Page précédente

Mon nouvel appart .

Le dernier déménageur sortit de mon nouvel appartement, j’étais enfin seul. J’avais mis du temps pour trouver cette perle. Un très grand trois pièces, avec mezzanine, donnant une vue imprenable sur la ville. Je me dirigeais vers le séjour, la grande baie vitrée me donna l’impression d’immensité que je recherchais. Un escalier donnait sur le toit. On y accédait par la mezzanine et il débouchait sur la terrasse ensoleillée. L’immeuble était en forme de « U », sur la terrasse d’en face se trouvait une chaise longue et quelqu’un était couché dessus. L’ombre du parasol laissait mal discerner si c’était un homme ou une femme. L’air intrigué, je redescendis dans mon appart et commença à tout ranger. Le soleil se coucha sur la ville, je n’avais pas vu le temps passer.

Quelques semaines plus tard, mon appartement avait un tout autre aspect. Le fait de l’avoir mieux agencé le rendit plus lumineux. L’été s’annonça ensoleillé, je décidai de prendre un bain de soleil, pris la crème solaire, un drap de bain et je me suis dirigé vers la terrasse. J’y avais installé une petite chaîne hi-fi qui jouait les derniers tubes à la mode. Mes lunettes de soleil sur le nez, j’ai jeté un regard furtif sur la terrasse d’en face, personne. J’ai tourné mon transat vers le soleil et là, il apparut sur le toit. Il était jeune, un corps de rêve, des abdos superbes. Il fit de même que moi et tourna son transat vers le soleil.

De ce fait j’étais derrière lui, et je pouvais donc l’observer. Ce que je fis à loisir. J’avais à côté de moi mon magazine, une boisson fraîche et mon voisin.
Le fait de le voir comme ça, prendre le soleil, excita mon imagination… Je venais d’avoir une inspiration pour ma prochaine histoire. Eh oui, j’écris des nouvelles érotiques gays ! Et je dois vous avouer, elles sont torrides et j’aime ça…
Bref, je venais de trouver mon prochain sujet d’observation. Je me suis allongé sur le ventre, mes lunettes de soleil sur le nez, un bloc et un stylo. Un fond musical me parvint de la terrasse de mon voisin. Une radio branchée, avec les derniers DJ à la mode.
Alors me voilà devant la page blanche de mon bloc, cherchant la scène de départ pour mon histoire… Et je venais de la trouver…

Mon nouveau voisin venait de s’installer sur sa terrasse pour y prendre un bain de soleil. Il commença à passer de la crème solaire sur tout son corps et se coucha sur la chaise longue. Son corps luisait au reflet du soleil de cette après-midi d’été. Une musique lancinante se faisait entendre. Moi j’étais également allongé sur mon transat, pris dans mes pensées. Ma rupture avec Cédric, mon nouvel appartement et l’envie de partir en vacances… Mais mon regard était toujours rivé sur mon voisin de pallier, beau, grand, charmant. Beau puisque c’est le genre de mec que tu trouves plus dans un magazine de mode que dans la rue. Grand, il devait faire environ 1m90 pour un bon 80 kg, tout en muscles fins, juste ce qu’il faut. Très charmant, il me regardait aussi depuis que j’avais emménagé en face de lui, son sourire est mortel, ses yeux verts vous transpercent, ses cheveux châtain clair sont sûrement doux au possible. Il occupait mon imagination et je ne le connaissais même pas. Il fallait changer ça.

Je pris mon stylo et commençais à imaginer notre rencontre. Il glissait sur le papier comme de l’eau sur une fenêtre par temps de pluie. Une page, puis deux, on sonna… Je n’avais pas entendu la première fois et la personne insista lourdement sur la sonnette. Je me suis levé du transat et alla ouvrir. Quelle ne fut pas ma surprise de voir à la porte mon voisin ! Ma bouche devait être aussi grande qu’une porte de garage et ma salive devait couler tout le long…. Comment peut-on être aussi beau ?

-Bonjour, je suis Damien, votre voisin, celui qui a le balcon en face du vôtre…
-Bonjour ! Et ce fut le plus difficile bonjour à dire….
-Je voulais savoir si vous aviez un peu de sucre, je voudrais faire un petit dessert et je viens de me rendre compte qu’il me manquait le sucre…
-Du sucre ? Euh oui, je crois que je dois avoir ce genre de truc dans ma cuisine…. Mais entre ne reste pas sur le palier.

Il entra et ferma la porte derrière lui. Je me dirigeais vers la cuisine, il me suivit et prit mon appart sous la loupe d’un expert. Je sentais, son regard tourné dans l’appart, j’aurais fais de même dans le sien, si je devais un jour y mettre les pieds. Je fouillais donc dans ma cuisine pour trouver le sucre…
-Faut m’excuser, l’appart n’est pas ranger !
C’était un mensonge, mais le fait de le dire, ne pouvait que souligner le fait qu’il vienne de le scruter avec une attention non dissimuler.
-Non, j’adore ton goût pour la déco ! C’est très fluide, très frais, cela me plait beaucoup.
Gagner ! Le compliment que je voulais entendre.
-Moi c’est Alex, au fait ! Et je ne trouve plus mon sucre, il faut dire que je viens d’emménager et c’est encore un peu le souk.
Et je sortis de la cuisine avec un air dépité. Lui s’approcha de moi…
-Ce n’est pas si grave, je vais changer de dessert et moi c’est Damien.

Il me repoussa vers le chambranle de la porte, me prit les mains, pour me les maintenir, dirigea sa bouche vers la mienne, ne me laissant aucune échappatoire. Mon corps était comme paralysé, je ne résistais même pas, au contraire, j’ai fermé les yeux pour profiter au maximum des effets du baiser qu’il allait me faire.
Le contact de ses lèvres sur les miennes fut électrique, charnel et sensuel… Une sensation que je voulais à nouveau revivre. Mes lèvres cherchant les siennes lorsqu’il arrêta de m’embrasser…
-En quel honneur ce baiser ?
-Juste comme ça, je n’ai pas besoin d’avoir une raison… Toi peut-être ??
-Non, alors recommence…

Et il recommença. Il me lâcha les mains, nos doigts se croisèrent, nos corps se touchèrent. Il passa sa main sous mon t-shirt, le contact de cette main sur moi me fit frissonner. Lui en redemandait. Il lécha mes tétons, et m’enleva le t-shirt… J’étais certes en short mais mon engin lui voulait en sortir. Il enleva son t-shirt et son short sans que je fasse quoique ce soit. Il en avait envie. Il était doux et sensuel, sa langue me faisait monter au rideau.
Il arriva sur ma queue, qui pointait dans ce short étroit. Il tira tellement fort dessus, qu’il le déchira. Le contact de sa langue sur mon gland fut paradisiaque. Sa langue, qu’il utilisait avec dextérité, fit le tour de mon gland, continua sur ma hampe et arriva sur mes couilles. Il les goba une à une, un régal. Il remonta vers mon gland et d’un coup sec, avala ma queue luisante de précum. Il la goba quasi complètement, cela me surpris et je pris sa tête entre mes mains pour ralentir son ardeur…

-Tout doux mon grand, ne soit pas si pressé, va s’y doucement…
-J’aime ta queue, elle est… waouh…
Il continua ses va et vient, tantôt lent, tantôt rapide. Je m’étire de tout mon long au chambranle de la porte, il me fait du bien… Sa main parcourt mon torse, me titille les tétons. Mon cul me le réclame, mon corps aussi, je le veux en moi. Mais lui continu à me sucer la bite et j’aime… Mon corps tressaillit, il sentait que j’allais éjaculer et entrepris de me branler. Son visage reçu tous les jets, cela le rendait attirant. Il suça encore ma queue pour ne rien perdre de ma semence et moi je l’ai embrassé, léché… Nos langues se sont accrochées, nos bouches collées, un patin d’enfer.
-Waouh, c’est le pied, tu suces comme un dieu.
-Merci Alex, j’adore ta queue aussi…
-Ben va falloir que je m’occupe de la tienne qui ne demande que ça…

Je pris sa teub en main, elle valait son pesant, un très beau calibre. Il me la fallait dans mon trou, et me transpercer les entrailles. Elle était longue et épaisse, un bon vingt cm pour six de large et un joli prépuce. Une teub comme je les aime. J’entrepris de le satisfaire. Ma langue toucha son gland et son corps frissonna. Je léchais alors sa hampe, titillant ces couilles. Il adorait. Mon gentil et joli voisin appréciait mon traitement. Sa teub était dure au possible. Je me suis penché en avant et j’ai pris sa main pour la diriger vers ma raie, il avait cette idée aussi en tête. Il me frotta la rosette, qui avec son traitement buccal, était ouvert et accueillant. Il me redressa m’embrassa, me poussa sur la table du séjour. Il prit une capote que je lui tendis, se l’enfila, me remit trois doigts dans le cul pour bien huiler le tout et tout en m’embrassant, me pénétra lentement et décupler cette sensation.

Il me limait tendrement. Je lui mis 2 doigts dans la bouche, il rigola. Mes jambes sur ces épaules, il me faisait littéralement l’amour. On changea de position, il me prit par derrière. Sa main montait et descendait le long de ma colonne vertébrale, me faisant frissonner. Mes râles de satisfaction lui donnaient de l’ardeur. Il me faisait l’amour, il ne me baisait plus. Il sortit sa tige de mon fion lentement, me faisant gémir de plaisir. Il s’est alors assit sur le canapé du salon me faisant signe de venir le rejoindre. Je me suis alors empalé sur son dard, prenant les choses moi-même en main.
Je ne pouvais plus m’en passer et le fait qu’il me fasse l’amour n’en était pas étranger. Soudain il me fit basculer sur le côté et me prit dans la position de la cuillère. Un régal, un plaisir… Ses mouvements devenaient plus lents et plus profonds. Il cherchait à me rendre le plaisir que je lui avais donné auparavant.

-Je vais jouir !
Il se colla à moi, m’embrassa dans le cou et me serra. Son orgasme fut, pour moi aussi, jouissif que pour lui. Il déchargea sa semence en moi à cinq ou six reprises. Nous sommes restés ainsi un long moment, lui en moi, enlacé.
-Je vais prendre une douche, où est la salle de bain ?
-Deuxième porte à droite. Damien j’ai adoré…
-Moi aussi Alex et si tu veux, on remet ça sous la douche…
-Tu es insatiable dis voir…

Il s’est alors levé et dirigé vers la salle de bain. Sur le chemin il enleva la capote pris une serviette de bain qui traînait dans le coin, se retourna et me fixa du regard. Son regard intense me fit retomber sur le canapé. Mais je n’allais pas tarder à le rejoindre sous la douche, histoire de finir en beauté avec mon nouveau voisin…

Mais ceci est une autre histoire, comme celle de vouloir fusionner nos deux appartements pour n’en faire qu’un…

Fred

munich_72@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.