Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 166

Cela faisait déjà quelque semaines que Xavier m’avait demandé de passer chez eux. Je savais qu’ils m’attendaient avec un cadeaux.

Nous finissons par trouver un soir alors que Marc est en déplacement.

Quand j’arrive Laure est encore seule. Bisou avec la langue. Collée contre moi, je la sens chaude. Je le lui dis. Elle m’avoue que quand elle sait que je viens, ça l’excite.  L’idée de se faire prendre en même temps des deux cotés (cul et chatte) et même de voir son mec me sodomiser, ça l’excite un max.

Je passe ma main entre ses cuisses et je la retire trempée, elle n’a pas mis de culotte !
Sa main à elle est venue se plaquer sur mes jeans et masse la déformation du tissus que ma bite provoque vers la gauche.
Je calme le jeu en attendant son mari.

Heureusement il ne tarde pas. Il vient directement me rouler un patin et enfile un doigt dans sa femme qui nous colle.
Ils sont chauds tous les deux et nous passons directement au sexe ! Xavier nous emmène à sa salle de muscu et à poils nous commençons la partie de plaisir.

Comme à chaque fois nous débutons par Laure. Elle se laisse envahir par nos sexes. Bouche, chatte et anus nous voient passer plusieurs fois. Elle n’a maintenant plus de difficultés à se prendre les 26cm x 6,5 dans ses trous. Cela me vaut à chaque fin de séance un remerciement particulier.

Grâce à l’action conjuguée de nos bites et nos langues, nous la faisons jouir deux fois.
Premier tableau : je la prends par derrière alors qu’elle chevauche son mari. Je m’introduis dans son cul alors qu’elle est toujours planté sur Xavier. C’est divin ! je sens au travers de ses muqueuses l’autre bite qui occupe son vagin. Quand Xavier reprend ses va et vient, nos glands se frottent l’un contre l’autre et nous sentons bien le passage de nos couronnes. Je dois me distraire un peu si je ne veux pas jouir aussitôt. Je me calme au moment où elle à son premier orgasme, sinon les compressions de ses muscles vaginaux m’achèveraient.

Deuxième tableau : inversion des rôles,  je suis dans sa chatte, compressé par la queue de son mec en train de la sodomiser. Là, je ne crains pas de partir trop vite, je suis moins serré que dans son cul.

troisième tableau : Xavier délaisse sa femme, je prend sa place dans son cul. J’y suis quelques instants un peu au large, le temps que l’anneau se resserre sur ma queue. Je le sens venir dans mon dos. Je devine ce qui m’attend, sa grosse bite dans mon trou ! Il sait que je ne suis pas un coutumier de ses dimensions et commence par me bouffer l’oignon. Sa langue fait merveille, je m’ouvre et le sens la rentrer d’au moins un cm. Faut dire qu’il est habitué à manger la chatte et le cul de sa meuf. Après sa langue, il y va de ses doigts plein de gel et ne cesse que quand il en fait coulisser 3 sans résistance.
Même ainsi je me sature en poppers ! Les 6,5cm de diamètre, plus encore que les 26 de long posent problème dans les premières minutes, bon après c’est bien sûr les 26cm qui ont un peu de mal à se frayer un passage !
Je me plante bien dans le cul de Laure et attend l’assaut de son mec. Alors que j’ai encore la tête bouillante (et le trou ramolli) par le poppers, il présente son gland sur ma rondelle. Excité, je veux en finir vite et recule sec. Son gland volumineux me pénètre. Je sens mon sphincter se refermer derrière la couronne. Xavier me prend alors par les hanches et pousse son bassin. Mm par mm, il fait entrer les 26cm de sa grosse pine. Je ne débande pas dans le trou de Laure. Je prend un plaisir fou à me faire écraser la prostate par son mandrin. Une fois au fond de mon cul, nous restons quelques instants sans bouger, tous les trois à écouter les sensations provoquées par le partenaire.  
Il recule me retenant contre son bassin jusqu’à ce que seul mon gland reste dans sa femme. Là, il me relâche et me dit d’y aller. Je vais passer comme cela un bon moment à coulisser dans le trou de sa meuf alors que le pieu de son mec me perfore l’anus. Je me plante au fond du cul de Laure, ça me libère l’anus. Je recule et m’enfonce le sexe de Xavier alors que la pression sur ma bite disparaît.  Je ne jouis que quand, trop excité, Xavier me maintient planté dans sa femme et qu’il me laboure à fond.
Je ne peux plus me retenir et explose. J’arrive à bloquer les mouvements de piston de Xavier et ça le fait juter à son tour.
Je suis anéanti ! Xavier trouve encore la force de titiller de ses doigts le clito de madame et de lui tirer un troisième orgasme.
Etalés sur le sol nous mettons ½ heure à récupérer.

Quand nous nous relevons, je boxe par jeux les pecs de Xavier en lui disant qu’il me ruine l’anus à chaque fois qu’il y passe. Il me répond que je ne dois pas détester cela car j’y revient régulièrement (ok, j’aime bien et aussi l’enveloppe qui va avec).
Comme ils m’invitent à diner, je préviens Samir que je ne renterais pas très tôt.
Nous mangeons très bien dans un restaurant 2* Michelin et au dessert, Xavier me tend un boite cubique noire. J’avais oublié qu’ils voulaient m’offrir un cadeaux pour les avoir « décoincé » de leur misère sexuelle.
J’ouvre et trouve une montre super originale à une seule aiguille, Suisse bien sûr, la montre pas l’aiguille !

Je détache ma Tag-Heuer Monaco de tous les jours et la remplace par leur montre. Grand cadran noir, rond, qui virilise le poignet qui le porte. Très sobre elle est d’un chic fou, bien moins ostentatoire que le premier cadeau d’Emma (avec ses diamants roses), 
Je me lève et au risque de choquer les « bien pensants » embrasse Laure sur la bouche ainsi que Xavier.

 

Quelques jours plus tard, j’ai reçu un coup de fil de Daniel (mon vendeur Suzuki). On papote quelques instants sur le taf : vente et son taf : Escort. Il me dit qu’il commence à ne plus avoir de complexes rapport à sa culture et qu’il apprécie de plus en plus son « client ». Il me dit que bien qu’il ait été en combi moto ou à cause de cela, son « client » l’a emmené dernièrement dans un grand restaurant où son accoutrement faisait vraiment tâche !
Je lui demande si cela l’avait gêné. Il me dit que finalement il n’en n’avait rien eu à faire. Il avait même noté chez les serveurs, une certaine connivence.
En attendant, ils avaient passé un bon moment, son « patron » s’amusant même des regards réprobateurs qui provenaient des tables voisines.
Coté sexe, ça le fait bien aussi. Comme ils sont tous les deux recto/verso, il n’y a pas de manque (contrairement à Kev et son Boss).
Je lui demande quand il pourra passer avec Cédric et nous tombons d’accord pour le WE qui suit, Marc sera présent. Il aime trop les ptits mecs pour que je le prive d’une baise avec Cédric.

Ils arrivent dès le vendredi soir (même si ils travaillent le samedi matin pour Cédric et toute la journée pour Daniel).
J’irai d’ailleurs le chercher à midi (Cédric).

Nous les débarrassons de leurs combi moto, ils restent en shorty et t-shirt. Cédric est très à l’aise et saute alors dans les bras de Marc pour lui rouler un patin, pendu à son cou, les jambes autour de sa taille. Comme il ne veut pas en descendre, Marc le porte jusqu’au salon. Nous les suivons en échangeant les dernières nouvelles et les retrouvons Marc dans un canapé et Cédric en train de glisser le long des ses jambes. Quand il est à genoux, il lui écarte les cuisses et s’occupe à défaire les boutons du Jeans. Nous le regardons faire et j’appelle Ammed pour qu’il nous serve l’apéro.

Il n’a pas fallu beaucoup de temps à Cédric pour arriver à ses fin et qu’il libère le sexe de Marc. Il ne reste pas à l’air libre très longtemps et se retrouve couvert par la bouche vorace de Cédric. Je fais attention et je m’aperçois qu’il réussit à le manger en entier.
J’en discute avec Daniel qui me confirme que tous les jours il lui fait la gorge pour qu’il s’entraine et maîtrise les réflexes associés au passage de la glotte. Je le félicite car le résultat est là.
Marc apprécie les progrès. Devant tant de bonne volonté, il prend la tête de Cédric entre ses mains et gère le pompage de sa bite. Entre autre il teste la capacité respiratoire de son suceur en maintenant progressivement de plus en plus longtemps son gland au fond de sa gorge. Ce n’est pas Ric mais il arrive à tenir un bon moment sans respirer.
Sans ôter la bite de Marc de sa bouche, il se défait de son shorty et de ses chaussettes et passe de la position sur les genoux à 4 pattes, nous présentant son petit cul étroit, véritable appel au viol.
Marc nous demande de bouger et de lui préparer le cul. En vitesse nous nous mettons aussi à poil et commençons à lui travailler le trou. Bien souple, peu être un peu plus que dans mon souvenir. Daniel me rassure et me dit qu’il a été obligé de le sauter à midi, tellement il (Cédric) était excité de passer son premier WE chez nous.

Je passe en premier et Kpoté enfonce mes 20cm dans son cul. Bâillonné par la queue de Marc, il ne peut manifester. Je le prends par les hanches et le lime sèchement. A chaque fois que je suis au fond de son cul, je pousse encore pour qu’il s’enfonce la queue de Marc jusqu’à ce que son front butte sur les abdos. Il arrive a se dégager de Marc juste le temps de nous déclarer que c’est trop bon et de reprendre sa pipe là où il l’avait laissée.
C’est vraiment adorable autant de bonne volonté !
Je vais pour céder ma placer à Daniel mais il me dit de continuer, lui a le privilège de l’enculer tous les jours.
Il se place dans mon dos et glisse sa bite entre mes cuisses, son gland me caressant les couilles. Je lui dis de mettre une kpote et j’ai juste le temps de me mettre un peu de gel qu’il se présente à mon passage arrière et défonce la porte. Bon, très bon même ! Se faire enculer alors que soi même on est en train de faire la même chose c’est divin.
Marc ne tient plus, il repousse Cédric et le prend par les épaules pour le relever. Je me retrouve la nouille à l’air !
Il se rassoit dans le canapé, se kpote et demande à Cédric de s’assoir sur sa bite en lui tournant le dos.
Une fois Cédric bien planté dessus, il  bascule en avant et le met à 4 pattes devant moi. J’ai juste à prendre sa tête entre mes mains pour lui indiquer le chemin de ma queue (dkpotée).

Photo : Daniel m’encule alors que je me fais sucer par Cédric lui même enculé par mon mec qui en se penchant un peu vient me rouler un patin.
Trop bon cette situation ! Cédric s’applique à me sucer et à m’avaler le gland, même si les coups de rein de Marc désordonnent, de temps en temps, le rythme.

Marc, à force de taper dans sa prostate, fait jouir Cédric. Après ça part en cascade. Marc se verrouille au fond du cul de Cédric et large la sauce dans sa kpote, ce faisant il pousse Cédric à me manger entier et je ne peux me retenir et je lui envoi mon apéritif maison direct dans l’estomac. Il se recule juste pour accueillir ma dernière giclée dans sa bouche et la garder pour en tartiner mon gland avec sa langue. Mes éjaculation se sont accompagnées d’autant de contractions anales et le massage de celles ci sur la bite de Daniel qui était dedans l’a fait exploser.
En ressortant brusquement, il a réussi à m’en foutre plein le dos.

Le dos essuyé avec sollicitude par Ammed, j’attends que nous ayons tous repris nos souffle pour proposer un douche.

Sous les jets d’eau, nous nous mettons à trois pour laver Cédric. Pas un mm² de sa peau ne nous aura échappé. Puis c’est le tour de Daniel, moi et nous finissons par Marc. Il avait eu le temps de recharger les batteries et nous a présenté ses 22cm raide au rinçage.
Comme nous ne pouvions le laisser dans cet état pour le dîner, J’ai poussé sur la tête de Cédric et ce dernier, sans se faire prier, l’a gratifié d’une bonne pipe. Cette vue m’a fait bander à mon tour et Daniel, sans que je lui demande, s’est agenouillé à coté de Cédric et me sucer aussi.

Photo : Marc et moi, debout, épaule contre épaule, le dos en appui sur le carrelage de la douche avec entre nos pieds Daniel et Cédric à genoux en train de téter nos bites.

Marc à juté le premier sur les épaules de Cédric. Libéré, ce dernier s’est couché sur le carrelage pour sucer Daniel. Le ballet de sa langue sur mon gland et ma hampe a eu raison de ma résistance et j’ai, à mon tour, éjecté mon sperme sur ses épaules et le dos de Cédric. Peu de temps après ce dernier avalait la production de Daniel.
Nous nous sommes mis à trois pour faire jouir Cédric. Coincé dans les bras de Marc, je l’ai sucer jusqu’à l’os pendant que Daniel lui bouffait les tétons.
Il n’a pas fallut 5 minutes pour qu’il explose à son tour.

Nouvelles douches pour tous et nous sommes remontés diner.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.