Page précédente

Vincent : rencontre à la piscine

C'est l'après midi, à peine le début. Mes horaires de taf me laissent beaucoup de temps libre en journée. Pour m'occuper aujourd'hui j'ai décidé d'aller à la salle de sport.
Je me suis inscrit il y a quelques semaines dans cette salle pour muscler mon corps. A force de voir que les mecs qui m'intéressent vraiment me filent entre les doigts parce que j'ai un physique quelconque, j'ai décidé de prendre les choses en mains.

Pour rester motiver, j'essaie de participer à quelques cours en groupe 2 à 3 fois par semaine. En général on retrouve quelques têtes d'une semaine sur l'autre et au moins on a l'impression de se soutenir mutuellement. Le reste du temps quand j'arrive à me motiver, je viens me servir des appareils ou de la piscine et de temps à autre j'apprécie le sauna même si je n'en suis pas fan.

Aujourd'hui, je commence par un cours de cardio, 45 minutes suffisent pour me faire sentir complètement mort. Mes bras et mes jambes me semblent peser des tonnes. Histoire de me détendre je me décide à plonger dans la piscine après avoir pris une bonne douche pour me débarrasser de la sueur. Le but n'est pas d'aligner les longueurs, juste de barboter un peu pour me défroisser les muscles. J'enfile mon speedo et file vers la piscine. Je nage tranquillement, je suis seul dans l'eau. C'est normal, on est en pleine semaine. A un moment, j'entends un corps plonger dans l'eau, le temps que je me retourne et j'aperçois une masse s'approcher de moi sous l'eau et d'un coup, le plongeur surgit à la surface tout contre moi, à ma place, me poussant contre le rebord de la piscine. Aussitôt il s'arrête et en battant des pieds s'excuse, il croyait être seul dans la piscine et a plongé sans regarder. Il a un petit sourire gêné. Sur le coup, je pense que c'est parce qu'il m'a percuté. Il m'explique qu'il était au cours de cardio et que voyant tout le monde s'en aller, il a voulu en profiter pensant être seul. Je lui propose alors de nager ensemble côte à côte, il accepte avec un grand sourire.

On reprend donc notre longueur et arrivé au bout il plonge pour faire demi tour alors que moi je le fais en restant à la surface.
C'est alors que je comprends pourquoi il voulait profiter de la piscine seul... Il est nu ! Au moment où il s'enfonce dans l'eau, ses jambes se lèvent et j'aperçois ses fesses et son service trois pièces disparaitre sous l'eau.

Il a l'air assez bien membré et pas mal musclé. Lui doit venir s'entrainer depuis bien plus longtemps que moi. On reprend la brasse dans l'autre sens. On discute, j'ai du mal à me concentrer sur la conversation sachant que sa queue se ballotte pendant ce temps là. De temps en temps il me frôle, souvent sa jambe rencontre la mienne.
Au demi tour suivant je vois que son sexe a pris du volume, il commence à être vraiment imposant. Je commence à être excité, mon maillot devient étroit, j'ai vraiment la gaule et moi ça me gène pour nager. Pas lui apparemment. Je décide de faire une pause ayant les bras et les jambes fatiguées. Lui continue à nager. Je n'arrive pas à me calmer, j'ai beau avoir le corps douloureux de la séance de sport d'avant et des quelques longueurs, ma queue elle est en forme et ne veux rien savoir.

Soudain, je sens le nageur se coller à moi, il a déjà fait son aller retour. Il a un bras de chaque côté de ma tête, il est dans mon dos. Moi je ne vois que le rebord de la piscine. Il passe rapidement sa main sur mon maillot et constatant mon excitation, la rentre à l'intérieur et tout en me branlant lentement il me murmure à l'oreille :" je vois que toi aussi tu es en forme. Je suis sur que c'est de m'avoir vu à poil." Et il se colle tout contre moi, sa queue est plaquée entre mes fesses à l'extérieur de mon maillot.

Il commence à faire des mouvement de va et vient lascif qui m'excite encore plus. Sa queue est manifestement de très bonne taille, je la sens remontée de sous mes fesses jusque dans mon dos, et je la sens aussi bien épaisse. Je gémis. Il le prend comme un encouragement et sa main descend de ma queue à mes couilles puis rapidement m'écarte les jambes pour que ses doigts puissent accéder à ma pastille. Moi je ne peux pas bouger, je me tiens au bord de mes deux mains, et je ne vois que le carlage de la piscine, il y a presque 3 mètres de fond sous nos pieds. Son index commence à masser mon œillet en même temps que ses lèvres gobent mon oreille droite. Je gémis encore, des frissons me parcours le corps. Ses lèvres passent sur mon coup, me dévorant littéralement. Il a sa main gauche contre la mienne, et avec le léger battement de jambes, ça lui permet de se maintenir juste la tête hors de l'eau.

Sa queue frotte toujours contre mon cul. Il lache le bord de la piscine, s'enfonce légèrement dans l'eau, sa main droite toujours enfoncé par l'avant de mon maillot. Puis il bat des jambes plus fortement et remonte, se raccroche au bord de la piscine. Sa queue est maintenant entre mes jambes, il est de nouveau collé dans mon dos et son gland dépasse pourtant mes couilles. Il me murmure à l'oreille "Touche la, tu vas voir elle est vraiment épaisse" . En retirant ma main droite du bord, je m'enfonce légèrement dans l'eau, sa queue me maintient cependant en position. Je passe ma main sur son gland, il est tout poisseux. Je caresse sa verge du bout des doigts. "Branle la" m'intime-t-il. Je la saisis alors franchement et tant bien que mal fait des aller retours dessus. C'est vraiment excitant d'avoir un main un tel morceau. Pris dans son délire, je ne me rends compte qu'à ce moment là qu'il a déjà 3 doigts dans mon cul. Il a su s'y prendre parfaitement sans me faire mal. Il lache alors mon cul et saisis une capote emballée apparemment posée là sur le bord.

Je comprends alors qu'il avait préméditer son coup. Il me la met devant la bouche pour que je l'aide à déchirer l'emballage avec mes dents. J'ai le temps de voir sur le plastique qu'il s'agit d'un modèle XXL. Je commence à avoir peur il n'a manifestement pas prévu de gel, nous sommes toujours dans l'eau, n'importe qui pourrait entrer et il a un vrai monstre entre les cuisses et manifestement, il compte me le mettre dans le cul !

Mais pendant qu'il déroule la capote sur son sexe, il m'embrasse le coup, me le suce, c'est tellement bon que je n'ose pas arrêter quoi que ce soit. Je sans sa main se poser sur ma fesse droite et remonter mon maillot de manière à dégager mon cul. Il va me baiser sans m'enlever mon speedo. C'est encore plus excitant. Il pointe maintenant son gland contre mon anus et pose ses deux mains sur le rebord de la piscine. Il me coince contre le carrelage et commence à tirer sur ses bras, son corps remonte doucement, sa queue pénètre lentement mes fesses, les écartant avec seulement une très légère douleur. Il me murmure encore à l'oreille :"Hum tu as un cul très serré, ça va être encore meilleur que je pensais. Ne t'inquiète pas, je vais continuer doucement, lache le bord". Son ton est ferme, j'obéis.

Mon corps s'enfonce alors lentement dans l'eau, augmentant sa pénétration. Je me retrouve bientôt avec l'eau jusque ma bouche, si je m'enfonce plus, je vais boire la tasse. Il se redresse et contracte alors ses bras d'un coup et enfonce les derniers centimètres de chaire en moi. Un éclair traverse mon corps, j'aurai presque pu jouir à ce moment là. Il pose sa main droite sur ma bosse, maintenant ma queue à travers mon maillot de bain. Et se renfonçant dans l'eau commence ses vas et vients pendant que je retiens ma respiration pour ne pas boire la tasse. Il remonte juste à temps pour que je reprenne mon souffle. Il me recolle alors contre la paroi de la piscine se met à me labourer le derrière.

L'eau ralentit son mouvement de métronome. Malgré la grosseur de son engin je ne ressens pas trop de douleur et il me donne tant de plaisir que je ne lui en veux pas. Ma fesse droite est en contact direct avec l'eau et la peau de son ventre tandis que ma fesse gauche est bien enrobé de mon maillot, la sensation est étrange. Mon sexe frotte contre le carelage, je suis bandé à fond, mon gland bute contre l'élastique de mon speedo. Il continue ses mouvement assez longtemps, me suçant parfois l'oreille en gémissant, il a finit par placer mes mains sur ses fesses. Je suis ainsi complètement soumis à son plaisir. Je les sens ferme, ses muscles jouent à chacun de ses coups de reins. Qu'il s'enfonce dans l'eau ou en sorte un peu plus et je suis obligé de suivre.

Il m'utilise presque comme une poupée si ce n'est le plaisir qu'il me donne. Il gémit de plus en plus fort, il me martèle maintenant le cul de manière rapide et profonde ressortant presque sa queue pour me la renfoncer d'un coup. A chaque fois que son gland touche ma prostate, j'ai comme un éclair de jouissance. Sentir ses couilles comprimées contre mon cul m'excite à fond. Soudain dans un cri presque bestial il me crie :" Oh oui, je viens".

Il place alors ses mains sur mes hanches emprisonnant mes bras et en même temps nous nous enfonçons dans l'eau comme une pierre, j'ai juste le temps d'avaler un peu d'air. Il continue ses coups de reins bestiaux, qui me feraient pousser des cris de bonheur si nous n'étions pas en apnée. Nous nous retrouvons vite au fond de la piscine plus ou moins à 4 pattes quand il resort entièrement son sexe le laissant juste quelques secondes dehors pour me le réenfoncer d'un coup en serrant mes hanches pour que je ne m'échappe pas. Je sens sa queue ancrée au fond de mon cul palpitée, je sens plusieurs jets de sperme remontées le long de sa hampe et venir remplir la capote.

Pendant qu'il se vide, d'une main il me fait tourner la tête et m'embrasse à pleine bouche. A peine a-t-il finit de jouir qu'il pousse sur ses pieds pour nous permettre de remonter. Seul sa queue me maintient à lui. Je me retrouve de nouveau contre la paroi de la piscine, je peux enfin respirer, j’ai pas mal bu la tasse, je tousse, je crache mais je finis par reprendre mon soufle. Pendant ce temps là, il s’est arrimé au rebord. Il me parle de nouveau à l’oreille : « J’ai beaucoup aimé, j’espère que toi aussi, au fait moi c’est Vincent » Je lui donne mon prénom et lui assure que j’ai grandement apprécié ses talents. Il se retire alors de mon cul, rerentre encore deux ou trois fois, il est toujours bien raide, moi aussi mais c’est parce que je suis au bord de la jouissance.

Il finit par sortir de l’eau et s’assoir sur le bord de la piscine, une jambe de chaque coté de ma tête, son sexe toujours bandé devant mes yeux. Vu la taille de l’engin, je ne comprend pas que je n’ai pas hurlé de douleur. Il me regarde en retirant la capote et me dit : « Tu vas pouvoir me la nettoyer maintenant » et il verse tout le sperme sur son gland et sa queue. Il me prend ensuite sous les aisselles et me tirant hors de l’eau me met la bouche devant sa queue.

Mes fesses sont hors de l’eau, l’une d’elle est à l’air, air qui d’ailleurs s’engouffre dans mon cul qui n’a jamais du être aussi ouvert. « Allez suce moi ! » m’ordonne-t-il en poussant mon visage sur son gland. Avant même que j’ai ouvert la bouche, il a déjà laissé du sperme sur ma joue et mon front. Son gland s’engouffre entre mes lèvres, il est très crémeux, il a vraiment éjaculer une grande quantité de sperme. Son chibre toujours tendu touche rapidement le fond de ma gorge distendant mes lèvres, il pousse en peu plus ma tête, m’étouffant et ressort alors que j’aspire pour récupérer toute sa crème. Sa verge est propre. Il me tire hors de l’eau et me dit :  « A la douche, je t’embarque, tu es à moi jusqu’à demain ». Je ne me fais pas prier.

Arrivés sous la douche nous sommes encore seul, heureusement car il est toujours nu, sa virilité bien en vue. Il allume une douche m’y pousse et me fait mettre à genoux. De nouveau je caresse sa queue avec ma langue et mes lèvres, je n’hésite plus et finit par le sucer franchement, pendant ce temps là, il actionne l’eau de la douche pour nous rincer, le sperme a disparu de mon visage. Il gémit de plus en plus, saisit ma tête entre ses mains et poussant sa queue sur ma langue inonde ma bouche d’une nouvelle salve de semence. Il me tient jusqu’à ce que j’ai tout avalé.

Il me relève alors, me retourne et se colle dans mon dos, sa queue ramollissant enfin contre mes fesses. Il me caresse tout le corps en me lavant et me susurre des merci dans l’oreille. Il m’ammène ensuite jusqu’au vestiaire, me dit de remettre mon short directement par-dessus mon maillot. Lui enfile un boxer blanc très moulant, qui met en évidence son paquet. Je n’ai toujours pas joui, la vue m’excite à fond.

De nouveau il se colle dans mon dos mais cette fois, de ces deux mains, il me malaxe ma queue et me pince les tétons. Je jouis dans mon maillot une quantité important de foutre, une tache se forme sur mon short et je sens fort le sexe. Il me donne une fessée, enfile son short et son t-shirt et me dit : « Viens, suis moi, on va chez moi, je n’ai pas envie de te laisser maintenant. »

J’enfile mon t-shirt, ramasse mes affaires et le suis, en sortant nous croisons pas mal de monde, j’ai l’impression que tout le monde sait qu’il m’a baisé, et profondément. Je rougis.

kiki

mimicq51@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autre histoire de Kiki

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.