Page précédente

La surprise de Jean-Phi.

La veille de cette histoire, j'avais rencontré Jean-Philippe en Ardèche, un quadragénaire de forte corpulence avec des attributs impressionnants qui avaient littéralement changé mon anatomie a certains endroits en raison de leur taille démesurée.
(LIRE OU RELIRE CETTE HISTOIRE)

Jean-Philippe m'avait invité le lendemain à venir passer l'après-midi dans sa villa et profiter de sa piscine, ce que j'avais accepté avec grand plaisir.

Pendant la soirée qui avait succédé nos ébats, je rêvassais à ce qu'il m'avait fait en m'enfonçant jusqu'a 3 doigts dans le rectum qui s'était bien élargi après son passage.
Le lendemain, le jour de l'invitation, après une longue grasse matinée, je flânais en prenant mon petit déjeuner, j'attendais avec impatience notre prochaine rencontre.

Mais là, il s'agissait d'assurer pour que tout se passe bien, et, vu le monsieur en question, j'avais décidé de tricher un peu sur mes mensurations anales en me promenant nu chez moi avec un gode planté à fond dans le rectum pendant des heures.
C'était un délicieux supplice que de garder ça pendant près d'une heure dans tous mes déplacements, mais je n'avais pas envie qu'une intromission de Jean-Philippe ne me fasse mal.

J'avais une envie énorme de me branler vu la situation, mais je voulais arriver chez lui en pleine forme.Mon heure était venue, je sautais dans ma voiture, et arrivais chez mon étalon après 3/4 d'heure de route et quelques radioguidages au téléphone.
Charmante villa, belle pelouse verte avec une jolie piscine au milieu.
Jean-Philippe se levait de son transat pour m'accueillir.
Apres quelques mots, je lui demandais le chemin de la salle de bain pour me rafraîchir un peu et pour me changer.

Je profitais de ces courtes minutes de solitude pour m'enduire rapidement de lait corporel à défaut de gel là où si tout se déroulait comme prévu j'allais accueillir mon hôte.
Je sortais de la salle de bain et allais rejoindre Jean-Philippe à la piscine qui avait subitement changé de tenue :-)
Je déposais long baiser sur sa bouche en aspirant sa langue pour bien lui faire comprendre que j'étais d'excellente humeur.
A mon tour, je m'installais à coté de lui, en faisant glisser mon maillot et en donnant a Jean-Philippe une vue proche sur mon cul qui lui faisait un sourire.
Je goûtais à l'eau de la piscine pour me rafraîchir, ma bite flottait dans le vide, je sentais la fraîcheur de l'eau me glisser entre les fesses, woawww, j'allais passer une super journée !!

Jean-Philippe partait à la cuisine me préparer un verre, à son retour, j'admirais ses muscles en mouvements et je fixais le ballant de son énorme sexe à chacun de ses pas.

A part ça, rien, petites discussions insignifiantes, mon hôte n'engageait pas d'actions particulières, tout était calme.
"Au fait, j'ai invité des amis" me dit-il
"Très bien" je ne savais trop que dire, mon après-midi s'annonçait finalement moins intime que je l'avais espéré, j'étais un peu déçu.

20 minutes plus tard, une voiture franchissait le portail, Jean-Philippe se levait à nouveau, nu comme un ver pour aller les accueillir, j'étais très surpris, du coup je ne me rhabillais pas non plus et j'attendais sur mon transat.
2 garçons sortaient de la voiture. Bon après tout, il avait invité visiblement un couple d'amis, ça allait être une après-midi tranquille.

Les 2 hommes saluaient JP et pendant que l'un s'approchait de moi pour me faire la bise (j'étais un peu gêné vu ma tenue d'Adam) j'entendais l'autre lancer à JP "Alors, c'est lui le mec dont tu nous as parlé ?"
Je ne savais plus où me mettre ! J'étais rouge de honte !! J'étais catalogué dès le début !

Je n'osais plus dire un mot quand la discussion s'était finalement détendue et les plaisanteries commençaient à fuser en dessous de la ceinture. Quant à JP, il commençait à faire quelques allusions à nos exploits de la veille. Je commençais à me sentir tout "chose" et je me délectais de la vue de ses queues qui avaient légèrement changé d'allure sous les récits de JP.

A un moment, JP décida d'attaquer les hostilités, il se leva de son transat, pris mon flacon de monoï et entreprit de m'enduire le corps avec.

Ses mains larges me soulevaient le bassin tandis qu'il disait à ses amis "mais regardez moi ce cul !!" La situation devenait franchement amusante et m'excitait beaucoup, JP tournait mon cul dans la direction de ses visiteurs et commençait à m'enfoncer ses gros doigts dans le cul.
Je bandais comme un âne rien qu'à savoir que ce salaud exhibait mon trou à des inconnus.
A ce rythme là, je guettais le moment ou ses invités allaient commencer à en faire de même.
Ils commençaient à se toucher individuellement, mais n'étaient visiblement pas pressés de se caresser mutuellement, sans doute voulaient-ils encore plus de spectacle.

Je décidais à mon tour de mettre du piquant, je m'allongeais sur le dos, empoignais les fesses de JP pour le forcer à venir au dessus de mon visage comme pour un 69 sauf que lui était reste debout. Je relevais les cuisses en écartant le plus largement les jambes pour qu'il puisse continuer à m'enfoncer ses gros doigts dans l'anus et là, je commençais à faire tournoyer ma langue autour de son gros gland avant de l'enfourner pour de bon. Je gémissais en essayant d'avaler le sexe de JP qui durcissait dans ma bouche pendant que je voyais les 2 autres se branler à la vue de mes cuisses ouvertes et des doigts de JP qui disparaissaient sans mal dans mon trou, mes lèvres venaient et glisser sur les veines enflées du sexe de JP.

Les regards s'étaient encore approchés de nous, bizarrement ils nous regardaient sans rien faire d'autre que de se masturber. Moi je bandais comme un âne d'avoir des spectateurs.
Apres avoir bien avalé la queue de mon étalon, du moins ce que je pouvais en avaler, je me relevais promptement pour me mettre debout, en tournant le dos a mon bienfaiteur, d'une main j'écartais puissamment une cuisse, je fixais JP et lui dit "lèche moi !!" Il ne se fit pas prier, une violente claque sur mes fesses qui fit laisser échapper un petit cri et une grosse marque rouge surtout et la langue de JP avait pris d'assaut ma rondelle déjà ouverte.
C'était trop bon !!! Ce salaud me salivait entre les fesses, et sa langue me pénétrait sans aucune résistance tellement j'étais excité, et puis il faut dire que j'avais préparé le terrain aussi.

A ce moment, Pascal, l'un des invités me lança "tu les aimes bien visiblement les grosses bites".
La réflexion était stupide... Sur ce, j'allongeais JP sur le dos, j'attrapais un préservatif dans mon sac. Je le déroulais lentement sur la bite de mon homme en fixant nos 2 spectateurs, quel délice, j'adore enserrer mes mains autour d'un pieu de cette taille la. Il est chaud, il est dur, j'adore quand je le suce, je me mettais debout les jambes de part et d'autres du transat, j'empoignais ma queue pour me branler et je descendais lentement au dessus du sexe de JP qui pointait vers le ciel comme une fusée prête à décoller.

Une fois le gland appuyé contre mon anus, je me reversais en arrière sur mon fornicateur pour donner une vue imprenable sur les détails de mon anatomie qui ne demandait qu'à s'ouvrir, et en fixant nos 2 spectateurs dans les yeux je leur lançais "REGARDE CE QUE J'EN FAIS DES QUEUES DE CE CALIBRE !!!"
Là, et sans aucun retour, j'amorçais une lente descente le long du pieu qui était dur comme du bois.
"TU VOIS CE QUE J'EN FAIS ????? TU VOIS ???"

A ce moment, Stéphane, l'autre ami de JP saisi un appareil photo de son sac, en une seconde, j'entendais le déclencheur de son appareil qui tournait à plein régime.
Une fois le sexe de JP totalement englouti, je marquais une courte pause, puis reculait de plus belle pour bien sentir ses couilles me rentrer entre les fesses.
J'étais littéralement écartelé, ça n'était pas un petit minet que j'avais en moi mais une grosse brute capable de tout me déchirer dans un faux mouvement, je me relevais doucement, un peu trop, le sexe glissait hors de sa prison de chair, je le empoignais et le guidait a nouveau vers son terrier, puis tout en gardant une main dessus, je le ressortais de son étreinte pour le renfoncer de plus belle.

Je gémissais bruyamment, au risque de nous faire entendre par des passants sur la route, mais la douleur mêlée au plaisir ne me permettait plus de rester discret.
Ca y est, comme une véritable salope, mon cul engloutissait le sexe de mon partenaire comme un piston trop bien huilé, je prenais appui sur les bords du transat et m'éclatais la rondelle à un rythme super rapide qui me brûlait de l'intérieur, toujours aussi excité de voir les 2 zigotos se branler sur nos ébats et toujours aussi surpris de ne pas les voir passer a l'action.
Du coup, l'excitation me fit dire "VITE !!! UNE QUEUE !! DONNEZ MOI UNE QUEUE A SUCER !!!"

Pascal s'approchait de moi immédiatement, sa bite était loin d'avoir le calibre de celle qui me ramonait le cul, mais elle était plutôt longue, très belle, avec un superbe gland rose qui me faisait des sourires. Je l'enfournais sans ménagement en le suçant à grands mouvements, je regrettais juste que Stéphane ne se joigne pas à nous car dans l'état ou j'étais, je voulais bien en sucer 2 a la fois, mais il était visiblement trop occupé à prendre des photos avec son appareil. Jean-Philippe me soulevait maintenant le cul avec ses 2 mains pour m'aider dans mes mouvements.
Je les trouvais tout de même pas bien fut fut ses amis à JP, de ne pas passer à l'action en parallèle, mais bon c'était leur problème.

Jean-Philippe me reposait sur le transat, m'invitait à me mettre à genoux les fesses en l'air, il sortait carrément son chibre de mon cul pour le renfoncer de plus belle !!! Je laissais échapper un AHH !! de plaisir à chaque fois qu'il m'ouvrait en me forçant avec son gros gland.
"Vas-y mon Chéri, fais moi du bien avec ta belle pine !!!" Je l'encourageais tandis que j'entendais l'obturateur de l'appareil s'activer sur ce qui devait être la bite de Jean-Phi sur ma rondelle.

Quand Jean-Phi se contracta, j'ai cru tout d'abord qu'il se retenait pour ne pas éjaculer encore, je ne pouvait pas regarder a cause de Pascal qui devant moi, me tenait fermement la nuque pour le sucer encore plus fort.
Jean-Philippe se retira, ôta son préservatif sans que je m'en aperçoive, et là ... je fondis de plaisir ...... de grosses giclées de sperme s'abattaient sur mes fesses et plus précisément dirigées vers mon anus encore ouvert. C'était chaud, gluant, ça me dégoulinait à profusion entre les fesses. Je sentais les grosses gouttes ruisseler sur mes couilles, j'en avais de partout et mon male en étalait sur mes fesses en se servant de sa bite qu'il faisait aller et venir sur ma raie.

L'extase, je reprenais mon souffle en branlant ce salaud de Pascal, le plaisir m'inondait, c'était fabuleux. C'était mal connaître Jean-Phi de ma part que de penser que c'était fini pour lui, après à peine 2 minutes , ses mains s'abattaient à nouveau sur mes fesses et je sentis son pieu encore plus dur qui me rentrait dans le cul sans ménagement !!!
PUTAIN !!!! J'Y CROIS PAS !!!

J'entendais le bruit de ses couilles venir frapper mon cul plein de sperme comme pour m'achever. AHHHHHHHHHHH !!! MON DIEU!! MAIS T'ES VRAIMENT MONTE COMME UN ANE !!

Pascal aussi aima beaucoup, quand il me tira la tête brusquement en arrière, j'eu à peine le temps de voir sortir son gland de ma bouche, j'ouvris les mâchoires encore plus grand pour tenter vainement d'avaler les giclées promises, ce salaud me balança toute la soudure sur le visage, Jean-Phi s'était retiré une nouvelle fois et restait appuyé contre moi après son effort colossal.

Pendant que m'activais autour de la bite de Pascal pour lui montrer comment j'aimais jouer avec son sperme, je sentais mon anus qui s'ouvrait et se refermait toutes les secondes après ce qu'il venait de subir. J'étais un peu épuisé, mais terriblement excité, et quitte à passer pour une salope de première, autant que ce soit pour la reine des salopes, je me retournais le visage couvert de semence vers Stéphane, et lui lançait "AU SUIVANT !!!"

C'est sans difficultés après l'élargissement que m'avait fait subir JP qu'il me bourrait le cul dans le sperme de mon homme !!

"T'EN VEUX ENCORE SALOPE !! CA TE PLAIT DE TE FAIRE TRINGLER PAR DES BITES EN COLERE !!
J'avais droit a de violentes claques sur les fesses et tous les noms d'oiseau pour avoir servi de garage à bites a ces messieurs.
JP s'était allongé dans le transat d'à côté, je le fixais dans les yeux en lui faisant mon plus grand sourire comme pour le remercier d'être si exceptionnel et de me réserver des après-midi aussi délicieusement agitées pour mon arrière-train.

Marco

marco_velasco
hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.