Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 158

La Dominique fin de séjour et retour

Le séjour touche à sa fin, j’ai acquis une jolie couleur brun foncé tout comme Marc. Sauf sur les fesses et le sexe où j’ai réussi (maillot aidant) à garder un bandeau horizontal blanc d’environ 12cm de hauteur. Dans la glace, j’ai pu voir l’effet sur mes fesses. Très sexe ! le haut des fesses et le début de la raie sont bronzé alors qu’en dessous je suis resté blanc.

Deux jours avant notre départ, notre approvisionneur en chairs fraîches est arrivé avec un jeune homme. Teinte café au lait, physique de rêve, 1,80m pour 65 Kg environ musclé type natation avec des pecs bien marqués et de beaux abdos, avec une belle tête aux lèvres épaisses et rouge vif. Je n’ai pu m’empêcher de bander et Marc aussi. Vu notre accoutrement, il était difficile de cacher notre intérêt.

Le mec nous l’a présenté et nous a dit que c’était le bonus de notre séjour (bonus réservé aux bons clients). Nous serions ses premiers clients même si nous ne serions pas ses premiers mecs ! (je ne sais pas si c’était vrai, mais cela en avait l’illusion).

Après un bref moment de jalousie nos deux jeunes Toy-boy ont accepté le petit nouveau allant même lui confier dans un espagnol rapide nos caractéristiques et nos envies particulières. (Je ne parle pas cette langue mais Marc la maîtrise parfaitement ce qu’il n’ont jamais su).

J’ai laissé Marc en profiter en premier. Si nous étions ses premiers clients, il est a noter qu’il en connaissait un bout sur le sexe masculin. Dès sa première pipe, il a avalé sans sourcilier les 22cm de Marc. Avide de faire connaissance avec ses amygdales, je suis venu m’asseoir au coté de Marc et notre jeune recrue a alterné nos queues.
Marc bien excité par la situation a demandé à un des Toys de lui préparer le cul.
Les gémissements de plaisir qui coulait le long de nos bites dès que nous lui libérions temporairement la gorge nous ont prouvé qu’il prenait du plaisir lui aussi.

Je laissais à Marc la primeur de son trou. Kpoté, il l’a pris en levrette alors que, ses bras en appuis sur mes cuisses il continuait à me sucer.

Assis dans le canapé sur la terrasse, je me faisais piper et j’avais sous mes yeux la vue d’un superbe dos large, taille et hanches étroites enserrées par les mains fortes de Marc puis les rondeurs de ses fesses écartées par la bite de mon homme qui coulissait dedans pour leur plus grand plaisir à tous les deux.

Très très excitant ! j’ai vite mis mes mains derrières sa tête et j’ai donné le rythme de la pipe. Sans montrer de faiblesse, il a vaillamment pris mes 20cm x5 complets à chaque pénétration de sa gorge.
J’ai adoré vois ses grosses lèvres rouge vif entourer ma bite et la faire disparaître entièrement.
Quand Marc s’est mis à accélérer le rythme, j’ai su qu’il n’allait pas tarder à remplir sa kpote. Notre jeune homme l’a senti aussi et s’est déhanché pour l’achever.
Sans cesser de me sucer, il l’a fait jouir avec une maestria digne d’un pro du sexe.

Moi je l’ai vite suivi et j’ai juste eu le temps de sortir de sa bouche avant de lui en mettre plein le visage et le dos.

Nous nous sommes tous les trois douchés avec l’aide de nos deux Toys-boys.
Comme ces derniers bandaient à se faire mal, Marc leur a dit de faire un 69 et nous les avons matés enfoncés dans les grands fauteuils en osier de la terrasse, le jeunot sur les genoux de Marc.

Sans délaisser nos Toys, c’est quand même avec notre « bonus » que nous avons le plus baisé jusqu’au départ. Un « Jimmy black » ça ne se laisse pas de coté !

Nous avons revu notre « organisateur » le matin du départ. Ils nous a demandé notre avis concernant le service. Marc et moi avons été d’accord. Parfait ! les mecs proposés très bien, bonne mentalité (pute mais pas trop), physiques parfaits et motivation de tous les instants, nous nous sommes répandus en remarques positives.
Nous avons passés sous silence les enveloppes que nous avons remis à chacun , cela ne le regardait pas.
Pour finir nous lui avons dit que si des amis venait à passer un séjour en république dominicaine, nous leur indiquerions ses coordonnées.

Retour en France :

Nouvel avion, nouvel équipage. Je passe la moitié du voyage à mater et utiliser les services de notre steward. Jouant de ma langue sur mes lèvres et de poses aguichantes, j’en arrive à le faire bander ferme sous son pantalon de tergal. J’arrive même à passer ma main sur la bosse que fait son sexe lors d’un réapprovisionnement en champagne (1ère classe oblige). Il s’isole aux toilettes et revient 5mn plus tard le devant du pantalon plat !
Marc à qui rien n’a échappé, me gronde et me dit que j’aurais du l’accompagner, la nuit aidant, la plus part des passager dormaient, ça ne se serait pas vu.

Ni une ni deux, je rappelle notre serveur et quand il approche le fait choir d’un pied opportunément sorti dans l’allée. Je le retiens et le tire vers moi pour lui rouler un patin. Surpris il se laisse faire. Je lui glisse à l’oreille que je veux le voir dans 10mn aux toilettes puis le relâche.

J’attends et à l’heure dite, il se glisse aux toilettes sans verrouiller. Je vérifie que tout le monde dors (hormis Marc) et discrètement le rejoint.

Il est encore habillé quand je rentre. Nous nous roulons une pelle d’enfer. J’aime sa langue nerveuse qui se bat avec la mienne. Ma main vérifie qu’il bande à nouveau. C’est le cas. Sa main fait de même sur moi et constate que je suis dans le même état.
Je fais glisser son pantalon sur ses chevilles et le tourne vers la carlingue. Il trébuche et prend appuis sur le fuselage de ses deux mains. J’en profite pour baisser mes jeans et me kpoter dans le mouvement. Une noisette de gel sur le gland et je le pousse entre des fesses étroites.
Il se cambre pour faciliter le positionnement. Je sens sa rosette au bout de mon gland et donne un petit coup de rein. Ça rentre comme dans du beure ! je me penche sur son dos et tout bas le traite de salope. Il tourne la tête, me roule un patin puis me demande si j’aime ça. Je le lui prouve aussitôt par de grand coups de reins qui le fendent en deux. Il hâlette tout bas essayant de faire le moins de bruit possible. Je le laboure consciencieusement et il apprécie la chose. De lui même il bascule le bassin et recule pour venir au devant de ma queue.
La place est compté et la seule autre position que nous pouvons prendre, c’est moi assis sur la cuvette des WC et lui assis sur ma bite. Mais j’aime moins car je ne maîtrise pas la sodomie. Nous reprenons alors la posture première pour nous terminer.
Mes mains sur ses hanches, je le fait coulisser sur ma queue à la vitesse nécessaire à mon « épanouissement ». Je ne tarde pas et explose dan son cul comme  il se vide dans les WC.
Petite toilette dans le mini lavabo et je sors le premier. Je tombe nez à nez avec l’hôtesse de l’air de notre secteur qui me demande si son collègue est bientôt libre car ils ne vont pas tarder à servir un petit déjeuner. Je l’assure, avec un grand sourire, que maintenant c’est une histoire de secondes.
Il sort aussitôt. Légère bousculade de nos trois corps dans cet espace réduit. J’entends un « c’était bon ? » de l’hôtesse et un « très » de l’enculé suivit d’un « t’as de la chance » légèrement jaloux, avant qu’ils ne rejoignent leur zone de préparation.

Je reprend ma place. Marc lève des yeux interrogateurs vers moi. Je lui dis que c’était sympa et qu’il avait un super cul étroit comme j’aime en enfiler.

La fin de notre vol s’est fait en 1ère classe +, due à la complicité « client / fournisseur » que nous avions développée plus tôt.

A Roissy, au sortir de l’avion, j’ai félicité le personnel pour la qualité de leur service et avec un clin d’œil au steward que j’avais eu sur ma bite, je les ai remercié pour l’expérience que j’avais connue, rires contenus de l’hôtesse qui savait la chose.
 
Au sortir de la douane, Samir et Jimmy nous attendaient.
Marc demande a Samir si tout c’était bien passé, réponse positive. Jimmy quand à lui m’a sauté dans les bras, un vrai gamin ! Je laisse le chariot à bagage à Samir et nous le suivons jusqu’à la voiture. Jimmy me pousse à l’arrière et prend place à mes cotés. Marc s’assoit à l’avant et laisse le volant à Samir.
Nous ne sommes pas sortis de l’aéroport que Jimmy commence à me dire tout ce qui s’est passé pour lui, me faisant un rapport détaillé des 15 jours. Il m’a rassuré quand au fait qu’aller seul aux rendez vous n’avait pas entrainé de comportements différents / violents de la part de nos clients. Le fait d’être seul a juste entrainé un allongement des séances de pas loin d’1/2 heure, rien de bien méchant.
Samir reprenant sur le sujet m’a dit qu’heureusement que j’avais prévenu les clients d’Ed que c’était lui (Samir) qui l’accompagnait, sinon certains lui auraient fait des difficultés. Quand je pense que cela ne les gène pas de se faire un ptit beur, ça m’énerve un peu.
Il m’a dit aussi qu’au retour des séances, à la demande d’Ed, il lui avait travaillé le cul au donjon pour le préparer au gang bang.
Comme je lui demandais son avis sur son état d’avancement, il me dit qu’il était aussi prêt que Jimmy, même si il n’aura jamais la spontanéité physique et musculaire de ce dernier.
Jimmy se trémousse à mes cotés, tout fier du compliment. Sa main posée sur ma cuisse remonte et vient me masser le paquet. Je bande direct .
Nous sommes sur l’autoroute, je le laisse défaire ma ceinture et déboutonner mes jeans. Ma bite sort comme un diablotin de sa boite et il se penche vivement pour la couvrir de sa bouche.
Marc le gronde de sa place avant. Cela ne le freine pas et il redouble d’ardeur à me sucer. Je retrouve avec plaisir les sensations que me procure sa gorge profonde et la grande efficacité du balai de sa langue sur mon gland.
Il me fait monter en pression puis cesse brutalement pour éviter que je jute. Il me fait le coup trois fois et là je ne peux plus me retenir et j’envoie la sauce.
Dans un souci de propreté (c’est l’argument que Jimmy me sortira quelques minutes plus tard), il avale toute ma production, rattrapant d’un doigt ma semence qui lui coule au coin des lèvres.
Emporté par mon plaisir, je n’ai pas cherché à sortir de sa bouche, je crois que j’ai même appuyé sur sa tête pour m’enfoncer encore plus ! heureusement que je suis clean !
Il n’empêche que je le sermonne, une fois qu’il m’ait rendu le gland nickel, sur le danger de faire cela. Sa réponse comme quoi je suis le seul avec lequel il se lâche un peu me rassure. Je ne veux pas que mes « protégés » prennent des risques avec leurs santés. 

Arrivée à la maison :

Ammed nous attendait dans l’entrée pour nous débarrasser. Alors qu’il monte nos valises, je fais la remarque qu’il avait l’air d’avoir pas mal pris question muscle (très visible puisqu’en shorty cuir).

Samir me confirme qu’Ammed souhaite arriver à un physique semblable à celui de Ric. Marc confirme que s’il continu un peu ce sera bientôt fait. Je demande à Samir si cela lui convient, réponse : une gym-queen, ça le branche bien !

Je passe un coup de phone à Ed. Je n’arrive à m’en défaire qu’au bout de 3 bons ¼ d’heure. Il m’a tout raconté, chaque rendez vous et sa suite entre les mains de Samir en vue du gang bang avec Jimmy. Il me dit que par contre j’avais du taf à rattraper avec Théo son frère qui n’arrêtais pas de le faire bander en se promenant à poil dans leur partie de maison sans pour cela qu’il lui soulage les couilles en le suçant ou en se laissant enculer. Et de le voir se branler alors qu’il le regarde, ça commence à l’énerver passablement !

Je lui dis que je passerais moi même l’emmener à son prochain rendez vous, cela le soulagera.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.