Page précédente

Épisode1 ici

Du sport chez les pompiers 2

Voilà ! 4 ou 5 mois se sont passés depuis mon lamentable "rateau" avec le pompier Alain. Après avoir réfléchi, j'ai décidé de ravaler ma fierté et de poursuivre mon entraînement sportif. Cette erreur de parcours, n'a jamais été évoquée depuis.

L'ambiance est sympa, conviviale et je connais maintenant tout le monde. Malheureusement, je ne m'en suis encore tapé aucun! et c'est bien dommage car je connais l'anatomie complète de chacun d'eux. Ah les vestiaires... Paradis, pour un mec comme moi. Faites du sport les gars !

Je mate un peu moins ; d'abord parce qu'il ne faudrait pas que cela se remarque, et ensuite pour éviter de bander, ça fait mauvais genre, quand on est le seul- Mais ma libido reste intacte.

Nicolas est toujours aussi canon, avec ses fesses bombées comme il faut et son zob très volubile. Il y a Marc, gentil poilu à grosse bite ; JP, le bodybuildé imberbe aux grosses couilles rasées ; Steph la crevette de service au cul plat, mais à la bite hyper longue même sans bander ça pend terriblement ; Honoré presque black au corps de rêve, bite noire et bout violet ; Karim typé et circoncis au gland proéminent dominé par un torse musclé ; Olivier, gueule d'ange aussi poilu qu'un oeuf, la queue ratatinée, fripée mais épaisse ; Yann, THE cul ...

Antoine, vrai blond si l'on se réfère à son touffu pubis et à ses jambes velues, un écrin doré pour son beau sexe rose et joufflu ; Fabien le brun ténébreux aux dents ultra-brite, la pine en forme de bouteille, le cul poilu qui te dit : allez ! bienvenue chez moi ! et.. Et qui encore ? ah John, le p'tit nouveau pas encore assez musclé mais ça va venir, il se rase tout, son sexe, on dirait un grelot détaché de son corps, un hochet qui gigote de partout pour amuser les gosses. Je me demande si ça fait pouet quand on lui pince le gland ! Ted, c'est le genre macho viril, il en fait un peu trop pour être 100 % hétéro, je le vois très bien attaché sur une croix en train de subir les sévices d'un mâle pervers travesti en para.

Mikaël, RAS, c'est le con de la bande, et ce même si sa teub est aussi appétissante qu'un hot-dog ! et puis le fameux Alain, le chef, devant lequel je me suis laissé aller à me masturber comme un collégien et dont j'ai même invité sa queue à me visiter. Cadeau de Noël rejeté ! Il est beau ce mec, Barraqué, un peu poilu, toujours bronzé, on dirait un modèle de pub pour le bâtiment.

J'en oublie encore un, le plus beau : moi, qui me demande souvent comment je jouerai avec les engins de mes compagnons de sport. Devant cette diversité de sexes masculins, j'en suis arrivé à cette conclusion : Tout prendre, tout goûter : la méga partouze quoi ! Arrêtons de fantasmer et revenons à des choses plus terre à terre

Nous sommes en Avril, le printemps, la sève monte et le gazon pousse. Et bah justement je suis en panne de tondeuse ! Y aurait-il un pompier assez sympa dans la salle pour me sauver et me prêter sa tondeuse, avant que mon parc ne ressemble à une forêt amazonienne ?

Que les mauvaises langues se taisent, je parle de mon jardin, ce truc vert, arboré qui entoure la maison, et non de ma toison pubienne.
Alain, dont la discrétion n'a jamais défailli quant à mon attitude légère, se porte volontaire, viens demain la chercher chez moi.

Il fait beau en ce lundi, j'arrive chez Alain en début d'am, un bermuda, une chemise et vieilles docksides pour le bricolage. J'ai 4 h de tonte qui m'attendent. Alain n'est pas seul, un ami est là, présentation rapide, c'est Xavier le maçon qui va lui faire la terrasse.

Finalement, je suis bien content de sa présence, car se retrouver en tête-à-tête avec Alain, c'est un peu gênant. J'accepte donc de prendre un Perrier et m'assieds 5 mm. J'ai refait en 10 mm le plan de la terrasse dont la conception architecturale était plus que douteuse, et 20 mm après je suis toujours là à discuter.

Ce n'est pas que je m'ennuie, mais j'ai du boulot, je file les gars et je me lève. Attends 1 mm ! je reste debout à côté d'Alain et Xavier restés assis.
Alain, s'adressant à Xavier : tu vois, c'est laurent le mec qui fait du sport avec nous, l'exhib dont je t'ai parlé.

Ça ne va pas non ? j'y crois pas ! Alain avec ses bras musclés attrape mon bermuda de chaque coté et le tire en bas d'un coup rapide comme l'éclair, mon slip glisse en même temps. Passés en dessous des genoux, mes vêtements sont définitivement plaqués au sol par le puissant pied d'Alain.

Je n'ai pas eu le temps de réagir, en une fraction de seconde je suis cul nu, ma chemise s'arrête juste au-dessus de ma queue, devant ces 2 mecs qui restent impassibles. Je ne bande pas, encore marqué par la surprise.

Alain poursuit avec sérénité : Tu vois Xavier, il aime bien qu'on lui décalotte le gland alors que sa bite est encore au repos, tu le lui maintiens à la base entre ton index et ton majeur et tu lui caresses doucement le méat avec le bout de ton pouce que tu auras enduit de salive. Il va se mettre à bander comme un âne, tu vas sentir son gland se gonfler, grossir sous tes doigts et sa bite s'allonger pour devenir extrêmement droite. Après on lui serre la base du manche et tu vas voir comment il mouille. Et tu te sers de son précum pour lui masser le gland en entier

Et oui s'est vrai ! en plus c'est moi qui lui ai dit, d'abord avec ses milliers de questions, je me demande ce qu'il peut bien ignorer de ma vie et de mes pratiques sexuelles ! Et je constate qu'il a tout enregistré.
Je suis là comme un con (ça ne sera jamais que la 2de fois) et je ne sais pas trop quoi dire, enfin ça se passe tellement vite... Xavier m'a déjà décalotté. Le contact de ses doigts est agréable. ALain s'est levé derrière moi en gardant un pied entre mes jambes et clouant mon slip au sol. Au cas où dans un soubresaut de conscience je remballerais tout. Il est plaqué contre mon dos. Ses mains m'entourent et il déboutonne ma chemise. Cette fois je suis complètement à poil entre ces 2 gaillards.

La main virile de Xavier commence sérieusement à me faire de l'effet et ma bite se redresse, mon gland rougit et s'enfle.
Xavier il a 30a, c'est un mec assez mignon aux cheveux un peu bouclés, une belle gueule de mec mal rasé, à l'oeil malicieux et sourire charmeur, les nanas doivent tomber comme des mouches et puis moi aussi car là on en est au stade 2, je mouille énormément dans ses mains qui enlacent mon gland et me branle.

Alain toujours collé derrière moi, me caresse le torse, pince mes tétons, et je me surprends à balancer mon bassin comme si j'enculais les mains de mon branleur.
Alain me propose d'aller sur le canapé, tu veux t'astiquer ? Alors là, NON !

Une fois, mais pas 2, c'est trop facile maintenant que je suis super excité, je ne recommence pas à me branler devant 2 mecs. D'abord, il n'y a que moi qui suis à poil ! Bon je m'installe, mais je vous regarde vous désaper.

Bon c'est bien ils le font. Alain, je l'ai déjà vu nu dans les vestiaires, Xavier je découvre des bras musclés, normal pour un maçon, pas un poil de graisse, des pecs saillants des poils juste sur la poitrine, des jambes poilues
suspense, il n'y a plus que le slip à baisser, mais jolie lourdeur et belle forme de fesses, Ouais Ouais !! le beau packson que voilà, il ne bande pas complètement, mais de belles couilles se balancent entre ses cuisses et sa bite: un bijou !Il se croit obligé de se gratter les couilles et de se tirer sur la tige avant d'avancer vers moi. ça doit être un réflexe masculin.

Je me branle en les regardant avancer vers moi. Putain que c'est beau un mec à poil ! alors 2 deux mecs c'est très très beau !
Je tends les mains, chacune reçoivent une bite. Laquelle va être la plus grosse, la plus longue, la plus épaisse, la plus juteuse, la meilleure ? À toi de jouer mon gars ! je palpe, je tâte, je soupèse, je décalotte, je secoue, je lèche. Les bites grossissent, je les aime toutes les deux. Celle d'Alain est très épaisse, assez courte enfin du genre 16 cm, mais réelle épaisse d'abord je ne rejoins pas mon pouce et mon index en faisant le tour.

Xavier, la bite de Xavier, c'est "la demoiselle coiffée" pour ceux qui ont des notions archéologiques, une tige droite 20cm surmontée d'un chapeau rouge/prune, style champignon de paris, débordant tout autour, turgescent et si doux contre ma joue.

Bref, un fruit, une grosse prune, que l'on n'a plus qu'à presser pour recevoir la pulpe. Je le gobe illico.
Je les suce tour à tour, les pompe avale leur queue comme je peux, et c'est pas facile. Alain vu l'épaisseur, je risque d'avoir des crampes à la mâchoire et Xavier, jamais je n'arriverais à descendre mes lèvres jusqu'à ses couilles sans m'étouffer. Du calme mon p'tit Laurent, je m'accroche et je déguste mes 2 queues, mais pas en même temps.

Pendant que ma langue se promène le long du manche de Xav, AL s'est trouvé une occupation : agenouillé, la tête plongée entre mes jambes écartelées il me suce la teub. Bravo ! heureusement que t'es pas PD ! Et bien là il fait fort, très fort car si c'est pas une gorge profonde ça ! Putain, il m'avale la bite entièrement, j'ai l'impression d'être dans une chatte.
Il a de l'expérience certain et quelle voracité, sa langue est partout. Il m'entraîne vers le bord du siège, je remonte mes jambes et me bouffe le cul.

Un pro ! il me chatouille les entrailles. je suis tellement excité que j'ai du mal à poursuivre la pipe que je fais à Xav. Mais ce dernier n'ayant pas envie de rester en plan, s'est mis debout et s'active dans ma bouche. Comme s'il était dans un cul. Doucement pas aussi loin ! 20 Cm + le chapeau, ça doit faire 24, moi j'avale pas entièrement une bite de 24 cm.

J'ai la tête dans le pubis de XAv, je vois rien, mais je sens bien les doigts d'Alain qui s'activent autour de ma rondelle. Ils l'écartent pour que sa langue y entre mieux. Pfut ! je reçois un crachat sur ma rosette, lubrifiant naturel. 2 Doigts sont introduits dans la cavité, je m'ouvre bien tandis qu'il me suce.

Alain dit a XAv, t'es prêt ? encules le en 1er. Je me mets à quatre pattes et reçois avec délice cette bite. Oh putain, le passage du gland ! ça fait un peu mal, mais après la tige rentre comme dans du beurre. Ne me lime pas à grands coups de bite tout de suite, juste le temps que je m'habitue à ta grosse pine sinon je vais avoir mal au cul pendant 2 jours !

Tiens Al, au lieu de te branler en matant le tableau, viens donc là ! Où ? là, sous moi, en 69. Tu devrais savoir ça, je te l'ai déjà dit, tout ce que j'aime tu le sais !
Je ne sais pas si vous c'est pareil, mais moi, plus on me baise, plus je bande, et je bande donc dans la bouche d'Al, aussi gourmande de ma bite que de mon cul auparavant.

Al se met devant moi, et me présente son cul. D'abord je commence par lui attraper sa queue, je lèche du gland, remonte sur les boules, un petit suçon sur le périnée, et j'achève le parcours sur sa rondelle. Je crois que j'ai trouvé son point faible. Il vibre, geint, ondule, frémit et je redouble d'ardeur et il lâche des cris et des centaines de oh, ah putain, c'est bon, ouiiiiii etc...
Bon Xav, t'as fini de t'acharner sur mon cul ?, moi je suis gavé, t'as qu'a emmanché ton pote Alain.

Xav s'installe sur le canapé, je prends sa teub bien en main et oriente le cul d'Al au dessus. Et il s'empale et moi je la tiens droite, pour quelle rentre à fond. Même pas doigté avant, moi j'aurais vachement eu mal. Al saute sur cette teub et moi je le pompe, je sens qu'il va cracher sa purée, et ça ne rate pas. Vu les cris qu'il pousse, je reçois sur mon torse poilu, ces jets de sperme. Alors ça c'est du jamais vu,( d'abord ça m'étonne toujours à chaque fois qu'il gicle car depuis cette expérience cela s'est reproduit des tonnes de fois ), son sperme est hyper , mais hyper épais comme du gel et puis il y en plein, une quantité impressionnante de foutre jaillit de sa queue. Spectacle magnifique, pire que dans un porno mais sans trucage.

Bon, je sais, c'est pas raisonnable, mais en tant que sapeur pompier, je pars du principe qu'il est sain- c'est le cas d'ailleurs) je lui retête le zob, croyant qu'il a fini de déverser sa semence, et bah non! alors qu'il me maintient la tête, je reçois encore du foutre dans ma bouche, si le goût n'est pas trop amer, la texture est particulière, de la gélatine anglaise.

A coups de langue je ramasse celle échappant à mon torse, qui s'est dispersée autour de sa queue, sur ses couilles et accessoirement sur les couilles du maçon qui n'a manifestement pas fini son ouvrage et qui continue de travailler au burin le cul d'Al. Ma bouche remplie de gelée s'approche de celle d'Al , je lui roule un de ces patins ! ça j'adore. et je lui refile son jus. Tiens prends ma place, me dit Al se libérant de son tuteur de 24cm. Ok changement rapide de capote, une petite léchouille sur la tige gonflée à bloc de XAv, je lui suce le gland doucement pendant qu'Al ligote ses couilles, on remet un nouveau préso et paf ! je me reprends la queue à fond.

Ça me fait moins mal que la 1e fois, mais quand même, quand le gland passe : ouille !

Là j'ai la bite à fond en moi, un cm de plus et c'est ses couilles qui rentrent.
Alain, me suce, j'ai les pattes bien écartées une gaule d'enfer, le gland et le cul en feu.
Al, je reviens, tout de suite, j'vais chercher un truc. Avec un grand sourire, il revient mains derrières le dos, dis-moi mon p'tit laurent, tu te rappelles ce que tu m'as dit non quoi ? Tu parles ! avec Xav !, sa bite de 24 cm dans le trou, sa main droite qui me branle et sa main gauche qui me tripote les tétines, j'ai pas toutes mes facultés intellectuelles !

Oh un tour de magie ! Al agite dans sa main droite une bombe de gel, et dans sa main gauche ......... un rasoir. Oh non pas ça ! En fait, je suis bien trop excité pour refuser catégoriquement quoique ce soit. Et c'est vrai que depuis un coup d'essai en Italie, c'est un truc qui me branche bien.

Je ne peux rien refuser, en guise de réponse, j'ouvre mes cuisses encore plus largement. Al exécute l'opération délicatement et quand il a achevé son travail, passé la serviette, j'ai le zob d'un nouveau né avec la taille d'un taureau, XAv me caresse le gland tellement sensible que je gicle sans même me tenir le manche. Al est là, tout près, il me branle par à-coups saccadés, comme je le ferais moi-même, pour extirper tout le jus de mes burnes, il me suce, sans surprise ( j'ai plus de jus ) et me roule un patin. Chacun son tour mec ! Ok mais ce n'est pas par vantardise et même s'il y en a moins, le mien est bien meilleur, plus fluide, je gicle plus loin. D'abord j'en ai jusque sur les cheveuxlol !

Et moi alors ? je compte pour du beurre ? Ah oui, au fait Xav t'as pas encore juté. Quelle santé ! depuis le temps que sa pine ramone nos culs.
De toute façon, à part son corps et sa bite d'athlète, je ne le connais pas, je ne bouffe pas de ce jus là! et puis je suis repu entre la gelatine d'Al et mon sirop. AL: Allez on s'y met à deux ? je me lève le cul en choux fleur, Al et moi on se met à le pomper doucement car la pression monte et la canalisation ne va pas tarder à exploser. Al lui bouffe le cul, et moi la queue, ce qui déclanche chez Xav, des sortes de spasmes assortis de râles, ponctués de "mes salopes", et de sons incompréhensibles.

On dirait qu'il vient de prendre une décharge électrique, une grimace, une contraction musculaire de tout son corps, un hurlement de bête et notre Xav explose sa durite, de son gland jaillit la source, il n'est pas en reste pour juter celui-là non plus. Il secoue sa queue et éclabousse de foutre ceux qui l'entourent, Al et moi. On lui caresse le manche avec doigté, l'intérieur des cuisses aussi et même sa rondelle sont massées. La bête a encore quelques soubresauts, un dernier cri, une dernière giclée de jus se propulse en l'air avant que le corps entier ne se relâche.

Il bande encore, j'aurais bien envie de m'asseoir encore une fois sur ses genoux et de sentir sa bite gluante, chaude, lubrifiée à point, m'envahir le trou et que le foutre jaillisse encore en moi.

Et bah non, je suis un garçon raisonnable, voilà ! j'ai du travail, j'ai 4 h de tondeuse à la maison qui m'attendent.... Je file les gars !
Attends 1 mn !

Laurent

laurt@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.