Page précédente

Quelle histoire !?!

Je suis nu devant mon ordi. Je mate des photos de mecs musclés, j'aime voir les muscles. je me masturbe doucement, la main pleine de pre jute. J'aime me faire du bien tout seul, des fois c'est meilleur qu'avec ces mecs qui me sautent au paf vite fait sans me caresser.
J'aime les caresses. Je me frôle les pecs, mes tétons sont tendus, je les pince un peu, ca me rend fou.

Tout a coup la voix de la connasse de mon PC dit que j'ai reçu un e mail. Je vais voir. C'est mon ami Benoît qui m'écrit. Il dit qu'il s'ennuie de moi, son cher prince. C'est bien de sa faute, il m'écrivait plus. Donc le voila qui mendie un mot de moi. Je le laisse encore un peu poireauter, ça lui fera du bien. Je continue de mater mes mecs nus montrant fièrement leurs muscles et leurs sexes turgescent.

Soudain on sonne à la porte. Je ne sais pas qui ça peut être. Je me lève et enfile un kimono. Je vais ouvrir. C'est un pote de la gym qui dit qu'il voudrait juste me dire bonjour.

Tu parles quand ce con vient c'est juste parce qu'il a envie de moi. Il entre je lui sers un cognac. Il boit tranquillement. Il me dit:

alors? Tu t'entraînes plus ?

J'y vais le soir, j'en ai marre de voir toujours les mêmes mecs et de sucer les mêmes queues tous les matins.

Je te comprends...

eh oui...

Il me comprend... tu parles, il comprends même pas de c'est en particulier de sa bite que j'en ai  marre.

Il me demande si je vais bien.

Je lui dis que oui et qu'en plus il ne pleut pas.

Il fini par comprendre qu'il m'emmerde. Il se lève

bon ben... je vais y aller.

Ok tu connais la sortie  a plus.

Comme il ouvre la porte il y a un garçon qui s'apprêtait juste a sonner. Il se marre.

Y a quelqu’un pour toi.

Ok, j'arrive, je me fous à poil et je me pointe à la porte.

Bonsoir monsieur, excusez ma tenue mais ce jeune homme était venu pour voir mon cul, mais il s'en va.

Le mec dit que c'est pas grave  je le fais entrer. L'autre con s'en va, jaloux et malheureux. Bien fait. Marre de sa queue, marre de son cul, marre de ses lèvres, marre des ses poils.

Je demande au monsieur ce que je peux faire pour lui. Il me dit qu'il ne sait pas. Je m'étonne. Il me raconte alors une histoire folle. Je vous la raconte telle qu'il me la dite.

Il n'existait pas et soudain il est apparu derrière une porte, prêt à sonner et que la porte s'est ouverte. Il me dit qu'il a, cependant, le vague souvenir d'être passer par les doigts secs et nerveux d'un garçon qui tapait sur un clavier et qu'il est apparu sous la forme de lettres et de mots dans des phrases, sur un écran.
Il me dit qu'en ce moment, il est dans l'imagination d'un gars homosexuel qui lit une histoire sur Cyrillo et qui se demande qu'est-ce que c'est que cette histoire à la con.
Il me dit que le garçon qui lit cela, se demande si il va sucer le héro de l'histoire...

Je l'interromps en lui disant :

Faisons plaisir à ce lecteur de Cyrillo, sucez moi le sexe !

il dit qu'il n'a jamais fait cela mais que de toute façon il n'a jamais rien fait puisqu'avant de venir dans cette histoire, il n'existait pas.
Il se baisse et ouvre ses lèvres bien ourlées et mets mon sexe délicatement dans sa bouche brûlante et baveuse.
Il me suce super bien en faisant des bruits de sucions merveilleux.

Il me  tâte les muscles en roulant des yeux d’admiration. Il couine. Il gémit il a envie que je lui crache mon venin dans sa bouche avide.
Mes muscles se tendent et je largue des grandes giclées de foutre épais et gluant dans sa gorge. Il avale avec plaisir cette liqueur de couilles.

Il se relève et se fou a poil. Il est plus musclé que moi, il a des pecs énormes et des biceps puissants. Il me prends par la taille et me retourne, je me baisse et il me bourre le cul avec sa pine démesurément grande. Il me laboure consciencieusement en chantant  à tu tête:

ce matin un lapin a tué un chasseur,
c'était un lapin qui ,
c'était  un lapin qui,
ce matin un lapin a tué un chasseur,
c'était un lapin qui avait un fusil.

Je sens sa pine raide me rentrer dedans et ressortir et entrer à nouveau avec force, sans aucun ménagement.

Vas y je suis ta salope encule moi beau mec !

Ouai je t'encule a fond sale pd de mes deux. !

Il me jouit dans le cul des litres de lave brûlante qui me remplisse.
Je sens que j'ai de son sperme qui me sort même par les trous de nez et les oreilles. C’est merveilleux!

Il se contorsionne sur moi en se vidant et en se vidant encore, il n'arrête pas de jouir, de me larguer son sperme dans le corps. Je suis plein de jute. Il se vide.
Un quart d'heure après il jouis encore. Je n'en peu  plus, j'ai de son sperme qui me sort par la bouche, il coule par terre d'entre mes lèvres. Je n'en peu plus.
Soudain, je sens sa queue qui sort de mon cul et j'entends un  "splatch"... 

Je me retourne et je vois qu'il ne reste que sa peau qui traîne par terre. Il s'est entièrement vidé en moi. Sa peau et là, par terre. Qu'est-ce que je vais pouvoir faire avec cette peau vide. .

Je vous le demande. Si vous avez une idée, écrivez moi. Merci, à plus

Pascal

sport852753@aol.com  (bisous Benoît)

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.