Best Of Cyrillo

Page précédente

A toute vitesse

C’est dans un train que je viens de réaliser ma plus folle expérience sexuelle. Je suis un jeune homo de 33 piges qui n’a connu que de bien sages expériences sexuelles avec les mecs avec qui j’étais en couple.

Le trajet me paraissait bien long, l’air était un peu lourd et moi un peu stressé car le but du voyage était un entretien d’embauche. Trois jeunes blacks autour d’une table faisaient à côté un beau raffut, parlant de leurs combats sur console. Incapable de lire, je commence à fermer les yeux et à m’imaginer des trucs cochons avec eux. J’ai la bite maintenant bien dure dans le pantalon et ça ne m’avance pas à grand chose. Et les trois jeunes mecs sont loin de se calmer. Un peu à bout, en chaleur dans tous les sens du terme, je me lève pour aller leur demander de se calmer, bien sûr poliment et gentiment comme je le fais toujours.
Mais par une malice du diable peut-être, le propos que je tiens n’est pas tout à fait celui auquel je m’attendais. Je me penche sur leur table et murmure à mi-voix

les mecs, je m’ennuie à mourir dans ce train et j’ai bien envie de sucer une queue. Ca brancherait l’un d’entre vous ?

Les trois gars, qui sont vraiment jeunes, dix-huit, vingt peut-être lookés djeun’s  façon cité me regardent interloqués. Moi-même, je pique un fard terrible, halluciné par mon audace.
Un d’eux réagit assez vite « ouais,  ça me branche carrément, j’te suis »  il bondit souplement de la banquette. C’est un mec plutôt petit, 1m75, à la peau très noire, beau mec, le visage lisse et le corps fin. Ses copains restent muets, ce que je préfère. Les autres voyageurs n’ont rien captés.
            Dans un état second, la tête qui tourne, je le précède vers les toilettes comme un zombie. Le sas est vide et on s’enferme discrètement. Le mec a un sourire de mâle dominateur, il se déboutonne rapidement et baisse son jean. Sa queue commence à sortir toute seule de son caleçon un peu lâche. Il la libère en retirant l’unique bouton du calebute. C’est une belle queue non circoncise, qui bande à demi. Tétanisé, je n’ose pas faire un geste. La queue se dresse un peu plus et le black commence à gueuler « Bon ben maintenant vas-y ! ». J’apporte la main timidement et la touche avec délicatesse. Une belle grosse veine coure sur sa longueur. Je la décalotte doucement plusieurs fois mais le jeune mec n’a pas envie de ça. Il m’appuie fermement sur l’épaule. Je m’agenouille et la met encore recouverte du prépuce dans ma bouche. Et pour moi, c’est parti, j’arrête de réfléchir et je commence à pomper sérieusement. La bite n’a pas de goût particulier mais le pubis est lui très odorant. On sent le jeune mâle plein d’hormones. Le mec me laisse faire et je le suce avec application. Sa bite grossit encore dans ma bouche et devient un peu envahissante pour moi mais je suis mal placé pour faire des manières. J’ai envie de caresser ses couilles et ses fesses mais son caleçon me gêne. Un peu maladroitement à cause de sa grosse queue en érection, je lui baisse le ben et je reprend mon ouvrage, le caressant plus librement. Un peu honteux certainement, j’évite son regard. Mon petit black commence à être très chaud et donne des coups de bassin pour rendre la pipe plus profonde encore. Vu le peu d’efficacité de sa technique, il me prend derrière la tête et commence à me pilonner la bouche avec ardeur. Je le sens proche de jouir et tente de ralentir la cadence un instant mais ce n’est pas ce qu’il veut et il accélère encore, gémissant de plaisir. J’étouffe sous les coups de sa grosse bite, je le sens se tendre et il jouit bruyamment. Un flot de sperme m’envahit la gorge et la bouche. Il crache plusieurs salves qu’il ponctue de coups de bassin plus lents puis s’immobilise. On reste quelques instants ainsi sans bouger. Moi, reprenant ma respiration, lui savourant sa jouissance.

Pour bien finir, je repompe un peu sa queue qui a vite dégrossi pour lui rendre bien propre. Je lui recalotte même. J’avale aussi tout ce qui me restait en bouche, ne songeant pas un instant au sida et autres MST. Il se rhabille rapidement. Je me relève pour le laisser sortir : ces cabines ne sont pas prévues pour deux, ni pour la cabriole. Il n’y a personne quand il sort. Je reste un peu plus longtemps, par discrétion et pour me passer un peu d’eau sur le visage. Je me remets ma queue en place. Je n’ai pas joui mais elle est néanmoins toute humide. Toujours en ayant l’impression d’être sur une autre planète, je regagne ma place. Mon petit black affiche un sourire triomphant et ses copains sont surexcités. Ils demandent leur tour. Sans un mot, je leur fais non de la tête, je prends mes affaires et m’apprête à changer de wagon mais le train arrive en gare. Je descends, content de ne pas à avoir à affronter leur désir. L’air me fait du bien. Je vais marcher pour aller passer cet entretien.

Jeune Lion

lelionvert@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.