à 11h25, déjeuner 11h25 à 11h45 et à midi nos invités vont arriver.

Pour ce premier jour, je les accompagne dans leurs différentes tâches. Je leur dis où sont les choses et les regarde s’activer. Ils sont sérieux et le travail est bien fait.
Je me maîtrise car leur petits culs bronzés soulignés par les bandes élastiques des jocks sont des appels au viol !

Marc nous rejoint pour la séance de muscu.  Il nous quitte juste après et je continue avec mes deux beurs le programme.
Nous nous affairons à préparer  café, thé, débouchons le vin, tout ce qui est frais est mis sur plateau puis replacé au frigo en attendant.

Pour ce WE, ils déjeunent dans notre cuisine.

Dimanche midi.

Les premiers à arriver sont Bruno et Arnaud qui n’ont que le parc à traverser.
Sonnette. J’envoi Samir ouvrir.
De la cuisine où je suis encore, j’entend les échanges qui ont lieu dans l’entrée.
Samir : bien venue à XXXXX (le nom de notre maison), donnez moi vos manteaux.
Bruno : merci, Marc et Sasha sont il là ?
Samir : oui, je vais les prévenir de votre arrivée.

Je vois arriver mon Samir un peu rouge, je le remercie de m’avoir prévenu et l’envoi chercher Marc.
Je vais retrouver nos amis et les conduis au salon.

Sonnette, Ammed, de lui même, sachant Samir parti chercher Marc, va à la porte. Il ouvre à Igor et ses jumeaux. Il prend le même style que Samir pour les accueillir.

Tous dans le salon, nous nous installons les aînés discutant entre eux , les jeunes d’un autre coté. Samir et Ammed ont bien pris leur tâche au sérieux et sont piqués debout de chaque coté de la porte en attente d’un ordre.

Bien que prévenus nos invités ne peuvent s’empêcher de mater nos hommes de service. Pendant que Marc s’explique la dessus, moi j’informe les plus jeunes de leurs conformations (obsédés, tout ce qui les intéresse c’est de savoir de combien ils sont montés !) je leur précise quand même qu’il est interdit de baiser avec. Ils sont déçu !!

A la demande de Marc, Samir et Ammed installent le brunch.
Alors que nous nous restaurons, Samir est aux aguets question café et propose de remplir nos tasses dès qu’elles se vident. Ammed fait de même avec les plateaux de toasts, charcuteries et autres …

Après un ajustement de Marc, ils sont toujours présents mais moins « collants ».

Ils débarrassent dès que nous abandonnons les plateaux. Tous nous avons mangé léger en prévision de l’après midi !

Une heure plus tard, Marc leur fait signe que nous allons au donjon. Ils nous y précèdent. Quand nous entrons, les lumières sont allumées et la sélectivité des spots souligne tel ou tel agrès ou instrument.

Nous nous déshabillons mutuellement, entassant nos vêtements près de la porte.
Sans que nous ayons eu à le dire, Ammed les ramasse et les pose sur cintres.
Nous les futurs enculés (Tic, Tac, Arnaud et moi) passons nous faire de bons lavements histoire d’avoir un tube aussi propre que possible pour accueillir nos mâles en nous.

Marc a éteint les autres lumières et nous sommes seuls éclairés. Ça doit ressembler à une scène où 4 jeunes hommes donnent un spectacle particulier.

Alors que nous en avions fini des préparatifs, nous voyons Samir et Ammed venir vers nous avec de grands draps de bain et nous à la demande de Marc, ils nous essuient consciencieusement les uns après les autres.

Je passe en second entre les mains de Samir et je ne peux que remarquer qu’il bande comme un taureau. Sa bite bien verticale tend le cuir de son petit short.
Je jette un coup d’œil à Ammed qui bouchonne Tac. Il est dans le même état.

Nous rejoignons nos hommes au centre de la salle.

Marc demande à Samir et Ammed de placer Arnaud sur le sling droit et de l’y attacher, puis de faire de même avec Tic et Tac.
Les trois amis sont soulevés comme des plumes et entravés chevilles et poignets aux chaînes.

Puis il leur dit de m’attacher en travers de la selle située en face. De là je peux voir tout ce qui se passe.

A la demande des enculeurs, je vois mes deux beurs préparer les trous de mes coreligionnaires.  Graissage, doigtages, je vois sur leurs visages renversés la progression de la préparation, grimaces, sourires puis soupirs.
Igor n’y tenant plus demande une kpote. c’est Samir qui la lui enfile avant de s’occuper de couvrir Marc, Ammed s’occupant de Bruno.

D’une prise simultanée, les trois mâles pénètrent les trous bien préparés. Je les vois entrer lentement mais sans faillir dans l’intimité de mes amis. Ces derniers apprécient les lentes progressions à leurs juste valeurs et je les imagine ressentant chaque millimètre de bite les perforant.

Je bande dur, la bite coincée entre mes abdos et le cuir de la selle me fait mal.

Alors qu’ils prennent leurs aises dans les entrailles de mes potes, Marc demande à Samir et Ammed de me préparer pour une double sodo.

Je n’en crois pas mes oreilles. Samir non plus car il fait répéter Marc. Ce dernier lui confirme qu’ils doivent me préparer à ce qu’il me sodomise avec Igor puis avec Bruno.

La sueur me coule dans le dos. Elle s’insinue entre mes fesses allant mouiller ma rosette palpitante à l’idée de se faire défoncer par deux vraies bites de chair.

Les trois enculés ont entendu aussi et je les vois me fixer de leurs regards.
Je leur souris, cranant comme si c’était rien !

Samir est le premier à me rejoindre avec un pot de graisse entre les mains.
J’examine plus attentivement ses doigts. Ils sont longs et larges mais vont parfaitement avec les mains et le reste de l’individu. Ceux d’Ammed sont plus courts mais plus gros aussi.

Alors que mes trois compères se font saillir alternativement par leur propre « maître » puis par les deux autres, je commence à sentir des doigts pénétrer mon intimité.

Ils y vont lentement, prenant bien soin de déplisser mon anus progressivement. Les doigts de Samir me pénètrent en premier. Son majeur, rapidement remplacé par un pouce plus court mais plus charnu ! puis il y met majeur et index, et les fait tourner. Man anneau se détend sous le massage. Il ajoute de la graisse et pistonne mon anus. La chaleur m’envahi, l’idée de me faire doublement saillir m’excite un maximum. Je me contracte et bloque ses doigts. Il est surpris par la force que j’y mets car il ne peut plus les faire bouger.
Je me relâche et il continu son manège.
Ammed prend la relève, je ressens les différences dimensionnelles. Ils vont moins loin en moi mais m’ouvrent plus.

Je relâche la surveillance de mes amis, concentré sur mon anus et son devenir.
Dans le lointain je les entends soupirer, gémir de plaisir.

Consciencieusement, les deux beurs continuent ma préparation. Ils ont maintenant tous les deux des doigts dans mon trou, ajoutant de la graisse, la faisant entrer au fond de moi. Je sens leurs quatre index étirer mon trou. J’entends Samir demander à Ammed de relâcher. J’attend une pause mais c’est plutôt les 4 doigts de sa mains qui me pénètrent. Ses longs doigts massent mon intérieur et ils trouvent ma prostate.
Il me fait alors un massage qui me mène plusieurs fois au bord de l’abîme. Je remarque qu’il montre une belle connaissance et maîtrise du corps de l’homme. Pour son age, cela me surprend un peu, mais dans la relative inconscience provoqué par la surcharge de stimulation, je n’en fais pas cas.

Je n’ai même pas entendu mes compagnons jouir de leurs enculages en règle.

Marc demande à Samir et Ammed de me détacher  et de me porter au dessus de lui et de Bruno. Ils sont couchés cul à cul, les jambes croisées et leurs bites collées l’une contre l’autre.
Je suis tenu de chaque coté par une main sous mon aisselle et l’autre sous le plis de mon genou.

Alors qu’il me baisse sur mon « pal », je vois autour de nous les 4 autres au spectacle.
Ils me posent 2 secondes sur les glands puis laissent la pesanteur faire le travail, servant juste à m’empêcher de basculer.
Je ressent chaque millimètre de pénétration, Samir et Ammed me retiennent et je profite un maximum de mon envahissement.
Vers le milieu (je pense) j’ai eu un peu de mal. Marc s’en est aperçu et a sa demande Igor à été chercher du poppers pour m’en faire sniffer.
Les deux narines saturées, bouffées de chaleur et ouverture en grand de mon sphincter.
Docilement, et agréablement, je me suis assis sur les cuisses de mes enculeurs.
Applaudissement de mes trois amis, j’ai même entendu Tic et Arnaud demander la même chose !
J’ai commencé, bien aidé de nos deux hommes de service, à me limer j’ai du souvent interrompre le mouvement de peur de jouir trop vite.
Marc voyant les difficultés que j’avais à ne pas juter, m’a attiré sur son torse pour que Bruno se désengage.
Aussitôt la place fut investie par Igor. Heureusement que Bruno était passé avant car les bites jumelées de Marc et Igor étaient au dessus question diamètre.
Marc m’a maintenu contre lui, me roulant pelle sur pelle. J’ai senti Igor se mettre à genoux dans mon dos puis m’enculer sans hésiter.
La bouche de Marc a étouffé quelques gémissements, surtout en fin de pénétration. 
J’ai senti toute la différence de se faire mettre par deux vraies queues plutôt qu’une plus un gode. Trop bon !
Je n’ai pu me retenir et j’ai joui comme jamais. J’ai englué nos torses et même certains jets sont venu couvrir le visage de mon amour.
Chaque expulsion de sperme s’est accompagnée de contractions musculaires qui m’auraient fait déculer si je n’avais été pris entre les deux corps musclés et lourds de Marc et Igor.
Je n’avais juter pour la dernière fois que j’ai nettement senti le sperme de Marc me couler en direct dans les boyaux et entendu Igor jouir dans sa kpote. J’avais complètement oublié Bruno jusqu’à ce qu’il se rappelle à moi en me jutant sur le dos.

Alors que tous se relevaient et partaient se laver, je suis resté quelques instants lové dans les bras de Marc. Il me caressait le visage, effaçant quelques larmes de plaisir. 

Samir et Ammed resté près de nous m’aidèrent à me relevé. Les jambes coupées, il me fallut quelques instants pour retrouver la vigueur de me tenir debout tout seul.
Comme ils me soutenaient de chaque coté, Samir m’a glissé tout bas « félicitation !».

Après les ablutions, et rhabillés nous sommes repartis à la maison. Samir et Ammed devant nous rejoindre après quelques rangements.

Dès que  tous ont été partis, nos invités enchantés de leur après midi et nos hommes de services ravis d’être « embauchés définitivement » et de leur dédomagement. je suis allé chercher l’enregistrement des caméras du donjon.
Mon intérêt premier s’est porté sur ce qui c’était passé après notre retour à la maison.
Comme je l’avais pensé alors, nos deux beurs n’avaient pu s’empêcher de libérer les tensions contenues depuis si longtemps dans leurs shorty en cuir.
Dès que nous avons refermés la porte sur nous, ils se sont jetés dans les bras l’un de l’autre pour se rouler de méchantes pelles pendant que les mains faisaient glisser les shorty à leurs pieds.

Samir a confirmé son emprise sur Ammed . Nous l’avons vu le pousser à genoux et lui enfiler sa teub dans la gorge sans se préoccuper de son avis.
Puis très rapidement il l’a relevé, plié en travers de la première selle venue et enculer sauvagement. Si Ammed avait voulu résisté c’était peine perdue !
Ils ne leur fallut pas 5mn pour exploser.

Marc me dit alors que nous allons les autoriser officiellement à baiser entre eux au donjon et après le service si ils ont envie. Cela promet quelques beaux enregistrements !!

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.