PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Mers chaudes – 1

Le port de Rhodes a presque disparu à l’horizon derrière nous. Depuis bientôt une heure j’ai enfin en mains mon magnifique joujou, une goélette de 23 mètres comme seuls les chantiers anglais savent les construire : Racée, élégante, puissante et sobre.

 Un vent favorable me permet pour la première fois de déployer toute la voilure.

Nous sommes trois à bord. Jérôme, mon fils de 25 ans, un « voileux » lui aussi et le convoyeur norvégien, « le Viking », que j’ai recruté plusieurs mois auparavant pour préparer mon bateau et l’emmener d’Angleterre en Grèce où nous l’avons rejoint depuis Paris dans la mâtiné.

Incapables de prononcer son prénom norvégien, le Viking est le surnom que Jérôme et moi avons décidé de lui donner et qu’il accepté en riant.
Né 40 ans plus tôt d’une mère française et d’un père norvégien, le viking est parfaitement bilingue. Sven, son fils de 20 ans aussi.

Pour boucler le casting et comprendre l’histoire, moi c’est Alex, 45 ans. J’ai divorcé de la mère de Jérôme il y a 10 ans. Pour me décrire, je vais vous dire ce que mon fils me répond, à sa manière, quand je râle et que je me plains de la vie.

«  Putain Ppa, tu fais chier ! Tu es un PD mais un vrai mec, super canon, sympa et pété de tunes… la vie est belle non ?  … Arrête de faire chier ! ».

Il n’a pas tord. La vie m’a bien pourvu et la natation a entretenu mon corps. Je suis très baisable…  mais aussi très baiseur.

Quant au viking il est entré dans notre vie il y a quelques mois. On me l’avait chaleureusement recommandé comme convoyeur et préparateur de bateau. Je l’ai invité à venir passer quelques jours chez nous pour le briefer sur mes attentes pour le bateau avant qu’il ne parte en Angleterre.

Au bout de 2 jours le viking faisait parti notre famille. Joyeux, plein d’humour et de fantaisie, un bricoleur de génie et un cuisinier d’enfer sans être envahissant.
Pour être complet, un excellent ambassadeur de « l’homme » norvégien, baraqué et une pilosité blonde.

Malheureusement le chantier naval, compte tenu des précisions de commande que j’ai faite m’a indiqué un report de livraison de 2 mois. Le viking, divorcé lui aussi, devait prendre en charge son fils et ne pouvait pas rester plus longtemps.

C’est Jérôme qui a trouvé la solution. J’ai fais un contrat d’un an au viking et son fils est venu le rejoindre chez nous. Ils se sont installés dans notre maison d’amis au fond de notre propriété et Jérôme a pris Sven en charge  en l’inscrivant à la Fac en France où il a poursuivit son cycle universitaire. Sven qui est aussi chaleureux que son père a immédiatement intégré notre bande.

C’est avec un peu de tristesse que nous l’avions accompagné la veille à l’aéroport pour retrouver sa mère en Norvège alors que nous rejoignions son père sur le bateau.

Retour sur le bateau : je suis béat de plaisir. Le viking attend mon diagnostic.

«  Viking tu es un vrai pro. Le bateau est prêt et parfait. Directement à ma main. Tu l’as réglé comme si je l’avais fais moi-même. Merci à toi et chapeau bas mec ! ».

Comme je suis plutôt un taiseux, le viking rougit un peu après un tel compliment et me regarde franchement dans les yeux en me remerciant.

Jérôme qui observe le bateau et la voilure depuis l’avant appelle sur le réseau interne de communication.

«  Ppa … le viking aurait droit à une pipe s’il était PD. Tout est nickel ! … il va nous manquer celui la ! » J’ai imprudemment mis le haut parleur et je vois  le viking rougir encore plus.

Le silence revient et nous naviguons encore 30 minutes en silence. Je me détends peu à peu. Mon bateau est maintenant vraiment à moi.  Je sens que le viking lui reste tendu.

«  Qu’est ce qu’il a viking. Pourquoi tu fais la gueule ? Tu as fais un boulot super. Il y a un loup quelque part ? ».

«  … Je peux te parler franchement Alex ? »

« Tu sais bien que oui ! »

«  J’ai eu Sven au téléphone ce matin. Il est complètement à l’ouest !! Déprimé. Il pleurait comme un môme… »

«  Non  seulement j’ai appris que mon fils et PD mais en plus il est raide dingue amoureux du tien »

Il rajoute 

«  Je suis un père nul. Je n’ai rien vu avant… il est adulte, il a 20 ans, c’est mon fils … mais je n’ai pas su quoi lui dire… ».

«  Ne te sens pas coupable. Parler avec nos fils c’est ce qu’il y a de plus compliqué pour nous les pères ».

Je décroche, à mon tour, le téléphone interne qui me relie au pont avant.

«  Jérôme, tu nous rejoins avec le viking. Il faut qu’on parle de Sven »
«  Ok Ppa …  J’arrive ! ».

« Alex… Sven m’a dit que toi aussi tu étais PD …  c’est vrai ? »

«  C’est vrai … je suis bi. Il a bien fallu que je conçoive Jérôme … mais depuis que j’ai divorcé je ne baise qu’avec des mecs »

«  Tu as un mec ? »

«  Oui… le voilà » dis je-en montrant du menton Jérôme qui nous rejoignait.

Les yeux du beau norvégien s’arrondirent comme des soucoupes.

Comme toujours lorsqu’il arrive quelque part mon fils engendre une ambiance électrique qui engendre la sensualité et appelle le sexe. Jérôme est un nageur de 1,95 avec une musculature fine. Ses cheveux châtains mi long légèrement bouclés mettent en valeurs ses yeux vert rieurs et perçants.
Sa queue de 22 cm est bandée à fond et il ne peut pas s’empêcher de la caresser régulièrement. C’est un presque un tic chez lui compte tenu qu’il est à poil en permanence lorsqu’il est à la maison.

Un couple d’amis m’avait un jour raconté que sa simple arrivée dans une pièce faisait mouiller la femme et bander le mec. Mon fils pue le sexe et la baise en permanence.

« Ben alors les vieux, vous êtes encore habillés. Nous sommes en Grèce, il fait 38 °, le soleil tape à fond et vous n’êtes pas encore à poil ? ».

Il a raison. J’étais tellement obsédé par mon bateau que je suis resté en tenue de ville. Je branche le pilote automatique et je me dépoile en balançant les fringues dans la cabine.

Ma queue ressemble à celle de Jérôme. Elle est bandée à fond comme toujours lorsque il est là mais un peu plus épaisse que la sienne. Je suis poilu sur le torse et je ne me rase pas le torse et les couilles contrairement à lui, même si j’entretiens ma toison.

Jérôme se caresse la queue en me regardant me déshabiller. Je sais qu’il a envie de moi. Ce que je ne sais pas à ce moment, si c’est de ma bite ou de mon cul.

«  Ben alors le viking, dit Jérôme. Ferme la bouche, tu vas baver. Tu n’as jamais vu des mecs à poil qui bandent ? Allez à poil toi aussi. Il va falloir t’habituer, nous on l’est en permanence sur le bateau ».

«  Je ne suis pas PD moi ! »

«  On sait mais quel rapport avec le fait d’être à poil. Rassures toi on ne va pas te violer lui dit Jérôme en se marrant. Si on avait voulu le faire c’aurait été le soir de ton arrivée tellement tu es canon ».

Le viking hésite puis fini par enlever son tee-shirt. Ce mec de 40 berges est une splendeur. Une fine musculation, des pecs bien bombés et des plaquettes de chocolat magnifiques. Deux mois de convoyage lui on fait un bronzage qui met en valeur ses poils dorés. Nos queues se tendent encore

Je comprends qu’il veut en rester là et garder le large bermuda qui cache sa queue et son cul. Dommage.

C’est compter sans Jérôme qui revient à la charge.

«  Allez…  le bas aussi l’Apollon norvégien. Sven m’a parlé de ton manche exceptionnel. Je veux voir ça ».

«  Ok mais on ne touche pas. D’accord ? »

«  Juré, craché…  pour ma queue je ne te promets rien… elle va peut être partir toute seule répond Jérôme en se marrant comme toujours !! ».

En acceptant de montrer sa queue, le viking vient de signer son acte de capitulation. Je le lis dans les yeux de Jérôme. D’ici peu il aura cette queue dans un de ses trous. Reste à savoir lequel mais je connais déjà la suite.

Le viking baisse son bermuda et nous laisse découvrir son bronzage intégral, un magnifique cul, rond cambré et musclé mais surtout une queue …..

Jérôme, toujours spontané, assure le commentaire :

«  Putainnnnnnnnnnnnnnn ! J’ai jamais vu un braquemard pareil !!! et pourtant je crois bien maitriser la question … incroyable …  tu as vu Ppa…  elle lui tombe à mi cuisse … la dernière que j’ai vu dans ce calibre faisait 28, c’était un antillais mais là on est hors gabarit. Elle fait plus de 30 non ?... et l’épaisseur … c’est une mortadelle. Celle la il faut que je …. »

« Stop Jérôme, fous la paix au viking. Tu arrêtes, ok ? ». Je suis le seul à pouvoir contrôler mon fils quand il rentre en surchauffe. Je le vois pencher la tête en arrière et fermer les yeux. Il commence à gémir et sa queue se raidit et expulse 4 jets de foutre épais sur son torse.

Il vient de jouir sans se toucher juste à la pensée de cette queue géante dans sa chatte de mec. Je sais aussi qu’il vient de serrer à fond le plug qu’il a en permanence dans le cul sauf la nuit pour que son trou reste musclé.
Compte tenu du nombre de bites qu’il prend, il a intérêt à se muscler en permanence.

Jérôme, comme à son habitude, récolte son foutre avec les doigts et les porte à sa bouche en souriant. Il est encore dans l’extase de sa jouissance.

«  Putain vous êtes des tarlouzes tarées les mecs… ». Je sens que le viking va péter les plombs et il faut que j’intervienne.

«  Ta gueule viking ! Personne ne t’a touché. Nous t’avons accueilli chez nous et on t’a respecté. Si tu veux partir on fait demi-tour, on te dépose à Rhodes et tu vas ou tu veux. Quant aux tarlouzes, je te rappelle que ton fils fait parti du clan. Donc ou tu restes et tu respectes ce que mon fils, le tien et moi sommes ou tu te casses. Si tu pars nous te regretterons mais nous comprendrons ta décision. C’est clair ? ».

Jérôme rejoint silencieusement l’avant du bateau. Il déploie son superbe corps s’étire fait saillir ses muscles de nageur. Quand il lève la jambe pour sortir du cockpit et rejoindre le pont, je reconnais le plug qui remplit sa chatte de mec ; c’est celui que je lui ai acheté pour ses 15 ans.

Le silence se réinstalle et la pression diminue peu à peu. Nous regardons l’infini de la mer. C’est une chose que les voileux ont tous en commun. Elle nous apaise.

Après une heure de silence, la tension est retombée et Jérôme nous rejoint :

«  Une bière pour tout le monde.  ?  » claironne t’il

Lorsqu’il remonte de  la cabine c’est autour du viking de prendre la parole.

«  Excusez-moi pour tout à l’heure mais je suis un peu à cran. Je n’arrête pas de penser à Sven. Il est déprimé et je sais que ses relations avec sa mère sont tendues. J’espère que ca ne va pas péter.
Et puis pour tout vous dire mon braquemard qui te fait saliver Jérôme, moi il me pourrit la vie depuis mon adolescence. Il fait fuir les nanas et celles qui acceptent de coucher avec moi n’arrête pas de dire que je leur fais mal, qu’il les gêne. Il y en a même une qui m’a dit qu’elle trouvait ça vulgaire.

A vrai dire, à 40 ans et malgré mon physique, j’ai eu une vie sexuelle totalement merdique et je ne suis qu’un frustré. Ca fait 5 ans que je n’ai pas touché une fille et depuis je me contente de me branler devant des films de cul.

J’ai aussi un autre truc à vous dire. Je ne suis pas homophobe et la nouvelle de l’homosexualité de Sven ne me pose aucun problème mais je veux que mon fils soit heureux et je vous respecte tous les 3 tels que vous êtes. L’amour de mon fils et votre amitié à vous deux sont importants pour moi ».

«  Pigé et c’est bien comme ça viking ». Ce sera ma conclusion à l’incident.

« Ecoute viking, reprend Jérôme, moi aussi j’aime Sven et j’ai flashé dès le premier jour de votre arrivée sur lui surtout sur son petit cul rond et ses mignonnes petites oreilles que tu lui as donné en héritage. Vous avez les mêmes  » dit il en se marrant.

« On est tout de suite devenu très pote. On a très vite compris qu’on aimait les mêmes choses et on s’est rapidement retrouvé au pieu pour des galipettes salaces. 
Ton fils est un vicieux recto verso. J’adore planter ma queue dans son magnifique petit trou. On a partouzé avec quelques mecs  et ils l’ont tous trouvé aussi à leur gout ».

Je surveille prudemment le viking du coin de l’œil qui doit imaginer son rejeton en train de se faire défoncer le cul par le calibre 22 du mien et une dizaine de mecs à la suite et je constate … qu’il commence à bander. Tiens, tiens !!

 « Mais je ne suis pas ce que Sven voudrait que je sois, poursuit Jérôme : Son mec avec qui construire sa vie. Il mérite mieux que moi et je le rendrai malheureux si j’acceptais. Je lui ai dis mais il ne m’écoute pas ». C’est pour ça que j’ai cessé de le voir. Pour qu’il m’oublie mais il me manque à moi aussi.

Putain, ça fait mélo de merde mon histoire… et puis c’est pas mon genre les histoires d’amour à deux balles…  … la je racontes des conneries… je suis nul à chier.

… Papa, je peux lui raconter ? » Il a dit le mot papa en entier.

«  C’est à toi de décider bébé  » c’est la première fois que nous utilisons ces mots en public pour nous parler. D’habitude il est réservé à notre intimité.

« Ecoute viking. Je vais te dire qui je suis vraiment. Tu seras le seul avec papa et moi à tout savoir et tu me remercieras d’avoir quitté Sven.

Jusqu’à 10 ans j’ai été un môme comme tous les autres. Rien à signaler sinon des résultats exceptionnels à l’école qui ravissaient mes profs et mes parents.

Puis j’ai commencé à me tripoter la queue, c’est devenu compulsif, je me touchais en permanence. J’ai enchainé avec des vraies branlettes et quand j’ai jouis pour la première fois, j’ai immédiatement bouffé mon foutre. Très vite j’ai commencé à me doigter le trou et ensuite, je me suis autofisté.
Je prenais un pied pas possible. Je me branlais n’importe où dès que je pouvais, surtout au milieu du salon devant ma mère que ça rendait folle. J’y passais des soirées entières dans ma chambre. Le foutre ne sortait plus mais je me branlais encore à répétition.

Vers 11 ans j’ai commencé à tripoter mes copains d’école, les sucer et avaler leur jus. Je passais mon temps dans les chiottes de l’école dès que je pouvais et les queues défilaient dans ma bouche. Je suis vite devenu la suceuse maison.

Au bout de quelques mois, je me suis fais chopper par un surveillant. Mes parents ont été convoqués mais compte tenu de mes bons résultats, il n’y a pas eu de suite.

Des adultes de l’école bien informés ont voulu profiter de ma bouche puis de mon trou. J’ai découvert avec eux les plaisirs de la sodomie. A 13 ans j’ai commencé à me faire enculer régulièrement. J’étais devenu un vide-couille pour toute l’école et j’aimais ça.

Mon prof de gym et un surveillant ont commencés à me loper par les deux trous dans les vestiaires. Ils m’ont ensuite loué, dans un studio tout proche, à des mecs pour me « muscler la chatte », comme ils disaient.

Je me faisais travailler le trou et à la bouche à la queue et aux doigts chaque semaine puis ce fut chaque jour tellement le nombre de clients augmentait.

Je ne pouvais plus m’arrêter. Il m’en fallait toujours plus, de plus en plus souvent. Je suis devenu la salope patentée de tous les pédophiles de la ville.

A la maison c’était l’enfer. Ma mère ne supportait plus mon exhibitionnisme permanent et sans en connaitre le détail mes parents comprenaient que j’étais devenu une pute.

A ce moment là mon corps a changé et j’ai grandis rapidement. Ma queue aussi et mon prof de gym a commencé à me mettre à la natation.  Il est devenu mon mac et il me fallait toujours plus de queues pour me remplir et à lui plus de pognon

J’étais devenu une salope intégrale.

Ma mère a essayé de m’attacher les mains dans mon lit pour je ne me branle plus, puis a commencé le défilé des psy. Aux femmes je disais simplement que leur chatte ne m’intéressait pas et aux mecs que je voulais sucer leur queue.

A cette occasion leurs tests à la con ont révélé que j’avais un QI de dingue. Je passais une partie de ma journée à me faire baiser mais j’étais le premier de la classe.

Le départ de mon prof de gym a ouvert les vannes.

Je suis devenu un obsédé complet. Avec internet et mon apparence physique j’ai commencé à chasser chez les adultes. De pute occasionnelle je suis devenu une pute professionnelle.

Je me faisais payer par certain pour en payer d’autres pour que je les baise ou qu’ils me baisent.

Je n’avais plus aucunes limites.

Un vendredi soir, je suis rentré au hasard dans un foyer de travailleurs étrangers. Je me suis foutu à 4 pattes et à poil au milieu du couloir et je leur ai proposé  de me baiser les 2 trous à volonté, jusqu’à ce qu’ils aient les couilles vides. Ca a duré 12 heures ! Les mecs se relayaient dans ma chatte, ils allaient dormir puis revenaient pour me baiser encore et encore.

J’étais juste un trou et un sac à foutre. Mon cul dégoulinait le sperme. Ils m’ont enculé à tour de rôle, puis à 2. Ils me faisaient nettoyer leurs queues pour me la refourrer ensuite. Ils me pissaient dessus pendant que je me faisais baiser et me donnaient leurs queues à pomper et leurs culs à lécher.

Je n’ai jamais su combien ils étaient et à quoi ils ressemblaient. Au bout de 12h00 je me suis évanoui, les genoux en sang, la chatte explosée et incapable de refermer la bouche tellement j’avais enfourné des queues.

Le gardien qui m’a trouvé ne voulait pas d’enmerdes. Plutôt que d’appeler les flics, il a cherché  un  numéro de téléphone dans mon portefeuille. Mon père est venu me chercher.

C’est ce jour là que ma meilleur vie a commencé ».

Je sentais qu’il était temps pour Jérôme de faire une pause. C’était la première fois qu’il se racontait comme ça.

«  Il faut trouver un mouillage pour ce soir. Je vous laisse la manœuvre à toi et au viking. Je suis à la barre depuis ce matin, je suis crevé. Vous vous démerdez. Je vais prendre une douche. Ok ? ».

«  Ok Capitaine ! » me dit Jérôme en saluant comme un militaire pour se foutre de ma gueule. Sa queue elle est déjà au garde à vous.

Il en profite pour me caresser les fesses et me rentrer son majeur dans le cul. Le viking écarte les cuisses et ne fait pas semblant de ne pas avoir vu. Son chibre géant est tendu. Il se caresse sans aucune pudeur.

Je descends dans la cabine et inspecte rapidement les lieux. Outre un vaste carré, Il y a 4 cabines dont la mienne la plus vaste à l’arrière. A ma demande elle a été équipée d’un lit king size et d’un jacuzzi. Le décor de l’ensemble est comme je le voulais, très confortable mais minimaliste et le bois domine.
Je me fais couler un bain et je range mes affaires dans la penderie ou je découvre 4 chemises de type bucheron avec un petit mot de Jérôme épinglé : «  Au cas ou… le moment venu !! ».

Mon fils adore que je me ballade à poil avec une chemise comme celle là. Il dit que ca l’excite de deviner mon cul, que ca met en valeur mes pecs poilu tout en laissant ma queue accessible.

Dans la commode, je découvre une autre surprise : un assortiment d’une dizaine de maillots de bain Aussiebum et Speedo avec un autre mot de mon fils «  A ne porter qu’en cas de strict nécessité : De beaux écrins pour mouler tes magnifiques couilles et ta grosse queue, bandée si possible ».

Mon bain terminé j’enfile une des chemises, et je prends les 2 autres. Je repasse par le carré ou je prends une bouteille de whisky et 3 verres et je me dirige vers la l’escalier qui remonte vers le cockpit.

Les râles  rauques que j’entends ne me laisse aucun doute sur ce que je vais découvrir.

Ma salope de fils est installée dans sa position favorite. A 4 pattes les cuisses écartées et le cul cambré et offert entre les jambes musclées d’un mâle viril dont il pompe la queue.

Je vois l’anneau de sa chatte jouer avec le plug. Il le pousse et l’aspire successivement.

Je tends l’autre chemise au viking

«  Enfile ça, la fraicheur tombe et puis assied toi, tu en as pour un moment. Il est non seulement bon pompeur mais endurant ». Il fait encore chaud mais le viking est dans état de transe tel que je pourrais lui enfiler un anoraque sous les tropiques sans qu’il rechigne.

Mon fils, la bouche déformée par la queue géante me fait un clin d’œil.

Le viking s’assied sur la banquette arrière du cockpit et écarte largement les cuisses sans que Jérôme ne le désembouche. Il avance juste un peu en avant pour être au dessus de la queue.

« Alors, elle te pompe bien la salope, tu prends ton pied ? »

« Putain c’est géant ? Ca fait 10 minutes qu’elle me traie la queue. Elle l’avale entière. En plus sa bouche me pompe et m’aspire et sa langue virevolte littéralement sur mon gland. J’ai jamais pris un pied pareil… putain que c’est bon !! dit-il en râlant ».

Je continue dans la même veine car je sais que ca excite Jérôme qu’on parle de lui, comme s’il n’était pas là, à la troisième personne, comme une pute.

«  Tiens, prends un whisky » et je tends un verre au viking.

Il est vraiment excitant. Avec les cuisses ouvertes, une bouche sur sa queue et son verre à la main, il a tout du mâle dominateur occupé à son seul plaisir. Lorsqu’il ne rejette pas la tête en arrière de plaisir,  il mate la salope qui est à ses pieds et le suce.

Jérôme  commence à gémir malgré l’engin qu’il a en bouche et son corps se contracte.

«  Regarde viking, cette petite pute va bientôt jouir une deuxième fois sans se toucher tellement elle aime ton manche ».

5 ou 6 longs jet de foutre épais jaillissent de sa queue raide et s’écrasent sur les mollets et les pieds du viking.

Je dis en haussant le ton «  Petite salope, tu en as foutu partout ! vas-nettoyer ton mâle! ».

Mon fils désembouche enfin sa queue pour aller récupérer avec la langue son foutre encore chaud. Il en profite pour lécher les arpions virils 

«  N’avale pas ! Viens-le donner à ton père ».

Je me penche pour lui rouler une pelle et récupérer sa crème de jeune mâle. J’en profite pour chercher le gout de la queue du viking. Un bon gout de mec ! J’ai envie d’y gouter moi aussi.

«  Retourne aux arpions et nettoie les avec la langue pendant qu’on discute avec le viking. » Mon fils obéit silencieusement.

«  Alors viking ça te plait tout ça ? »

«  J’ai jamais pris un pied pareil… je veux continuer et découvrir la suite… je vous laisse faire ... c’est vous les pros de la baise entre mecs… Putain, je m’éclate enfin au niveau cul et en plus entre mecs, y a pas de chichi c’est direct, j’aime ça.

Allez y les mecs continuez mon initiation. Vous avez carte blanche pour de la bonne baise vicelarde. »

« Ok, bomâle on va te faire découvrir les autres parties de ton corps qui peuvent te donner du plaisir et moi je vais enfin pouvoir gouter à ce morceau de viande géant que tu as entre les cuisses. Viking recule toi en arrière sur ton siège et pose les jambes de chaque coté de la banquette. Présente ta rondelle de mec à la salope qu’elle te fasse découvrir le plaisir de se faire lécher les couilles et le cul. »

Le viking obtempère et ma chienne de fils commence à lui bouffer les couilles, une par une puis ensemble. Il les lèche et les aspire goulument en répandant un maximum de salive.

«  Vas y doucement sur sa rondelle et pas comme un morfale.. N’oublie pas que c’est sa première feuille de rose »

Moi je plonge sur la hampe raide et j’avale le morceau. Je commence par le gland que je titille de la langue, puis le lèche la hampe en salivant moi aussi au maximum. Putain quel morceau ! C’est ma première aussi grosse. J’écarte au maximum les mâchoires et je commence à avaler l’engin et au 3 /4 je commence à pomper.

Après 10 minutes de pompage intensif je progresse encore et mon nez plonge dans la touffe fournie de la queue qui sent l’odeur caractéristique du mâle. Le bout de sa queue me touche la glotte mais je réussis encore à pomper.

Pendant ce temps mon fils s’est attaqué à sa rondelle et j’entends le gémissement du viking sous les coups de langues sur sa raie poilue. Sa hampe me remonte dans la gorge. Tout en continuant à le traire, je donne mon majeur à lécher à Jérôme qui comprend mon projet.

Mon doigt baveux caresse le trou alors que mon fils continue à le lécher et crache dessus pour le lubrifier. Après quels passages sur le pourtour, mon majeur commence à pénétrer en douceur ce cul vierge.

Pour compenser, j’intensifie mon pompage malgré la douleur qui commence à envahir mes mâchoires écartelées.

«  Oh oui bouffez moi le cul ! Putain c’est bon ! »

Le mâle est motivé et j’en profite pour entrer en plus l’index dans son cul maintenant trempé par la bave de Jérôme. Il écarte les cuisses au maximum et je tourne les doigts pour lui faire découvrir ce plaisir.

«  Baisez-moi ! C’est bon … bordel je vais jouir !!! »

Ses coups de bassin me le confirment et je serre sa hampe avec les lèvres en faisant jouer ma langue sur son gland en attendant l’arrivée imminente du jus.

Le flot accompagné d’un dernier coup de rein est projeté dans ma bouche. Le flux saccadé me remplit la bouche 5 ou 6 fois et le sperme commence à couler à la commissure de mes lèvres.

Je sors mes doigts de son trou et la bouche de Jérôme se précipite sur la mienne pour gouter le nectar. J’ouvre la bouche pour lui en donner une goulée.

«  Eh les mecs je voudrais bien connaitre le gout de mon foutre moi aussi ! »

Je me redresse et le viking vient me rouler une magnifique pelle ou nos langues bien engluée se mélangent violement pour déguster ensemble son jus d’homme».

« Toi aussi salope vient m’y faire gouter, dit-il à Jérôme en lui prenant la bouche avec les lèvres. Putain vous ne m’en avez pas laissé beaucoup, bande de vicelards » dit-il en se léchant les lèvres.

« Ca tombe bien, moi j’en ai encore plein les couilles » lui dis-je en me mettant debout sur la banquette et en approchant ma queue raide de sa bouche.

«  Tu te souviens comment on fait viking … et toi la salope pendant ce temps là tu vas me bouffer et me doigter le cul, au boulot !».

Le nouveau suceur, après la mise en bouche commence à pomper. Il se débrouille très bien pour un débutant. Je ne rentre pas trop loin dans sa gorge le laissant me lécher le gland et l’habituer à mon calibre.

Mon fils est en train de m’éclater le cul avec 2 doigts et je lui en réclame plus.

Le viking encore chaud commence à aller et venir sur ma tige se rentrant  ma queue de plus en plus loin dans la bouche. Je le laisse faire sans forcer. 4 doigts et une langue me travaillent maintenant le trou ! Jérôme essaye maintenant de faire passer le pouce.

Sans gel ni graisse le fist est presque impossible mais je suis tellement chaud que je tente le coup.

«  Suce à fond mec , et toi salope crache un max sur ma chatte ! »

Je pousse au maximum et la main rentre… Installé dans mon fion mon fils me pogne le trou et le viking excité se défonce la bouche sur ma queue raide. Je ne tiens que quelques minutes et je dégorge dans la bouche du viking.

La main qui ressort me fait mal mais Jérôme vient lécher mon cul endolori pour apaiser la douleur. Je me retourne pour donner ma queue à mon fils. Le viking prend le relais pour me lécher la raie.

Je m’effondre sur la banquette et nous partageons une nouvelle fois des lapées de foutre, le mien, dans un baiser chaud à 3 ou nos langues s’entremêlent.

A suivre…

Désolé les mecs si « l’entrée » en matière est un peu longue, mais j’aime bien « planter » le décor.
Je lirais avec plaisir vos commentaires « de salopes » sur : claza@wanadoo.fr

Eric

claza@wanadoo.fr

Suite de l'histoire

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)