Page précédente

Muscle

Je suis sur ma bécane, je fonce vers l'ouest.
Je vais arriver vers Dreux. Il fait pas très chaud, mais le printemps se fait sentir, mes couilles fourmillent d'envies dans ma combinaison de cuir.
Il faudra que je m'arrête pour me calmer mes envies.

Il est 22h. Je vois une station d'essence, j'y vais, on sait jamais.
Derrière la station il semble y avoir un parking.
Y a des camions. Y a deux bagnoles vides. Le bois n'est pas loin.

A mon avis ça sent le bois a mecs ça. Je bloque ma bécane, et fixe mon casque dessus. Je marche en direction du bois.
On voit pas très clair. Mais mes yeux s'habituent. Je m'arrête pour écouter.
Si il y a des mecs qui s'enculent je vais bien entendre dans quel direction ils sont..

J'entends rien. Je marche encore un peu. Je remet mon paquet en place, putain je bande comme un cerf. J'ai trop envie de me faire vider les burnes.  
Je m'arrête de nouveau et là, j'entends un bruit. C'est comme des soupirs.
Je vais vers la droite et je tarde pas a voir le spectacle.

Y a un jeune mec à quatre pattes et un plus vieux qui s'acharne sur son cul. Un peu plus loin y a deux mecs qui se paluchent en regardant le jeune se faire troncher le fion.
Je m'approche. Je descends la fermeture éclaire de ma combinaison et je laisse ma musculature offerte aux regard des mecs qui se sturbent.

Je sors ma pine dure et je la masse doucement. Je sors de l'autre main un flacon de poppers et je snif. Là j'ai envie de me foutre à poils, il fait un peu frais mais tant pis, je m'en fous, j'ai envie de m'exhiber devant ces types.

Ils s'approchent de moi. Le mec qui se fait enculer se lève. Le plus âgé se fini a la main et se tire. Une main caresse mes pecs puissants et une autre descends vers mon pubis rasé de près. Une langue fouille mon cou. J'entre ouvre la bouche et la langue vient s'enrouler avec la mienne. Putain que c'est bon. J'ai trois mecs qui s'occupent de moi. J'aime ça, je fais le passif, je me laisse faire. Deux ou trois doigts entre dans mon trou du cul moite.

Je grogne en tendant mon cul pour faire comprendre au mec qu'il peu m'enculer s'il le veux. Je sens qu'un mec me dessape et je me retrouve torse nu entre leurs mains expertes. Ils massent mes muscles que je fais rouler sous ma peau blanche. J'aime qu'on me caresse, j'aime qu'on se rende compte que mon corps est beau et qu'on m'admire. Un mec me dit: " tu fais de la muscule ?"  je réponds pas, je bande mes biceps et ils se jette dessus en me les malaxant comme un fou enragé. Je sens une bite raide qui cherche a entrer dans mon anus, j'écarte mes fesses, mon trou s'ouvre et je la sens qui se fraye un chemin dans mes tripes chaudes.

Putain je me fais enculer dehors, à moitié nu en plein février. Je suis une pute. J'aime le sexe. Une bouche suce ma queue. Un mec me roule une pelle. Je sens que ma sève va sauter de ma tige. Je sors ma pine de sa gueule. Il le veux encore. Je refuse, je me calme  je veux pas jouir tout de suite. Il me ronge les couilles. Il masse mes pecs et ça me fait mal tant il y met de l'ardeur. mais j'aime ça. Je m'offre. Je sens une pine énorme me ramoner les entrailles. Et le mec qui m'encule me chuchote des saloperies a l'oreille.
"tu aime ça hein sale pd de merde. Fils de pute, t'aime ma queue dans toi hein sale con de pd musclé. Tu es beau putain de mec, je veux te piner toute la nuit. Tu me sens ? dis que tu me sens salope ! "
" oui je te sens vas y plus fort mets tes burnes dans mon fion, fais moi mal"

Il redouble d'effort sur moi et je sens ses couilles qui tapent mon cul musclé.
Soudain j'en peux plus je largue ma purée dans la bouche du mec, il manque de s'étouffer avec , il crache ma jute. Il se lève et pousse le mec qui me roule une pelle et me fout sa langue dans ma bouche, je sens le gout de mon sperme.
C'est bon.

Le mec qui m'encule sort sa queue sans aucun ménagement et se fini en grognant comme un porc, il se vide par terre et jurant. Le troisième crache sa jute dans sa main et se la met dans sa bouche pour se rincer les dents.

Je m'essuie la queue avec un kleenex et je me torche un peu le cul , je remets ma combinaison de cuire et je me tire.
J'enfourche ma bécane et je roule.

Dans une heure, si je trouve un nouveau  parking je recommencerai, j'aime trop baiser avec des mecs. Si t'aime ça, dis le moi !

PASCAL

pascalsport@orange.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.