Page précédente

Fantasme d’une première fois

J’ai commencé à être attiré par les garçons dès le collège. Je fantasmais déjà sur certains de mes camarades de classe dès la 3ème. Je me souviens en particulier d’un certain Christophe V. et de son meilleur ami Hervé S. que je trouvais particulièrement attirant. Je ne me rappelle pas quel était exactement la nature de mes fantasmes, mais une chose est sûr c’est que je ressentais déjà une attirance sexuel envers certains garçon.

Arrivé au lycée, mes fantasmes se développèrent avec l’aide de quelques photos et vidéos pornos gay. Cependant à cette époque là je ne me sentais pas du tout homo. J’étais simplement attiré sexuellement par les garçons. Je n’imaginais pas pouvoir vivre un jour avec un homme ni en être amoureux.

En seconde je craquais sur un certain Cyril M. qui resta dans ma classe jusqu’à la terminal. Ce garçon m’a toujours fasciné et profondément attiré. J’en garde aujourd’hui un souvenir très précis et intense. Bien sûr j’ai en tête l’image de l’adolescent de 16 ans qu’il était en terminale, je ne l’ai jamais revu depuis. Cyril a sans doute forgé en moi mon attirance vers un certain type de garçons.

Il était d’un petit gabarit, un peu plus petit que moi, mince mais assez sportif. Il avait les cheveux blonds foncés, avec des reflets dorés, les yeux marron assez foncés, la peau mâte et enfin un sourire qui faisait craquer toutes les filles de la classe !

Oui la particularité de Cyril est qu’il était toujours entouré d’une cour de filles ! Il passait des heures a discuté avec ses groupies et ne traînait jamais avec des garçons. Cependant, à ma connaissance, aucune n’a jamais été sa petite amie en titre. Bien sûr à l’époque j’étais bien naïf et je n’y ai jamais perçu le signe d’une homosexualité potentielle…Les adolescents qui ne fréquentent que des filles sont en général pas bien décidé sur leur sexualité. Je ne saurais jamais ce qu’est devenu Cyril et s’il est désormais gay ou pas du tout. Est-il toujours aussi beau et attirant ? Sans doute !

A l’époque moi je n’étais pas très beau, car trop gros (75 Kg alors que j’en fais 60 aujourd’hui), et plutôt mal dans ma peau et peu sûr de moi. J’étais concentré sur mes seuls résultats scolaires et je vivais ma sexualité avec l’aide de ma main gauche, l’esprit plongé dans un univers de fantasmes sans limites.

Ainsi je m’imaginais sans peine vivre une amitié virile avec Cyril M. et découvrir avec lui les joies du sexe entre garçons…

…J’ai 16 ans et je suis en terminal. Nous sommes un samedi d’automne et je dois me rendre chez Cyril pour réviser les maths pour le bac blanc qui se prépare le mois prochain. Je suis assez fébrile car je vais passer la nuit chez lui vu que ses parents ne sont pas là. Après le boulot on va pouvoir se détendre avec des jeux vidéo et peut être un film ou deux.

J’arrive donc chez Cyril en début d’après-midi pour commencer nos révisions. Il habite une maison dans un lotissement fraîchement construit à Croissy sur Seine. Nous sommes au calme pour travailler et c’est ce que nous faisons sans regarder l’heure jusqu’à près de 18 heures. Cyril est un peu moins bon que moi en math, mais chacun y trouve son compte car en lui réexpliquant les cours je suis sûr de bien les apprendre. Et puis cela me donne un petit air de supériorité que j’apprécie bien…Je le trouve tellement beau qu’il m’impressionne alors si je peux reprendre l’avantage dans quelques domaines que se soient, je ne m’en prive pas !

Ca fait longtemps que je fantasme sur Cyril bien sûr mais je n’ai jamais tenté de lui faire part de mes envies. D’ailleurs le sexe est un sujet tabou entre nous. Je sais qu’il n’a pas de copine et il sait que je n’en ai pas. Je suis sûr qu’il est puceau tout comme moi.

Alors, mon étonnement est vraiment profond quand, alors que je range mes livres dans mon sac à dos, il pose une main sur ma cuisse et me demande si j’ai envie de me détendre un peu. Ses yeux brillants me jettent un regard pervers…Je ne sais plus quoi penser, je suis troublé….Un moment je doute de la réalité. Ce geste n’est qu’une marque d’affection, un simple geste de camaraderie comme une tape sur l’épaule.
Mais sa main reste poser sur ma cuisse, je la sens chaude à travers mon jeans. Il remonte vers mon sexe et je sens maintenant ses doigts faire pression sur mes couilles. Suis-je en train de rêver ?

Je sors enfin de ma torpeur et je lui dis que j’ai également très envie de me détendre avec lui…mais que c’est la première fois pour moi, donc qu’il devra être indulgent. Il me dit que c’est pareil pour lui et c’est seulement là que je mesure l’effort qu’il a dû faire pour poser sa main sur ma cuisse…Jamais je n’aurais été capable d’une telle initiative même si j’en crève d’envie depuis le jour où je l’ai vu pour la première fois à la rentrée des classes en seconde, il y a plus de 2 ans maintenant.

Alors maladroitement je pose à mon tour ma main sur sa cuisse et je remonte tout doucement jusqu’à la taille pour glisser sous son tee-shirt et caresser sa peau. Il a la peau douce. Il ferme les yeux pour apprécier la caresse. Puis il me prend doucement dans ses bras et m’embrasse sur la joue puis ensuite sur la bouche. Nous commençons avec prudence du bout des lèves puis nous nous embrassons franchement avec la langue. Il embrasse très bien…j’espère que je ne suis pas trop nul…

Je l’aide à retirer son tee-shirt. J’adore son torse imberbe. Je l’avais déjà vu en classe de Gym mais là je peux le contempler librement. Nous quittons nos chaussures pour nous allonger sur le lit. Je lui caresse le ventre et les tétons, je l’embrasse partout et de temps en temps je reviens vers sa bouche pour goûter encore à sa langue.

Je sens la bosse qui déforme l’avant de son pantalon. Je la caresse en lui jetant un regard pervers…J’ai trop envie de sa bite… Je défais les boutons de son jean avec un peu de maladresse et il soulève les fesses pour m’aider à retirer son pantalon. Je lui retire en même temps son boxer et je découvre sa queue bandée… J’ose à peine la prendre dans mes mains, c’est la première fois que je touche la queue d’un autre ! Elle est chaude je la sens palpité sous mes caresses. Son odeur m’excite.
Je commence à le branler très délicatement pendant qu’avec l’autre main je joue avec ses couilles dépourvues de poil. Il ferme les yeux pour mieux apprécier ma caresse et peut être aussi par pudeur. Depuis le temps que je rêve de sucer une bite…et justement j’en ai une bien dure dans les mains !

Je prends son gland en bouche et commence à le sucer en prenant grand soin de ne pas y mettre les dents…Je m’applique à la faire pénétrer en entier dans la bouche et à aspirer sur le gland pendant que mes mains glisses tantôt dans sa toison pubienne tantôt sur ses couilles. J’adore ça et je ne voudrais jamais que ça s’arrête mais c’est lui qui pose une main sur ma tête pour m’arrêter car il me dit qu’il ne veut pas jouir tout de suite.

Nous inversons agréablement les rôles et c’est moi qui me fais déshabiller. Je ne bande qu’à moitié mais dès que Cyril me prend en bouche mon sexe ne tarde pas à prendre une taille plus flatteuse. Je n’en perds pas une miette, et pendant que je regarde Cyril s’activer sur ma queue je caresse ses jolis cheveux blonds. C’est moi qui dois l’arrêter cette fois pour ne pas décharger dans sa bouche.

Il vient alors se coucher sur moi. Nous nous embrassons avec toute la fougue que peuvent y mettre deux adolescents de 16 ans qui découvre les joies du sexe. Cyril se frotte à moi. Sa queue glisse contre la mienne encore toute humide de sa salive. Par moment il se soulève un peu et passe sa main entre nous pour attraper nos deux tiges et les branler en même temps. Nous activons nos bassins de plus en plus frénétiquement cherchant le plaisir. Nos langues s’appliquent à fouiller nos bouches pendant que nos bites se frottent toujours plus fortement l’une à l’autre. C’est moi qui largue en premier en poussant un cri de plaisir. Mon sperme chaud envahit nos ventres et rend le frottement encore plus intime. Cyril décharge à son tour. Je sens sa queue se contracter contre la mienne pendant qu’il déverse son foutre sur mon ventre. Il m’embrasse et me bouffe littéralement la bouche…

Nous sommes crevés. Allongés sur le dos, collés l’un à l’autre. Je serre fort sa main dans la mienne comme pour le remercier de m’avoir fait découvrir tant de plaisir. Nos ventres sont couverts de sperme dont l’odeur s’est répandue dans la petit chambre jusqu’à en devenir presque entêtante. A ce moment j’ai tout oublié du monde, il n’y a que Cyril et moi et le souvenir de notre première fois à tous les deux. Et déjà l’envie de le faire et de le refaire et d’explorer pleins d’autres choses qui peuplent mes fantasmes…

Hyperion

w01k74@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.