PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Le trottoir du marais

Je sortais d'une crémaillère d'un pote hétéro qui habite dans le marais, j'étais complètement raide et je commençais à sentir mon trou s'élargir face aux souvenirs des teubs que je m'étais enfilé dans le quartier.

J'avais pas envie de rentrer chez moi pour me branler sur grindr, il fallait que ce soit maintenant.

J'ai l'habitude de déambuler dans le quartier vers 3h du matin, le weenkend. T'as l'impression d'être une pute en manque de clients, prête à se prendre n'importe quoi du moment que du foutre en sorte.

Au bout d'une vingtaine de minutes, je croise deux types vraiment moches, des rebeus d'une cinquantaine d'année. L'un d'eux était particulièrement laid. Il avait une petite tête de pervers et je sentais ses yeux me violer la bouche. L'autre était un peu moins moche. Un sourire discret, ils m'accostent. Ils sont cash et me proposent de faire un plan chez eux. Le petit pervers m'appelle "petite pute" et ça commence à me chauffer. Je me marre et colle mon cul contre la braguette de son pote. J'ai envie d'aller me faire niker salement dans un coin crade de la rue. Je sens son paquet s'allonger sur ma raie. Mon souffle s'accélère et je lui murmure de m'emmener dans la petite ruelle à côté. Le mec m'attrape  fermement par le haut du bras et me traîne dans le coin sombre. "Sors ta queue" lui dis-je. Pendant qu'il me sort une teub moyenne mais passablement large, je baisse un peu mon jean pour laisser apparaitre la rondeur de mon boule bien remonté par le slim. "T'es vraiment un sac à foutre toi!" lache le petit moche. Celui la me dégoutait. Il avait une barre de sourcils dégueulasse, des petits yeux ronds et plutôt rapprochés et quand il parlait, il paraissait frustré et vénère. Il a violemment posé sa main sur mon épaule et je suis tombé à genoux, le cul à l'air. C'est là qu'il a sorti une bite énorme avec une paire de couilles sur laquelle je pourrais passer le weekend. Le petit moche devint le plus beau. Il poussa sur le bas de mon dos avec son poing afin de me cambrer le plus possible. Je relevais tellement haut ma chatte que j'ai cru casser ma colonne vertebrale. Ses couilles ne pendaient plus, elles se reposaient sur ma gueule. C'est grace aux deux doigts de son potes que ses burnent purent entrer entièrement dans ma bouche. J'ai sentit un pouce rentre dans mon cul. Puis deux doigts. Puis quatre. Son pouce était maintenant a l'exterieur de mon trou et la moitié de sa main se mis a remonté en moi. Ses doigts se plièrent et voilà que mon cul se retrouva suspendu au bout de son bras. J'ai couiné et la paire de couilles pleine de bave sortie doucement de ma bouche. Je me suis pris une bonne claque dans la gueule. Il a relevé ma tête en attrapant mes cheveux et m'as dit de la fermer, que j'existais pas. En remettant bien ses burnes lourdes et molles au fond de ma gorge, il lâcha un gros mollard sur ma face. J'avais envie de pleurer de bonheur, mais ce sont les doigts au fond de mon cul qui me firent mouiller les yeux en premier.

Le reste s'est déroulé très rapidement. Le premier a sorti une capote et sans perdre de temps il m'a enfilé comme un gant. Le petit pervers a secoué sa teub au dessus de mon nez et l'a branlé comme un taré. En 30 secondes les deux rebeus venaient de se viderc. Je suis resté comme ça, par terre, le sperme chaud coulant sur mon visage, glissant le long des couilles coincées dans ma bouche, sentant une teub se détendre 16 cm au fond de moi, avec pour couronne mon anus ébahi.

C'était un super plan, mais je ne m'étais pas terminé. J'étais encore en chien et je cru, un bon moment, trouver un petit lascar pour terminer mon travaille de pute ou une petite pédale comme moi prête a m'aspirer la queue. Je suis tombé sur une petite racaille qui m'a dit qu'il revenait dans moins d'une heure, j'étais frustré, j'avais la dalle. L'alcool et la beue me rendait complètement soumise à la teub de rebeu. C'est quelques pas plus loin que je rencontre un beau rebeu en jogging, casquette, la totale ... Il avait les cheveux rasés sur le côté et longs sur le dessus, plaqué en arrière par une dose de gel bon marché que j'avais envie de sentir toute la nuit à mes côtés. Il avait une cicatrice sur une des joues. Elle était assez grande je crois. Mais j'en suis pas sûr, j'étais trop déchiré. Belle gueule, joues creuses, beaux yeux. Un rebeu métis à la peau claire.22 ans. Canon ... Il était sympa en plus, il m'a offert une bière chez l'épicier, on a marché, il était poli, moi, super chaude du boule. Je lui ai demandé s'il aimait biffler. Il m'a dit que oui. Je lui ai proposé de le sucer dans une petite ruelle bien sombre. C'est ça qui est cool dans le marais, c'est que t'as plein d'endroits propices à la démonte furtive. Le mec me répond qu'il a une caisse, qu'il doit payer l'horodateur, qu'on sera mieux là-bas et qu'il pourra s'occuper de moi "tranquille". Ca me saoulait grave mais tant pis, je voulais sa bite, sa bouche, son cul, tout. J'imaginais déjà la douceur de ses cuisses dessinées par de jolis poils noirs, se contractant à chaque coup de teub, enfonçant un peu plus violemment son gland gonflé par ma glotte. Mais se batard n'en fit rien. On arriva à l'horodateur et là, il me sort qu'il a pas de liquides, qu'il a que sa carte, qu'il veut que je lui prête du fric. Mais moi j'avais que dalle, je savais que j'allais finir le trou à l'air dans le marais parce que j'aurais trop bu pour me souvenir que, non, je ne suis pas qu'une pute de 25 ans en mal de foutre. Donc, j'avais ni portable, ni argent, seulement mes clefs planquées dans mes chaussettes, car j'ai l'habitude dans ces ruelles de ne jamais enlever mes chaussures. Bref, le mec me traite de radin, je lui montre mes poches, je veux sa queue, il me saoule grave, je veux toujours sa queue. Mec, je veux bien payer ta merde, pour qu'enfin tu fermes ta gueule et que tu me la mettes bien profond ! Mais j'ai rien, alors, défoule toi sur mon boule, merde ! Bref, il se barre et je le suis. Je viens pas de passer 30 min à te taper la discute pour me retrouver la gorge sèche et les couilles pleines ! Mais le pire c'est que ce connard m'a pourris le plan suivant ! 5 minutes plus tard je retombe sur le lascard que j'avais croisé. Il me reconnait, s'exclame et m'aborde, me demandant si je suis bien la chienne de tout à l'heure. J'ai à peine le temps de répondre que l'autre connard lui dit un truc du genre "laisse tomber, c'est un radin ce mec!". Et les deux lascars se barrèrent ensemble. Message à tous : quand tu chopes une lope, tu l'as tiens, tu la lâches pas, tu l'a démontes, tu te vides et là, uniquement là, tu peux te casser comme un connard.

Erwan

corentinl@live.fr

Autres histoires de l'auteur : Le trottoir du marais

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

14 aout 2019

Nouvelles (20)

Abdou Romain
L’école de danse Noah93
Hétéro, juste ce qu'il faut Hugo
What a TØS Sexaddict49
Première hard Tours37
Plan à 3 en extérieur Sylou69
Fouille révélatrice à l’aéroport KarlJ
La piscine Quentin94
Un sauna de verre Glaudoun
Défonce au camping Heysi37
Pauvre Cyrillo Romain
Mes dépucelages -01 XXL
Mes dépucelages -02 XXL
Le fils du shérif -01 Matt
Le fils du shérif -02 Matt
Le fils du shérif -03 Matt
Faire durer le plaisir Frank
Faire durer le plaisir -02 Frank
M Renart
M -02 Renart

La suite (9)

Le cul -02 chuuuut17
Un étudiant appliqué -09 Amical72
Un étudiant appliqué -10 Amical72
Un étudiant appliqué -11 Amical72
Mariage pour tous -14 Yan
Passion en toutes lettres -21 Romain
Passion en toutes lettres -22 Romain
Passion en toutes lettres -23 Cyrillo
Passion en toutes lettres -24 Romain

Aout 2019

Nouvelle

Amoureux de Dimitri Chopassif
Prof de sport Victobg
Lost in Cocktown Pititgayy
Il m’offre son c... Seithan
Jardinier bien bâti Virilbgmuscle06
Mes années de fac Louisallenk
Toilettes publiques Hugo
Anniversaire de mon beauf Linox
La Cage d’escalier Éric
Révélation au club de natation WhiteKnight
Mehdi, le livreur de pizza Pol
Les vices de l’internat Lloh
Le volleyeur et le rugbyman Dolto
Chienne à rebeu Larbin
Nils -01 Renart

La suite

Passion en toutes lettres -17 Romain
Passion en toutes lettres -18 Cyrillo
Passion en toutes lettres -19 Romain
Passion en toutes lettres -20 Cyrillo
La grosse bite de mon beauf -08 Ghost writer
Un étudiant appliqué -07 Amical72
Un étudiant appliqué -08 Amical72
Amour inaccessible -05 Miangemidemon
Nils -02 Renart
Mariage pour tous -13 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)