PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Les Chronique de Max -09

Les temps changent.
Nous sommes début juillet. À peine les sessions des examens finies que je m’envole pour Londres. Liam, mon frère, qui a 19 ans, y est pour ses études. Je reviendrai mi-juillet pour avoir mes résultats. Mon frère était heureux de me voir. Depuis tout petit, j’avais envie de visiter Londres, sans n’y avoir jamais mis les pieds. Voilà qui est fait. Liam est heureux de jouer les guides. Je suis très content de pouvoir passer quelques jours en sa compagnie, après les évènements que j’ai vécus ces derniers temps, j’ai besoin de changer d’air et de décors. À Londres, j’ai eu ce que je voulais. Cela me fit un bien fou. Alec me téléphone, me dire que les résultats allez être affiché dans deux jours. Le lendemain après plus d’une semaine en Angleterre accompagnée exceptionnellement de Liam, je rentre en France.

Comme convenu, le jour J, on allait voir les résultats. J’ai mon diplôme, Alec, par contre, est bon pour les rattrapages, le seul pour tout dire, Liam nous laisse pour régler des affaires personnelles. Alec et Laura me disent qu’on rendez-vous avec Damien, celui-ci nous attend sur la place de la comédie. On prit ma voiture. Je déposais Laura et Alec à proximité de la place, et allais me garer, quand je les rejoignis, une discussion animée avait lieu entre Alec et les autres, Laura au milieu essayant de calmer le jeu en vain. J’entendais juste la fin de la phrase de Damien :

D «Je reste humain.»
M : «Et quel humain…»
D : «Ah, t’es là toi, je te croyais en Angleterre.»
M : «On est rentré hier avec Liam, je viens voir mes notes.»
D : «Y a d’autres mensonges ou c’est bon là ?»
M : «Mais pourquoi tu t’énerves ? Je ne te reconnais pas.»
D : «Il se passe que j’en peux plus d’être gentil parfois. Ça se mérite. Tu comptais me reparler quand ?»
M : «Je ne sais pas... Je pensais que tu allais venir.»
D : «Ouais comme toujours, c’est l’amoureux transi qui doit venir, faire le premier pas... Heureusement que mes parents gagnent bien leur vie hein.»
M : «Tu crois que je ne fais pas d’efforts pour toi ?»
D : «Je ne crois que ce que je vois. OK, je n’ai pas toujours été là, les torts sont partagés. Mais je suis vexé.»
V : «On va trouver une petite brasserie sympa ?»

Comme je m’en doutais, une brasserie coûtant un bras est choisie, par qui par la bande de Damien, d’ailleurs ce dernier et Valentin se proposent de payer pour tout le monde, trop sympa. Mais Damien et plus que glacial, je le reconnais plus, mais que se passe-t-il ? Les pics venant de sa part fusent et me touchent, mais je ne dis rien, je n’aime pas cette ambiance, puis il prend du vin qu’il boit. Damien boit du vin, c’est nouveau, il n’a jamais bu d’alcool :

M : «Tu prends du vin toi ?»
D : «C’est un vin blanc très sucré. Et quand je suis agacé ça arrive.»
M : «C’est moi qui t’agace ?»
D : «Peut-être bien.»

L’orage gronde à l’horizon de gros nuages noirs arrivant au galop, la tempête va s’abattre sur notre table. Une fois servies les entrées, les hostilités commencent à cause d’une réflexion de Damien que Thomas ne laisse pas passer, c’est vraiment une sale ambiance en rapport avec Damien et Valentin :

Al : «Une fois que Damien vient ici, tu le suis et c’est lui ton prochain ?»
T : «Mais tu vas te calmer ou je t’en colle une ? Si Damien vient ici, il le suit et moi, je le suis. Et même si c’était le cas, en quoi ça te regarde ? Il t’a gentiment refusé, il me fera pareil si ça lui chante. Maintenant, comme il est gentil, il ne fera rien contre toi, mais moi non, rien ne m’en empêche.»
V : «S’il te plaît arrête…»
T : «OK bébé.»

Entre Thomas et Valentin, tout est clair, ils sont ensemble, ça me désole après ce qu’il y a eu à la maison de la plage, je ne comprends pas le rouquin, il avait clairement dit qu’il ne se passerait rien, ou du moins, c’est ce que j’avais compris, mais je suis d’accord avec mon pote, Valentin change de mec très souvent, il couche avec tous les mecs de sa bande sauf Marc à ce que je sais, mais il y a tous ceux dont je ne sais pas, je secoue imperceptiblement la tête. Damien continue à boire beaucoup trop, il n’a pas l’habitude, il en est déjà à une demi-bouteille, et recommande une demi pour Alec et Laura semble-t-elle. Son regard est noir, il ressemble tellement à sa mère à ce moment précis :

M : «Bon arrête de me regarder comme ça, on dirait ta mère.»
D : «Ouais ben ptet qu’elle avait raison.»
M : «À quel propos ?»
D : «Que tu ne m’apportes que des problèmes. Que j’aurais dû me méfier de toi, car tu n’es plus le même que j’ai connu.»
M : «Tu t’entends ? Sérieux, je te rappelle que mes parents m’ont mis à la porte, et je n’ai pas fait exprès de me faire violer !»
D : «OK, depuis qu’on s’est quitté, tu as eu que des emmerdes, mais ça t’a pas fait tellement grandir. T’es resté un gamin ! Je n’ai pas besoin d’un gamin, mais d’un mec ! Et en même temps, tu n’as pas repoussé direct les avances de cette connasse, après tu t’étonnes qu’elle se vexe quand tu ramènes ton mec !»
M : «Je suis un gamin ? Parce que tu crois que t’es adulte toi ?»
D : «Non, mais même Valentin est un peu plus mûr que toi !»
M : «En attendant au lit, ça ne te gêne pas de coucher avec un gamin.»
D : «Bah tiens puisque tu en parles, si un peu ! Avec toi, je suis tout le temps strictement passif. Oh, à une exception, c’est vrai, j’ai eu le droit à une pipe. Tu ne me connais même pas, tu ne sais même pas que je suis versa.»
M : «Et pourquoi tu le dis maintenant ?»
D : «Je ne voulais pas froisser le petit Alpha que tu es. Puis comme on a des mensonges des deux côtés, autant mettre la vérité sur la table aujourd’hui. Pourquoi Laura n’a pas dit que t’étais là.»
M : «Parce que je ne savais pas si je voulais te voir, si j’étais prêt. Et si c’est ça… Tu sais à part pour sucer sinon tu n’as pas été le meilleur hein.»
D : «Ravi de savoir qu’aucun de nous n’a été satisfait sexuellement alors. Je me serais mieux épanoui en étant strictement actif avec celui qui est aujourd’hui mon frère.»
M : «Bah, baise-le. Ah, mince, il est pris !»
D : «Contrairement à toi, dommage !»
M : «Qu’attends-tu, romps ? T’es venu jusqu’ici pour ça en fait.»
D : «Ouais, je romps. J’étais venu pour voir mon mec, mais il n’a pas besoin de moi, le dernier truc que je t’ai dit c’était presque une supplication. C’était là dernière fois que j’étais à genoux. Alors ce qu’on va faire, on va aller à l’appart, on va mettre tes affaires de côté, on loue un camion et je t’amène ça où tu veux. Ah, je te rends ça déjà.»

Furieux, hors de lui, l’orage à éclater, Damien me rend le bracelet que je lui offert lors de nos fiançailles, la rupture et définitive vient d’être acté. Plus possible de revenir en arrière. Ma surprise laisse place à une colère, nos deux visages expriment une telle colère, je tente une ultime approche, pour désamorcer une situation critique :

M : «Tu ne vas pas changer d’avis ?»
D : «Aucune chance. Ma décision est prise.»

J’ai envie de pleurer, mais je me contrôle, je me retiens, Laura pose une main sur mon bras, elle ne dit rien, mais son regard me suffit, on se comprend elle et moi. Damien à une larme qui coule, c’est lui qui rompt, ce n’est pas moi. On s’est bercé de tellement d’illusion pendant ces derniers mois. Damien ne veut pas faire traîner les choses, dans une heure, je dois le retrouver à l’appartement pour effectuer le déménagement. Alec et Laura repartent, une heure plus tard, je suis sur les lieux. Il eut encore quelques échanges bien sentis des deux côtés.

Tout ce que je garde et emmenais chez Grégoire et Alice, comme d’habitude, Damien a sa petite cour, c’est vraiment pathétique, il donne ordre à ses sujets de tout décharger, il ne salue même pas mes parents, il repart comme il est venu, avec un adieu, il est d’une grossièreté incroyable, après l’aide de Grégoire, ils n’ont rien à voir, choqué mes parents veulent une explication :

M : «C’est fini.»
G : «Bien, c’est votre vie.»
A «Il aurait pu être poli, quand je pense qu’il est venu mange ici, et que Grégoire lui à proposé un poste»
G «Laisse tomber Alice, Max viens, on met tout ça dans le garage»

Je passe la nuit chez mes parents, une nuit très agitée et courte, me tournant et me retournant. Il est temps pour moi de penser à mon avenir, dès le lendemain afin d’être plus près du centre-ville et à la demande de mon ami, je m’installe chez Alec, on devient colocataire. Liam repart dans deux jours, avec l’aide de Laura organise un repas, Adrien, Mel, Alec, Jen, Liam, Alec et moi serons pour une dernière fois tous réunis. Adrien et Mel quittent le sud pour la Bretagne, mes deux amis toujours ensemble ont trouvé un emploie, Liam repartira à Londres sa vie est là-bas. Seul Alec, Jen et moi restons dans le sud, pour le moment. Le soir du repas, tout le monde est là. Jen est en retard, mais elle a prévenu. Une chose inédite se produit quand elle arrive, elle salue tout le monde, mais face à Alec une tension surprenante se crée, ce qui m’intrigue :

LI : «Jennifer»
J : «Bonjour Liam, je suis très contente de te revoir après tout ce temps.»
M : «Euh… Je me souviens vous avoir présentés».

Et oui, Liam est parti en Angleterre il y a deux ans. Depuis, il vit là-bas, c’est la première qui revient en France, Jen, je le connais depuis environ un an et demi, elle a intégré notre petit groupe rapidement, leur familiarité est curieuse, Liam répond :

LI «Oui on se connaît, cela remonte à un peu plus deux ans»
J : «Exact, Max on se connaissait pas à l’époque»
M : «Oh il y a pas de prob…»

Pas le temps de finir ma phrase que mon frère et mon amie s’embrassent passionnément, sous mes yeux effarés. Adrien et Alec échangent un regard en souriant, Laura et Mel s’écrie en cœur, «c’est lui ?». Les deux principaux personnages mettent un terme à ce baiser, tous les regards se tournent vers les deux filles :

M : «Quoi, c’est lui»
LA : «Jen tu lui expliques.»
LI : «Je m’en charge, avant de partir pour Londres, j’ai rencontré une fille avec qui on a accroché, c’est avec elle que…
AL “Que tu as perdu ta virginité, grâce à Jen, tu n’es plus puceau.”
AD : “Tu l’as dépucelé, Jen ? Mais attends avant de partir à Londres ?”
Jen “Oui, je sais, il en avait dix-sept et moi vingt et une, il était mineur, mais désoler, mais tu fais plus vieux Liam.”
LI : “Mais j’en garde un excellent souvenir”

Abasourdi par cette révélation, j’avais gardé le silence, essayant de bien enregistrer l’info. Je n’en revenais toujours pas, regardant Jen un peu perdue, je lui dis :

M : “Jen, c’est mon frère, il avait que dix-sept ans, il est trop jeune, c’est mon frère”
J : “À l’époque je te connaissais pas, j’ai couché avec des garçons sans savoir que j’ai couché avec le frère d’un futur ami, aussi bien un soir j’ai couché avec frère d’Alec sans le savoir, je ne te connaissais pas.”
AL :» Tu as couché avec mon frère, je suis fils unique.»
LI : «Légalement, je ne suis pas si jeune pour ces trucs-là.»

Il avait tellement raison, je ne savais que penser de cette ancienne ou nouvelle relation, Adrien voix de la sagesse vint nous dire son point de vue toujours apprécié :

AD : «Max, ce n’est pas si mal en fin de compte, bon oui, elle est plus vieille que lui, mais tu devrais te réjouir que l’une de tes amies et ton frère soient ensemble, au moins tu auras à te méfier du mec ou de la fille.»

Bizarrement, la remarque ne me semblait plus si sage que ça. Mais je me rangeais à son avis et ne dis plus rien changeant subitement de sujet. Le repas se poursuivit dans la joie et la bonne humeur, ses mains dans la main que Jen et Liam quittèrent la soirée après le départ de Mel et Adrien. Alec, mort de fatigue, partit se coucher laissant Laur et moi seul, pour tout remettre en place, une fois finie, on se posait sur le canapé :

L : «Enfin fini»
M : «Oui merci pour ton aide, on forme une bonne équipe»
L : «Comme toujours mon cher Maxime»
M : «Laura on est très amis, toi et moi, je te pose une question personnelle ?»
L : «On peut dire qu’on a dépassé le stade de très bons amis, “meilleurs amis” serait plus correcte, mais vas-y poser ta question»
M : «Tu as déjà imaginé notre vie si toi et moi, on n’avait pas rompu, si on n’avait pas fait une erreur.»
L «Si bien sûr, mais Max souviens toi que si on a rompu, c’est parce qu’on avait rien en commun, on s’entend sur rien, a part le sexe, on s’entend mieux depuis qu’on est plus ensemble. Et tu étais attiré par un beau mec.»
M : «Anthony ?»
L : «Anthony»

N’allant pas plus loin, Laura partit. Je me retrouvais seul dans mon lit avec mes pensées et mes souvenirs. Ce soir-là, je me fis du bien en solitaire, ce ne fut pas aussi bien que dans mes souvenirs, mais réussi à faire retomber la pression. La dernière fois fut dans le chalet ou Nicolas m’avait grillé, avant lui-même, de s’y mettre. Le lendemain, je devrais changer les draps. Ce que je fis sans me faire choper par Alec.

Sortit pour ses révisions en vue du rattrapage, j’étais seul à l’appart d’Alec. J’étais en train de surfer sur le net quand on sonna à la porte, j’allai donc ouvrir. La vue de la personne le choc fut immense, j’eus du mal à parler, mais je me ressaisis bien vite :

V : «Bonjour Maxime, on peut parler, c’est important.»
M : «Vénus que fais-tu là, comment m’as-tu trouvé, tu es la pire personne que je connaisse, comment peux-tu venir chez moi ?»

V : «Écoute, je sais que ce que j’ai fait est mal, mais j’ai changé.»
M : «Mal ? Tu m’as drogué et violé.»
V : «Tu as dit ou tu habites, en y allant, j’ai vu ton pote sortir d’ici, j’ai tenté le coup.»

Malgré tout, je m’écarte pour la laisser entrer par la peine que tout l’immeuble sache ce qui se passe, elle a changé. Plus de vêtements serrés, mais amples, je m’assis dans un fauteuil, elle sur le canapé :
M : «Soit rapide, je veux que tu sois parti avant le retour d’Alec, dans moins d’une heure»
V : «Après cette maudite nuit, j’ai changé de vie, j’ai démissionné du club. Puis, je me suis rendu compte de quelque chose».
Elle se lève et plaque son t-shirt, elle a un peu de ventre, mais bon, je ne comprends pas son petit jeu. Elle le remarque et reprend sa place, elle me sourit sous mon regard glacial et dur, d’une noirceur presque égale à celui que je fis à Damen, lors de la dernière fois où l’on s’est vu :

V : «Je suis enceinte. Tu vas être papa Maxime.»
M : «Pardon ? Tu es sûr de ce que tu dis, il est peut-être d’un autre».
V «Depuis, avril, personne sauf toi, je suis enceinte trois mois, fais le calcul, tiens si tu me crois pas j’ai les papiers du gynécologue que j’ai vu»

Je prends les papiers qu’elle me tend que je parcours et lis rapidement, mais attentivement. Il semble qu’elle dise vrai, elle me propose qu’à la naissance de l’enfant que je fasse un test de paternité, je serais fixé, mais elle insiste qu’elle connaît déjà la réponse. J’ai besoin de réfléchir, elle me laisse un numéro de téléphone, où la joindre. Puis part. Je reste assis dans le fauteuil perdu dans mes réflexions, je n’entends pas Alex rentrer, il me fait sursauter en posant une main sur mon épaule. Je lui dis tout, le fait que Vénus soit venue lui déplaît, mais il écoute sans rien dire. À vrai dire, il ne sait pas quoi répondre. C’est Alec.

Alec réagit comme à son habitude, il me propose une soirée en boîte. Je refuse catégoriquement, ce n’est pas ça qui va changer la donne. Mais il insiste et argumente, cela me fera penser à autre chose le temps d’une soirée, de plus je dois m’amuser. Après une heure de discussion, je finis par céder et accepte. L’endroit où m’emmène Alec est l’une des nouvelles boîtes en ville. Elle a une bonne réputation. Grâce à Alec qui connaît le videur, un ancien copain de classe à lui, on ne fait pas la queue, on rentre directe. La décoration et la musique sont super bien. Rapidement, Alec m’abandonne au bar, pour se joindre à un groupe ou un châtain qu’il connaît l’appelle. Je souris, je reconnais bien là mon ami. On est là plus pour lui que pour moi. Je me retourne vers le barman pour commander, mais voyant son visage, sur reste bouche bée. Une foule de sentiments et de souvenirs remonte en surface, c’est le jour des surprises aujourd’hui, il me reconnaît aussi, je me souris, je me ressaisis :

M : «Anthony ?»
À : «Maxime, je suis content de te revoir»
M : «Je dirais surpris, mais que fais-tu ici à jouer les barmans, tu es revenue quand ? Tu as fini tes études, tu devais être parti à Lille»
À : «Du calme, je te sers à boire un truc ?»
M : «Oui un soda. Mais…»
À : «Je finis dans une heure, attends-moi, je te dirais tout.»
Une heure plus tard, il me rejoint et me propose d’aller marcher au bord de l’eau un peu plus loin, pourra y parler tranquillement. La nuit est claire ; la lune se reflète parfaitement sur la mer calme, on est presque seul. Il est à peine plus grand que moi ; la dernière fois que je l’ai vu j’avais tout juste vingt ans, j’en ai vingt-quatre aujourd’hui :
À : «Je suis parti effectivement à Lille pour mes études. Surplace, j’ai intégré un programme qui m’a permis de passer plus rapidement le diplôme sportif de mon choix. J’ai donc fait trois cycles au lieu de quatre. Puis j’ai travaillé dans une salle de sport là-bas pendant un an environ. Puis le sud me manque, je suis revenu, je travaille dans un club en tant qu’entraîneur de natation. Je suis revenu il y a presque un an. Je voulais reprendre contact avec toi, mais j’me suis dit que tu étais passé à autre chose»
M : «Oui je ne t’avais rien promis et j’ai continué ma vie, je viens d’avoir mon diplôme comme toi, je rentre dans la vie active. Je sors d’une longue relation intense avec un ami d’enfance.»
À : «Damien, tu m’as parlé de lui comme ami d’enfance, je me souviens de nous, Max, Tu m’as tellement manqué»
M :» Toi aussi»

Sans que je sache comment ni pourquoi, on était enlacé l’un et l’autre en train de s’embrasser. J’avais envie de lui et lui de moi apparemment :

A : «J’habite juste à côté.»
M «Alors allons-y»

Max

Killianwest@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Les Chronique de Max - Retour aux premières amours - Les joies du camping

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)