Page précédente

je m'exhibe

Ça y est , il fait beau ! J'ai envie de montrer aux mecs le résultat du travail de six mois passé au gym. Je prends ma bécane et je roule au hasard. J'arrive près de Bourges. Je roule sur une petite route dégagée il y a la forêt des deux côtés. Je vois deux bagnoles arrêtées dans une petite allée qui s'enfonce dans le bois sur ma gauche. Je roule encore un moment et je reviens en arrière. Je rejoins les deux voitures. Elles sont vides. Super, c'est surement deux mec qui se sont donné rendez vous là pour se faire du bien. Je bloque ma bécane et je m'enfonce au hasard dans le bois. Je décide de me mettre torse nu. Je suis torse nu et j'avance tout en me pinçant le téton gauche. Je sens ma queue se durcir dans mon fute. j'ai envie de me montrer. Je m'en fout si c'est deux vieux, je veux me faire admirer. Je ne vois rien. personne. Je décide de m'arrêter et je m'appuie contre un arbre. Les rayons du soleil caresse ma peau et ça fait du bien.

Cet hivers ma super fait chier. Je pose mon blouson et mon pull par terre. Je masse mes pecs, ils sont bien gonflés, plein de testostérone. Je les ai travaillé comme un fou cet hivers, ils sont magnifique, mes tétons se dressent et je les enduit d'un peu de salive et je les titille. Je vois mes biceps puissants, l'ombre et la lumière jount avec leurs volumes. La veine qui passe par dessus roule sous mes doigts. j'aime mon corps musclé et je sais que les vrais mecs aiment ça aussi. Ma pine est raide et ça fait une grosse bosse le long de ma cuisse gauche. Hummm je sens que je mouille. Putain j'ai envie de me faire lècher sous les bras et partout par un mec admiratif de ma puissance musculaire. Je déboutonne mon 501 et j'entrouvre suffisamment pour que la racine de ma teub apparaisse. Pas un poil, tous rasés ce matin. J'ai bien enduit mon corps avec une crème qui lui donne un air satiné. J'aime m'exhiber.
                                              

CRAC !
c'est un bruit de branche cassée sur ma droite. Je fais semblant de rien. mais je sens qu'on me regarde. je passe ma main à l'intérieur de mon 501 et je masse ma pine raide de désirs. Mes pecs sont dures et je les sens rouler sous ma peau encore trop blanche. J'entends des pas sur ma droite. Je ne regarde pas. Les pas se rapprochent. J'aime ça. C'est peut-être un flic. J'aime cette tension ça ma fait encore plus bander. Je sens ma mouille sur la paume de ma main. Je bande mes abdos. Je le vois. c'est un jeune mec d'environ 20 ans, il est aussi torse nu, mais il est plutôt mince, sans muscles apparents. Il est en train de se sturber en me regardant. Je tourne lentement ma tête dans sa direction et je lui fait un sourire dévastateur. Il s'arrête. Je lui fais signe de venir, je sors un flacon de poppers de ma poche, je snif. Je me sens devenir salope. Je descends mon 501 jusqu'aux chevilles. Le mec est a deux pas de moi et il se strube trop fort. Je lui dis de se calmer, on a tout notre temps. Je passe ma main sur son torse, il est nerveux. Il a une queue énorme ce putain de mec. Veineuse et bien décalottée. Putain je la veux dans ma bouche, je me penche et je la gobe, il se cabre en arrière il soupire. Il prend ma tête et fait un geste de va et vient. j'aime ça. Il me lâche la tête et touche mes épaules. Il aime les muscles ce gars là, tant mieux. Je sens mon trou du cul qui s'ouvre je veux sa queue dans mes tripes chaudes. je me relève et je l'attire contre moi, je lui roule une pelle. Il répond bien il aime vraiment les mâles. Il masse mes pecs. Il aime ça. Il s'accroupit et me suce la queue, il suce bien. Je vois ma pine entrer dans sa tête et c'est beau. Je le relève et je lui dis:
-"tu aimes ça mecs ,"
-"oui monsieur, j'ai jamais vu un homme aussi musclé que vous sauf sur le net"
-"et tu te masturbe souvent en regardant des hommes musclés comme moi ?"
-"oui monsieur, tous les jours"
-"alors profites en , fais moi ce que tu veux, je suis ta chose. Fais toi plaisir"
-" c'est vrai ? je peux ?"
- " Oui fait moi ce que tu veux et force moi a te faire ce que tu veux"
- "Mais... c'est que j'ai des envie bizarres vous savez?!"
-"je m'en fout, je veux te faire jouir comme tu le veux"
-" ok mais vous vous foutez pas de moi alors?"
-"je te le jure"
"Alors mettez vous à genoux devant moi, je veux vous pisser dessus"
oh la salope! j'avais pas prévu ça. mais bon... je re snif du poppers et allons-y. Il se détend un peu et je suis là, à genoux devant ce petit gars. Il se met à me pisser sur le torse, au début c'est que quelques goute, puis il se vide sur moi.
-"ouvre la bouche salope de pd !"
woauh ! le ton change, j'aime ça. J'ouvre la bouche et il me pisse dans la bouche.
-"aval ma pisse sale chien!!!"
je me soumets comme une pute que je suis. Il fini de pisser dans ma bouche et j'avale. Il se penche devant mon visage et se racle le fond de la gorge; il me molarde dans la bouche et se met à me lècher la figure comme un enragé. Il me passe sa langue partout sur la figure. Il dis des saloperies du genre:
-"putain de mec je suis plus fort que toi, tu es une lope, ma lope, je t'ai pissé dans la gueule tu es ma chose, sale fiote!"
il m'insulte copieusement tout en se branlant frénétiquement. Puis il me dit:
-"lève toi sac à foutre !"
je me lève.
-"donne moi ton trou de bal que je te le casse avec ma pine!'
je me penche en avant et j'écarte mes fesses, il y enfourne sa queue raide et chaude. Il me ramone le fion et j'aime ça:
-" tiens, prends ma pine dans ton cul de pd! t'aime ça hein ? t'aime avoir une grosse pine dans le cul saleté de mec dégénéré!"
je le sens aller et venir furieusement en moi, ça fait un bruit de succion. Il me tient par les hanches. Je dis:
-Je suis ta pute encule moi plus fort, pète moi le pot ! crache moi dessus, encule moi comme une chienne."
-"ferme ta gueule lopette, je t'ai pas sonné,je t'encule et tu dis rien, tais toi tapette !"
Soudain il se retire de mon cul et je l'entends se sturber furieusement, je me relève, je le regarde, il a les yeux exorbités il semble fou. Il me regarde fixement, il est tendu , il va jouir, il crache sa jute contre moi, elle gicle jusque sur mon torse bardé de muscle. Il se vide, il grogne. Et le calme revient. Il baise la tête et murmure un truc que je ne comprends pas
Je pose ma main sur son épaule:
-"ça va ?"
-"oui monsieur.... excusez-moi"
-"mais... de quoi ?"
-"j'ai dis des choses horribles et je vous ai mal traité"
Je le prend dans me bras noueux et je le sers contre mon corps nu:
"" mais ne t'excuse pas. J'ai beaucoup aimé ce que tu m'as fais."
Il relève le visage vers le mien et sourit tristement:
-" je dis jamais des trucs comme ça"
-"moi j'ai aimé que tu m'insultes,et puis, on avais décidé que tu dirigeais la baise, non ?"
-" oui c'est vria"
-"tu sais quoi ?"
-"non?"
-"on  marche un peu, on reprend des forces et on recommence dans un moment"
-"c'est vrai ,"
-"oui, j'ai envie de toi, j'aime entir ta queue me rentrer dans le trou du cul et me ramoner"
"vous avez un corps magnifique"
-"oui je sais, on me le dit souvent"
-" vous savez? j'ai envie de vous inviter chez moi pour la nuit, c'est possible?"
-"ok. Et moi je t'invite au resto"

 je pose doucement mes lèvres contre les siennes, je sens mon sexe se tendre de désire. Nous marchons dans ce bois, il a son bras autour de ma taille, on est nu, on a laissé nos fringues au pied de l'arbre. TOUT A COUP....  mais je vous raconterai la suite un autre jour parce que là, il faut que j'aille faire caca. Écrivez-moi, à plus

Pascal

pascalsport@orange.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.