PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Mon nouveau compteur

Bonjour à tous,

Voici une nouvelle histoire, j’espère qu’elle vous plaira. Pour rappel je fais 1m90, 84 kg, brun, yeux marron, costaud, poilu et barbu.

Pour la petite info, j’ai déménagé récemment, et comme la plupart d’entre vous j’imagine, j’ai été obligé de changer mon compteur électrique en faveur de la nouvelle version Linky. J’ai donc pris contact avec leur service pour prendre rendez-vous et j’attendais ensuite le jour ou le technicien allait venir chez moi. Ayant vu plusieurs pornos à ce sujet, je nourrissais un fantasme à l’idée qu’un beau mec vienne faire son boulot dans mon appart et que je m’occupe de lui ou qu’il s’occupe de moi peu importe. Je l’avais déjà fait dans un ancien appart et j’avais prié pour avoir un beau mec, mais malheureusement je n’ai pas eu cette chance et je suis tombé sur un vieux assez sympa tout de même. Je ne me faisais donc pas d’espoir quant au type que j’allais recevoir.

Je l’attendais donc entre midi et deux, installé sur mon canapé et au bout de quelques dizaines de minutes d’impatience, le technicien sonna à la l’interphone. Il avait une voix grave et puissante. Je l’invitais à entrer dans l’immeuble en lui précisant que l’ascenseur était en panne et que mon appart était au 3é étage. Il sonna enfin à ma porte. En l’ouvrant, je fus tellement surpris qu’aucun son ne sortit de ma bouche. L’homme devant moi était vraiment canon, aussi grand que moi, des cheveux courts blonds foncés, une belle barbe assortie, des yeux marron tellement expressifs et un visage sérieux, mais bienveillant. Il devait avoir une trentaine d’années. Son corps tonique était moulé sous sa combinaison grise et bleue.

Le pauvre garçon était trempé de sueur, ses cheveux étaient déjà plaqués sur son front et il respirait rapidement. Mon appart étant en plein soleil, il faisait aussi très chaud en cette fin d’été. J’avais également des auréoles sous les bras avec cette chaleur. Il se présenta et me demanda directement ou était la bête. Je lui aurais très bien répondu qu’elle était dans mon jean avant de lui montrer le coffret avec mon compteur qui était en hauteur. Ce magnifique technicien commença son boulot et je ne pouvais m’empêcher de rester à côté de lui pour profiter de cette délicieuse odeur de mâle. Ma tête tournait presque avec les grandes inspirations que je faisais et ma queue se gonflait progressivement dans mon pantalon. Alors que j’étais debout derrière lui dans la cuisine pour lui servir un rafraîchissement, il ôta sa veste, révélant un torse assez poilu et ferme et des bras musclés dépassant d’un marcel gris. De larges taches de sueur humidifiaient le tissu sous ses bras et dans son dos. J’avais vraiment du mal à me contenir. Il dégageait une odeur enivrante à souhait. Je préférais me vautrer dans mon canapé en faisant mine de jouer avec mon portable tout en le matant du coin de l’œil.

– Excusez-moi, mais je vais devoir vous demander un peu d’aide.
- Oui pas de souci ! dis-je en avançant vers lui.
– Vous pouvez tenir le compteur pendant que je prends mes outils pour le visser ?

Je m’exécutais et levais les bras pour tenir l’appareil, exposant les magnifiques auréoles sur ma chemise. Je jure l’avoir vu respirer profondément l’espace d’une seconde avant de se tourner vers sa caisse à outils. Il continua son travail et vissa le compteur. Il levait les bras en montrant ses aisselles velues et je ne pouvais m’empêcher de baisser la tête et de fermer les yeux. Alors que je croyais qu’il avait terminé il me demanda de rester dans cette position pour éviter qu’il ne tombe. Je restais donc ainsi ne sachant pas ce qu’il faisait. J’entendais juste des bruits de froissement de tissu cependant je ne pouvais pas me retourner pour vérifier.

Soudain je sentis ses mains courir sur ma chemise et avant que je ne réagisse son torse était collé à mon dos et ses bras m’entouraient. Je remuais quelque peu, lâchant le compteur qui était bien accroché, et sa bouche se colla à mon oreille. Je sentais son paquet frotter contre mes fesses et j’entendais qu’il prenait de profondes inspirations, reniflant mes phéromones.

- Tu sens tellement bon ! dit-il en soupirant.

J’avais compris que j’allais bien m’amuser avec lui et je me retournais pour lui faire face. Il avait ses bras de chaque côté de moi et j’étais acculé par le mur. Même si j’avais voulu m’enfuir je n’aurais pas pu. De toute façon je ne le voulais pas ! Je le regardais dans les yeux et je remarquais une telle convoitise presque bestiale. Sans attendre il fondait sur moi et sa bouche s’abattit violemment sur la mienne. C’est lui qui dirigeait et ça m’allait très bien j’en avais besoin. Il me roulait un bon patin plein de salive. Je me donnais complètement à lui, sentant sa langue explorer les moindres recoins de ma bouche. Puis ce fut à mon tour de plonger ma langue dans la sienne, léchant toutes ses dents et combattant sa langue tout en salivant abondamment.

Mon technicien en profitait pour déboutonner ma chemise. Il était doux dans ses mouvements, mais direct. Il savait qu’il avait l’ascendant sur moi et que je ne me rebellerais pas donc il pouvait faire ce qu’il voulait. Il exposa donc mon torse poilu et me retira ma chemise qui termina sur le sol. Il passait sa main dans mes poils, effleurant mes mamelons sensibles avant de finir par glisser ma main sous mon bras. Il retira ensuite sa main recouverte de ma sueur la portant à son nez et pris une bouffée intense avant de me donner ses doigts à lécher, me permettant de savourer ma transpiration. Je suçais ses doigts avec plaisir et il en profitait pour jouer avec ma langue et l’intérieur de mon palais. Quand il jugea ses doigts suffisamment propres il retira sa main de ma bouche et se repencha vers moi pour m’embrasser langoureusement. J’adorais ce type !

Il leva ensuite son bras pour me montrer son aisselle poilue. J’avais bien compris le message, mais j’attendais qu’il me montre la voie à suivre. Comme ci il lisait dans mes pensées il me saisit la nuque de son autre main et plaqua mon visage sous son bras. C’était un délice ! Mon nez s’enfonçait dans cette forêt blonde et odorante et je ne pus m’empêcher de sortir ma langue pour laper la sueur sous son bras. Il gémissait bruyamment et je fus surpris quand il souleva également mon bras pour plonger son visage dans mon aisselle. Nous étions donc chacun avec un bras levé et le visage sous le bras d’un autre homme. J’étais aux anges quand il commençait à lécher le dessous de mon bras et nous gémissions à l’unisson.

Il broyait son paquet dans le mien et je sentais très bien ce qu’il voulait. De ma main libre, je détachais sa ceinture et fis glisser son pantalon et son boxer trempé autour de ses chevilles. J’en fis de même de mon côté avant de saisir la bite plutôt impressionnante qu’il avait entre les jambes. J’allais me régaler ! Il gémit et retira son visage recouvert de ma transpiration et j’en fis de même avant de l’attraper par la nuque pour l’embrasser passionnément encore une fois. Nous mélangions nos salives et nos sueurs à travers ce baiser et le résultat était encore meilleur que ce que nous attendions.

Je n’en pouvais plus je devais gouter cette queue qui était entre mes mains. J’attirais mon technicien vers le salon et le fis s’assoir sur le canapé complètement nu. Il était tellement beau ! Je me positionne à genoux sur le sol, entre ses jambes et m’emparais de cette bite superbe au gland plein de mouille avant de la gober. La tête de son membre emplissait ma bouche et il plaça sa main sur ma tête pour m’obliger à prendre un peu plus de sa bite dans ma bouche. Son gland tapa l’arrière de ma bouche me déclenchant un haut-le-cœur cependant je m’appliquais à le satisfaire. Et c’est après quelques tentatives que je réussis à faire glisser l’intégralité de sa queue dans ma bouche et dans ma gorge. Je le suçais comme cela pendant dix bonnes minutes, alternant entre sa queue et ses couilles velues.

– Arrête mec sinon je vais te remplir la bouche et je veux tester ton cul avant, me lança-t-il.

C’est avec un grand regret que j’abandonnais ma fellation sachant que mon cul aller être comblé…
Il me positionnait donc à quatre pattes sur le canapé et sans chercher plus il crachait sur son gland et l’enfonça directement dans mon cul. Je hurlais un peu sous l’assaut. Il ne m’avait pas épargné et il le savait. Il s’arrêtait quelques minutes pour me laisser m’habituer à son intrusion, mais le vrai mâle en rut à l’intérieur le surpassa et il commença son va-et-vient dans mon fondement. Mon technicien m’a pilonné le cul pendant un bon moment. Ses cuisses claquaient sur mes fesses, il me balançait des gros coups de reins et je luttais pour compenser sa bestialité. Autant au début j’avais mal, mais le coulissement de son gros morceau de chair agrandissait mon trou et le plaisir grandissait en moi. Je couinais, soupirais et gémissais de plus en plus fort.

Lassé de cette position, mon technicien sortit sa queue provoquant une sensation de vide en moi et me retourna d’un coup pour me mettre sur le dos. Il releva mon fessier avec un coussin, se positionna entre mes jambes et replongea au plus profond de mon être pour mon plus grand plaisir. Il reprit ainsi ses allées et venues en moi en maltraitant ma prostate. J’étais submergé par les vagues de plaisir. Il accélérait de plus en plus, je me disais qu’il allait bientôt jouir cependant il m’attrapait le bras pour le coincer au-dessous de ma tête et il enfonça son visage une nouvelle fois dans mon aisselle pour profiter de ma sueur.

Il me bouffait ainsi le dessous de bras tout en me culbutant. Ses coups accéléraient et je sentais qu’il n’allait plus tarder. Ma prostate était malmenée par son pieu. J’attrapais ma queue et la branla tout en profitant de son mandrin dans mon trou et de sa langue dans mes poils. Il continua à me baiser et sans prévenir, il envoya plusieurs giclées de jus dans mon arrière-train. Il était essoufflé, moi je n’avais pas encore joui. Tout en restant en moi il attrapait ma queue pour me branler rapidement et m’embrassa à pleine bouche pour me faire gouter ma transpiration mélangée à sa salive. Il ne m’en fallait pas plus pour jouir dans sa main tout en couinant dans sa bouche.

Nous étions épuisés, suffoquant, et cette baise fut la plus belle de ma vie. Mon technicien devant reprendre sa tournée, il me remercia et prit congé pour mon plus grand désespoir. Je ne connaissais même pas son nom…

Fin

Bearwan

bearwan07@yahoo.fr

Autres histoires de l'auteur : Mon nouveau compteur - La lope de la famille - Le donjon SM de Dan - Mes deux papas - Etalon brésilien - Ancien pote, nouvelle chienne - Les frères Mateozzi et moi - Desperate Housewives - Les Jumeaux Scavo - Chris Evans VS Chris Hemsworth - Desperate Housewives - Délicieux cookies - Ancien - Prof d'enfer - Comment j'ai choppé mon père.Les joies du football - Papa de substitution - Lutte érotique - Deux nounours a New York - Jordy et moi - Une bonne baise avec toi - Transformers 4 - Soumis par son coloc - J'aime mon petit frère

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

5 juillet 2019

Nouvelles (13)

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite (4)

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)