Best Of Cyrillo

Page précédente

Mon viol rêvé

Salut à tous, moi c’est Grégory, 25a 175 65 brun yeux verts fin et plutôt mignon. Je vous livre le récit de mon fantasme absolu ^^

Je travaille comme sondeur en porte à porte pour une boite qui fait de la sociologie des ménages. Ce matin je sonne à une porte et un homme ouvre en serviette de bain.
« C’est pour quoi ? » lance-t-il.
« Un sondage » dis je sans me démonter. Je suis hétéro mais je fais de la muscu et je sais reconnaitre quand un mec à un beau corps. Et lui en a un beau : pec gonflés, tablettes, grosses cuisses poilues. Il est très viril, brun au yeux clairs.

« Entrez je passe un jog » me dit-il en s’éclipsant.
J’entre et observe l’appartement à la recherche d’indices sur son mode de communication. Je m’assois dans le canapé quand il revient habillé d’un débardeur mettant ses gros biceps en valeur et un jogging. Il reste pied nu et me propose à boire avant de commencer. J’accepte et il revient une minute plus tard avec un verre pour moi. Je bois à grande gorgée, assoiffé par ce début de journée ensoleillée.
Il s’assoit à côté de moi.
« Alors ? » me dit-il ?
D’un coup je sens une chaleur dans mon ventre.
« C’était de l’eau ? » dis je la tête me tournant un peu.
« Pas seulement, un puissant aphrodisiaque aussi avec une drogue légère pour bloquer la volonté ! »
« QUOI ! »

Je tente de me relever mais retombe, je me sens tout mou et en même temps j’ai une grosse érection. Il rigole et s’approche de moi.
« Tu pourras pas te débattre ainsi, viens petite pute ! »
Il m’aide à me lever et je ne résiste pas physiquement alors même que mon esprit hurle intérieurement. Mais je le suis en gémissant, gêné par mon érection.
Arrivé dans sa chambre, il me jette sur son lit et me dessape doucement, j’ai les yeux fermés, à moitié conscient d’être dénudé, lui me lance des insultes en les susurrant dans mon oreille, je sens son souffle chaud à chaque fois « petite garce… tu es une vraie pute… petit bâtard… prêt à servir à un mâle… tu vas voir… » Et moi je ne peux que gémir, c’est humiliant surtout que je bande en même temps bien malgré moi !

D’un coup il me tape la joue plus brutalement et je reprends un peu mes esprits. Je me sens entravé et horrifié je me rends compte que je suis nu, les bras attachés dans le dos et les genoux attachés bien écartés sur un manche à balai. De fait, je suis la tête dans le lit, le cul dressé cuisses écartées sans pouvoir les resserrer. Je sens mes boules tenues par une ficelle. Je bande et mouille malgré moi.
« Pitié ! » dis je en le regardant.

Il rit et approche de mon visage un boxer, il enfonce son sous vêtement sur mon nez. L’odeur est très forte !
« J’ai juté 2 fois par jour dedans depuis une semaine bâtard ! Tu imagines : 15 jutes dedans rien que pour toi ! regarde l’épaisseur de sperm séché dedans ! »
Mes yeux s’ouvrent écarquillés d’horreur. C’est donc ca l’odeur !
« Quand tu l’aura en bouche, ta salive va faire fondre cette croute et tu auras le jus de 15 jutes dans la gueule ! Comme si 15 males t’avaient juté dans la bouche, content petite pute ? »
J’ai pas le temps de crier qu’il l’enfonce dans ma bouche en entier jusqu’à ce que mes lèvres se referment. Aussitôt je sens le gout sur ma langue et hurle « mmmmmmmmm »
Mais il passe derrière moi et me caresse les tétons. Je sens d’un coup sa langue sur mon anus ainsi offert et je gémis humilié dans le bâillon de jus ! Ses mains caressent mes couilles, évitant ma bite, mes tétons comme si j’étais une nana, sa langue passe sur ma rondelle. Il vient à mon oreille.

« Ta bite ne servira plus jamais ! Ici tu n’es pas un mec mais une pute avec deux trous ! »
Et il claque mon cul plusieurs fois, alternant langue et main violement aplatie. Je me tortille dans les liens, hurlant dans le bâillon alors que le boxer relâche son jus dans ma bouche que j’avale bien malgré moi !
D’un coup je sens un liquide froid sur mes lèvres anales et quelque chose qui entre et s’enfonce. Je me débat mais ca s’enfonce encore, c’est de plus en plus épais, j’hurle « mmmmmmm » et d’un coup, mes lèvres anales se referment.
« Te voila plugé petit bâtard ! » dis mon violeur avant de me retourner visage vers le plafond.
Il vient s’assoir sur moi en jogging, torse nu. « Je vais te baptiser a présent » dit il en souriant.
Je reçois son premier mollards en plein nez. Puis le second sur le front. Il alterne insultes et crachats, s’appliquant soigneusement à me recouvrir tout le visage de salive de male.
« Tiens pute… bâtard  … Garage à bite… sac à foutre… sous merde… femelle à niquer… trous sur pattes »

Au bout de dix minutes de ce traitement, je sens que mon visage entier dégouline de salive chaude et gluante. J’en ai plein les cheveux, les joues, les lèvres, le nez, ca me coule sur le menton, dans le cou. « Comme si on t’avait recouvert de jus salope ! »
Je me sens profondément humilié d’être ainsi couvert de ses crachats. Il lève son jogging libérant sa bite de male bien dure. Il est circoncis et son gland est bien gonflé. Elle me parait énorme sur des boules rondes et poilues.
« Un peu de gorge profonde va te faire du bien petite pute ! » dit il en souriant et en posant sa bite dure sur mon visage.
Je gémis dans le bâillon qui a rendu tout son jus dans ma gueule. Il l’enlève et je commence à supplier mais je ne peux pas finir : « je vous en sup »

Sa bite s’enfonce dans ma bouche, doucement mais profond. Son gland arrive contre ma glotte, je gémis mais il pousse encore son bassin et son gland entre dans ma gorge bloquant ma respiration. Je suffoque mon nez dans son pubis, ses boules énormes et poilues sur mon menton. Son regard est plein d’excitation et mes yeux verts se remplissent de larme. Il ressort sa bite pleine de salive qui remonte malgré moi à flot. Je reprends mon souffle affolé et il recommence, pinçant mon nez pour m’obliger à bien ouvrir la bouche en grand et il pousse encore son gland dans ma gorge, il entre et sort très profondément, ma salive remonte alors que je m’étouffe, je sens mes filets de salive me couler à flot sur le cou, ca l’excite de me faire baver et plus je régurgite de salive, plus il s’enfonce et ressort. Il ne bourrine pas trop ma gueule mais il coulisse profondément et sur un rythme soutenu. Mes yeux verts coulent de larme sur mes joues, ils sont rouges comme mon visage qui manque d’air, je tire les liens tendu au maximum, contracté, je sens le plug dans mon ventre alors qu’il continue sa gorge profonde tranquillement, prenant son temps. Il me recouvre un peu le visage de crachats tout en m’insultant et en me prenant la gorge à donf. Je suis en nage, mes yeux enlarmés, ma bouche pleine de salive, j’ai le hoquet et au bout d’une éternité, il ressort sa tige complètement trempée de salive « Pas mal petite pute ! »
Je reprends mon souffle au bord de l’évanouissement. Ne pouvant m’essuyer le visage, je me sens couler de partout : cheveux, joues, menton, front, tout dégouline de salive mélangée, la sienne et la mienne !

« A ton autre trou à présent ! »
« Non pitié » dis je en hoquetant alors qu’il me retourne, face contre le lit, mon cul dressé, cuisses écartées par le balai. Il me déplugue et je pousse un cri quand il sort de mes lèvres anales.
Il s’approche en riant et me réenfonce un autre boxer taché de jus. « MMMMMmmmmmmm »
Il me lèche à nouveau les lèvres anales.
« C’est une bonne chatte de pute ca, bien vierge ! » dit il en riant.
Je bande comme un taureau, surtout qu’il prend son temps, me caresse les tétons, les boules, les fesses, mais pas la bite en effet ! Il laisse agir l’aphrodisiaque. Je gémis, mon corps demande du sexe alors que mon esprit lutte à mort contre lui.

Au bout d’un long moment, là encore je perds toutes notions du temps, il retire sa bouche de mon anus et pose son gland devant. Et doucement, il me pénètre. Très lentement mais profondément, jusqu’à ce que je sente ses boules poilues contre les miennes lisses.
Je retiens mon souffle le cul en feu. Je sens son pubis contre mes fesses, il me tient bien les hanches et commence un long va et vient. Profonde mais je sens chaque centimètre. La encore il prend son temps, mes lèvres anales se gonflent autour de sa queue de male en moi. Mes anneaux internes sont serrés autour de sa bite mais il s’en moque, il coulisse avec douceur mais un rythme soutenu sans s’arrêter et à fond à chaque fois. Tant et si bien que mes anneaux internes se relâchent comme des élastiques et que mes lèvres anales se mettent à m’envoyer des ondes dans le bas ventre. Son boxer libère à nouveau son flot de jus dans ma gueule pendant qu’il me ramone tranquillement et que je me tortille dans les liens en gémissant, le cul en chaleur.
Il se tend soudain et s’enfonce à fond. Je le sens jouir. Il se retire et viens vider la capote sur mes cheveux, collant. Je gémis, mes lèvres anales restent ouvertes en sueur, formant un "O" gluant. Je suis épuisé.

« Pas mal, tu as tenu 1 heure déjà petit bâtard , c’est bien ! »
Je palis. Une heure qu’il abuse de moi. « Mais c’est pas fini petite salope ! »
Je déglutis affolé, et il ôte le boxer, me fait boire à nouveau et je ferme les yeux, me sentant transporté à nouveau, je me sens gémir malgré moi sans lutter.
Une petite tape sur la joue et je reprends mes esprits. La première chose que je sens est le plug dans mon cul : plus gros que le premier. Mes lèvres anales en feu sont bien refermés sur lui. La deuxième chose est ma bouche grande ouverte par un espèce de bâillon anneau. Ma salive me coule d’ailleurs sur le menton. Je vais pour me redresser quand je sens tout mon corps ficelé. Je suis attaché bien solidement dans une douche, avec un collier qui tient ma tête bien droite. Je ne peux pas la pencher. Mes lèvres sont grandes ouvertes et il me regarde en souriant. « Tu es bien mignon comme ca petite pute ! »

Il s’assoit sur le rebord de la baignoire, sa bite à demi molle face à mon visage. Il sourit de toutes ses dents et d’un coup je vois affolé un jet de pisse puissant et translucide quitter son gland et s’écraser sur mon visage. C’est chaud, sans odeur tellement c’est dilué, mais abondant. Sa pisse me coule sur le visage, je crie pitié mais avec l’anneau ca ressemble à « iééé ». Il arrose mes cheveux, mon torse, et se rapproche pour enfoncer sa bite dans ma bouche, il retient un peu le jet, j’en ai plein la bouche, ca me coule sur le menton. « Tut tut tut non non petite pute. Tu bois ! » Et disant ca il me pince le nez, sa bite à fond dans ma bouche recommençant à pisser. Je respire plus alors j’avale sa pisse chaude de male qui coule en abondance. « gloups gloups gloups »
« C’est bien salope »

Il retient à chaque fois le jet pour me laisser le temps de boire et de respirer. Sa vessie doit être archi pleine car ca dure au moins dix minutes mais il me fait tout boire jusqu’à la goutte. J’ai l’impression d’être plein de pisse et j’en suis recouvert en tout cas.
Il me crache à présent sur le visage et dans ma gueule béante. « C’est bien pute ! Je reviens ! »
Et il sort en éteignant la lumière.
Je gémis et appelle au secours « iéééé a aiiiiiiheeee »
En vain. Je suis couvert de pisse, de crachats, mes cheveux sont collés par son sperm, j’en peux plus.
D’un coup la lumière. Il est là, souriant. Et le manège reprend. Il doit boire de la bière c’est pas possible, il m’asperge bien d’abord, les cheveux, le corps, puis la bouche, puis enfonce sa bite et m’oblige à boire sa pisse. Cette fois il prolonge la beuverie par une gorge profonde. Avec l’anneau je peux rien faire, je tire mes liens alors qu’il refait pleurer mes yeux, cracher ma gorge, mes joues sont trempées de pisse et de larme. Je gémis, j’ai le hoquet, ma salive me dégouline du menton et d’un coup il ressort et me jouit dans les cheveux, recollant mes mèches. Il rit « Bravo pute ! » éteint et ressort.

J’ai envie de pleurer car je n’arrive pas à débander en plus !
J’entends la sonnette et des voies. Puis la télé et du foot il semblerait. Ca chauffe à côté !
D’un coup la lumière et un mec que je connais pas, une bière à la main. « Oh putain le chiotte je kiffe ! » dit il en sortant sa bite et en s’approchant. Il m’arrose de pisse transparente et puissante, chaude et abondante en me crachant au visage. Il rit, éteint et ressort.
5 minutes après alors je me sens profondément humilié, la lumière encore mais le mec est différent. Je palis en me demandant combien ils sont. Lui aussi a l’air de kiffer et m’arrose de pisse. Ils sont à la bière en effet et leur vessie est pleine. Le match continu et pendant 2 heures, je sers d’urinoir à 5 mecs dont mon ravisseur. Je baigne littéralement dans la pisse car la baignoire est bouchée et la pisse s’accumule autour de moi. Certains me font aussi des gorges profondes sans jouir pour autant. Mais la pisse continue d’arriver à flot.

A nouveau le noir. Je me dis que ca doit faire maintenant 3 heures que j’ai été "enlevé". Mon esprit est en train de céder, je me sens faiblir.
Lumière et mon ravisseur entre. « Bravo pute, ton baptême de pisse est réussi ! Mes potes veulent maintenant remplir tes trous de bite ! »

Je palis et fais non de la tête, mais il me fait boire encore et je gémis les yeux fermés, me sentant transportés, je marche à moitié dans les vappes, entendant vaguement des rires autour de moi.
Quelques tapes sur les joues et je reprends pleinement conscience. Je tente de me lever affolé mais je suis entravé. Je suis attaché sur un tabouret haut, le ventre sur le plat du tabouret et chacun de mes membres attaché à un des pieds du tabouret. Autour de moi, les 5 mecs sont nus, les bites à l’air bien droites. Deux d’entre elles ont déjà une capote.

« Ouvre la gueule salope » dis un mec en poussant son bassin contre mon visage, mes lèvres cèdent et son gland cognent ma gorge aussitôt, il commence à me besogner la face sans égard pour ma salive que je crache en m’étouffant, ses boules fouettant mon menton. Je sens qu’on retire le plug et qu’une bite s’enfonce. Je gémis en sueur, pénétré des deux côtés. La encore, ce n’est pas violent, mais les deux bites coulissent profondément dans mes deux trous.

Ca reste supportable et mes lèvres buccales et anales sont en feu autour de ces tiges. La bite se retire de ma bouche pour jouir sur les cheveux. Celle de mon cul aussi et j’entends la capote tomber et je sens mon dos aspergé. J’ai à peine le temps de souffler que deux autres bites me bourrent les deux trous tranquillement mais profondément. Les bassins coulissent à fond en moi. Et ils alternent encore et encore. Je suis en sueur, sans aucune force. Ils me détachent pour me prendre dans d’autres positions, encore et encore, toujours sans violence mais avec insultes, crachats, gorge profonde, aspergeage au jus. Mes lèvres anales restent ouvertes en grand, tout mon corps est souillé. Ca dure des heures !

Au bout d’un moment, jls ont du me prendre chacun au moins 2 ou 3 fois, les potes s’en vont et mon ravisseur revient au salon ou je suis attaché sur la table basse, essoufflé, le visage souillé comme jamais de pisse, de jus, de mouille, de crachats, ainsi que tout le corps.
« Bien petite pute ! Ca fait maintenant 6 heures que tu es à moi et tu t’en cors bien je trouve ! Ton esprit a du céder à présent, n’est-ce pas ? »
Il sourit en me détachant. Je fais oui de la tête, c’est vrai. Je ne sens plus aucune résistance en moi.
Il s’assoit sur le canapé, cuisses ouvertes.
« Viens me lécher les pieds alors pute ! »
Et là sans trop de surprise, vu comme il m’a brisé, j’avance à 4 pattes et viens lécher son pied droit, gobant son gros orteil, puis les autres.
« Bieeennn bâtard . Très bien même ! »
Il a l’air fier, très fier de lui !
« Lèche mes boules ! »

Je me redresse et commence à gober ses boules poilues, elles gonflent mes joues et mon nez est sous sa bite à demi molle. Il caresse mes cheveux. « T’es une bonne pute en tout cas, sache le ! »

Je réponds même pas, continuer à gober ses boules poilues, mes joues contre ses cuisses. Je ne sais même pas quand je pourrai repartir.
« J’ai pris beaucoup de photos aujourd’hui tu sais bâtard . Si tu veux pas qu’elles soient diffusées, tu devrais venir ici tous les lundi matins pour subir le même genre de traitement… Ca te va n’est-ce pas pute ? »

Il sait qu’il a brisé ma résistance mentale et qu’il a même réussi à faire prendre du plaisir à mon corps. Je lui appartiens désormais, je fais oui de la tête. Il sourit fièrement.
« T’es une bonne pute ! »

Voilà ^^ J’espère que ca vous a plu et fait bander !
Si tu es un jeune actif mignon et bien foutu, tenté de me faire vivre ce scénario (ou même une seule partie de ce scénario) et que tu es vers cergy en ile de France, contacte moi vite :

Greg

joirgt@yahoo.fr !


Big bizzz les mecs !!

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.