Page précédente

Mon Oncle Bernard...

A 18 ans, j'étais un jeune homme timide et gringalet, un blondinet mince et mignon. L'école ne m'interressait pas et mes résultats scolaire étaient plus que décevant. Mes parents étaient divorcés et j'avais avec ma mère des relations conflictuelles qui devenaient de plus en plus difficile. Elle s'était toujours trés peu occupé de moi. Son métier d'infirmière lui imposait un emploi du temps compliqué et les gardes de nuits n'étaient pas rare...J'ai passé mon adolescence plutôt livré à moi-même et cela m'a permis de me livrer à ma grande passion, me vétir des dessous de ma mère et me carresser dans ces divines matières...
L'amant de ma mère, un toubib de son hopital, était on ne peut plus amateur de frou-frou et la couvrait de lingeries sexy, ma mère se contentait de la mettre pour lui faire plaisir mais sans grande conviction... à chaque visite de son amant, des le lendemain, je fouillais les tiroirs du dressing de ma mère, à la recherche de nouveauté...

Une petite guépierre noir transparente, un string de nylon rouge, des bas coutures, seules les chaussures n'étaient pas de ma pointure et je pouvais à peine enfiler une paire de mule à talons aiguilles... je tapinais alors dans l'appartement, maquillé, parfumé et apprété comme une pute, j'étais aux anges...
Un jour que j'était en grande tenue, ma mère dont l'emploi du temps avait changé brusquement revint sans crier gare et je fus surpris dans le salon, devant un dvd porno, dans une de ses tenues de salope...

Ce fut un déchainement de hurlements, d'insultes et une crise de nerf, des sanglots et des larmes...

Le soir même, je l'entendit parler avec mon oncle Bernard au téléphone, et je compris a demi-mot que j'allais devoir partir de la maison...
Le lendemain elle me fit savoir que mon Oncle viendrait me chercher des le lendemain soir et qu'il me prendrait avec lui pour le trimestre à venir... Elle ne voulait plus de moi pour l'instant à la maison et se lamenta de son absence d'autorité et ses horaires de travail compliqués qui étaient selon elle, la source de mes vices et de ma mauvaise éducation. Elle était persuadée que son frère  Bernard allait remedié à ça, c'était un militaire à la retraite, célibataire parisien, que je n'avais pas vu plus de 3 ou 4 fois de toute ma vie. Tout fut rapidement conclu, trés strict, il me dit rapidement bonjour et je me retrouvais à l'avant de sa voiture en route pour Paris.
 Une fois chez lui, il m'indiqua ma chambre et me dit d'une voix dur:
 " - Demain, je m'occupe de toi "

Lopette pour mâle

dial.hot@live.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.