Page précédente


première expérience entre colocataires

Guillaume vient de se réveiller. Il regarde sa montre cela fait une heure trente qu'il s'est couché. Par le bas de la porte de sa chambre il voit une faible lumière. Il se lève pour l'ouvrir. Au bout du couloir il constate que le séjour est encore allumé alors qu'il l'avait éteint avant de se coucher. Il s'approche de la pièce et s'arrête à sa porte. La télévision est allumée. Il se sent son coeur s'accélérer et son sexe se gonfler. Il voit sur l'écran une femme terminant de se déshabiller s'approcher d'un homme puis elle passe sa main sur le caleçon de l'homme, elle en sort le sexe et commence à le masturber. Guillaume bande. Sans bruit il s'approche. Antoine son ami et colocataire assis au pied du divan ne l'a pas vu. Guillaume l'observe. Antoine est en caleçon. Sa main est passé dans la braguette et son mouvement ne laisse pas de doute à Guillaume: il se masturbe le yeux fixé sur la télévision. Guillaume sent son coeur accélérer, le sang afflue dans son sexe: il bande. Il s'approche doucement.

-Tu veux l'aide? Se surprend à demander Guillaume.

       Sursautant son ami le dévisage puis regarde le pantalon de pyjama de Guillaume dont le sexe  durci en modifie les formes.

-On dirai que toi aussi tu ne détesterai pas un petit d'aide, réponds Antoine.

       Les deux garçons restent silencieux. Les images pornographiques continuent de passer à l'écran. Guillaume se décide à s'asseoir à coté d'Antoine et rompt le silence quelques temps après.

-Tu regardes souvent ce genre de film?
-Non pas très, c'est la quatrième fois, répond Antoine.
-Et à part devant l'écran tu te masturbes souvent? Demande lentement Guillaume.
-Ben presque tous les jours et toi? Lui retourne Antoine.
-moi aussi répond Guillaume qui alors pose sa main sur sa verge et doucement la caresse.
-Tu n'as jamais eu envie de te faire masturber par quelqu'un. Lui demande Antoine.
-Si, répond Guillaume et après un silence il a jouta  «  pourquoi tu me le demandes, tu as envie de me branler? »
-pas spécialement mais j'aimerai bien qu'on me branle, dit Antoine.
-ah!
-On tire à pile ou face celui qui branle l'autre? Demande Antoine.
-Ok je vais chercher un pièce dit Guillaume.

A on retour Antoine dit « je prends face, donne je vais la lancer »     Sans laisser le temps de répliquer à Guillaume il se saisi de la pièce, la lance. « Pile! c'est toi qui branle! ».  Aussi rapide qu'il soit Guillaume a vu que son ami a triché, il a retourné la pièce habillement en sa faveur. Pourtant étrangement il ne proteste pas. A cette idée Guillaume a une bouffée chaleur, son coeur s'accélère.

       Les deux jeunes gens se regardent. Antoine pose une main sur celle de son ami et la guide vers le tissu tendu de son caleçon. Guillaume sent le pénis durci. Il tâte  le sexe à travers le tissu avant de le prendre à pleine main. Cela l'excite. Il commence à masturber Antoine. Sa main monte bien haut le long de la verge pour redescendre bien bas. Pour l'un et l'autre l'excitation monte. « Attends, dit Antoine déshabille toi j'ai envie de te voir nu ».  Guillaume a un peu de mal à s'exécuter, c'est la première fois qu'il est nu en érection devant quelqu'un: il retire sa veste de pyjama puis lentement son pantalon. Antoine lui ordonne « retire-moi mon caleçon ». Ils sont nus. Guillaume sa masturbation et lui caresse les couilles. Il prend un peu de salive et du bout des doigts il caresse le gland décaloté. Antoine gémit. Il sent que la jouissance approche. Antoine respire plus vite et laisse passer des râles de plaisirs. Alors Guillaume accélère son geste. Et rapidement un jet puissant de sperme sort du gland inondant la poitrine de son ami. Après un instant Antoine ramasse le pantalon de pyjama de Guillaume pour s'essuyer et dit « Tu peux te branler maintenant ». Guillaume prend son sexe tendu et se masturbe. Il éprouve un étrange plaisir à le faire devant son ami. Son excitation est telle que la jouissance est rapide.

       C'est fini ils ont tous les deux éjaculé. Antoine  se lève, éteint le téléviseur. La cassette vidéo est finie. Guillaume se lève à son tour, ramasse son pyjama. Ils vont dans leur chambre respective. Ils n'ont rien dit.
Le lendemain, au réveille, Antoine repense à la nuit . Le désir remonte dans son sexe. Et s'il osai? Il se lève, sort de sa chambre et s'approche de celle de son ami. Son souffle est court. Doucement il ouvre la porte et avance. Il se rapproche du lit et regarde Guillaume. Dérangé par la lumière Guillaume s'agite et ouvre les yeux.

-Je te réveille? Dit Antoine debout près du lit.
-Un peu, répond Guillaume.

       Ils s'observent. Voyant le caleçon déformé de son ami Guillaume sent son sexe durcir, il pense aussi à la nuit, il se dit « il va me demander de le branler » alors il dit «tu bandes? ».  Antoine rejette la couette couvrant son ami et voyant le bâton dans le pyjama dit « Je vois  que toi aussi ». Antoine s'assoit sur le bord du lit et ajoute:
j'ai bien aimé hier.
Guillaume se sent rougir il ne peut s'empêcher de fixer le tissu tendu du caleçon.
-J'ai envie que tu recommences, dit Antoine.
Guillaume pose une main sur la cuisse de son ami. Il ne cède pas encore alors Antoine le prend par le poignet et caresse son sexe avec la main de Guillaume. Alors celui-ci passe sa main dans la fente du caleçon et la verge. Doucement il commence à la masturber. Antoine à son tour glisse sa main dans le pantalon de pyjama de Guillaume pour saisir son sexe. Doucement ils se branlent. Leur plaisir monte. Guillaume prend le temps de caresser avec ses doigts la peau fine et lisse du gland d'Antoine qui en frisonne. Puis il reprend le mouvement de va et viens comme Antoine. Leur jouissance approche presque simultanément ils éjaculent.
-Sa fait du bien n'est-ce pas? dit Antoine.
-Oui.

        Par trois fois dans la journée de ce dimanche Antoine revient vers Guillaume pour se faire branler.

       Un tabous est tombé et Antoine en profite. Depuis ce jour il demande souvent à Guillaume de le masturber et de temps à autre il le branle aussi.  Mais petit à petit un désir s'installe il voudrait plus qu'une branle. Un soir il demande à Guillaume
- tu me branles ce soir?
-si tu veux.
-déshabille toi, j'aime te voir nu,

       Guillaume s'exécute. Il se met nu devant Antoine assis sur le canapé. C'est avec une certaine émotion qu'il retire son slip libérant sa verge déjà gonflée. Antoine se met torse nu et ordonne « retire moi mon pantalon ». Guillaume s'approche et s'agenouille. Son ami écarte les cuisses pour le laisser accéder à la braguette de son jean. Guillaume la déboutonne, il est un petit peu surpris de constaté qu 'Antoine a mis un slip de bain rouge. Son ami se soulève un peu pour qu'il puisse lui retirer son pantalon. Guillaume passe sa main sur le maillot de bain moulant le sexe d'Antoine mais lorsqu'il veut défaire le noeud du cordon de serrage Antoine lui attrape les mains et dit
« -attrape le cordon avec ta bouche,
-pourquoi dit Guillaume.
-j'en ai envie, rétorque Antoine.

       Guillaume sent une bouffée de chaleur monter en lui. Pour saisir avec  le cordon de serrage ses lèvres frôle à travers le le tissu le sexe d'Antoine. Cela le fait frémir. La première tentative échoue car le bout de cordon qui sort du slip est court. Guillaume comprend. Antoine l'a fait exprès. Il n' a pas d'autre choix pour l'attraper que de poser ses lèvres sur le sexe d'Antoine pour pincer avec ses lèvres le bout du cordon de serrage. Il tire sur le cordon qui échappe à nouveau. Il doit recommencer. Il doit presser un peu plus ses lèvres contre le tissus pour tenir avec ses dents le cordon et réussir à défaire le noeud. Il peut retirer le slip de bain pour libérer la verge  qui se dresse aussitôt. Il la prend  dans sa main. Il est toujours agenouillé devant son ami.
-t'as pas envie de tenter une nouvelle expérience, dit Antoine.
-laquelle? demande Guillaume le coeur battant,
- sucer.
-Tu déconnes?
-Non, cela fait un moment que j'en ai envie,
-Tu t'es déjà fait sucé?
-oui  c'est pourquoi je te le demande,
-Mais je n'ai jamais fais ça, dit Guillaume. » 

       De cette réponse, Antoine ne retient que son ami n'a pas dit non. C'est l'occasion après cela sera trop tard, il enchaîne:
« -t'as peur?
-...

       Guillaume regarde le sexe de son ami qu'il a lâché. Il sent une excitation monté en lui. Tout à l'heure lorsque sa bouche a frôlé le sexe d'Antoine pour saisir le cordon tout son corps a frémi. Son excitation redouble. Il regarde le gland d'Antoine. Il n'ose pas encore.

-et pourquoi je le ferai?
-pour me faire plaisir, tu ne sera pas le premier mec qui suce..., d'autre l'on fait ajoute Antoine en prenant la tête de Guillaume dans ses mains. Antoine se met sur le bord du canapé, son pénis est à quelque centimètre de la bouche de Guillaume. Doucement il appuie sur la tête de Guillaume et les lèvres de celui-ci touchent le gland. Antoine très excité ordonne « vas-y suce! » . Sous la pression Guillaume ouvre la bouche et laisse son ami y enfoncer son sexe. Après un instant d'inaction Guillaume commence à sucer comme un biberon le pénis. Tout son corps frémit. Il découvre une sensation nouvelle qui l'effraye mais la jouissance qu'il en ressent l'emporte. Il ferme les yeux. Doucement il passe et repasse sa langue sur le gland d'Antoine. Sa propre verge est tendu par le plaisir qu'il en éprouve. Il sort le pénis de sa bouche puis resserrant au maximum ses lèvres autour il l'enfonce le plus loin qu'il peut sa langue plaquant le gland contre son palais. A nouveau il repasse sa langue sur la base du gland c'est là qu'il sait qu'il peut donner un maximum de sensation.

       Antoine caresse la tête de son ami. Il vibre de plaisir.  Il sent monté en la jouissance . Il hésite va-t-il prévenir? Et puis non, le moment est trop jouissif.. Ses muscle se contractent, Antoine  joui faisant jaillir un jet de sperme dans la bouche de son partenaire. Guillaume surpris tente de reculer mais Antoine tient fermement sa tête l'obligeant à garder son sexe dans la bouche  « pompe moi à fond ». Cela dure un bref instant et il relâche Guillaume qui recule. Il remarque alors ses joues gonflées il comprend: Guillaume a gardé le sperme dans sa bouche « Avale empoté ! » lui ordonne-t-il. Guillaume déglutit et dit:
« -T'aurais pu me prévenir...,
-un peu... et puis quoi j'en avais envie,... comme ça t'as fait une totale... c'était géant, pour une première fois tu t'es bien débrouillé... Tu veux que je te masturbe?
-oui.
-Viens » dit Antoine en tapotant sur le canapé.
Guillaume se lève et s'assoie, son ami lui prend son sexe et commence le masturber. Ils se taisent. Antoine branle toujours Guillaume . Il accélère le rythme. Il entend le souffle de Guillaume devenir court. Le sperme éclabousse sa main, il continue de branler le phallus comme  un fruit pressé pour en sortir tout son jus.

       Le désirs et le plaisir sont retombés. Sans un mot les deux garçons s'essuient et ramassent leurs vêtements. Antoine éteint la télévision et dit « Je vais me coucher ». « Moi aussi » lui répond Guillaume. Et chacun se rend dans sa chambre.

LilloisSM

chti-mousse@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.