Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 188

PH, vacances à la maison-5, La Baule 2

Une fois dans notre suite, j’appelle notre Escort néophyte. Il vient de finir sa journée et prend un pot avec son pote serveur avant que ce dernier n’entame la deuxième partie de sa journée de travail.
Je lui explique le topo. Il est étonné que j’aie trouvé aussi vite. Je lui explique le cas, et lui dit de nous rejoindre dans notre suite, que nous irions ensemble au rendez vous. Je lui dis de venir dès que possible afin de lui expliquer certaines choses.

Alban (c’est son nom) arrive 1/4h plus tard. Tenue décontracté mais chic bermuda de marque, polo griffé…

Je lui dis de se déshabiller. Il le fait en me demandant pourquoi. Je lui réponds qu’à 500€ la passe, je dois m’assurer qu’il est nickel.
Il est étonné et ravi du montant que je lui ai annoncé et se met nu devant nous.
Je le fais tourner, ça va. Pas de poils disgracieux. Je lui demande de se pencher et de me montrer son anus. Il le fait en me disant que de toute les manières il ne se fait pas enculer.
Sa raie n’est pas épilée. Je lui dis qu’il va falloir le raser et explique que même s’il ne se fait pas sodomiser le type va peut être avoir envie de lui bouffer l’oignon. Il n’y  avait pas pensé !

Passage dans la salle de bain et rasage de sa rondelle. A l’aide de miroir, nous lui montrons le résultat. Il admet que ça fait plus net.

J’inspecte de plus près ses fringues. Ça va. Le slip est propre à défaut d’être d’une marque branchée et lui fait de belles fesses. Je lui demande s’il fait du sport. Il me dit rugby, je comprends mieux sa musculature.
PH et mois nous nous changeons aussi. Pantalon blanc, polo rayé marin et mocassins portés nus pieds. Je change le saphir de mon oreille par le diamant, ça fait plus soirée (bon, je sais, plus pétasse aussi !).

Nous descendons dans le hall et retrouvons le client d’Alban. Comme je le lui avais décrit, il n’est pas surpris. Le type nous emmène au bar prendre un apéritif. Nous discutons de tout et surtout de rien.
J’arrive quand même à savoir qu’il est avocat. Nous ne nous attardons pas et allons diner au restaurant de la plage. Nous sommes servis par Benoit, l’ami d’Alban. Il a du mal à ne pas passer son temps à nous mater et surtout le futur client de son copain.

La discussion se déplace sur le sport. Le client à l’air très intéressé par le fait qu’Alban fasse du rugby, ça à du titiller un de ses phantasmes ! Il nous dit avoir fait du handball dans sa jeunesse.
Dès la fin du repas, je sens qu’il est pressé de continuer en tête à tête avec Alban. Je les laisse donc partir seuls non sans avoir redis à Alban de ne pas oublier de se faire payer avant de faire quoi que ce soit.

Nous restons seuls PH et moi à boire notre café. Lorsqu’il est venu nous les servir, Benoit n’a pu s’empêcher de nous demander combien il allait se faire son pote.
Le montant l’a rendu tout songeur.

En attendant j’ai réglé la note avec les billets jetés à la hâte par le client et nous sommes rentrés. Il fallait nous préparer pour le passage de notre rendez vous.

Dès la porte passée, les vêtements volent et nous allons nous laver.

La douche prise en commun n’était pas forcément une bonne idée. Nous en sortons plus que bandés. Nous résistons à l’envie de nous faire jouir et passons quelques vêtements sexy en l’attendant. Après quelques essais, nous optons pour un simple jock, au moins, il sera fixé sur nos intentions, s’il lui restait un doute.

On frappe à notre porte. Mais il n’est que 22h30. J’ouvre et je reste un instant surpris, ayant du mal à reconnaître notre invité sans sa tenue officielle et avec ses cheveux dans tous les sens. Je le fais entrer et il tombe dans les bras de PH qui m’avait suivi.
Quand je me retourne après avoir fermé la porte à clef, je les vois en train de se rouler un patin géant.
Je me colle au dos de notre invité et plaque mon bassin contre ses fesses, qu’il sente bien mon excitation de 20cm. Je tire sur son t-shirt et arrive quand même à le lui ôter. Puis, alors qu’ils reprennent leur pelle, je passe mes bras sur ses cotés et viens caresser son torse. Pecs légèrement développés, tétons saillants, abdos présents, un joli petit body !
Mes mains descendent encore, passent sur la ceinture du slip CK qui surplombe celle du baggy d’au moins 5cm et en dénouent le lacet.  Chute de ce dernier (le baggy, pas le lacet !!) et je me recolle contre son dos et fesses, jouant du bassin pour frotter ma bite bandée au sillon de son cul encore recouvert de tissu.
Je le sens réceptif à rouler du bassin pour mieux la sentir. Mes mains entre leurs deux corps se font écraser par leurs sexes triomphants. A première vue (si l’on peut dire) il m’a l’air monté comme PH, peut être un peu moins large.

 Il lâche les lèvres de PH et tourne la tête pour me les donner. Elles commencent à gonfler sous nos pressions. Il a une bonne langue nerveuse, agile et inquisitrice, on verra ce qu’elle donne à bouffer du cul.

Je pousse tout le monde vers le salon et le canapé. Ils chutent dessus.
J’en profite pour enlever le dernier morceau de tissu qui couvre les fesses de notre invité. Bronzé intégral lui aussi. Quand je lui dis « Pin-Bron ? », il nous répond oui avant de reprendre sa pelle avec PH.
Je quitte mon jock et glisse ma queue entre leurs deux bouches.
C’est très bon !
Les deux langues rivalisent d’agilité sur mon gland et naturellement ils se l’échangent à chaque coup de rein. Une fois je pénètre la bouche de PH et la fois d’après celle de notre invité. Jusqu’à ce que je m’installe au dessus de la tête de PH et que j’oblige le garçon à me prendre en entier comme PH m‘avale les couilles.
Sans trop de soucis, j’arrive à entrer mes 20cm au fond de sa gorge. Sûr que ce n’est pas sa première gorge profonde ! Tout en lui limant la gorge je le félicite d’avoir de telles dispositions.
Il relève la tête pour me dire que c’avait été le petit plus qui lui avait permis de décrocher le job lors de son entretien d’embauche en apprentissage. Le service au client étant primordial dans ce genre d’établissement.

Je lui remets mon gland au fond de sa gorge, il est la pour baiser après tout !

De temps à autre je plante ma queue dans la gorge de PH histoire de comparer. C’est meilleurs avec PH car sa longue langue apporte un plus.
Mais dans cette position, c’est plus facile de me faire la gorge d’Alban.

Je leur demande de se mettre en 69 sur la table basse.  Ils reprennent les mêmes positions, le garçon par dessus.
Je les vois commencer un bon 69.l’un comme l’autre rivalise à bouffer la totalité de la queue qu’ils ont en bouche. Puis PH alterne à bouffer sa rondelle. Il a envie que j’encule notre invité !
Je demande au garçon de faire pareil. Il tire les jambes de PH sous ses aisselles et cela relève son cul juste ce qu’il faut pour se le faire bouffer. Accessoirement cela me facilitera la sodomie.

Quand je vois les anus palpiter et se détendre, je me kpote et me place devant PH pour enculer le 3ème larron (désolé nous ne lui avons pas demandé son prénom !).
Je m’enfonce une fois dans la gorge de PH pour ajouter de la salive au gel déjà présent sur le plastique . En appui léger sur la rondelle de l’autre, j’attends qu’il me supplie de l’enculer. Sa rondelle pulse et s’ouvre gentiment. Je suis surpris quand, d’un coup de rein, il s’emmanche sur ma queue. En même temps il cesse de sucer PH et nous l’entendons gémir son plaisir. Il reste planté sur ma bite un petit moment, tortillant du derrière pour bien la prendre en entier. finalement nous sommes tombés sur de la pure salope !
Je lui laisse l’initiative et il se met à se limer le cul sur ma tige. En rythme il sort de ma bite de son cul pour enfoncer la sienne dans la bouche de PH et inversement.

Son cul est bien serré et je le sens régulièrement contracter son anus, donnant de petits à-coups à ma pénétration.
PH se dégage de sous notre salope et placé à l’autre bout, lui prend la tête entre ses mains et s’enfile dans sa bouche et sa gorge.
Notre « garçon » est embroché vivant. Il a l’air d’apprécier vu les gémissements qu’il produit.
Je me penche en avant et avec PH nous nous roulons des pelles sans cesser de pénétrer régulièrement notre « lien ».  je me penche un peu plus et viens m’occuper des tétons de PH. Ils sont suffisamment gros pour que je puisse les téter, les faire gonfler et les mordiller. Ph aime bien, surtout quand j’y vais avec les dents.

Il me demande d’arrêter si je ne veux pas qu’il jute rapidement. Nous reprenons notre bataille de langues où, vu la taille de la sienne, il gagne aisément.

Entre nous, notre trouvaille s’agite et il finit par nous faire jouir en même temps PH sur son visage et moi ancré bien profond dans son cul.
Quand, calmé, je sors de son corps, il se retourne sur le dos et nous pouvons voir qu’il s’est jouit dans la main.

Je commande du champagne à celui qui l’a succédé dans le taf. Quand il entend que ça frappe, il se réfugie dans la salle de bain pour ne pas être vu.
Il ne revient que quand je fais sauter le bouchon. A poils dans les grands canapés, nous savourons le champagne frais. Je le fais parler de ses expériences hôtelières.
Il nous dit être content d’avoir baiser avec nous car habituellement, les mecs ont entre 50 et 60 ans et ils ne sont pas aussi performants.
Nous le remercions du compliment.

Quand je lui demande son expérience la plus bizarre, il me cite le cas de Monsieur et Madame  X qui l’ont fait venir tous les soirs de leur séjour. Il se faisait enculer par monsieur et devait soit enculer madame, soit lui bouffer la moule et son clito. A la fin du séjour, il avait même enfilé sa main (ok c’est pas une armoire à glace) dans la chatte de madame à la demande de monsieur. il avait trouvé ça étrange. On discute 2 mn  su le sujet ayant pratiqué ce genre de geste sexuel sur la mère de Jean (pour ce qui est de mettre la main dans une chatte, dans un cul, j’ai plus d’expériences !).

Je lui demande s’il avait bien tourné sa main pour trouver le point G. Il me répond que le mari l’avait dirigé dans cette pratique et que ça avait bien fait jouir la meuf.

PH nous écoute complètement abasourdi par la description de cette pratique. Il me demande s’il faudra faire ça avec Emma.
Je le rassure et lui dis qu’Emma c’est différent, elle aime le sexe et même beaucoup mais pas encore à ce point là. jusqu’à présent ma bite et quelques godes la satisfont pleinement.

Il nous quitte devant se lever tôt le lendemain matin. il n’est qu’une heure du matin.
Je propose à PH d’aller en boite. Il est OK.
Nous nous préparons, douche, vêtements sexy, et alors que nous nous apprêtions à sortir de notre suite, ça frappe à la porte. Persuadé que c’est notre ami de tout à l’heure j’envoie PH ouvrir. Il revient avec Alban.
Machinalement je regarde l’heure, il est déjà 1h30. sa mise est plus négligée que tout à l’heure, le bermuda est fripé !

Il s’installe dans le canapé, ok nous n’irons pas en boite ce soir !

Je lui demande si tout s’est bien passé pour sa première passe.

Pas pudique, il nous raconte tout par le détail.
Le mec réel pas trop mal foutu pour ses 45ans, sa bite dans la moyenne, dans les 16x4 et les billets dispo sur la table basse dès son arrivé, ce qui l’a bien rappelé à son statut de pute.
Il a du faire un strip-tease devant le mec qui s’enfilait un whisky. A la fin, il bandait comme un malade et le mec aussi qui avait sorti sa bite de son pantalon.

A sa demande, il s’est approché du mec et celui ci a commencer à le sucer. Il nous a dit qu’il devait avoir de l’expérience car il l’a avalé jusqu’aux couilles dès la première aspiration. 
Il s‘est laissé faire et au bout d’un moment, il lui a pris la tête et s’est essayé à donner de grands coups de rein pour lui « sodomiser » la gorge. Comme le mec ne l’a pas repoussé, il a compris qu’il devait aimer être dominé.
Alban nous a dit y être aller progressivement, ne sachant pas les limites de l’autre.
Il lui a limé la gorge un bon moment puis, s’écartant, lui a dit de se mettre à poil.

Une fois ce dernier nu, il lui a dit de se mettre à 4 pattes sur le lit et s’est remis à lui bourrer la gueule. En vue de l’enculer, il lui a demandé de se préparer le cul avec ses doigts. Quand le client lui a dit en avoir mis trois, il l’a fait se retourner pour l’enculer.
Kpoté, il la fendu en deux d’un grand coup de rein, direct au fond.
Comme son client avait crié, il avait pensé un instant avoir été trop loin mais les « vas y plus fort » l’a rassuré. Il s’est donc déchainé sur le cul du mec, le plantant grave à chaque poussée.
A la demande du client il s’est penché pour le branler en même temps et rapidement sa main s’est égarée sur les couilles et quand il s’est mis à les serrer, le mec à pris son pied. Enculé et les couilles broyées, il a explosé et son jus est aller salir le lit.
Alban a accéléré les va et vient pour jouir aussi avant de se faire éjecter du cul.

Arès une petite douche le voilà chez nous, étalant sa « paye ». je compte pour voir si le mec ne l’a pas baisé de ce coté là. Les 500 € y sont. Alban me dit de prendre ce qui me revient. Je me tourne vers lui et lui rappelle que c’est en nature qu’il me doit ma part.

Il n’hésite pas et réitère son strip-tease. Avec PH nous le regardons faire. Même si nous l’avons déjà vu nu sur la plage, là c’est totalement différent et il nous fait bander. Son corps gonflé par les efforts précédents est beaucoup plus volumineux que dans l’après midi. Il se déhanche bien et quand il quitte son slip, il bande bien raide lui aussi. Il avise la bouteille de champagne qui patiente dans le seau à glace et l’attrape pour boire au goulot.
Nous faisons voler les fringues que nous venions de mettre et nous nous retrouvons tous les trois à poil.
Alban est bien chaud et les pelles se roulent sans se préoccuper de savoir à qui sont les lèvres, pour finir nous collons nos trois visages et nos langues s’emmêlent ensemble.
Au niveau des bassins, les mains des uns et des autres trainent de fessiers en bites. Mes doigts s’égarent entre les fesses d’Albane et glissent su la peau de bébé que nous lui avons fait tout à l’heure jusqu’à son anneau .
Je me recule et demande à PH de lui préparer le trou avec la langue.
Je m’installe dans le canapé et il me font cela sous les yeux à genoux sur le tapis.
Le spectacle est superbe ! je me caresse d’une main en faisant attention d’y aller calmement.
Ph me demande du gel. Je le lui apporte et il finit la préparation avec ses doigts. Il prend tout son temps sachant qu’Alban nous a dit avoir eu une première expérience de ce coté là plutôt désagréable.
Il arrive à mettre trois doigts sans qu’Alban n’y trouve à redire. Même que quand il y va de son pouce en  l’appuyant vers l’avant, il m’a l’air d’y trouver du plaisir.

Je me kpote et couvert de gel présente mon gland à l’anus préparé. Ph se place devant Alban et lui roule une pelle.
Je profite de la distraction pour enfoncer d’un petit coup sec mon gland. Gémissements étouffés de l’enculé. Je continue ma progression et arrive à lui mettre mes 20cm, non sans quelques gémissements de plus retenus par les lèvres de mon PH.
Je roule un peu du bassin pour bien marqué l’anus de ma présence (comme si c’était nécessaire !) et commence mon premier retrait.
Je laisse quand même mon gland en place avant de pousser à nouveau. PH s’écarte et nous avons, sans sourdine, les réaction d’Alban.
Nous reconnaissons et lui aussi que ce sont des marques de plaisir. Après 2/3mn il en redemande même. Ph glisse sous lui sur le dos et il se font un 69.
Alban l’interrompt régulièrement (le 69) pour me dire que c’est trop bon et d’y aller franchement. Quand je sens enfin son anneau me laisser glisser à ma convenance, j’y vais à grands coups de rein. Le premier a surpris PH qui a faillit s’étrangler avec la queue d’Alban mais après nous avons trouvé nos marques et j’ai fait juter Alban sur le torse de PH alors que ce dernier envoyait son foutre par dessus l’épaule d’Alban pour venir s’étaler sur son dos. Je n’ai eu moi même que le temps de sortir de son cul, de jeter ma kpote dans le cendrier avant d’ajouter ma production personnelle.

Nous sommes fatigués, je propose à Alban de rester dormir avec nous et d’aller directement à son taf dans quelques heures.
Comme il doit y aller pour 10h, je téléphone à l’accueil pour nous faire servir 3 petits déjeuner à 9h 30 après nous avoir réveillé à 9h00.

Ponctuel le service nous réveille à 9h. Nous laissons la salle de bain à Alban et je fais un câlin à PH. Nous somnolons jusqu’à l’arrivée du petit déjeuner. La table roulante croule sous les petit déjeuner continental. Hormis le thé, le café et le jus d’orange il y a de quoi nourrir une famille de 5 en croissants, pains au chocolat et autres viennoiseries.

A nous trois, nous dévorons la totalité du plateau.
Alban nous fait la bise avant de partir et me remercie pour le coup que je lui avais arrangé. Il me glisse à l’oreille que je peux garder son numéro au cas ou.

Nous sortons de notre suite en fin de matinée direction la piscine pour profiter des rayons du soleil qui est apparu.

Arrivé au bord du bassin, je pousse PH dans l’eau et nous nous « obligeons » à une demi heure de crawl pour nous décrasser.
Quand nous sortons du bassin, nous avons la surprise de trouver à la table que nous avions squatté le client d’Alban.

Le temps de nous sécher grossièrement je lui demande comment s’est passée sa nuit.
Il a répondu comme j’aime, « parfaitement » et d’ajouter « vous ne sauriez pas comment je pourrais contacter ce garçon ? ».
Je lui demande ce qu’il cherche exactement et il me dit qu’il souhaiterait le voir tous les soirs jusqu’à son départ 8 jours plus tard.
Je lui dis que je lui en ferais part mais que c’était un garçon très demandé. Il m’assure alors qu’il n’est pas question de faire un prix spécial. Comme le montant total est important et que je crains qu’une fois nous partis, il ne soit plus aussi regardant question honnêteté, je lui dis que se serait possible mais avec un paiement total en début de prestation.
Il me dit qu’il peut arranger cela dès aujourd’hui.
Je prends mon i-phone et appel Alban. Je lui soumet la proposition de son client. Il réfléchit vite et me dit que c’est Ok.
Nous finissons la matinée à discuter des modalités, où quand et comment. Nous décidons que je serais présent au payement.

Pour fêter ça, Alban nous invite PH et moi à diner, car il doit rejoindre son client vers les 22h. Nous allons nous faire servir par son pote. Quand à la fin du repas, Alban veut payer, je retiens sa main et lui dit de garder ses sous pour son année d’étudiant. Au moment de partir, son copain me prend à part et un peu rouge me demande si je ne connais pas un mec pour lui. N’ayant pas le temps de réfléchir, je lui dis de passer nous voir après son service.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.