PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Ancien pote, nouvelle chienne -09

Bonjour à tous,

Voici un nouveau chapitre de cette belle histoire que vous aimez tant.

Mon mec était revenu à l’appart après son séjour à l’hôpital. Il allait déjà mieux, ses blessures avaient cicatrisé et il ne lui restait plus que son plâtre. Comme il ne pouvait pas travailler pendant un moment, Mickael s’ennuyait à mourir chez nous. Il essayait de faire le ménage, la vaisselle et je lui faisais comprendre en rentrant le soir qu’il ne devait pas forcer avec son bras. Il y avait un autre point qui ne me déplaisait pas. Comme il était seul et qu’il s’ennuyait, il était constamment excité et dès que je rentrais, il se comportait comme une pute et venait ronronner autour de moi. Je le sautais matin et soir, parfois même la nuit, il se réveillait pour me sucer. Je lui donnais volontiers des petites claques sur les fesses et il couinait de joie en me remerciant. Il me suçait et on baisait tout le temps. Puis un jour j’ai innové. Je lui envoie un SMS : «Chéri, j’ai envie d’essayer quelques choses ce soir, attends-moi dans la chambre quand je rentre». Je reçus un simple «oui maitre» en guise de réponse. J’étais tellement excité.

Je rentrais et trouvais mon petit chien, nu comme un vers, les fesses en l’air sur notre lit, le cul préparé et béant, attendant de recevoir son homme. Je souriais en voyant mon mec transformé en petite chienne juste pour avoir mon attention. Je fis le tour du lit, il avait la tête dans l’oreiller et se tournait pour me regarder. J’avançais vers lui, l’embrassais rapidement et posais mes doigts sur son trou en le massant.

– T’as faim mon beau ?
– Oui maitre.
– OK je vais t’aider, mais je te le dis tout de suite, je ne vais pas te remplir maintenant. Je ne sais même pas si je vais te baiser.

Mickael se redressa à 4 pattes, difficilement avec son plâtre. Son visage se décomposa. Je lui souris pour le rassurer un peu et glissais mes doigts dans ses cheveux. Je me déshabillais entièrement et m’approchais de lui.

– Ne t’inquiète pas tu vas kiffer mon ptit mec soumis. Mets-toi sur le dos.

Voyant qu’il luttait pour se retourner avec son bras. Je l’attrapais délicatement et le positionna sur le lit. J’étais passé au magasin pour faire un stock de matos : lacets, pince, scotch. En voyant le matériel que j’avais apporté, je le vis se mordre les lèvres. J’attrapais son bras valide, le plaqua contre la tête de lit et le lia fermement aux barreaux du lit. Je l’enjambais, l’embrassant au passage, et en fit autant avec son bras plâtré. J’étais à cheval sur son torse. Pendant que je liais son autre bras, ma queue bandée était devant sa bouche et il ne put s’empêcher de la prendre en bouche. J’avais fait exprès de me mettre dans cette position pour voir ce qu’il allait faire et il était tombé dans le piège. Il devait comprendre que j’étais son maitre surtout maintenant et il devait attendre que je lui donne des ordres, sans prendre d’initiative. Je retirais ma queue de sa bouche, et le giflais, mais pas très fort. Il était choqué et je voyais dans ses yeux qu’il avait compris.
– Pardon maitre.

Je ne parlais pas pour le faire angoisser et je le voyais se poser des questions. J’attrapais ses jambes et les lier à ses coudes avec des liens au niveau des genoux. Je faisais très attention avec son plâtre et il savait que s’il se débattait, il souffrirait. Je m’étais renseigné sur internet sur les liens et les nœuds à faire. Par contre, je serrais un peu plus fort l’autre bras. Pour finir je découpais un morceau de gros scotch, l’embrassai langoureusement une dernière fois et le posai sur sa bouche.

Je me reculais pour admirer le spectacle. Mon soumis était magnifique. Les poignets liés à la tête du lit. Les genoux reliés à ses coudes, exposant sa chatte de mec, béante et légèrement velue, sa queue pointait vers le ciel et sa bouche close par du scotch. Il manquait encore quelques petites choses. J’attrapais des petites pinces que j’avais achetées exprès, pas les crocodiles ou dentelées qui font mal, je les trouvais un peu trop sadiques pour lui, juste celles qui ressemblent à des pinces à linge. Il avait des grands yeux expressifs et surpris quand je les approchais de sa queue, effleurant ses burnes, sa tige et pinçais son gland. Il gémissait et tentait de bouger, mais il ne pouvait pas. Du coup, il se plaignait encore plus. Je remontais sur son torse pour accrocher les pinces sur ses deux tétons. Il s’arcboutait de plaisir et sa bite était toujours dressée et mouillée.

Je positionnais ensuite ma bouche juste en face de son trou tout en le regardant dans les yeux. Je voyais qu’il attendait que je m’occupe de sa petite chatte. Je sortis ma langue et lécha sensuellement son trou. Il râla de plaisir à mon contact et il ondulait du bassin. Je roulais une véritable pelle à cette chatte de mec, rentrant ma langue à l’intérieur pour le titiller, faisant le tour de sa rondelle, crachant dedans et déposant des petits bisous sur sa rose bien ouverte.

Il était temps que je passe à son mandrin qui perlait déjà. J’attrapais un lacet assez long, le plia en deux et le passait autour de ses couilles et sa bite. Je passais les deux extrémités dans la boucle et serra fermement. Ensuite je fis un nœud autour de sa tige raide avec les deux extrémités. Enfin je descendis les deux extrémités entre ses boules, les séparant au passage et les passait dans la boucle sous ses couilles, et je serrais le tout en entendant ses gémissements. Sa bite était gorgée de sang et ses burnes pleines palpitées entre les liens.

Je saisis les deux pinces sur ses tétons et tirai dessus, il hurlait derrière le scotch. Ensuite je tournais les pinces dans mes doigts, maltraitant davantage ses pauvres mamelons meurtris. L’entendre se plaindre m’excitait terriblement. Mon beau soumis devait voir dans mes yeux la convoitise et l’excitation qu’il me donnait juste en le dominant. Il y avait encore suffisamment de lacets qui passaient sous ses couilles et je réussis à remonter les extrémités et les accrocher aux pinces sur ses tétons. Ainsi si sa queue bougeait trop, mon soumis le ressentirait jusque dans ses petits seins.

Encore une fois je me reculais pour apprécier la scène. Il était tellement beau. Je devais immortaliser ce moment et je saisis mon portable pour le prendre en photo. Dès que le cliché fut pris. Je m’approchais de ses grosses burnes gonflées. Dans un premier temps, je les pris en bouche et les suçota, d’abord séparément et ensuite je tentais de prendre les deux. Je faisais tourbillonner ma langue et appuyer un peu sur ces couilles. Je décidais ensuite de les mordre. Sentir une chose aussi délicate qu’une couille entre mes dents me donnait un sentiment de puissance incroyable. Je mordillais donc ses burnes l’une après l’autre en l’entendant couiner. Puis je posais mes doigts sur chacune d’elle et les pressais. Il couinait davantage. Je les massais un peu plus fort. Il avait l’air d’aimer. Enfin, je balançais des pichenettes dessus pour torturer ses noix en cadence. Il se débattait un peu, mais je voyais à ses yeux et ses gémissements qu’il kiffait vraiment. Il lançait sa tête en arrière, tapant son crâne sur la tête de lit. Je répétais la manœuvre plusieurs fois avant de passer enfin à ce que ma lope d’amour voulait.

Je me redressais et enfonçais ma bite raide et épaisse dans sa chatte brulante et humide sans cérémonie. Il me donnait chaud à hurler dans son scotch. Il serrait son anneau autour de mon mandrin. J’entendais les sons qui resonnaient dans sa gorge à chaque coup de queue. Au fur et à mesure que j’allais et venais en lui, ses liens se resserraient autour de sa queue et ils tiraient sur ses tétons. Il suait beaucoup plus que d’habitude. Je voyais la sueur perlée sur son front, collant ses cheveux et ruisselant sur son visage et à grosses gouttes sur son torse. Je voyais dans ses yeux qu’il souffrait un peu, mais le plaisir se lisait véritablement sur son visage. Il couina soudainement comme un petit chien, je voyais qu’il essayait de prendre sur lui, mais il ne réussit pas et il s’en voulait. Tous ses muscles se contractèrent. Il gémit longuement avec sa voix tellement féminine, son bassin montait et descendait sur ma queue et en serrant les poings, il envoya plusieurs giclées de bon jus crémeux sur son torse. Je voyais ses couilles serrées par les liens se contracter à chaque jet.

Il essaya de me dire quelques choses que je ne compris pas, mais que j’interprétais comme étant des excuses d’avoir joui. Je le trouvais tellement beau. Je me terminais rapidement en lui, accélérant encore plus et déposant enfin ma semence au plus profond de sa chatte brulante. J’étais trempé de sueur.

Je repris mes esprits et sortis ma queue de son trou. Il avait des larmes aux yeux et son regard était triste. Je m’en voulais, peut-être qu’il n’avait pas aimé. Je me dépêchais d’enlever le scotch sur sa bouche.
– Ça va bébé ?
– Oui, merci… j’ai adoré !
– Tu pleures ?
– Oui, mais c’est juste l’intensité. C’était une des meilleures baises qu’on ait eues.
– OK on recommencera alors, dis-je en embrassant sa bouche collante.
– Tu peux m’enlever les pinces, j’ai les tétons en feu !
– Je ne sais pas, j’aime bien te voir comme ça, je vais peut-être te laisser là un moment.
– Pitié, maitre !
– Bon OK, mais tu devras me faire plaisir.
– Comme toujours maitre !

J’enlevais les pinces et lécha délicatement ses petits bouts de seins pour apaiser la douleur. C’était tellement sensible qu’il sursauta encore.
-----------
Six semaines plus tard, Mickael put enlever son plâtre. Le médecin lui avait prescrit des séances de kiné et je m’arrangeais pour le déposer et allait le chercher. Il retrouvait toute la force de son bras après chaque séance. Un jour en allant le chercher, je vis le kiné sortir du bâtiment pour le raccompagner et je vais être honnête, ce type était vraiment beau. Un gars, environ la même taille que mon mec, 1m75 des cheveux noirs, une barbe de 3 jours et des yeux bleus, des origines du sud, il avait la peau mate et un corps tonique et musclé. Je les voyais se serrer la main un peu trop chaleureusement à mon gout et rire à gorge déployée. J’étais en feu après ce connard. Je descendis de voiture et jetais un regard à Mickael pour lui faire comprendre que je l’attendais. Il avança vers moi et son kiné lui faisait signe. J’attrapais Mickael et lui roulais une grosse pelle en m’assurant que l’autre nous voyait et en effet il nous regardait.

– C’est lui ton kiné ? Ce mannequin pour sous-vêtement.
– Oui, c’est Romain, il est très sympa et drôle en plus. Le baiser c’est pour lui montrer que je suis à toi ? Tu es jaloux ?
– Tu sais que je le suis, et savoir qu’il peut te toucher sans mon accord…
– C’est fou, tu as plus peur de ce qu’il pourrait me faire, plutôt que de ce que moi je pourrais faire avec lui.
– J’ai confiance en toi bébé. Mais je me dis qu’il peut te faire du mal comme les autres connards. Comment il est avec toi ?
– Heureusement qu’il ne s’occupe que de mon bras ! Tu veux venir avec moi la prochaine fois pour voir comment il se comporte ?
– C’est déjà trop, tu enlèves ton t-shirt avec lui. Je vais aller me présenter maintenant.

J’avançais vers Romain qui était resté debout à sa porte et lui serrait la main fermement. Il le sentit.
– Bonjour, je suis Erwan, le mec de Mickael.
– Enchanté, moi c’est Romain.
– Romain, Erwan a voulu venir pour te rencontrer. Il est un peu jaloux.
– Je le comprends très bien, je serais pareil avec un gars comme toi.

Je serrais les points tellement forts qu’ils craquèrent, je n’aimais pas du tout sa réflexion et je lui jetais un regard noir. Je n’avais qu’une seule envie c’était lui mettre mon poing dans la gueule. Et il l’avait compris.
– Excuse-moi c’est pour t’embêter, ajouta Romain. Je peux te dire que je ne ferais jamais rien de déplacer avec Mickael je suis un pro !
– Merci c’est ce que je voulais entendre.

J’ai parlé rapidement à Romain et j’étais maintenant rassuré de laisser mon mec avec ce kiné.
Cependant une idée trottait dans ma tête à partir de ce moment. J’ai eu un déclic et je voulais aller plus loin dans la relation avec Mickael.

Un soir, alors que j’allais chercher mon petit mec après sa séance de kiné, je le ramenais à l’appart. J’attendais qu’il aille dans la chambre et le suivi. En entrant dans la pièce il découvrit le lit recouvert de pétales de rose. Il se retourna vers moi avec un regard interrogateur et alors qu’il allait me demander ce que c’était je commençais mon speech.

– Écoute bébé, ton agression m’a fait réaliser que… je ne peux plus me passer de toi. Te voir en danger ce soir-là, ça m’a énervé et depuis, je me rends compte que j’ai besoin de toi tout le temps. Je ne fais que penser à toi et je voudrais qu’on aille plus loin ensemble. Je vais être honnête, je ne sais pas si c’est le bon moment ou si c’est à cause de la jalousie que j’ai eue pour Romain, mais je veux que tout le monde sache que nous sommes ensemble et il n’y a pas de meilleur moyen que l’engagement. Je posais un genou sur le sol, devant lui et lui présentais un petit coffret que j’ouvris rapidement dévoilant un anneau en acier avec un liseré noir. Est-ce que tu veux te marier avec moi ?

Il me regardait avec des yeux ronds et je me demandais à cet instant si c’était vraiment une bonne idée. Je suais à grosses gouttes.
– Oh merde, fut tous les mots qu’il réussit à articuler.
– Je m’attendais à une autre réponse… dis-je de plus en plus anxieux.
– Oh excuse-moi bébé. Oui ! Oui je veux t’épouser !

Je me relevais enfin et glissais l’anneau autour de son doigt. De grands sourires barraient nos visages et les larmes humidifièrent nos yeux. J’étais tellement heureux qu’il accepte et je lui exprimais mon amour par un tendre baiser avant de lui exprimer cet amour un peu plus profondément quelques minutes plus tard.

Voilà j’espère que vous avez aimé !

Bearwan

bearwan07@yahoo.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Mon nouveau compteur - La lope de la famille - Le donjon SM de Dan - Mes deux papas - Etalon brésilien - Ancien pote, nouvelle chienne - Les frères Mateozzi et moi - Desperate Housewives - Les Jumeaux Scavo - Chris Evans VS Chris Hemsworth - Desperate Housewives - Délicieux cookies - Ancien - Prof d'enfer - Comment j'ai choppé mon père.Les joies du football - Papa de substitution - Lutte érotique - Deux nounours a New York - Jordy et moi - Une bonne baise avec toi - Transformers 4 - Soumis par son coloc - J'aime mon petit frère

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

5 juillet 2019

Nouvelles (13)

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite (4)

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)