Page précédente

SAUNA

C’était il y a une quinzaine d’années. J’étais en stage à Toulouse et je cherchais à passer mes fins d’après-midi de manière câline.
J’avais repéré dans la rue d’Alsace-lorraine un sauna, dans un immeuble de type bourgeois. Je m’y suis rendu un jour vers 18h. Il fermait à 20h. L’accueil a été sympa et rapidement je me suis retrouvé en serviette autour des hanches dans un appartement aménagé avec une grande cabine, une douche et une salle de télé. J’ai exploré et suis rentré dans la cabine où il y avait quelques hommes qui se reposaient dans l’obscurité ou presque. Je ne voyais pas grand-chose mais j’entendais des gémissements de plaisir que se donnaient des corps que je devinais à peine. Je suis resté quelques minutes dans cette ambiance sensuelle qui m’a bien excité. Je suis sorti de la cabine et j’ai trouvé un coin à même le sol, il y avait un tapis de mousse et je m’y suis allongé. Moins de cinq minutes plus tard, un gars beaucoup plus jeune que moi, la trentaine, est venu près de moi en me demandant la permission de s’assoir.

J’ai accepté et immédiatement il m’a dit qu’il m’avait repéré dans la pénombre de la cabine et que mon corps l’excitait. Et aussitôt il a défait ma serviette en me disant en même temps : « je peux ». Il a commencé à me caressé tout le corps et il s’est allongé contre moi. L’endroit où nous étions était à la vue de tous, aucune porte ne pouvait nous isoler. Il devenait de plus en plus entreprenant et, moi, je me laisser faire, il était très doux et tendre dans ses caresses. Il m’a embrassé. Je lui ai rendu son baiser. Des jambes nous entouraient maintenant car nous étions au ras du sol et des hommes nous regardaient faire l’amour. Je sentais sa queue dure contre mon ventre.

Il n’y avait pas de doute, il avait pris les commandes et il me voulait, comme il me le répétait. Autour de nos deux corps emmêlés des hommes se branlaient. Ils étaient au moins six ou huit qui nous entouraient. Mon amant, se releva et vint se placer à genoux entre mes jambes. Il plaça un préservatif et l’enduit de gel et sans attendre, il força mon anus, oui il le força car pour moi c’était la première fois oui la première ! Et j’en mourrais d’envie !! « Je t’ai désiré dès que tu es entré dans la cabine. J’ai eu comme une bouffée de chaleur et tu m’as fais bander. » Et les jambes à la verticale, face à lui, il m’a baisé devant des hommes qui éjaculaient sur moi puis partaient tandis que lui me fouillait au plus intime de mon corps, là où personne n’était allé. Un plaisir nouveau m’envahissait. Et Lui prenait son temps tout en puissance et douceur il me baisait. Bientôt il ne put se retenir et jouit bruyamment, pendant un long instant son gémissement couvrit les autres bruits. Mon corps était couvert de sperme, lâché par les autres. Lui il resta un moment encore dans mon ventre en me disant doucement : « ah, c’est bon, c’est bon ! » Il se retira et se coucha contre moi, sa tête contre mon épaule. Nous étions seuls, maintenant. Il me massait le corps en étalant le sperme des autres.

Il m’embrassa et me dit : « A la douche ! » et on alla se doucher. Il me savonna et me rinça bien. Enfin il me dit qu’il partait et qu’il aimerait recommencer. Mais j’étais de passage. Il quitta le sauna et moi je me rallongeais pour me reposer. Je m’assoupis je crois. Quand je me réveillais, il était tard … on allait vers la fermeture. Il ne restait qu’un homme de mon âge qui regardait à la télé un porno. Il m’a regardé alors que je regardais vers la télé. Nos regards se sont croisés et on s’est souri. Je suis retourné m’allongé et il est venu près de moi. Il a laissé tomber sa serviette sur ses pieds. J’ai levé la tête pour découvrir un sexe très large court et bien dressé. Il a souris et m’a demandé de me mettre à quatre pattes.

« C’est ce que tu veux, non ? » je n’ai pas répondu. Il a passé une capote, s’est mis debout derrière moi et m’a enfoncé dans l’anus, deux doigts ou plus, je ne savais pas. Il a ensuite posé son gland sur mon anus et m’a dit : « Pousse ! ». J’ai poussé et son sexe a commencé à me pénétrer. Il dut forcer pour entrer et cela me fit mal. J’ai du crié car il m’a dit que cela allait se calmer. Et toute sa tige est entrée. Il restait debout et m’enculait durement à grand goût, me traitant de chienne en chaleur, de salope. C’était bon d’être soumis et encore meilleur quand en se penchant il me saisit les tétons et me les pinça fortement. J’ai hurlé de plaisir. Il m’a ainsi pilonné pendant quelques minutes puis un grand coup de rein m’a projeté contre le mur en même qu’il râlait de plaisir en jutant dans sa capote. Je m’écroulais sur le sol et lui par-dessus moi. Il me couvrait maintenant comme un mâle couvre sa femelle. Je sentais encore des spasme de son sexe et j’en jouissais.

Il se retira de mon ventre et s’en alla vers la douche sans me parler. Il est pari sans me regarder ; j’étais toujours allongé. Un gars est venu me dire que le sauna fermait. Il dit être le veilleur de nuit et que si je le voulais je pouvais me reposer un peu après ce que je venais de subir. Il ajouta : « J’ai tout suivi. Il vous a baisé comme un chef, non ? » Et je lui ai dit que oui et qu’il m’avait crevé. Il m’a dit : « repose toi tant que tu veux, je viendrais te réveiller dans quelques minutes. Il n’y a plus que toi et moi on est tranquilles et plus personne pour te faire ce que un homme fait normalement à une femme … Personne … sauf moi, peut-être !"

Pierre

pierre1pierre1@hotmail.fr

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.