Page précédente

Sthiv

Bonjour, si vous aimez mon histoire, écrivez-moi. J'aime bien avoir des nouvelles de mes lecteurs!

J'ai fait un rêve assez bizarre dernièrement. Assez bizarre, mais complètement jouissif. Voici donc le récit de ce rêve.

J'étais dans une ville que je ne connaissais pas. Je me promenais et je cherchais à baiser. Dans cette ville inconnue, les mecs recherchant la même chose que moi se promenaient avec une cuillère et la lançait devant toi s'ils étaient intéressés et tu lançais la tienne si tu désirais toi aussi baiser.

Comme je vous l'ai mentionné, c'est un rêve assez bizarre!

Cela étant, je me promenais et cherchait des yeux un beau mec prêt à se faire sucer. C'est ce que je voulais ce soir là: sucer une bonne bite, mettre mon nez dans un pubis humide et me faire défoncer la gorge par un gland énorme qui cracherait son foutre sur mon visage. C'était la première fois que je tentais l'expérience de la cuillère et je doutais que cela ne fonctionne. Puisque j'étais de nature gênée, je voulais laisser un mec lancer sa cuillère en premier et répondre par la suite. Cependant, quand j'ai vu ce mec arriver à vélo, je n'ai pu résister! Il n'était pourtant pas mon type, mais j'avais tellement le goût de sentir une bite dans ma bouche que j'envoyai ma cuillère devant son vélo. À ce moment, j'étais plutôt mal à l'aise. Qu'est-ce que j'allais faire si ce mec ne voulait pas me baiser, s'il ne me trouvait pas intéressant ou pire, s'il n'était pas gai!

Je continuai à marcher et j'entendis le bruit d'une cuillère tomber à côté de moi. Je me retournai et je l'aperçu revenir vers moi avec son vélo. Je commençai à bander aussitôt. On voyait au travers de mon jeans une bosse qui me trahissait! Il débarqua de son vélo, s'approcha et commença à m'embrasser. J'étais au beau milieu d'une rue inconnue. Il était plutôt grand, assez foncé du type moyen-orient, avec une bouche superbe, des lèvres fines, mais bien définies et des yeux bruns perçants. Il avait une barbe d'un jour ou deux et sentait l'homme qui transpirait (pas trop, seulement une odeur d'homme). Il était mince et semblait assez athlétique. Je continuai à l'embrasser dans le cou tout en déboutonnant son jeans. Je baissai son jeans juste en bas de ses fesses et je pris sa queue à travers son slip pour la masser. Il gémissait déjà. Je me mis à genoux et je lichai sa queue à travers son slip. Il commençait à bander tranquillement. Je sortis sa bite de son slip et enfila dans ma bouche ses 4 pouces non-bandé en prenant soin de sucer toute sa bite qui se mît à durcir. Chaque fois que j'atteignais le bout de sa bite, je prenais une grande respiration par le nez pour humer son odeur. Son poil était crépu, noir et court. C'était vachement bon et j'y prenais plaisir. Je sortis ma bite de mon jeans et je commençai à me masturber en même temps. il accota son dos sur la clôture derrière lui et leva la tête vers le ciel tout en mettant ses mains derrière ma tête en poussant celle-ci vers son corps. Je prenais maintenant en bouche ses 8 pouces.

Il donnait des coups de bassin en va-et-vient et haletait maintenant à chaque coup. Je sentais qu'il allait éjaculer bientôt. Je prenais soin de tout garder en bouche, mais c'était trop. De la salive mélangé avec du jus de queue me coulait sur le bord de la bouche. Il continuait à me pénétrer. C'est alors que je glissai ma main entre ses jambes et que je commençai à lui masse la rondelle doucement. Sa respiration se faisait de plus en plus courte et rapide. Il sortit sa queue de ma bouche et commença à la masturber. Quand il cria de jouissance, je poussai mon doigt dans son cul et je sentis la contraction de son anus autour de mon doigt. Il jeta deux grandes giclées de sperme dans ma figure. La troisième arriva dans ma bouche et sur mes lèvres. Je continuai à lui malaxer le cul avec mon doigt et je pris deux autres giclées sur la joue. Je me mis à lui licher son gros gland pour avaler le sperme qui y restait accroché. Son liquide était épais et goutait très bon. Il remonta ses pantalons rapidement, reprit son bicycle et me laissa là avec ma queue qui jutait et qui ne demandait qu'à exploser.

Je pris ma cuillère et continuai à marcher. Mon envie était encore plus forte qu'avant cette rencontre. Je devais trouver un autre mec au plus vite pour me vider de ce sperme qui me brûlait les couilles. J'avais peu d'espoir cependant. Je me disais que la possibilité de trouver deux mecs dans la même soirée était assez faible. Après quelques minutes de marche, je sentais toujours l'odeur du sperme dans ma figure et l'odeur du pubis qui me restait collé sous le nez et je devais me vider les couilles. Je décidai d'aller dans une ruelle l'autre côté de la rue pour me masturber.

En entrant dans la ruelle, j'aperçu un groupe de jeunes qui fumait un peu plus loin. Je me dis que je devrais trouver une autre ruelle ou un buisson pour pouvoir me vider. Je retournai sur mes pas et commençai à marcher vers la rue. J'entendis le bruit d'une cuillère tomber sur le sol derrière moi. Je me retournai et un des mecs me souriait. Je m'approchai et je jetai ma cuillère devant lui. Je lui demandai où est-ce que l'on pouvait aller et il me dit que nous pouvions rester à cet endroit. Je ne voulais pas baiser devant ses amis! Il me dit que c'était une cuillère de groupe. Je me sentais tout d'un coup bien mal à l'aise. Je n'avais pas l'intention de baiser avec les... Je pris le temps de compter... 6 mecs qui m'entouraient maintenant.

Un des mecs me demanda d'enlever mon pull. Puisque je n'avais pas le choix, j'enlevai mon pull et ce ne fut pas très long que je me retrouvai nu devant les 6 mecs. Ils s'approchèrent de moi et un d'eux appuya sur mes épaules pour que je m'agenouille. J'étais terrifié. Je ne savais pas comment réagir et je ne savais pas comment tout cela allait finir. J'avais mal aux couilles tellement j'avais aimé mon expérience précédente, mais là, le stress m'empêchait même de bander! Un premier mec approcha sa bite flasque près de ma bouche et me donna des coups de queue sur la joue. Par la suite, il me l'enfila dans la bouche pendant que je voyais les autres se masturber pour se faire bander. Il faisait des va-et-vient de telle sorte que je n'avais qu'à faire des succions sans mémé bouger la tête. J'aimais bien avoir une bite molle dans la bouche et la sentir durcir tranquillement.

Après une minute ou deux, il se retira et c'est son voisin qui mis sa bite dans ma bouche. La sienne était énorme. Il la rentrait jusqu'au bout et je sentais son gland au fond de ma gorge, ce qui me donnait le goût de vomir. Je m'étouffais et les autres trouvaient ça drôle. Je m'efforçais de tout prendre et tentais de reculer le plus ma tête lorsqu'il sortait sa bite. Il me fit bouffer ses couilles. Je les suçais tellement fort que je croyais lui faire mal, mais il semblait adorer. Il était rasé autant du pubis que des couilles et j'aimais bien la douceur de ses couilles sur ma langue. Je continuai alors à sucer les quatre autres mecs pendant quelques minutes jusqu'à temps que tout le monde soit en érection complète. Deux des mecs me mirent leur deux bites dans la bouche en même temps, ce qui ne manqua pas de m'exciter. La peur que je ressentais au début disparaissait maintenant pendant que je me faisait traiter de petite salope. Les six commencèrent à m'insulter en rond autour de moi pendant que je passais d'une bite à l'autre et me les enfilais dans la bouche avec empressement et engouement. J'adorais sentir le gland au bord de mes lèvres et la salive qui coulait le long de leur bite. Je lichais tout ce que je pouvais et je semblais assoiffé.

Un des mecs m'ordonna de me mettre à quatre pattes. J'étais très excité et je savais que j'allais bientôt me faire défoncer le cul. Un premier mec s'agenouilla devant moi et me mis sa bite dans la bouche. J'en aurais bien pris quelques unes si j'avais pu. Un autre se coucha sous moi par le côté gauche et commença à me licher les couilles. C'est alors que je sentis une langue près de ma rondelle. Je ne pouvais que gémir. La langue allait de plus en plus vite et de plus en plus profond. Un doigt se mêla à la langue et me massait l'anus. Je n'en pouvais plus. C'était trop bon. J'arrêtai de sucer le mec à genoux devant moi, mais il me fourra sa bite dans la bouche aussitôt. Il me pénétrait encore plus fort. J'avais la langue qui lui frottait le gland et il semblait apprécié. On me crachait au cul et je sentais la salive qui coulait sur mes couilles. Le mec qui me suçait lichait la salive et continuait à me sucer. Mon dos était arqué vers l'arrière et mon cul sortit. C'est alors qu'un autre mec se glissa sous moi et j'avais maintenant ce mec entre les jambes. Il me lichait les seins et mordillait mes mamelons. J'en avais des frissons.

Le mec qui me suçait se retira et celui qui me lichait le cul le poussa vers le bas. C'est alors que je sentis la bite de celui qui était maintenant couché sous moi au bord de ma rondelle. Il poussa d'un seul coup et y enfila sa bite. Je criai et gémis en même temps. Il commença tranquillement à me pénétrer. Je me retrouvai maintenant avec deux bites devant moi et je les suçais à tout de rôle. Deux autres mecs se masturbaient a mes côtés. Un de ceux-ci ne prit quelques secondes à jouir et il m'envoya son foutre dans la figure et dans les cheveux. L'odeur m'excitait au plus haut point. Je pris quelques secondes pour lui licher le reste de sperme coulant de sa queue. Le mec qui m'enculait y allait maintenant allègrement. Il me cognait son pubis au cul et je sentais mes couilles lui taper sur le ventre. Il était tout en sueur et son odeur était exquise. Je sentis qu'il prenait main!
tenant son temps. C'est à ce moment que je sentis quelqu'un s'installer au dessus de mon cul. Pendant que j'avais une bite dans le cul, je sentais une autre bite pousser sur ma rondelle. La bite rentra tranquillement dans mon cul, non sans heurts.

C'était ma première double-pénétration et c'était souffrant. J'arrêtai de sucer les deux mecs devant moi et ils me foutaient des coups de bites pleines de jus sur les joues. J'étais tout mouillé de jus dans la figure et je me régalais à licher mes lèvres. Maintenant que les deux bites avaient prises leur place dans mon cul, je recommençais à sucer les deux bites devant moi. Après deux minutes de pénétration de ses quatre bites, un des mecs que je suçais éjacula dans ma bouche. Je bus tout son foutre jusqu'à la dernière goutte. Pendant ce temps, un des mecs qui se masturbait à côté de moi m'éjacula dans la figure à son tour. Il me restait maintenant une bite dans la bouche et deux autres dans le cul. Un des mecs me prit la queue et commença à me masturber. Peu de temps après, je sentis des giclées de sperme dans le fond de mon cul et des hurlements de plaisir dans mon dos. Le mec sur le dessus éjacula dans mon cul et finit le tout dans mon dos. Je sentais les dernières gouttes de sperme éclabousser mon dos et le sperme couler sur mes côtes.

Au même moment, j'eue moi-même un orgasme bien mérité. Je déversai une quantité impressionnante de sperme par terre. Les contractions de mon anus eurent vite fait de faire jouir mon autre enculeur. Il sortit sa bite et me gicla tout son foutre sur la rondelle. Je sentais sa semence chaude me couler sur l'anus et sur les couilles. Il prit son doigt et alla chercher son sperme pour le bouffer. Il embrassait un des mecs et partageait le tout. Je n'en pouvais plus. J'étais mort de fatigue. Le dernier à ne pas avoir éjaculé me baisait toujours la bouche. Un des amis se mît derrière lui et l'enfourcha dans le cul. Au bout de quelques minutes, il m'éjacula dans la figure en me foutant ses couilles sur le menton. J'en avais plein les yeux, plein la gueule et plein les cheveux. Mon dos et mon anus était aussi plein. Chacun des 6 mecs se rhabillèrent tandis que je restais couché sur le sol. après quelques secondes, je me levai et m'habilla. Les mecs quittèrent la ruelle sans trop se soucier de moi. J'avais vraiment été leur salope! Je tentai d'enlever le plus de sperme possible sur mon corps et dans ma figure, mais l'odeur était partout. Je marchai jusqu'à la maison avec ma cuillère et j'espérais ne pas rencontrer d'autres mecs avec des cuillères.

En arrivant, je pris une douche chaude en pensant à ma soirée en je me disais que j'allais continuer à marcher le soir. C'est si plaisant de marcher!

C'est à ce moment que je me suis réveillé. J'ai aussi eu besoin d'une douche ce matin-là!

Sthiv

Simonthivierge@hotmail.ca

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.