Page précédente

Jouissance anale 1

Je l’ai tout de suite remarqué. Mon œil est immédiatement attiré par ce genre de type. Ca sent le mâle et la bite si vous voyez ce que je veux dire. Je ne peux pas résister. Y’a quelque chose dans mon ventre et mes intestins qui se noue, se serre. Qui appelle à la délivrance. Ca fourmille. Je suis accroc et mon corps en a besoin comme d’autres ont besoin de leur dose de crack. Mon bas-ventre frémit. Mon anus palpite. Je suis pris.

Il était assis sur le strapontin en face de moi dans le métro. Je l’ai regardé. 40 ans environ, de type Maghrébin, viril, mal rasé, cheveux courts, un torse bien développé certainement même si sa djellaba m’empêchait de bien deviner ses formes. Les jambes nues, poilues, des pieds de mec glissés dans des sandales, des pieds de vrai mec, pas très propres, grands, poilus, musclés. Je n’en pouvais plus de mater ses pieds, je crois que je n’avais jamais vus des pieds aussi virils. Ils me donnaient de ces idées… je me suis mis a regarder les miens. Deux fois plus gros que les miens ses pieds. Ca me bottait, m’excitait. J’ai remonté la tête et croisé son regard. Aie ! Pas l’air trop commode le mec ! Comment faire pour l’aborder, lui faire comprendre mes envies sans qu’il s’énerve ? Je me suis senti rougir. J’ai baissé la tête à nouveau, regardé par la fenêtre. Une minute, deux minutes. Mais je n’en pouvais plus. Et l’alcool bu chez mes amis me donnait quelque audace. Je l’ai regardé à nouveau. Aie ! Il m’excitait ce salopard. Mon cul palpitait en imaginant ses coups de boutoir. J’ai rougi à nouveau et mon regard a descendu au niveau de sa taille. Je ne pouvais rien deviner de sa queue avec cette foutue djellaba. Ah le con ! Je ne pouvais rien deviner mais mon imaginait s’emballait à cent à l’heure. J’avais déjà tout un scénario où il me pistonnait à fond la caisse, moi à quatre pattes, dans la cour d’un immeuble désert à cette heure-ci (une heure du mat). Ne pouvant retenir mes cris de jouissance anale, deux lascars qui passaient dans le coin s’approchèrent… merde il descend. Sans vraiment réfléchir je le suis. Finalement ça tombait bien, c’était aussi ma station de métro. Une fois dehors, il a tourné dans la première rue à droite s’est retourné comme pour s’assurer de ma présence derrière et s’est mis à courir. Merde ! J’ai accéléré mais dans le noir je l’ai vite perdu de vue. Merde, merde, merde. Pourquoi il s’est enfui ce con. Il m’a vu, il a compris. Merde merde, merde.

J’ai continué a avancé dans la petite rue sombre, me suis arrêté pour allumer une clope espérant ainsi qu’il allait resurgir ou comprendre que je ne savais plus où il était mais rien, rien, je l’avais simplement perdu de vue.

J’ai alors repris la route en direction de chez moi, déçu mais toujours excité. Il m’avait sacrément émoustillé le salopard. Il faudrait que je me soulage en arrivant. Je suis à un point de non retour. Heureusement que chez moi je possède quelques gode de différentes tailles. Ma queue reprend du volume à l’idée des perforations que je vais m’infliger ce soir. Tant pis, ce soir je me fais reluire avec le plus gros gode que j’ai ! Je sais demain j’aurais mal au cul, au dos, au bras à force de m’astiquer l’oignon ce nuit mais il faut que je me soulage et plutôt deux fois qu’une ! J’ai mon anus qui palpite de toutes ces idées de salope. Je n’en peux plus, je presse le pas pour me mettre à l’ouvrage le plus rapidement possible.

J’arrive devant chez moi, compose le code et voit tout à coup à quelques mètres de moi la silhouette d’un mec, le rouge de sa clope qui brille dans le noir, son souffle pour évacuer la fumée de cigarette. Il a du souffle et du coffre le lascar Je ne vois pas sa gueule mais il est en djellaba. Putain ! J’en ai le souffle coupé. J’ouvre en grand la porte du porche. Il aura le temps de rentrer à l’intérieur avant qu’elle ne se referme s’il est intéressé. Bingo. Je l’entends qui se faufile doucement derrière moi. Elle se referme juste derrière son passage. J’ouvre la deuxième porte, celle de mon immeuble et agit de même. Il me suit. Je monte au premier par les escaliers. Je sans ses yeux perçant sue mon cul, mon trou de balle se dilate et commence déjà mouiller. J’ouvre la porte de mon appart mais je n’ose pas allumer la lumière. J’entends la porte qui claque derrière lui. Merde fait gaffe aux voisins que je lui dis, ce sont en fait les premiers mots que nous échangeons. Il dit rien, avance dans la pièce.

- T’as pas une bière ?
- Si si bien sûr. Je suis obligé de m’approcher près de lui pour passer dans la cuisine. Il sent la sueur et la clope. Il est baraqué, puissant, énigmatique. « Pardon » que je dis mais il ne se pousse pas pour autant. Je le frôle. Je tremble.

- Alors comme ça tu veux de la queue qu’il me lance en me poignardant de son regard méprisant et supérieur

Je ne sais pas trop pourquoi mais maintenant il me fait peur. Qu’est-ce qu’il fout là ce type ? Qu’est ce qu’il veut lui ? Qu’est-ce qu’il pense ? Pourquoi s’est-il caché alors que je le suivais au départ ? C’est quoi son jeu ? Son trip ?

Je récupère deux bières à la cuisine et revient dans le salon. Il n’a pas bougé d’un iota. Je suis obligé de dire pardon une nouvelle fois. Il me met la main au cul.

- Tu mouilles chérie ?

Sa voix et son vocabulaire m’excitent. Comment l’a-t-il si vite compris ? Mais en même temps je me sens nerveux. Je ne sais toujours pas ce qu’il veut. Et comment le savoir maintenant ? Ca me semble un peu tard pour lui poser la question !

Il me regarde sans rien dire. Je n’ose plus dire ou faire quoi que ce soit. Il avale sa bière en deux minutes. Pendant ce temps, j’ai juste mis un peu de musique histoire de faire quelque chose. Il n’arrêtait pas de me suivre du regard. J’avais l’impression d’être petit, ridicule, nu comme un ver face à lui, ses yeux, sa force qu’il dégageait, son souffle.

- Approche.

Il a enlevé d’un seul coup sa djellaba et son tee-shirt. Lui restait ses sandales et son slibard. Bon sang la bosse. La queue et les burnes qu’il devait avoir. J’en ai frémi de peur ou de joie. Je n’arrivais plus à faire le clair dans mes sentiments et dans ma tête. J’ai avancé timidement les yeux rivés sur son slip. J’ai tendu le bras pour caresser sa bosse plus que prometteuse. Mon cul recommençait à palpiter. Il m’a repoussé violement la main.

- Pas touche pédé !

Je ne savais plus quoi faire Mais mes yeux étaient irrésistiblement attirés par la forme plus que généreuse de son slip bleu marine. Je salivais et tremblais. Qu’allait-il faire de moi ?

- Je pourrais…
- Ta gueule ! Désape toi l’arrière train et va t’allonger sur le ventre sur le pieu. Tu gardes ton tee-shirt, t’as compris petite pute ? J‘aime pas les pédés. Je veux ton trou et rien d’autre.

Il m’a pris ma bière que j’avais à peine entamée

J’étais gêné par son langage cru et sa violence et en même temps j’en bavais. Une excitation qui me faisait frémir jusqu’au fin fond de mes intestin. Je me suis dirigé vers le lit.
Je commençais à enlever une chaussette quand il a gueulé

- Ton trou sale pute et rien d’autre, t’as pas compris !

Je n’ai pas osé moufter. Je me suis retourné et j’ai enlevé mon jean. Il a sifflé en voyant mon string, la ficelle de mon string parcourir ma raie. Puis il a ri.

- Sacrée salope ! Et bien c’est parfait comme ça, tu peux t’allonger maintenant. T’inquiète pas, je vais t’honorer comme il se doit ! Je la renifle d’ici ta chatte en chaleur.

Je me suis allongé gêné d’être trahi dans mes pensées les plus intimes. Il a fini sa bière cul sec. J’ai entendu ses pas s’approcher. J’ai tourné la tête pour le regarder dans son slip si excitant.

- Bouge pas ! Et ta gueule sur le coussin. Je ne veux pas la voir ta petite gueule de chienne en manque. Mais t’inquiète pas ma jolie, tu vas la sentir ma queue !

Il s’est allongé sur moi. Son poids m’a suffoqué. J’ai senti sa bosse sur mon cul. J’ai gigotté un peu.

- Oui oui ça vient. T’en peux plus t’attendre hein ?

Il s’est soulevé légèrement, m’a massé le cul sans douceur. Je sentais ses mains calleuses parcourir mes rondeurs. Un doigt a soulevé la ficelle de mon string tandis qu’un autre cherchait mon trou. Il n’a eu aucune difficulté à le trouver. Il l’a rentré d’un seul coup. Oups ! J’ai été parcouru d’un long frisson le long de mon échine.

- T’as besoin qu’on te prépare avec de la salive toi hein ?

- J’ai du gel si tu veux ?

- Bah ! Du gel pourquoi faire ?

Je sentais son doigt me fouiller l’intérieur de façon virile. J’ai eu peur à nouveau. S’il en a une grosse comme je l’imagine au vu de son slip, comment je vais me la prendre à sec ? Il va me déchirer et me faire mal ce petit con. Je ne pourrais plus me faite troncher pendant des semaines à cause de lui !

- Bouge pas, là, j’ai ce qu’il te faut pour te détendre.
Il a baissé son slip et sorti sa queue. Je ne pouvais pas voir sa taille mais je craignais le pire ! Il a eu quand même la bonté de cracher sur mon trou qui réclamait malgré moi et ma peur Il s’est empoigné le manche et a poussé la tête sur ma rondelle. Heureusement que sa vue m’avait excité depuis une heure, mon trou avait eu le temps de mouiller. A défaut de gel, il faudrait que ça suffise. Son gland est rentré.

Aie ! J’ai mal…

Il a attendu un peu et d’une seule poussée s’est complètement allongé sur moi sa queue au fond de mon trou. Il a à nouveau attendu quelques secondes puis son bassin à commencé les grandes manœuvres.

J’ai eu mal les deux ou trois premières minutes puis petit à petit mon trou s’est adapté. Son souffle de taureau sur ma nuque me faisait frissonner. Son engin me tordait en tout sens. Il savait manœuvrer les chattes ce con !

Alors qu’est-ce que je te disais ? Tu veux du gel ma poule ? Ma queue glisse comme dans du beurre là dedans. Je sens que tu mouilles comme une jument ! A moins que ce soit la remontée du sperme de hier au soir ? T’es du genre à te faire ramoner tous les soirs non ?

Il n’attendait aucune réponse de ma part. Son engin coulissait de plus en plus facilement. Je gigotais du fion pour bien la sentir contre mes parais intestines. Le plaisir montait. J’ai commencé à gémir.

- J’veux pas t’entendre sale pute !

Ses mouvements se sont fait plus brutaux et plus longs. Je jouissais. Je sentais du sperme s’écoulé de ma bite dans mon string.

- Putain ! J’y crois pas !

Mes râles traversaient le coussin. Je n’y pouvais rien. C’était trop bon. J’adore être pris comme ça, sans ménagement. Il ne comprenait pas le plaisir immense qu’il me donnait mais il l’entendait. Je ne sais pas s’il se rendait compte du sperme qui coulait sous mes couilles. Mes râles l’ont énervé. Ses coups de boutoir se sont fait plus amples, plus rapides. Il sortait entièrement sa queue, attendait quelques secondes puis la rentrait d’un coup sec. Une fois comme ça, deux, trois fois, dix fois. A la fin je n’en pouvais plus. J’ai gueulé dans le coussin. Comme une chienne en rut j’ai soulevé mon cul pour venir rencontrer sa queue encore plus souvent, plus fort, plus profond. J’ai joui une seconde fois en lui gueulant que j’en voulais encore et encore.

- Putain ! J’y crois pas ! Mais qu’est-ce que t’as au fond du cul ?

Il s’est écrasé sur moi en m’enfonçant son engin diabolique dans les tréfonds de mes intestins et en redoublant de violence. Je jouissais de la chatte comme un damné. C’est alors que je l’ai senti juté et arrosé mes parois intestines. Des frissons me parcourait dans tout le corps je ne pouvais pas retenir mes tremblement. J’ai juté pour la troisième fois dans mon string, sans bander, sans me toucher la pine. Une vraie jouissance anale comme j’en avais jamais connu. Le plaisir suprême. Je ne savais plus où j’en étais. Il s’est retiré brutalement alors que je profitais toujours de la raideur et la rudesse de son membre.

Reste allongé sale pute et bouge pas.

Je baignais toujours dans les vapeurs du bonheur anal et du souvenir très frais des bienfaits d’une queue de mâle tandis qu’il se rhabillait. Il a claqué la porte avant que je ne dise un mot, par exemple pour lui suggérer de repasser chez moi quand il le souhaitait…

Fin.

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires. Si vous aimez, dites-le moi pour des éventuelles suites.

Fichtre11@yahoo.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.