Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

Vacances 8

Une fois l’autre couple amis d’Olivier informé de la situation, il a fini ses vacances auprès de nous (surtout de Pierre).
A la fin de la troisième semaine j’ai eu assez confiance (et surtout le résultat d’une enquête menée par un des clients de Jean, commissaire de police, sur Olivier à ma demande) pour laisser Pierre « dormir » chez lui toute la nuit.
Si ils n’ont pas dédaigné la touze, nous avons bien senti qu’ils préféraient dans un premier temps plutôt se « connaître » sans témoins.

Sur la plage, Olivier n’a pu finir de bronzer correctement, car souvent Pierre venait se coucher sur lui, un bernique sur son rocher !!
Quand par jeu j’ai fait de même avec Marc, je me suis retrouvé le nez dans le sable bloqué par une clé au bras ! il a encore de beaux restes mon Mec !!

Le départ ne fut difficile que pour nos deux « amoureux », avec les autres, nous nous étions dit au revoir lors de la touze, Kev nous assurant de passer nous voir un de ces jours avant l’été prochain.

Le trajet en moto m’ayant un peu fatigué, j’ai pris la voiture de Marc pour reconduire Pierre chez ses parents.

A peine débarqué, Pierre se jetait dans leurs bras, ils l’ont trouvé bien bronzé et changé, physiquement la piscine tous les jours avait joliment musclé leur fils et ils lui trouvaient un nouvelle assurance.
Eux même avaient bien profité des leurs et paraissaient aussi en pleine forme.
Alors que j’allais les quitter Pierre me demanda de rester encore quelques instants, il préférait que je sois là quand il leur dirait pour Olivier.

Après avoir raconté la partie avouable de nos activités de vacances, il leur annonça qu’il était tombé amoureux d’un garçon. Si les parents ont pris la nouvelle avec un grand sourire, ils apprécièrent moins quand en entrant dans les détails, il leur dit qu’il avait 28 ans. Là, ses parents ont trouvé que la différence d’age faisait beaucoup !
Un peu déçu de leur réaction, il me dit au revoir et alla déballer ses affaires. Resté avec ses parents, je me suis fait questionner grave. Son père me disant presque que j’avais faillit à mon engagement de protéger son fils.

Rapidement, je décris l’homme, et leurs sentiments réciproques et surtout le résultat de l’enquête de police. Je leur dis aussi qu’Olivier désirait les rencontrer personnellement pour qu’il puisse le juger. C’est une preuve de sa bonne foi car on aurait pu organiser leurs rencontres le WE chez nous sans qu’ils n’en sachent rien ! ou bien leur petit Pierre aurait pu prendre l’option fugue !

Un peu rassurés, je les ai détendu en leur disant que leur fils voulait faire architecture après son bac.
Au retour alors que Marc me demandait si ç’avait été, je lui dis que je devais rapidement organiser une rencontre parent de Pierre et Olivier en terrain neutre.

Réellement seuls tous les deux pour la première fois depuis 3 semaines, nous nous sommes aimés calmement, sensuellement, ardemment, brutalement, violemment, sans artifices ni accessoires.

 Après un 69 d’anthologie, Marc m’a préparé le cul à grand coup de langue, le remplissant de salive avant de me placer à 4 pattes et de me prendre en levrette. Doucement, après avoir posé son gland sur mon anus, ses mains accrochées à mes épaules m’ont attirées vers lui, faisant pénétrer sa bite au plus profond de moi.
Nous sommes restés sans bouger quelques instants. Bien qu’excité par la dilatation de mon cul, j’ai attendu qu’il bouge le premier pour accompagner ses va et vient en ondulant du bassin.
Quand j’ai senti que ses coups de reins augmentait de cadence, j’ai changé de position, je voulais voir son visage quand il jouirait.
Sur le dos, les jambes relevées sur ses épaules, Marc a continué à me prendre. Les yeux dans les yeux, nous avons vu monter le plaisir de l’autre et j’ai explosé quand Marc a commencé à me remplir le cul de son sperme.

Puis il s’est écrasé sur moi pour qu’on se roule un patin. Comme il glissait hors de moi, j’ai serré mon anus pour garder sa semence.
Nous nous sommes retrouvés couchés l’un contre l’autre satisfaits, repus, comblés (pour moi c’est sûr, pour Marc, il m’a semblé !).

Je crois que je ne trouverais jamais rien de meilleur que ces moments avec mon mec.
Je ne renie pas pour autant, les touzes, les potes et même Emma, avec eux c’est du plaisir charnel, mais avec Marc, il y a quelque chose en plus !

Malgré le désir de Pierre, il me fallu 1 semaine et demi pour organiser l’entrevue d’Olivier avec ses parents. Finalement, la rencontre a eu lieu chez Olivier.

Belle maison d’architecte (et pour cause, c’est lui qui l’a dessinée) dans le quartier résidentiel le plus proche du centre ville. Le père de Pierre évalue la valeur du bâtiment et me confie qu’au moins il n’est pas dans le besoin !

Olivier nous ouvre, un peu crispé. Les parents sont surpris, car il fait plus jeune que son age comme nous même avions cru qu’il avait maxi 25ans lorsqu’on avait fait connaissance cet été.
Nous entrons dans un immense salon dont un mur complet de verre donne sur la terrasse, piscine et jardin.
Rapidement j’emmenais Pierre faire le tour du jardin, laissant les « adultes » causer entre eux.
Alors que nous découvrions un commun faisant office de salle technique piscine, sanitaires, cuisine d’été, avec un grand lit en mezzanine, Pierre me confiait ses craintes quant à la continuité de sa relation avec Olivier. Peur que ses parents lui interdisent de le revoir, peur qu’Olivier se lasse d’un petit mec comme lui, peur de ne pas être à la hauteur….
Je le serrais fort dans mes bras et lui dis qu’il n’avait pas de soucis à se faire, qu’Olivier était fou amoureux de lui, que ses parents étaient raisonnables et que ce qu’il lui manquait viendrait avec la maturité et que sa soif d’apprendre comblerait le reste.
Les choses se sont suffisamment bien passée pour qu’à notre retour dans la maison, les parents de Pierre lui annonce qu’ils étaient d’accord avec ses choix/désirs et qu’ils ne s’opposeraient pas à leur relation sous condition qu’il ne néglige pas ses études. Olivier de renchérir que de toutes les manières, il n’en était pas question sil il voulait devenir architecte lui aussi.

Je sortais avec les parents, histoire de laisser les deux amoureux seuls quelques minutes.
Comme je demandais si ça avait été, ils m’avouèrent qu’ils ne s’était pas attendus à trouver quelqu’un d’aussi équilibré et décidé. La mère était tombé sous son charme et le père encore un peu méfiant avait été rassuré par la position social de l’individu.

Avant de se séparer, Pierre m’a remercié d’avoir arrondi les angles entre ses parents et Olivier. Je lui dis que de toute les façons  je serais toujours là pour lui et qu’il était un peu mon « petit frère ».

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.