Page précédente

Épisode précédent

formation -5

Je pense à Paul. Ca doit être dur pour lui surtout s’il n’a pas, comme moi de penchant homosexuel !
Et moi, pourquoi est-ce que je reste ici ? Pourquoi est-ce que je ne me sauve pas ? Serai-je soumis ? Et si ce que j’ai connu ces derniers jours, n’est rien au regard de ce qui m’attend, que me réserve l’avenir ? Et pourquoi si cela me répugne, j’ai quelque part pris du goût à ses fellations sous contraintes. Enfin pourquoi mon attirance pour Monsieur Aimé ?
Je suis épuisé par toutes ces questions et je sombre dans un profond sommeil.
Au petit matin, je suppose, une érection douloureuse me réveille. Je n’ai pas le temps de la constater que je jute dans les draps et je tombe de nouveau endormi.

Je suis réveillé par la lumière. Je me lève et passe dans la salle de bain et m’habille. Le verrou n’a pas été ôté.
Tout à coup, la porte s’ouvre et Monsieur Aimé me dit : « votre petit déjeuner, Marc ! ».

Résigné, je le suis.

Je frappe à la porte de Monsieur Jean qui me dit d’entrer.
«  Bien dormi, Marc ? ».
« Oui Monsieur, merci ! ».
« A poil mon grand ! ». Monsieur Jean enlève sa robe de chambre, il bande déjà, il s’allonge sur le canapé et je m’exécute. Il me demande de m’installer à califourchon au dessus de lui en lui tournant le dos. Là encore je m’exécute. « Suces ! ». Je me penche et prend sa queue en bouche. Elle entre de plus en plus facilement.
Derrière moi, Monsieur Jean écarte les fesses et de son index caresse mon anus. Avec quatre doigts, il le comprime, le distant, puis le lèche, le suçote, essaie d’y introduire sa langue. Il est tellement excité qu’il me largue tout son jus que j’avale aussitôt.

Monsieur Jean se relève et essuie sa queue dans mes cheveux avec ordre de ne pas m’essuyer de la journée.
Je me rhabille et par en cours.
Pour une fois, je ne suis pas en retard.

En entrant dans la salle de cours Monsieur Richard, sourit et en me regardant se caresse les cheveux.
Il a vu et il a compris. Une nouvelle fois, je suis rouge de honte et tout le cours rit doucement.

Après le déjeuner, Monsieur Aimé vient me chercher. Il me dit que le Directeur m’attend. Que ce passe-t-il encore ?
Cette fois Monsieur Aimé entre avec moi.

Il était beau dans son mini short qui lui moulait une jolie petite paire de fesses et une bosse proéminente sur le devant.

Monsieur Jean est assis sur le coin de son bureau. Il a l’air furieux.
« Alors Marc, malgré mon avertissement d’hier on s’est branlé et on a juté cette nuit ? ».
Je proteste : « Mais non Monsieur le Directeur, je vous jure, je n’ai rien fait ! ».
« Oh le menteur ! Allez à poil ! ».

Monsieur Aimé commence à m’enlever mon tee-shirt. J’enlève le reste. Monsieur Jean lui demande de s’asseoir et à moi il m’ordonne de me mettre devant, d’écarter mes jambes et de me baisser en avant.
Monsieur Aimé, me prend la tête entre ses cuisses et me tient les poignets. On frappe à la porte. « Entrez ! » Quelqu’un entre.
Je reçois un coup cinglant qui me fait hurler de douleur. Monsieur Jean a pris un martinet et m’en cingle les fesses. « Et de un ! ». Arrivé à dix, il dit : « pour avoir juté cette nuit ! ».
Je sens contre mon crâne le sexe durci de Monsieur Aimé.
Je pense que c’est terminé, mais un nouveau coup me cingle de nouveau. « Et de un ! ».
De nouveau arrivé à cinq, il dit : «Voilà pour avoir menti ! ».

Il me demande alors de me mettre à genoux. Je pleure, de douleur, mais il n’en a rien à faire.
Il sort sa grosse queue bandée et me fourre son gland monstrueux dans la bouche. Docilement je suce. Brusquement il se retire et me dit que c’est Monsieur Aimé qui va me donner mon petit déjeuner ce matin. Ce disant Monsieur Aimé sort sa grosse queue noire, longue et épaisse, très veinée avec un gland rose. Curieusement elle est recourbée vers le haut.
Il me la donne à sucer et je la prends bien volontiers en bouche.
De ma main je caresse les grosses prunes qui pendent à l’arrière.

Monsieur Jean qui est passé derrière Monsieur Aimé, lui appui sur la nuque. Monsieur Aimé se penche en avant et Monsieur Jean passe son gland entre ses fesses et s’enfonce. Monsieur Aimé lâche un : « Han ! » indiquant que Monsieur Jean est dans son cul.
C’est à présent ce dernier qui donne rythme.
Monsieur Jean, lance un rugissement, annonçant sa délivrance et au même moment Monsieur Aimé se libère également dans ma bouche, me donnant un jus copieux, suave et très parfumé.

Monsieur Jean s’assied dans un fauteuil et dit : « allez viens-toi ! ».
Là je me rappelle que quelqu’un est entré et a assisté à toute la scène. C’est le petit Paul, qui pleure doucement.
« Tu vois Marc, ici tout le monde m’obéît au doigt et à l’œil et personne ne résiste, sinon il le paie.
Allez, rhabillez-vous ! ».
Puis s’adressant à Monsieur Aimé il lui dit : « Aimé conduisez ce jeune homme chez le médecin ! ».
Monsieur Aimé a de la difficulté à ranger sa grosse queue dans son mini short et il ne s’aperçoit pas que son gland sort par une jambe.
« Allez Paul, caresse moi, refait moi bander tout ça, car après ce sera ton tour ! ».

Je me sens humilié que Paul ait assisté à cette scène.

Dans le couloir Monsieur Aimé avec un grand sourire me dit : « j’ai bien aimé tant devant que derrière ! » Je m’aperçois qu’il a du sperme qui coule derrière sa cuisse.

Arrivé chez le Docteur Alexandre, celui-ci nous ouvre de suite et Monsieur Aimé entre avec moi.
« Avez-vous reçu les instructions du Directeur, Docteur ? ».
« Oui Aimé, ce sera pour ce soir ! Vous y assisterez et moi également ! »
Monsieur Aimé répond : « Déjà ce soir ? C’est tôt non ? ».
« Tu sais comment il est ? Impatient et il n’en a jamais assez ! ».
Monsieur Aimé ajoute : « Je viens d’être pris ! J’espère que tout ira bien ? ».
Le Docteur lève les yeux au ciel et rassure Monsieur Aimé puis me demande d’enlever le bas. Il inspecte les zébrures de mes fesses en poussant un « oups » de surprise. « Il a été fort !
De si jolies fesses ! ».

Rolex59

Si vous désirez me demander la suite :

rolex59@club-internet.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.