Page précédente

UNE PREMIERE FOIS INOUBLIABLE

 

Mon histoire se déroule à La Réunion. Je suis marié et j'ai des enfants qui ont grandis. Je pensais depuis quelques années de plus en plus au sexe d'homme et çe me donnait la trique quand j'y pensais. Je devenais donc (ou l'étais-je toujours) gay.

J'ai fait mon service militaire parmi des commandos, et j'étais parfois troublé par le sexe de mes camarades sortant de la douche, je repoussais ces pensées obsènes qui m'obsédaient car j'ai été éduqué dans une mentalité où le masculin l'emportait sur le féminin comme on dit.

Pendant mon service militaire, j'ai vu une fois, Jim, un sergent noir africain, très sympathique au demeurant, qui sortit un jour de la douche devant moi. C'était la première fois qu'on douchait dans le même créneau horaire, on n'appartenait pas à la même compagnie. Il avait un sexe énorme et en érection, sur le coup je n'ai pas pensé à la longueur que ça devait avoir, mais aujourd'hui je pense qu'il devait faire 24 ou 26 cm sur 7 cm de diamètre, un engin comme je n'en avais jamais vu, ni en image, ni rééllement. J'étais interloqué, comment quelqu'un pouvait-il avoir un truc aussi énorme. Il compris mon trouble car il devait être habitué à la réaction des mecs en le voyant dans la tenue d'Adam.

Il s'approcha de moi, les autres rigolaient de me voir ainsi troublé. Jim, comme on le surnommait, me mit la main sur son sexe, encore mouillé qu'il n'avait pas essuyé. J'ai failli m'évanouir d'émotion. Je lui sortit une vanne pour caché mon visage tout rouge. «Eh ben dis donc, quel belle cravate tu as toi !!». C'était nul mais je n'avais rien trouvé d'autres. Il rigola, un sergent-chef entra pour nous dire de nous grouiller. Il partit se préparer. Je restais là bouche ouverte. J'entrais dans la douche et me masturbais en pensant à ce sexe que j'ai tenu quelques secondes. qui dura des années... ma main droite n'avait pas pu se refermer quand j'avais touché son bidule...

Je terminais mon service obligatoire sans l'avoir vu de nouveau, et j'étais trop timide et trop peureux de prendre contact avec lui, de toute façon il m'aurait déchirer avec ce qu'il avait comme matraque. J'appris de toute façon aussi qu'il était hétéro et s'amusait plutôt avec des histoires de gays. On n'avais pas le choix, dans mon île tout acte gay était condamné par le peuple d'abord, mais aussi parmi nous, soldats. Je compris qu'il fallait enfermer ces sentiments au plus profond de moi et dans ce temps-à (années 70-80) il était hors de question de faire un coming-out, même si aujourd'hui ça a un peu évolué...

Je ne parlais à personne de ce que je ressentais et prenait autant de plaisir à sortir avec des femmes, jouissait en elles, etc... avec des comportements on pourrait dire normaux. Il arrivait, néanmoins, que pendant le plaisir de l'acte, je m'imaginais recevoir une bite d'homme dans le fion, mais ça n'allait pas plus loin si l'on peut dire. L'idée me venait que je devais consulter un psy, mais l'exemple d'autres amis ayant «consultés» et ayant une attitude encore plus bizarre me faisait réfléchir. Les années ont passées et j'ai eu une vie «normale» si l'on peut dire, auto-boulot-foyer-dodo...

Un jour, à 51 ans bien sonné, pendant mon travail j'allais un jour sur un site web d'homos et commençait par curiosité à regarder des photos et des vidéos de gays. Cela m'excita comme pas possible. J'avais envie d'être sodomisé par un de ces gars. Je mis donc une annonce avec mon adresse mail et msn sans trop de conviction.

Un jour, un homme que j'appelerais Tony, et de mon age, me contacta par mail, il était gay-actif, marié, je me connectais ensuite par MSN pour lui parler. On discuta pendant 1 heure, me donna rendez-vous chez lui en l'absence de sa femme. Enfin ma première fois arrivait.

Il habitait à l'autre bout de l'île et je devais trouver un moyen de me libérer du boulot. Cela fut fait un beau jour. Il me signala qu'il était libre. Je pris ma voiture, tout tremblant comme une nouvelle mariée, conduisit avec l'esprit dans un nuage et arriva devant sa maison.

Il me fit entrer en me prenant par le bras et regardant alentours. Il me semblait avoir la fièvre tellement j'étais excité.. On parla un peu, et il commençait à m'embrasser, je me laissait faire et l'embrassais moi aussi. Il se mit tout nu et m'invita à faire de même, j'avais une trique incroyable à cause de l'excitation.

Allongés tous les deux, on s'embrassa longuement. On fit un 69, mémorable. Il partit prendre une capote qu'il enfila rapidement en me rassurant qu'il allait être doux pour ne pas me faire trop mal. Il me lubrifia l'anus, me pénétra doucement. J'avais mal, avait l'impression que j'allais être déchiré par ce sexe, qui n'étais pourtant beaucoup plus gros long que le mien, environ 15 cm, mais quand même bien plus épaisse.

Je lui criais d'arrêter, il le fit, me demanda d'écarter plus mon cul avec mes mains pendant qu'il rajoutais plus de gel, je m'executais, et il essaya de nouveau, cette fois-ci ce fut bizarre, la douleur fut moins grande et même si je le sentais énorme, je commençais à jour à mon grand étonnement. Je lui demandait d'y aller complètement, il me laboura le ventre dans plusieurs positions, j'en voulais encore plus et mon pauvre amis transpirait. C'étais le bonheur complet pour nous.

Il s'arrêta, épuisés mais comblé en ce qui me concerne. Je n'avais jamais imaginé ressentir un tel plaisir. Je le quittais en lui donnant rendez-vous pour un autre jour. Et depuis je pense déjà avec excitation à ce moment à venir.

Farid974

farid974@lexpress.net

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.