Best Of Cyrillo

Page précédente

Voyage retour tumultueux.

Salut, je vais vous raconter l'histoire qui m'est arrivée lors de mon dernier voyage en Égypte. Je revenais de six mois de boulot avec deux potes G.O. mais nous ne prenions pas le même vol. Thomas et J.F. décollèrent à 12 h ; ils arrivèrent cinq heures plus tard sans soucis.

Moi, je devais attendre jusque 14 h pour embarquer sur mon vol. Coincé en zone de transit, je fis le tour des magasins de détaxes pour passer le temps. Le tour fut rapide et je vins me caler au bar en attendant le départ.

A 14H00, le vol fut annoncé, mais avec un retard d'une heure. L'heure passa et le vol fut encore retardé de quatre heures pour raisons techniques. Enfin, à 19 h, le vol fut affiché au départ. L'embarquement dans les bus se fit rapidement, car nous étions tous pressés de quitter cet aéroport. Tout le monde trouva sa place dans l'avion, nous étions prêts à partir, mais les minutes s'écoulèrent sans que rien ne bouge.

Après plusieurs questions au personnel navigant et une heure d'attente, le commandant de bord, nous informa que l'avion ne pouvait pas décoller pour raison de problèmes électriques. Il nous demanda de descendre de l'appareil le temps de l'intervention et attendre dans les bus. Deux heures plus tard, les bus fermèrent les portes et repartirent vers le terminal de transit.

L'avion était hors service, il fallait attendre que la compagnie affrète un nouvel appareil ! Le temps que l'avion arrive, il fallait encore attendre sept heures, ce qui repoussait le décollage à 04H00 du matin. La compagnie nous dirigea vers un hôtel pour patienter. Je ne sais pas si vous avez déjà vu 150 personnes, qui ne se connaissent pas, arriver dans un hôtel en pleine nuit.

Le service d'accueil était débordé ! La compagnie ne voulant pas payer de chambre individuelle, nous demanda de nous regrouper par groupe (3 ou 4 personnes) pour partager les chambres jusqu'au lendemain midi. C'était la cohue, je me mis dans un fauteuil et attendit que l'accueil se vide. Puis un gars vint me voir pour savoir si je voulais bien me grouper avec lui et chercher une personne de plus.

Le gars, Joachim, revenait de vacances dans un club, proche de celui o j'avais bossé avec Thomas et J.F.

Il y avait un tel bordel que le réceptionniste nous accorda une chambre pour deux. Nous prîmes nos bagages et direction la chambre, car nous étions vannés ! Sur place, la surprise fut de voir un seul lit double dans une grande chambre avec salon et salle de bain.

Joachim me demanda si cela me posait problème. Il était 5 h du matin, nous repartions à 12 h, nous étions là juste pour dormir. Je lui répondis que c'était OK pour moi.

On posa nos bagages, Joachim alla à la salle de bain prendre une douche. Je m'allongeai sur le canapé en attendant de prendre ma douche. Joachim avait laissé son passeport sur la table, je le feuilletais pour voir ces derniers voyages. Toutes les pages étaient maculées de tampons divers et variés.

Juste avant que je ne le repose, Joachim me surprit avec son passeport en main. Il sortait de la salle de bain avec une serviette autour de la taille. Il me dit que cela ne le gênait pas, il en aurait fait de même ! Il m'expliqua qu'il était steward pour une compagnie d'aviation low-cost, il voyageait régulièrement.

Je posai son passeport sur la table et lui sortit le mien, il était tout aussi rempli, mais moi je ne suis pas steward, je bosse dans le secteur du tourisme et du loisir. Puis je me dirigeai vers la douche.

À mon retour, Joachim était déjà au lit et dormait. Je mis un caleçon et me glissa dans les draps. Le sommeil me submergea rapidement.

Je fus réveillé vers 10 h par Joachim, il dormait encore, mais il s'était rapproché de moi, contre moi. Il dormait à poil, allongé sur le côté, ça bite en érection (petite gaule du matin) me frottait la cuisse et son bras gauche m'enlaçait.

Moi aussi je bandais et pour ne pas que la situation porte à confusion, je le repoussai. Il bascula sur le dos et continua à dormir. Sa bite était très jolie, elle était bronzée, rasée, droite et circoncise. Joachim fait du bronzage intégral.

Sa bite dressée était un appel irrésistible. Je décidai de le branler doucement, en espérant qu'il ne me surprenne pas. Après quelques va-et-vient, je le pris en bouche, je le suçai le plus délicatement possible pour ne pas le réveiller, ma pipe était si intense sur son gland et son méat qu'il explosa rapidement dans ma bouche, j'avalai ces quatre jets de sperme au goût sucré. Une fois, bien nettoyée, je reposai sa bite molle sur ces abdominaux.

Je fis semblant de dormir puis attendit qu'il se réveille. Il se leva une demi-heure plus tard, alla au toilette et revint au salon. Il était assis dans un fauteuil, en caleçon. Je fis mine de me réveiller et m'assit sur le bord du lit. Ma bite était toujours au garde à vous.

Il me demanda si j'avais bien dormi et me félicita pour le joli chapiteau présent dans mon caleçon.

Je me dirigeai aux toilettes pour pisser, mais je ne pus, car j'étais trop excité. Je revins au salon avec la bite au garde à vous. Joachim matait la TV, il zappait sur toutes les chaînes à la recherche d'un programme potable.

Je me posai dans le deuxième canapé et matais aussi la TV lorsque Joachim vit que je bandais toujours. Il était étonné que je bande encore après avoir pissé. Il me dit que j'étais endurant, car lui s'était levé avec la bite en berne et qu'il n'avait pas réussi à bander et sortir la moindre goutte de sperme.

Il m'expliqua que le sperme est bourré de protéine et que tous les matins lorsqu'il se lève avec la gaule, il se branle et boit ensuite sa semence pour le petit déjeuner.

Je lui propose d'aller me branler et lui offrir mon sperme dans un verre s’il le souhaite. Il accepte, mais lorsque je passe devant lui pour retourner à la salle de bain, il m'attrape par la cuisse et m'annonce qu'il préfère boire à la source.

Je suis debout face à lui, il reste assis. Sa bouche est à la hauteur de mon caleçon. Joachim le fait descendre jusque mes chevilles. Je commence quelques va-et-vient, mais Joachim m'arrête et me dit qu'il s'occupe de tout.

Sa main droite attrape ma hampe pendant que sa main gauche s'occupe de mes couilles. Ma bite circoncise est tendue au maximum, quelques gouttes de présume perlent sur le bout du gland. Il approche sa langue et récupère le liquide puis sa bouche glisse sur mon gland et absorbe toute la longueur en gorge profonde. Il reste plusieurs secondes avec la bitte au fond de la gorge.

Sa main gauche malaxe mes couilles et les maintient en tension vers le bas. Il me branle avec ces lèvres. Il me fait sucer son index droit pour le lubrifier. Sa main droite passe entre mes jambes, son index vient jouer avec l'entrée de mon anus. La première phalange glisse dans mon anus, il pousse un peu, la deuxième puis la troisième entre dans mon anus.

Il me branle le cul avec son index, ma prostate est électrisée, sa main gauche étire toujours mes couilles vers le bas et sa bouche me suce la base du gland pendant que sa langue joue sur mon frein et mon méat.

Je suis au bord de l'explosion, je gémis, je me contracte. Il avale la totalité de ma bite, son index entre à fond dans mon anus et j'envoie de longues giclées de sperme sur ses amygdales. Il avale tout ! Les jets sont puissants et nombreux, car je ne me suis pas branlé et je n'ai pas eu de rapport depuis une semaine.

Il retire son index de mon anus, sa main gauche relèche mes couilles, mais il garde ma bitte en bouche et la branle avec ses lèvres pour me vider et me nettoyer jusqu'à la dernière goutte.

Je ne bande plus et Joachim a eu sa dose de sperme du matin. Mais toute cette effervescence l'a excité, il bande. Je lui propose de le branler, mais il voudrait m'enculer puis éjaculer sur mon corps pour venir boire son propre sperme.

Je m'allonge sur le lit, Joachim retire son caleçon, il se branle de la main gauche pendant que son index et son majeur préparent le terrain. Il crache sur mon anus pour lubrifier ainsi que sur sa main pour lubrifier sa bite. Il bande au maximum (comme ce matin), son gland est au bord de mon anus, je me relâche et il entre son gland. La douleur est sensible, mais pas infernale, il prend son temps et progresse lentement dans mon anus. Au bout de 5 minutes, son gland frotte ma prostate et ces couilles tapent sur mes fesses, il est entré intégralement.

Il commence ces va-et-vient en variant la vitesse et l'intensité, je bande à nouveau. Ma bite grossit, je me branle.

Une personne frappe à la porte. Joachim et moi stoppons immédiatement tout mouvement. Nous répondons en cœur : OUI ? Le réceptionniste nous indique que notre avion est prêt et que nous avons 15 minutes pour nous préparer. Je réponds OK. Le réceptionniste est reparti.

Joachim reprend ces va-et-vient, je reprends ma masturbation. Je suis au bord de l'explosion et Joachim aussi. Il se retire et envoie plusieurs jets liquides sur mon torse. J'explose en même temps plusieurs jets de sperme. Mon torse est constellé de sperme. Joachim approche et suce toute cette galaxie ! Son petit déjeuner aura été copieux ce matin !

Juste le temps de prendre une douche et rassembler nos affaires, nous arrivons à la réception. Le car est là, nous partons vers l'aéroport. L'avion est lui aussi apte au départ. Nous nous installons côte à côte avec Joachim pour enfin discuter et faire connaissance.

Arrivés à Paris, nous échangeons nos numéros. Sa copine arrive, moi je prends mon taxi et nous reprenons notre vie quotidienne !

Mike

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.