Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 46

Dimanche matin,

Les voisins (Bruno et Arnaud) passent nous chercher pour faire un footing dans « nos » bois.

Marc les fait entrer et leur dit que puisque la piscine vient d’être remise en fonctionnement, il avait plutôt envisagé un peu de natation.
Ils sont d’accord mais n’ont pas les maillots de bains avec eux.
Marc leur assure que ici cette pièce de tissu est facultative et même fortement déconseillée (rapport aux marques de bronzage).
Il fait encore un peu frais mais le soleil est là et le chauffage de l’eau provoque une buée au dessus de l’eau. Je vais contrôler la température, 28°, c’est bon !

Mises à poil à la salle de muscu et par l’escalier extérieur, nous remontons le long de la maison juste couverts de draps de plage jusqu’à la piscine. Arnaud et moi sommes les premiers à laisser tomber les serviettes sur une méridienne et à sauter dans l’eau. Nous sommes vite rejoints par Marc et Bruno.
Même si ce n’est pas un bassin olympique, les 10m de long nous permettent une bonne dépense physique et y crawler une heure vaut bien une course à pied.
Histoire de fanfaronner devant nos aînés, Arnaud et moi ajoutons un bon ¼ heure de nage avant de les rejoindre sur la terrasse.
Comme nous venions de nous installer prêt à bronzer, Marc nous demande de les enduire de protection solaire.
Un rapide aller et retour aux sanitaires du sous sol et nous commençons à étaler la crème sur nos mecs. Chacun le sien, applications, massages, pas un cm² de leur dos ne nous échappe.
Après nous être mutuellement enduits, nous avons repris notre séance de bronzage. Installés un peu à l’écart, j’ai pu continuer à connaître Arnaud. Jusqu’à présent nous n’avions abordé ensemble que l’aspect sexuel des choses !
Il est en terminale et compte l’année prochaine entamer son droit pour devenir comme son oncle, avocat. Comme nous sommes situés à quelques Km d’une grande ville universitaire, il ne sera pas obligé de partir d’ici ce qui satisfait tout le monde !
Nous sommes rappelés pour la deuxième face. Les bites à moitié bandantes de nos males, gonflent au maxi sous l’effet de nos mains étalant la protection solaire.
Marc me fait pivoter et me demande de l’enjamber afin qu’il me bouffe l’oignon. Bruno l’imite avec Arnaud. Alors que nous nous faisons assouplir l’anus à grands coups de langue, nous suçons les bites qui ne devraient pas tarder à nous défoncer.
Sur ordre, nous avons pivoté et nous sommes venu nous asseoir sur leurs pieux. C’est toujours aussi bon de recevoir la pine de Marc dans le cul. Arnaud semble du même avis concernant celle de Bruno.
Sans changer de position, nous avons lustré leurs bites par de nombreux aller et retour jusqu’à ce qu’ils nous remplissent de leurs purées. Nous avions les cuisses brûlantes des efforts réalisés et nous nous sommes affalés, dès nos jouissances, sur leurs torses.

Midi étant passé depuis plus d’une heure, Marc leur proposa de rester déjeuner, salades et glaces. Alors que Bruno se faisait prier, ne voulant pas abuser de notre gentillesse, Arnaud avait déjà pris ses repères et venait avec moi préparer le repas à la cuisine. Seulement vêtus de tongs, je couvrais nos nudités de tablier de cuisine. Sexy la vue arrière ! 

Un bruit de motos dans la cour. Je vais ouvrir la porte et je vois notre trio motards qui descend de leurs engins (Eric, Phil et Luc).
Je hurle à Marc resté sur la terrasse de l’autre coté de la maison qu’Eric and Co étaient là.
Marc, traverse la maison avec le drap de bain en paréo pour les accueillir. Alors qu’il descendent de moto et quittent leurs casques, nous nous embrassons les uns les autres.
Eric nous dit qu’ils étaient partis se balader dans la campagne et qu’il s’était aperçu qu’ils n’étaient pas loin de chez nous. du coup ils étaient passés chez le boucher du village et apportaient 2 énormes cotes de bœuf à mettre au BBQ.
Lorsque je fis la bise a Eric, ce dernier me mit la main au cul, commentant ma tenue d’un « mais t’es mignon comme ça » puis, alors qu’un de ses doigts encore ganté de cuir enfonçait mon anus, d’un «y’a pas longtemps que Marc t’a enculé non ? ».
Sur le pas de la porte Arnaud matais avec de grands yeux nos trois amis. D’un coup de menton vers lui, Luc me demande qui c’est. Je leur dis que deux de nos voisins sont venu passer la journée et que nous avons décidé de la passer au bord de la piscine.
Le mot « piscine » a stimulé Luc et Phil qui ont traversé la maison tout en se déshabillant pour finir par ôter leurs slips sur les margelles juste avant de plonger nu dans l’eau. Eric qui était resté en arrière avec nous, a pu se rendre compte qu’Arnaud portait le tablier comme moi lorsqu’il nous suivit avec Marc à la cuisine déposer la viande.
Marc en deux mots lui brossa le tableau.
Marc et Eric rejoignirent Bruno puis alors que j’étoffais la salade composée pour faire face à l’afflux de convives, nous avons vu se pointer Phil et Luc, serviettes  autour des reins, ramassant leurs combis et autres pièces vestimentaires.
Envoyés par Marc, ils me demandaient comment aider.
Je les envoyais chercher le BBQ et le charbon de bois remisé dans les communs pendant que j’apportais le plateau apéro sur la terrasse.
Lorsque tout le monde fut là, Marc fit les présentations en re précisant que nous étions dans une zone « naturiste ».
Eric se mit au diapason et alors que le charbon de bois chauffait, nous avons pris l’apéro tous dans le plus simple appareil. Arnaud ne pouvait s’empêcher de mater les nouveaux venus. Ses yeux passaient des jeunes à la grosse (bien qu’encore au repos) bite d’Eric.
Est ce nos deux culs mis en valeur par les tabliers où la vision de 4 jeunes corps bien foutus mais nos aînés se mirent à bander. Les yeux d’Arnaud faillirent sortir de sa tête quand la batte de base-ball d’Eric lui colla aux abdos.
Marc nous demanda de nous occuper d’eux. Je me jetais sur la bite de Bruno laissant celle de Marc à Arnaud. Phil et Luc s’attelèrent à celle d’Eric. Bruno s’était vite mis dans l’ambiance et ne refusa pas mes attentions.
Commentaires admiratifs de Bruno sur le physique d’Eric et surtout sa queue.
Luc voyant qu’Arnaud ne cessait de les mater, se releva et poussa Arnaud à le remplacer alors qu’il embouchait Marc.
Sous les conseil de Phil, il apprit quelques trucs supplémentaires sur l’art de la pipe.
Quand j’avais remis en route la piscine, j’avais pris soin de recharger les tiroirs des tables de jardins de tubes de gel et de Kpotes en quantité.
J’enkpotais Bruno, me mettais un peu de gel et à 4 pattes lui demandais de m’enculer.
De son coté Eric avait ceinturé Phil et enkpoté entreprit de l’empaler sur son pieu. Arnaud resté dans le trio hallucinait de voir disparaître dans le cul encore blanc de Phil la grosse bite noire d’Eric. Marc pas en reste limait Luc.
Ayant envie de mettre moi aussi ma bite dans un cul, j’appelais Arnaud et le plaçait à 4 pattes devant moi puis mes mains sur ses hanches le faisait reculer jusqu'à ce que mon gland touche son anus. Là ce sont les coups de bite de son oncle dans mon cul qui m’ont propulsé progressivement dans le sien. Trop bon de se faire enculer quand soi même on sodomise un mec !

C‘est dans cette organisation que nous avons tous joui les uns après les autres parfois simultanément.

Cet intermède sexuel repoussa le déjeuner à plus de 16h. Comme des bêtes affamées, nous avons fait un sort tant aux cotes de bœuf qu’a la salade composée et aux glaces.

Après seulement, j’entraînais Phil, Luc et Arnaud nous laver au sous sol. Douches où nous avons initié Arnaud à nos câlins post coïtaux, massage des corps, caresses, baisers et tendre roulages de pelles, séchages mutuels…
Quand les « adultes » arrivèrent, nous en étions à rafraîchir la pilosité d’Arnaud. Ce dernier n’avait pas oser contrecarrer nos décisions le concernant et se faisait épiler les aisselles, les avants bras et les jambes du peu de poils qui y avait alors que je lui rasais les couilles laissant juste un triangle châtain pointer vers sa bite.
Marc m’engueula d’avoir fait ça sans demander à Bruno ce qu’il en pensait. Ce dernier gentiment désamorça la « crise » en me remerciant de lui avoir aussi bien préparé son neveu et qu’il aimait bien son nouveau look. Je respirais mieux tout d’un coup !
Tout d’un coup Arnaud réalisa que tout ses potes du lycée allait voir ça après le cours de gym quand ils passaient à la douche.
Luc qui se souvient de sa propre année de terminale lui souffla de dire à ses probables détracteurs que sa « copine du moment n’aime pas les poils » et que comme ça elle acceptait de lui bouffer les couilles sans rechigner.
Comme la plupart de ses collègues non jamais baisés ou alors sans beaucoup de pratique ça les fera taire.
Nous sommes remontés profiter des derniers rayons de soleil leur laissant la salle d’eau.
Couchés sur nos draps de bain, étalés en rayons, nos 4 têtes regroupées au centre d’un cercle imaginaire, nous avons répondu aux nombreuses questions que se posait Arnaud. Depuis quand nous étions homos… et surtout il questionna Phil pour savoir comment c’était de prendre Eric dans son cul. Il ouvrit des yeux ronds quand je demandais à Phil et Luc des nouvelles de leurs clients. A leur dernier rendez vous ils s’étaient tous enfilés en brochette. Phil se faisait enculer par Luc lui même sodomisé par le jeune frère qui recevait dans son cul la bite de son aîné.
Luc me demanda quand aurait lieu la prochaine touze à la maison, car ça lui manquait. Je du expliquer en quelques mots à Arnaud la composition de notre petite « association » de passionnés de sexe.

Après que tous soient repartis chez eux, dans le calme retrouvé, je disais à Marc que j’avais été obligé d’affranchir Arnaud sur notre groupe et une partie de ses pratiques. Il me dit que c’est ce qu’ils avaient fait avec Bruno lorsqu’ils s’étaient retrouvés sous les douches, et qu’il n’avait pas été difficile de le convaincre de se joindre à notre prochaine touze.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.