Page précédente

voyeurs...

Ma passion pour le voyeurisme m'est venue de ma timidité en fait.
Ne m'imaginant pas accoster un mec, je me suis accaparé les mecs à leur insu.
Ces mots relatent en fait plusieurs histoires qui me sont arrivées au cours de mon existence.
Ces histoires diffèrent de celles de ce site mais elles pourront peut-être permettre de nouvelles "vocations".

A la piscine..

Et oui quel endroit merveilleux pour mater de la bite à gogo derrière slip et maillot en lycra, moule burnes. Un jour à la piscine olympique très fréquentée par les étudiants en soirée, je m'aventurais pour assouvir quelques fantasmes .
Les douches collectives sont en effet le premier lieu de repérage de mecs.
Les voir se frotter le torse sous le jet continu de la douche me fait bander, d'autant plus que la mousse leur dégouline le long du corps.

Quelle jouissance. Pourquoi ne pas aller plus loin me suis-je un jour demandé, faisons tomber toutes ces barrières physiques qui me cachent la vue. Matons des mecs nus.
Les douches collectives en jouxtent des individuelles avec cabines. Pour des raisons d'hygiène, les parois de ces cabines ne sont pas fermées en bas, laissant un champ libre d'une quinzaine de cm. La bonne aubaine pour moi. Ayant repéré un magnifique nageur (dotée d'une musculature dont je vous laisse deviner la beauté) qui se dirigeait vers ces cabines, je m'empressais de le suivre et d'entrer dans la cabine d'à côté.

Lorsqu'il commença sa toilette, je me mis à genoux le long de la paroi nous séparant et abaissai ma tête lentement vers l'ouverture. D'abord ses pieds, puis ses jambes imberbes et musclées apparurent. La situation était trop stressante pour moi, mon cour battait la chamade et ma gaule s'empressait de sortir. Pour me remettre de ces émotions je me pris une douche froide et me désapai. Les idées plus fraîches, je repris ma position et y alla franco : ma tête était presque totalement passée .....Enfin la vue entière de mon beau nageur s'étalait devant moi.

En train de se laver les cheveux, sous le jet d'eau, il s'exposait à moi, de pleine face, à poil me montrant sa queue flasque aux veines saillantes prête à être mise en bouche. Je n'y tenais plus, des jets de foutre chaude jaillirent de mon organe turgescent. Dans ma position, ils finirent sur ses jambes imberbes. Vision encore plus excitante. Après une bonne douche raffermissant, je me dirigeai vers les vestiaires pour me rhabiller et finir par asperger la cabine de plusieurs jets de foutre en me remémorant ces images suaves et délicieuses. Je me promis de revenir.

Je fis de même au camping, toujours dans les douches en pleine après-midi, à l'heure où les vacanciers sont à la plage sauf un. En effet, n'espérant aucune "proie" cette après-midi là, je me dirigeai vers le bloc sanitaire du camping pour prendre une douche. La première cabine lavabo était fermée (peut-être un pb technique me dis-je). En entrant dans la cabine de couche mitoyenne, je me rendis compte que la première était en fait occupée, la lumière brillait sous la paroi. Je me penchai donc pour le vérifier et pu apercevoir en effet les jambes d'un jeune homme d'une petite vingtaine d'année (je le sus en sortant ensuite).

Les jambes relativement écartées, sur la pointe des pieds ne pouvaient au flair de ma queue être celles d'un jeune homme qui fait sa toilette. En effet, en passant discrètement ma tête sous la paroi, je vis un beau mec à poil sur la pointe des pieds, le cul posé sur le lavabo en train de s'astiquer une jolie queue turgescente. Le rythme était plus ou moins lent.

Je fis attention qu'il ne me vit pas. Lors d'un passage de tête je le vis accélérer ses mouvements, la bouche grande ouverte dirigée vers le toit et les muscles du corps tendus comme jamais : des giclées de foutre allèrent s'étaler sur la porte à laquelle il faisait face et sur le sol devant lui. Il se reprit rapidement et se rhabilla. Moi, je sortis vite et fis mine d'entrer dans le bloc sanitaire comme si de rien n'était. Je pus donc voir le mec sortir en chaleur et rentrer dans sa cabine pour apercevoir le sol jonché de sperme chaud, qu je m'empressai de lécher.

Je me mis à poil et me roulai dans cette foutre encore chaude pour moi-même gicler sur ce sol immaculé. Jouissance extrême..

Pour tous ceux qui désirent parler de voyeurisme, faire partager leur expérience : contacter moi : jessy0078@hotmail.com

A plus.

gwen

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.