Page précédente

Épisode précédent

Vacances 7

Le réveil à midi, nous a envoyé direct au déjeuner.
Marc a décidé qu’en prévision de la partouze du soir, nous ne ferions que bronzer le reste de l’après midi. Nos peaux prennent une belle teinte, plutôt doré foncé pour moi et plus brun pour Marc.

Nous dînons léger et commandons un gros plateau de desserts à livrer à la fermeture du service.
Nos invités arrivent en ordre dispersé. Nous les recevons en maillot de bain. Kev le premier, se met à l’unisson, quitte short et marcel et se présente en Speedo moule burnes. Jérôme nous fait découvrir son cul encadré par les deux élastiques du jock qu’il a déniché dans un coin du magasin. Manu lui n’a rien mis sous son short de surf et se retrouve direct à poil !
Deux whiskys bien dosés nous chauffent.
Kev attrape Manu, le fait tomber sur ses genoux et lui plante son dard dans la bouche, étouffant le gamin ! il se retire et recommence. Manu reprend la technique que je lui ai enseigné la veille, après quelques va et vient, avale le gland et cesse ses haut le cœur. Jérôme est bouche bée de voir la progression technique de son clone !
Marc lui explique qu’il avait pris de l’avance la veille avec un « cour particulier ». Il le pousse vers moi et lui dit de commencer à s’exercer sur ma bite. Je lui dis de se mettre le dos sur la table basse, la tête pendant à l’extrémité. Je m’agenouille devant lui, tire sa tête en arrière et commence ma pénétration. Arrivé au fond de la bouche je lui dit « avale » et profite du moment pour pousser un coup sec. Mon gland passe dans la gorge. Il rougit, je ressors et le laisse respirer. Nous recommençons jusqu’à ce que ça passe tout seul (enfin presque). A ce stade Marc vient me remplacer. Sa queue plus longue arrache des larmes à Jérôme. Dans cette position, la gorge tendue, on voit bien la pomme d’Adam ressortir poussée par l’invasion de la gorge par le gland.
Nos deux dominateurs sont satisfait de nous.
Marc me demande de lui faire une pipe et envoi Jérôme bouffer les couilles de Kev.
Un peu plus tard, nous passons aux choses sérieuses. Marc et Kev poussent les deux clones à genoux cote à cote sur le bord du lit. J’ai juste le temps de mettre du gels sur leurs anus qu’ils sont défoncés. Après une ou deux grimaces leurs trous se sont fait aux diamètres des sexes qui les pénètrent.
Les enculeur tout en limant leurs montures commentaient l’opération. Qui semble le plus serré, si ils glissent plus ou moins facilement, la température du fourreau qui les gaine …
Ils décident d’intervertir et après un changement de Kpote vérifient les dires du collègue. Manu est définitivement accro aux bites ! il bouge le cul comme Jérôme pour aller au devant des coups de bite et se les prendre jusqu’aux couilles. Pour étouffer un peu leurs couinements, je me place à genoux devant eux et me fait tailler une pipe à deux bouches. D’où je suis, je ne perd rien du spectacle des sodomies.
Quand j’ai senti la purée monter, j’ai relevé ma bite pour arroser copieusement les dos des deux emmanchés. Deux minutes après, les enculeurs sortaient leurs bites avec un « plop » jetaient les Kpotes au sol et ajoutaient leurs spermes au mien alors que Manu et Jérôme se répandaient sur le drap.
Tous les 5 étalés sur le dos, sommes restés quelques instants à récupérer.
Une bonne douche plus tard, nos trois invités se sont rhabillés, dans les embrassades du départ, Marc a glissé à chacun une enveloppe avec écrit dessus « participation pour 2009 ».

Un aller et retour de l’ascenseur plus tard et ça frappe à la porte. C’est Manu. Il entre tout rouge et nous dit qu’il n’est pas une pute, même si il avait aimé cela et qu’il en redemandait !
Marc le fit asseoir sur le canapé et après avoir passé son bras sur ses épaules lui a expliqué son geste. Que ce n’était surtout pas dans ce sens qu’il fallait le prendre mais dans celui d’une aide à la réalisation de ses projets et à passer une meilleur année d’étude.
Et, pendant que Marc répondait successivement aux appels de remerciements des deux autres, j’expliquais à Manu le fait qu’il n’est pas honteux de monnayer ses « prestations » et que si il arrivait à se trouver une meuf ou un mec régulier sur Clermont, ça lui enlèverait une sacrée épine du pied concernant ses moyens pour vivre !!
Je lui dis alors que même si maintenant, Marc ne me payait plus (d’un autre coté je ne jardine plus non plus à la maison !), j’avais gardé avec sa permission deux autres sources de revenus avec la copine de ma mère et son fils, ce qui me permettait de me payer tout ce que je désirait sans avoir de compte à rendre à mes parents (surtout que ce serait difficile d’expliquer certains achats !!) et que la moto de mes rêves, je pourrais me l’acheter dès mes deux ans de permis passés. Que ne plus avoir à compter chaque sou, vaut bien quelques « sacrifices » !
Après avoir ruminé cela quelques instants, il me roula un patin pour me montrer qu’il avait compris et qu’il ne nous en voulait plus.

Vu l’heure très avancée, nous gardâmes Manu pour le reste de nuit, couché entre nous deux.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.