Page précédente

SOUVENIRS

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivé quand j’avais xx ans. J’en ai maintenant 57, mais j’en garde un souvenir inoubliable qui a modifié pour toujours ma vie sexuelle.
Souvent nous jouions après l’école le temps que nos parents rentrent du travail, surtout les garçons entrent eux soit au foot soit aux gendarmes et voleurs (eh oui c’était le jeu à la mode). Et bien sûr cela se passait dans les caves des immeubles de notre cité.
Les filles étaient tenues à l’écart, leurs jeux ne nous intéressaient pas.
Nos groupes étaient toujours composés de la même manière, ce qui créait parmi nous un élan affectif mutuel.

Quand nous attrapions un membre de l’équipe adverse, nous pratiquions sur lui les sévices de rigueurs, pincement, petites gifles ou mis à l’air (on lui baissait son short et sa culotte, ainsi il était nu devant nous). Ensuite nous lui tripotions le sexe et les bourses, ce qui était senti comme humiliant pour l’amener à pleurer, aussi dès qu’il pleurait nous arrêtions là. Ensuite on s’échangeait les prisonniers pour chacun récupérer ses troupes.

Un jour, nous avions décidé de ne plus pleurer et de leur montrer que nous étions les plus forts. Je ne sais pas qui avait eu cette idée, mais pour cela il fallait que l’on apprenne à résister.
Dans le noir des caves, un de mes copains que j’appelle René avait en sa possession les clefs de sa cave qui était devenue notre repère. Du groupe de 6 que nous étions, nous avons décidé que mutuellement par groupe de 2 nous nous toucherons le sexe, qu’entre nous cela était permis on faisait parti de la même bande. Aussi nous ne nous privions pas de passer la main dans le short de l’autre et réciproquement.

Dans le noir de la cave, on profitait d’une relative tranquillité, personne ne savait ce que l’on se faisait, en tout cas on l’imaginait.
Moi, j’avais choisi René comme partenaire, il était le plus doux quand il me caressait le sexe et en plus il aimait que je lui fasse.
Malgré nos 13, 14 ans nous avions des érections très durs mais au début nous n’allions jamais jusqu’à la masturbation.

Un jour ou les 4 autres camarades avaient été attrapés, nous ne restions que René et moi, nous avions décidé de nous cacher dans sa cave, blotti dans un coin pour ne pas être vu. Il m’avait collé à lui, et avait passé ses mains dans mon short, moi les mains dans mon dos je lui malaxais le sexe.
Doucement dans l’oreille il m’a demandé : tu aimes ?
Je lui répondis oui ! Et toi ? pareil dit-il.

Au bout de 5 minutes, les autres nous cherchaient, mais ne nous trouvais pas, il m’a baissé complètement le short et le slip, je me retrouvait cul nul , je vis qu’il fit de même et il reprit sa position, je sentais sa queue sur ma raie des fesses, c’était doux et chaud, j’aimais cette sensation même si j’étais un peu honteux, je me disais qu’entre amis du même groupe on pouvait faire cela.
Puis il me dit, j’ai vu ma mère faire un truc à mon père un jour dans leur chambre tu veux que le fasse ?

Je lui répondis : je ne sais pas, c’était bien, je vais te le faire tu me diras si tu aimes.
Il se mit à genou et il m’engloutit le sexe dans sa bouche. Moment d’extase, quelle sensation merveilleuse, dans mes rêves érotiques de pré ado je n’avais jamais imaginé ressentir cela.
Tu aimes ? me dit-il
Je ne lui répondis que vas-y, continu.

Il me suçait bien, il tournait sa langue sur mon gland, le prenait entièrement dans sa bouche et le ressortais comme on fait avec un esquimau. Bien sur ce qui devait arriver, arriva, pour moi ce fut ma première éjaculation, et ma première jouissance. Il gardait mon sexe dans sa bouche et continuait à me sucer jusqu'à ce que j’arrête de trembler.
Alors, ça fait quoi me dit-il tout en continuant à léchouiller mon sexe qui avait légèrement débandé.
C’est super, on te l’a déjà fait ?
Non, mais fait le moi.

Dans un coin de la cave, il y avait, une tente de camping étalée sur le sol, nous nous sommes allongés et instinctivement nous nous sommes mis en 69. Je ne me rappelle plus combien de temps nous sommes restés à nous sucer, ni combien de fois nous nous avons joui, mais ce sont les cris des autres qui nous cherchaient qui ont fait que nous nous avons remis nos culottes et short et nous sommes sortis de notre cachette en nous glorifiant de ne pas avoir été attraper.
Mais nos jeux ne se sont pas arrêtés là. Quand nous rentrions de l’école, nous trouvions toujours une excuse pour aller chez lui, soit des devoirs à faire soit notre mère ne voulait plus que l’on reste dehors, et on allait chez lui (ses parents rentraient tard) nous nous mettions sur le lit et nous recommencions à nous sucer.

Il était quand même plus dégourdi que moi, c’est lui la première fois qui m’a léchait l’anus, cela me gênait, car je trouvais cela sale, mais il m’a dit qu’il avait vu des photos ou on le faisait. Il prenait le gant de toilette de la salle de bain, il me lavait mon trou, puis il lavait le sien et nous repartions dans une séance de suce-lèche, nous nous introduisions un, deux doigts dans le cul et nous nous branlions l’anus copieusement. Je dois dire que j’aimais cela et lui aussi, nous avions eu nos premières jouissances par l’anus, même une fois, ou je le suçais en le doigtant, dans l’excitation que nous avions, je lui avais entrer un, puis deux doigts, un troisième ensuite tout en le branlant copieusement, et je na sais pas ce qui m’a pris, il y avait une boite de crème Nivea sur sa table de nuit, je m’en mis sur ma main et je l’introduisis entièrement dans son cul. Je me rappelle qu’il a gueulé de douleur, mais il m’a demandé de recommencer, ma main entièrement dans son anus, qui entrait et sortait et lui qui râlait, je ne l’avais jamais vu comme cela, j’étais un peu dépassé par ce qui se déroulait. Puis il s’est mis à jouir et hurler en même temps, des jets de sperme sortaient par saccade de son sexe comme jamais je n’avais vu et pourtant je lui avais vidé les couilles un certain nombre de fois, mais là c’était impressionnant. Quand j’ai retiré ma main, j’ai entendu un »ploc » et j’ai vu son trou qui restait très ouvert, et lui qui n’arrivait pas à se lever tellement il avait le cul écarté. Nous avons eu un fou rire quand il me dit : j’ai de l’air qui me rentre dans le cul je vais me gonfler comme un ballon de foot.
Jusqu’au jour où après avoir bien salivé sur mon trou, il me dit de m’allonger sur le ventre et il est venu s’allonger sur moi, et doucement sa queue se mit à chercher mon trou, au début je lui dis que c’était pas bien, et il me dit qu’entre amis on pouvait, que personne ne nous voyait et que si je n’aimais pas il ne me le referait plus. Aussi je me suis laissé faire, quand son gland trouva mon anus j’ai senti qu’il glissait en moi aidé par la salive. L’impression était étrange, j’avais un peu mal, mais en même temps je voulais qu’il entre plus encore. Il s’est mis à faire des va et viens qui m’irritaient un peu, je lui dis et il me relâcha l’anus en déposant une grande quantité de salive. Puis il me pénétra d nouveau, là je n’avais plus mal, il ne me lima pas très longtemps, il a joui très vite et j’ai senti le sperme chaud en moi. Il m’a retourné et il m’a dit à toi maintenant, j’avais débandé aussi il me suça pour redonner vigueur à ma jeune queue, il s’est mis en levrette et je l’ai pénétrer sans aucune attention, je sais qu’il a eu mal, mais il ne disait rien, comme lui je l’ai limé et j’y ai pris vraiment beaucoup de plaisir et je pense lui aussi, car je l’ai vu éjaculer quand je l’enculais.

Nous avions baisé comme cela tous les soirs pendant 4 ans, jusqu’au bac. Les autres ne comprenaient pas que nous nous n’intéressions pas aux filles. Mais jamais nous n’avons dévoilé notre secret. En cachette parfois il venait m’embrasser, j’aimais ses baisers sa langue était douce.

Voilà, la vie fut différente ensuite, nous avons connu nos premiers amours féminins, nous nous retrouvions parfois pour baiser ensemble, mais de façon plus espacée puis nous nous sommes perdus de vue.

Cela ne m’empêche pas de continuer à avoir des partenaires hommes, mais ça reste mon jardin secret. J’allais au sauna à paris, puis j’ai trouvé dans mon quartier à 3 pavillons de chez-moi un homme marié avec qui je baise toutes les semaines sans que nos femmes respectives ne s’en aperçoivent. (Je l’ai surpris un matin dans son garage en train de se masturber devant un film porno homo qu’il avait sur son portable posé sur le capot de sa voiture, moi je venais juste chercher un râteau à feuille morte que je lui avais prêté. Je l’ai initié à l’amour entre hommes, et maintenant il est un des partenaires les meilleurs que j’ai rencontré, et en plus il aime être dominé et dominant… ).
PS : La première fille avec qui j’ai eu mon premier rapport sexuel n’a pas compris pourquoi je l’ai sodomisé avant de lui faire perdre sa virginité.

Minoucou

minoucou41@gmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.