Page précédente

Dépucelage au sauna

Il est 17h quand nous sortons de table après un repas japonais très arrosé. Jean-Pierre me dit qu'il a envie d'aller faire un tour dans un sauna tout proche. Un peu éméché, un peu curieux, je le suis sans trop savoir à quoi m'attendre. Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais mis les pieds dans un sauna public, jamais eu de relation avec un mec et je suis loin d'imaginer Jean-Pierre me branchant sur un plan avec lui car je sais qu'il est résolument hétéro.
Petit passage rapide à l'accueil où l'on nous remet serviette, peignoir....et préservatif. Mon coeur bat la chamade et je me demande bien ce que je vais découvrir en arrivant au premier étage.

La première pièce que je découvre comprend une série de casiers et un canapé sur lequel sont assis une dizaine de mecs en peignoir qui matent notre arrivée. Un peu perdu, très excité, j'imite Jean-Pierre qui se déshabille intégralement et se met en peignoir aussi.
Mon regard est attiré par une grande pièce plus sombre entourée de banquettes sur lesquels 2 ou 3 mecs sont assis et matent une vidéo sur un écran géant.
Pour l'instant, je trouve cela plutôt glauque.

Je continue de suivre Jean-Pierre qui semble Jean-Pierre parfaitement les lieux. Nous sommes prêts à entrer dans le hammam quand une femme vêtue d'une serviette en sort avec 3 mecs à la suite. Je n'y accorde pas plus d'importance que ça mais commence à être rassuré de savoir qu'une femme vient ici.

Nous nous mettons nus, accrochons nos peignoirs à l'extérieur et entrons dans le hammam. Deux mecs s'y trouvent déjà. Je les distingue à peine. L'ambiance surchauffée et humide du hammam, ajoutée à l'effet des fioles de saké que nous avons ingurgité me met dans un état d'excitation maximum. Avec Jean-Pierre à côté, je n'ose bouger. C'est un copain de très longue date. Jamais je n'oserai un geste vers lui et sa simple présence me bloque.

Nous passons 3 minutes tous les 4 à l'intérieur. L'un des deux mecs que je distingue à peine me touche le pied. J'imagine bien ce que cela veut dire, mais n'ose bouger ou répondre.
Jean-Pierre quitte assez rapidement le hammam et je me retrouve seul avec les deux mecs. Mon cœur bat la chamade et ma queue commence à durcir d'un coup. Cette fois-ci, je me lance et tends ma jambe vers le mecs qui m'a effleuré quelques instants avant.

Mon pied atteint directement sa queue et ses couilles. Il est raide comme un bambou. Il s'avance aussitôt vers moi, s'agenouille entre mes jambes et englouti ma queue à pleine bouche en me caressant les couilles. Je suis si tendu que je crois que je vais lui gicler dessus tout de suite. C'est la première fois qu'un mec me suce et....j'adore.

Rassuré par la facilité de ce contact, je tends ma main vers la queue du second mec assis à côté de moi. Il ne dit rien t me laisse faire. Elle est très dure, chaude et je ne tarde pas à me baisser pour le prendre à mon tour en bouche. Quel bonheur !!!!

Je fais coulisser son membre entre mes lèvres pendant que l'autre me suce à merveille. Je cale mes propres mouvements sur ceux du mec qui m'aspire, accélère le mouvement, et branle mon voisin jusqu'à sentir son sperme m'envahir la bouche. Ne pouvant plus me retenir, je gicle en même temps dans la bouche de mon suceur qui grogne de bien être et avale goulûment mes longs jets de foutre.

Mon voisin sort et je le suis sans un mot tandis que mon suceur reste dans le hammam. Face au hammam, je vois un espace avec des douches ou je retrouve mon "voisin" qui se nettoie la queue encore raide. Pas, un mot, juste des regards.

Je l'imite et me retrouve rapidement seul sous la douche. Je ne vois plus Jean-Pierre, mais me dit que ce n'est pas plus mal car maintenant, j'ai envie de me laisser aller et de profiter pleinement de tous les recoins de l'endroit. En sortant de la douche, je vois que la salle vidéo s'est un peu animée. Il y a du monde, mais je ne vois pas ce qu'il se passe.

Sur la droite, je repère l'entrée du sauna et y entre. Trois mecs sont dedans. Deux d'entre eux sont visiblement très chauds et quittent l'endroit quelques secondes après mon arrivée. Je reste seul avec l'autre que je reconnais puisqu'il agit de mon "suceur". Je m'installe sur un banc à 2 mètres de lui. Il ne tarde pas à me faire un petit geste et s'approche en parlant pour la première fois. Il me dit qu'il est accro à cet endroit et me propose d'aller dans une cabine.

Ne sachant pas de quoi il s'agit, je temporise et tends ma main vers sa queue qui est toute molle. Sans hésiter, il se redresse et approche son membre de mon visage. Je profite que nous soyons seul pour découvrir la joie de sentir une queue raidir dans ma bouche. Intrigué par sa proposition d'aller dans une cabine, j'arrête de le sucer et lui dit que je suis prêt à le suivre. Du coup, je ne me pose même plus la question de savoir où est Jean-Pierre. Je sais qu'il ne me cherchera pas et ne fera aucun commentaire alors je profite. Nous redescendons d'un étage avec nos peignoirs sur le dos. Arrivé dans la cabine, mon "suceur" devient très câlin.

Il m'enlève mon peignoir, se frotte à moi et je sens sa queue dure contre la mienne et contre mon ventre. Nouvelle poussée d'adrénaline pour moi...je me libère totalement et me frotte contre lui, le caresse et l'embrasse à pleine bouche. Je suis surexcité, prêt à tout. Je l'allonge sur une banquette dans cette cabine exiguë. Il est face à moi, les jambes relevées et la queue en l'air. Je le suce doucement est me demandant ce qui va suivre et ce que je dois faire.

Je pose un doigt sur son petit trou et commence à y entrer doucement tout en accélérant le rythme de ma bouche sur sa queue. Il a l'air d'apprécier. Je n'ai pas fait attention à ce détail, mais la porte de la cabine est restée légèrement entrouverte. Très concentré sur ce que fais à mon suceur et sur la suite, je ne vois pas un mec entrer discrètement. Je sens juste une présence qui se concrétise par deux mains qui le prennent les hanches et un membre gonflé qui se plaque sur mes fesses. Surpris, je me retourne.

C'est un black, antillais super bien foutu. Toujours prêt à tout découvrir cette fois-ci, je le laisse faire et reprends ma tâche sur mon "suceur" qui ne dit mot. L'antillais me caresse le dos et sa queue devient plus insistante. Je sens sa raideur entre mes globes et décide de le laisser faire.
Très vite, il s'écarte de moi quelques secondes. Je ne regarde pas ce qu'il fait mais je me doute bien qu'il ne va pas en rester là. Je profite du moment et de ma décision d'aller jusqu'au bout de ma première expérience. J'entends le déchirement d'un petit emballage et suis rassuré.

Sa queue fait à nouveau son apparition entre mes fesses, mais cette fois ci, je sens qu'il pointe son gland sur mon petit trou. Je deviens alors une véritable petite salope, la bouche pleine, branlant le cul de mon "suceur" et essayant d'ouvrir le plus possible mon anus pour sentir mon Antillais me pénétrer. Je n'ai aucune idée de ce que je vais ressentir, mal ou bien, mais apprécie de sentir son gland forcer tout doucement la porte de mon cul.

Je n'ai pas mal du tout et au contraire, des picotements de bien être me parcourent le corps. Ses poussées deviennent plus franches et je pousse de petits gémissements pour lui faire comprendre que j'aime ce qu'il fait. Ses mains me tiennent de plus en plus fermement les hanches. Je sens que je n'ai plu le choix. Sa queue est déjà à moitié dans mon cul et j'aime ça. Il s'enfonce d'un coup à fond. Son ventre touche mes fesses et ses cuisses sont contre les miennes.

Je ne peux retenir un râle de plaisir. J'arrête d'aspirer mon "suceur" car j'ai besoin de pousser de petits cris chaque fois que mon antillais coulisse en moi. En revanche, je commence à le branler doucement. La belle queue qui me pénètre accélère ses va et viens. Sans m'en rendre compte, j'accélère, moi aussi mon mouvement de branlette sur mon "suceur" qui semble apprécier le geste et la vue.

Concrètement, je n'ai pas vu la queue de l'Antillais, mais je la sens grosse et dure dans mon cul. Je n'ai pas mal et au contraire, je me surprends à aimer ses coups de boutoirs et à avoir envie qu'il aille bien au fond de moi à chaque mouvement.
Ce que j'ignorais, c'est que j'allais le voir rapidement grossir encore en moi juste avant d'exploser en poussant son premier cri.

Il se vide dans la capote, mais je le sens très bien jouir. Sans m'en rendre compte, j'ai tellement accéléré mon mouvement de branlette sur mon "suceur" que celui-ci m'attrape par la tête, me rapproche de sa queue et se vide dans ma bouche. Sans aucune réticence, j'avale tout en l'aspirant tout doucement jusqu'à la dernière goutte.

J'ai encore le membre antillais au fond de moi. Quand il se dégage, je ressens comme un grand vide. Il quitte la cabine sans dire un mot et je reste avec mon suceur et ma queue bien raide d'excitation. J'ai, moi aussi envie de me vider les couilles et je lui dit.

Il prend alors l'initiative, m'enfile une capote, se met sur le dos, les jambes en l'air et guide ma queue jusqu'à l'entrée de son cul. Je m'enfonce très vite en lui. Je l'entends gémir de bien être et je vois sa queue devant moi qui raidit à nouveau. Comme pris de folie, je lui laboure le cul de plus en plus fort. Mes cuisses claquent sur lui, mes couilles se balancent contre ses fesses.

Je jouis très rapidement et il se raidit et joui aussi sur son ventre. Je reste une minute dans lui. Nous échangeons quelques mots et décidons de retourner à l'étage pour nous remettre de nos émotions. La salle vidéo s'est franchement animée, mais je ne vois pas Jean-Pierre.

La femme que j'ai croisée tout à l'heure est maintenant allongée sur une banquette, nue, et une dizaine d'hommes la matent, la caresse. L'un d'entre eux lui tient la main, comme s'il voulait la rassurer tandis qu'un autre lui lèche la chatte. Nous admirons le spectacle. Dans le groupe d'hommes, je repère l'antillais, une serviette autour de la taille. Il a sorti son sexe et se branle en regardant la scène. Puis il s'approche, se met à genoux entre les cuisses de la femme et la pénètre.

Il sera le premier d'une longue série que j'admire avec mon "suceur". Je n'irai pas plus loin ce jour-là car je suis vidé, mais je me suis promis de retourner rapidement et seul dans ce sauna.

Après m'être habillé, je consulte mes messages. Jean-Pierre m’attend dans un bar juste à côté. Je le rejoins et nous buvons un dernier verre avant de nous séparer. Pas une seule remarque de sa part.

Bicoolfr

bicoolfr@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.