Best Of Cyrillo

Page précédente

SPORT DANS LES VESTIAIRES ( XAVIER 2 )

Un mercredi, en sport, le prof nous annonce :
"Afin de pouvoir préparer les examens de course, vous pourrez cette après-midi venir vous entraîner sur le terrain à l'extérieur ; vous pourrez utiliser les vestiaires habituels puisqu'un entraîneur du club sera présent au gymnase. Marquez vos noms sur la feuille sur le bureau. Bonne journée."

J'étais ultra motivé pour récupérer une bonne note sur ce que je considérais comme mon point faible. J'inscris mon nom ; trois autres élèves mirent le leur : Jonathan, Romain et Lucas. Jonathan était grand, brun, beau et correctement musclé d'après ce que j'avais déjà vu ; Romain était un black pas mal, avec une raie de poil du nombril au pubis (...) ; Lucas était une tête de la classe mais je sentais qu'il cachait quelque chose (ses fesses étaient bien rondes notamment). Mais bon, je ne me faisais pas énormément d'illusions non plus puisque la connexion entre nous quatre n'était pas géniale...

L'après-midi, nous arrivâmes au gymnase où l'un des deux vestiaires était fermé ; l'entraîneur, athlétique brun de 25-30 ans je dirais, nous avait dit que ça fonctionnait comme ça le mercredi après-midi. Nous trouvâmes une place puis nous nous changeâmes et fîmes notre entraînement chacun de notre côté avec le matériel du lycée. Au centre de la piste, il y avait un terrain de rugby et les élèves de la section rugby du lycée s'entraînaient ; j'en connaissais quelques-uns qui étaient assez beaux mais je les trouvais très cons.

Après un effort de deux heures, je me dirigeai vers les vestiaires. Les autres restèrent sur la piste. Etant seul, je m'autorisai de prendre une douche, chose que je ne faisais jamais. Une fois sous le jet d'eau, je profitai... J'imaginai les yeux fermés un plan avec Jonathan et commençai à me caresser. J'introduis mon index entre mes fesses et soupirai... J'entendis alors un bruit derrière moi ; je m'arrêtai aussitôt : Ce n'était ni Jonathan, ni Romain, ni Lucas mais Rémi, un rugbyman de ma classe. Il souriait et restait là, offrant son corps à mon regard. Mais j'étais très gêné et regardai par terre.

Il s'approcha en enlevant son haut, leva ma tête et m'embrassa doucement. Il appliqua mon visage contre son torse et inspira profondément ; Je me mis à lui embrasser ses pectoraux puis descendis lentement, léchant tour à tour les abdos. J'arrivai jusqu'à son short, le fis glisser jusqu'aux chevilles et fus alors face à son sexe dressé : long et large avec un bon gros gland ; ni une ni deux, je l'engloutis. J'effectuai consciencieusement des allers-retours le long de sa hampe puis léchai ses couilles ; ma main gauche parcourait son corps totalement épilé. Mon index vint fouiller son anus ; il soupirait pendant que je sentais son sexe gonfler encore. Puis il me releva et se mit à genoux.

Il attrapa mon sexe bandé et l'introduisit dans sa bouche chaude et humide. Il l'enfonça complètement puis empoigna mes fesses pour que je défonce sa gueule comme on défonce un cul. C'était vraiment bon. Je lui dis que j'allais gicler ; il continua de plus belle et je lui éjaculai sur la langue et le visage. Il se délecta de mon sperme puis se releva pour m'embrasser à nouveau. Il présenta alors son sexe à moitié mou. Je ne me fis pas prier : je repris ma fellation pour le refaire bander. Une fois dur, je lui dis :
"Prends-moi"

Je lui présentai mon cul ; tout en se masturbant, il entreprit de me lécher le cul. Il ne faisait pas semblant ! Il enfourna sa langue entre mes fesses, puis ce fut un doigt, puis deux. Je gémissais déjà quand il présenta son gland devant ma rondelle. Il appuya fortement et rentra d'un coup. Mmmmm....
"Je continue ?"
"Oui, vas-y ".

Par de tout petits allers-retours, il entra de plus en plus, jusqu'à ce que ces couilles touchassent mes fesses. C'est alors qu'il se déchaîna : il me ramona de plus ne plus vite en poussant des soupirs bestiaux. Il faisait choquer ses couilles contre mes fesses pendant que j'essayais de serrer sa bite au maximum en contractant la rondelle. Nous étions en feu.
"Qu'est-ce que vous..."

C'était l'entraîneur qui attendait le retour de Rémi. Nous nous figeâmes. Mais nous nous détendîmes en voyant la déformation visible sous son jogging. Rémi recommença timidement à me ramoner. L'entraîneur, un dénommé Julien, enleva son T-shirt puis son jog, laissant apparaître un corps musclé et poilu et un sexe avantageux (il était un peu du genre Christophe Dominici). Il saisit sa bite et l'appliqua contre mes lèvres. Je le suçai avec application pendant que Rémi me défonçait violemment. Julien devait être particulièrement excité car il lâcha la sauce assez vite au fond de ma gorge. Il se rhabilla tout aussi vite et partit rejoindre son équipe, me laissant seul à seul avec Rémi qui continuait encore à m'enculer.

Après dix minutes supplémentaires, je sentis le sexe de Rémi se rétracter : Il déchargea dans mes intestins en plusieurs salves dans un "Ohhhhh". Il resta en moi.
Je commençais à reprendre mes esprits quand j'entendis Jonathan, Romain et Lucas rentrer : il pleuvait. Rémi se retira et sortit de la douche pour rejoindre le reste du vestiaire. J'entendis chuchoter et repris comme si de rien n'était ma douche : Je n'avais pas envie de passer pour une salope ! Mais personne ne vint. En tendant l'oreille, j'entendis des petits gémissements.

J'attrapai ma serviette et sortis de la douche. Surprise !
Je voyais Lucas assis sur le banc en train de se faire sucer par Rémi. Jonathan, lui, caressait avec convoitise le cul de Rémi ; Romain se branlait en regardant la scène. Ce dernier me fit un clin d'oeil coquin. Invité, je m'approchai de lui, l'embrassa puis pris sa grosse bite en bouche. Je n'aime pas les clichés mais Romain avait une très belle bite large, longue de 25-30 cm en érection avec un très joli gland. Je ne pouvais évidemment pas mettre ce monstre en entier dans ma bouche mais mon travail sur son gland semblait lui plaire. Je suçai à grands coups de langue. Je jetai un oeil sur ma gauche et vis Rémi empalé sur le chibre de Jonathan, pousser des "Oui" le visage couvert du sperme de Lucas.

Romain se coucha sur le sol et me guida pendant que j'enfonçais son sexe dans mon cul déjà bien ouvert. Aucun problème. J'entamais des petits mouvements du bassin quand le reste de l'équipe de rugby, trempée, débarqua. Une véritable orgie débuta alors. Nous étions plus d'une vingtaine. Pendant que six ou sept gars rejoignaient le groupe de Rémi. La dizaine d'autres gars se disposait autour de moi et Romain pour présenter leurs couilles. Mes scrupules s'envolèrent, je salivai. J'engloutis les bites à tour de rôle pendant que je branlais les autres. Je continuais les allers-retours sur le chibre de Romain.

Je perdis toute notion du temps. Un mec qui s'appelle Axel (je crois) me gicla dans la bouche, comme Nicolas et Florent. Romain finit par décharger, ce qui permit les autres de pouvoir faire des petits groupes. J'attirai deux mecs particulièrement bien membrés vers une place libre du banc ; je m'appuyai dessus, laissant mon cul à la merci de ces deux beaux mâles. Le plus costaud introduisit directement son sexe et entama plusieurs mouvements rapides avant de se retirer puis de me pénétrer à nouveau. L'autre s'installa en dessous de-moi et me pompa avidement.

Pendant ce temps, je déculai ; le plus costaud saisit sa bite et donna des coups de gourdin sur mon cul en soufflant. Il se branla et finit par lâcher son sperme sur mes fesses et mon dos. L'autre arrêta son travail et se jeta littéralement sur la semence de mon dos. Sa langue ne laissa pas une goutte du précieux liquide. Il s'attaqua ensuite à la queue du mec, me délaissant complètement. Je décidai alors de jouer avec Jonathan et Xavier, un gars avec qui j'avais déjà eu un plan Q.

Xavier et Jonathan se mirent à genoux et me sucèrent à tour de rôle. Ils s'embrassaient, leurs langues et mon sexe s'entremêlaient. Je proposai à Jonathan de l'enculer. Il n'hésita pas et présenta son cul qui, à ma grande surprise, avait déjà vu passer du monde. Je rentrai facilement et commençai à le ramoner bien à fond. Xavier travailler mon cul et finit par introduire son sexe. Ainsi pris en sandwich, je ressentis un plaisir décuplé. Je me foutais complètement de Jonathan qui gémissait ; je tournais la tête vers Xavier. Nous échangeâmes de longs baisers.

Je me retirai de Jonathan, Xavier de moi puis nous nous allongeâmes sur le sol pour s'enlacer. Nous nous mîmes en 69 ; rapidement, nous éjaculâmes dans la bouche de l'autre. Calmés, sereins, nous nous relevâmes et regardâmes autour de nous. La partouze se transformait en gang bang joyeux où une quinzaine de gars, à la queue leu leu, s'enculaient à la chaîne. Nous nous rendîmes dans les douches où nous nous embrassâmes tout doucement. Puis nous nous rhabillâmes laissant les quelques mecs encore actifs.

"Tu ressens la même chose que moi ?" me demanda Xavier, une fois au dehors.
"Je crois" répondis-je timidement (!?)
Nous nous séparâmes au milieu de l'averse.

Si vous avez aimé cette histoire, si vous en avez d'autres du même genre (vestiaires, sport) ou du genre black, partouze, sodo... (n'importe quoi en fait !) ou même des photos (mmmm) envoyez-les moi ! ;-)

Hindouaz969

imagine.bonnequestion@laposte.fr

PS : Cette histoire n'est pas totalement vraie, j'ai (un peu beaucoup) enjolivé les choses. :-/

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.