Page précédente

 

Un petit coup de peinture

Je venais juste d'emménager dans mon premier appart. J'avais 23 ans.
Au cours de la première semaine je ne manquai spas d'avoir toutes sortes de visites : état des lieux, vérifications etc…

Jusqu’à ce vendredi après midi où l'on sonne à ma porte. Deux peintres délégués par l'office d'habitat venaient prendre rendez vous pour repeindre les radiateurs et la tuyauterie. L'un d'eux, le chef je suppose avait entre 40 et 45 ans et donnait constamment des ordres à son ouvrier, un mignon petit gars blond de 19 ou 20 ans. Après un état des lieux rapide nous avions convenu d'un rendez vous, afin de remettre à neuf ces radiateurs.

Le mercredi du rendez vous je ne travaillais pas. J'avais reçu un coup de téléphone du matin pour un rendez vous de job et je voulais vraiment changer de travail. La sonnette a retenti et j'allais ouvrir. Là devant mes yeux ébahis, mon petit peintre, un grand sourire aux lèvres : "j'viens pour les radiateurs m'sieur". Il demanda de pouvoir passer un bleu de travail. Je lui ai indiqué la salle de bains et après avoir déballé la peinture et les pinceaux et autres, il décida de commencer ... par la salle de bains.

L'heure de mon rendez vous n'était pas proche, mais je souhaitais arriver impeccable. Il fallait que je prenne un bain. J’allai donc voir le peintre et lui en fit part. "Pas grave m'sieur, j'vous laisse vous installer et je termine après. Je n'étais pas dans un vrai bain moussant de plus d'une minute que mon joli peintre frappait à la porte "jpeux continuer m'sieur ?" c'est que j'ai commencé alors...." je lui dis don de revenir et j'avoue que ça m'excitait un peu.

Pendant que je faisais trempette, il continuait son boulot... puis tout à coup je sentis une main par derrière me caressant les pectoraux et comme je ne disais rien, glisser jusqu'à ma queue qui avait durcie par l'excitation.
Je tournai la tête et en réponse il me roula une pelle tendrement.
Sa main me caressait le corps, la queue et les couilles.
Il tira sur le bouchon de la baignoire et fit couler l'eau et me dit de me ressuyer.

Je le fis sans broncher. Il me fit asseoir les jambes écartées. Là a genoux il se mit à me sucer lentement et rapidement me fit bander grave.
Sa langue me chatouillait le gland et ses lèvres glissaient sur ma verge excitée.
Il me pompa jusqu'à l'éjac et en pris plein la figure, mais après m'avoir caressé à nouveau se remis à me pomper goulûment.

Au bout de 4 orgasmes et les couilles vides, il me dit qu'il reviendrait le lendemain. J'ai dû battre tous les records de vitesse pour arriver à l'heure à mon rendez vous.

Julien

ddecaillon@ville-fachesthumesnil.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.