11 Nov.
+ 54 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

MINET
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Homme de pouvoir, homme à queue !

Hey les lecteurs ! 
Parait que vous kiffez les récits de mes plans cul ! Ça c’est cool et ça m’fait bien plaisir de le savoir les mecs. Moi, j’me suis bien branlé en lisant ceux des autres alors si j’peux filer un coup de main pour vous faire du bien, pas de problème ^^

Celle-là, y’a trois ans que je l’ai vécu, j’avais 24 ans. Etant bi, j’avais tenté une expérience hétéro en couple, un fiasco à vrai dire ! On s’est vite rendu compte qu’on ne voulait pas du tout les mêmes choses au même moment, on n’était généralement d’accord sur rien, le ton est vite monté, on a tenu un peu puis, un jour, j’ai claqué la porte ! Ce soir-là, j’ai posé mes affaires dans ma voiture, je suis allé dans un bar pour m’enfiler un verre… ça a été plus que ça, beaucoup plus en fait. Comme le barman m’a jeté lui-aussi (y’a des soirs comme ça), j’ai fini dans un autre bar, gay celui-ci. Près de trois ans sans toucher un mec, j’avais du retard à rattraper, j’ai commencé immédiatement par une bonne pipe dans les toilettes prodiguées par un jeune minet au piercing sur la langue qui savait bien se servir de son bijou en le faisant rouler habilement sur mon gland, le tout en me massant les couilles comme un pro, son portable s’est mis à sonner alors qu’on abordait la dernière ligne droite, il a voulu se retirer pour regarder qui appelait, j’ai dû lui appuyer derrière la tête pour le remettre à son ouvrage, j’ai juste dit : 
-       Laisse tomber, on parle pas la bouche pleine !
Quelques coups de pompes plus tard, je lui remplissais la bouche, il avalait jusqu’à la dernière goutte avant de me rendre ma queue bien propre. Pendant que je remontais ma braguette, il m’a dit :
-       Putain, c’était mon mec, il me cherche, il doit être dans le bar !
-       Raison de plus pour pas lui répondre tout à l’heure, t’inquiète je vais pas lui dire que tu suces comme un dieu. Magne-toi, rejoins-le, dis-lui qu’il t’a manqué et que t’as envie de lui, ça devrait le faire…
J’ai attendu quelques minutes, quand je suis revenu dans le bar, j’ai vu le minet sortir bras dessus bras dessous avec un grand costaud, faut croire que ça l’a fait ! J’ai rebu quelques verres et j’ai fini la nuit dans le pieu d’un mec que j’ai jamais revu ! Je sais juste qu’il avait un magnifique tatouage dans le bas du dos, une sorte de dragon avec une tête de diable et une queue d’animal qui se terminait par une flèche dont la pointe amenait directement à son trou. Ça m’a bien aidé pour viser l’entrée :-) je me suis réveillé vers 4h du mat, il dormait profondément sur le ventre, il avait allumé une petite veilleuse pour tamiser l’ambiance, je distinguais son tatouage, le drap couvrait une partie de son cul, une capote usagée et bien remplie traînait par là… J’ai ramassé mes fringues, je me suis levé sans faire de bruit et je suis parti comme un voleur.

Je me souviens d’une gueule de bois de malade le lendemain, c’était un samedi, je ne taffais pas heureusement. Vers 15h, mon frère m’a invité à venir manger le soir chez lui : « Un brunch sympa tu verras, j’ai invité quelques  amis, ce sera bon enfant ». Faut savoir que « bon enfant » et « brunch sympa » chez mon frère, c’est déjà quelque chose ! Tout vient de chez le traiteur et les boissons sont toutes millésimées, la vaisselle est de la porcelaine fine, les nappes et serviettes ne sont pas en papier si vous voyez ce que je veux dire ! Pour lui, ce qui est « bon enfant », c’est qu’il y a un buffet, faut se lever mais, attention, y’a des extras qui sont là pour vous servir !  Bref, un pique-nique de la haute bourgeoisie…
J’y suis allé en traînant des pieds mais bon, je l’aime bien mon frère et puis, j’avais pas envie d’être seul. Tout s’est passé comme prévu, une domestique pour le vestiaire, une fille sympa que j’avais déjà vu donc, direct, je lui ai fait la bise mais, normalement, ça se fait pas, j’ai entendu mon frère toussoter dans mon dos, des places attribuées à table, tout bien carré, impeccable, on aurait pu prendre une photo pour un magazine de déco et un buffet de malade : 
-       Mais t’as combien d’invité là ? 
-       Nous sommes une dizaine, je compte sur toi pour éviter un scandale dont tu as le secret, c’est une soirée entre amis, je la veux calme et détendue, compris Jean-Baptiste ?
-       Mais oui mon gros chouchou..
Je lui ai dit ça en le décoiffant un peu ce qui l’a fait râler mais il a souri parce « gros chouchou », y’a que moi qui l’appelle comme ça quand je veux le taquiner.

Une heure après, tout le monde était arrivé, j’étouffais déjà ! Pratiquer l’art du paraître demande une grande endurance et une concentration extrême. Pour l’instant, j’avais tout bon, j’avais bien cerné tous les invités, je compatissais à leurs ennuis de riches et voilà que mon frère, tout excité, nous interrompt pour nous dire que « Stéphane » arrivait enfin. Tout le monde a applaudi. Comme ma belle-sœur était par-là, je me suis penché vers elle : 
-       Qui c’est Stéphane, le Messie ? 
Elle a réprimé un éclat de rire :
-       C’est le patron de ……, tu sais la fameuse boîte avec laquelle ton frère est en contact permanent. On pensait qu’il ne pourrait pas être là ce soir puisqu’il était à Berlin mais bon, il avait dire faire son possible pour venir.
Quand Stéphane est arrivé, y’a eu comme une émulation, le coq était dans la basse-cour ! Stéphane est un jeune trentenaire, blond, yeux verts, souriant aux dents d’un blanc immaculé, dans les 1m80, mince mais on sent un corps entretenu puisqu’il est assez musclé, fringué classe… Le beau gosse qui a bien réussi c’est clair ! 
Il a capté la lumière, l’attention de tous et les conversations se sont mises à tourner autour de lui. Le temps que tous les courtisans lui fassent leur numéro de charme, il s’est écoulé trois bons quarts d’heure avant que l’on se retrouve côte à côte et que l’on soit présenté par mon frère :
-       Stéphane, je te présente mon petit frère, Jean-Baptiste.
« Petit » frère, j’ai adoré, vous imaginez ! J’ai été poli, tout juste, les starlettes, ça me gonfle ! Lui m’a à peine calculé, sentant bien que je m’en foutais complètement. 
Il se trouve que, à table, j’étais assis en face de lui et, bien sûr, les conversations devaient impérativement l’intéresser. Au bout d’un long moment, j’ai enfin posé LA question qu’il ne fallait surtout pas poser :
-       Pardonne ma curiosité Stéphane mais, pour partager pleinement une telle réussite, y’a-t-il une madame…… ?
Il y a eu une espèce de blanc, pas longtemps, une fraction de seconde, je suis sûr que ses traits se sont un peu crispés mais, immédiatement, son sourire et sa décontraction habituelle sont réapparus :
-       Non, tu sais avec les voyages, les responsabilités, la masse de travail…. Je n’ai encore pas trouvé celle qui pourrait m’accompagner.
-       Je comprends mais c’est important aussi de partager tout ça avec quelqu’un… Dépêche-toi, à 31 ans, tu auras, au mieux une seconde main !
Tout le monde a souri, un peu crispé et quelqu’un a changé de sujet. Je vous passe la suite de la conversation, à mourir d’ennui…. Quand même, sur la fin du « brunch bon enfant », le roi Stéphane m’a dit être intéressé par mon taff, les mecs, j’étais adoubé !!!!

Dans le grand monde, il y a une horloge interne qui fait qu’à une certaine heure, les conventions font que tout le monde lève le camp en remerciant et félicitant ostensiblement les hôtes. C’est con, ils partent à l’heure où, habituellement, l’ambiance commence à monter ! L’ambiance est montée d’un coup quand mon frère m’a chopé :
-       Non mais Jean-Baptiste, qu’est-ce que c’est que cette question indécente que tu as posée à Stéphane sur sa vie privée ? Franchement, on ne demande pas des choses comme ça ! On réfléchit un peu, imagine-toi bien que s’il avait une compagne, elle serait venue ! Tu aurais pu le mettre mal à l’aise alors que l’on passait une excellente soirée ! J’ose espérer que tu ne l’as pas fait exprès ! »
Je suis resté interloqué mais ça m’a fait rire ce qui l’a agacé un coup de plus. Pour couper court à sa leçon de moralisateur, j’ai fait de la provoc :
-       Ben écoute, à mon avis, ton pote Stéphane, c’est la queue qu’il kiffe !
J’ai soudain cru reconnaître les premiers symptômes d’une crise cardiaque chez mon frère mais bon, il a le cœur solide :
-       Ohhhhhhh, quelle idiotie ! Y’a que toi pour penser à des choses comme ça ! Tu ne le connais même pas et tu tires des conclusions à l’emporte pièces. Tu imagines un peu ce qu’une sale rumeur comme ça pourrait avoir comme conséquences. Je t’interdis de proférer de telles horreur !
-       Mais oui mon gros chouchou…. Je m’en fous moi !
Mon frère n’est pas rancunier, cinq minutes après, alors que je partais, il me prenait dans ses bras pour un câlin, comme d’habitude, en me disant :
-       Ça m’a fait plaisir que tu viennes, prends soin de toi.
On est complètement différents, rarement d’accord mais on s’aime, c’est comme ça !
Le lundi, j’ai reçu un coup de fil de…. Stéphane ! Il voulait qu’on se voit pour parler taff. Bon, on détaille un peu, on décide de se voir en fin d’après-midi à son hôtel (les mecs, c’était pas dans un bouge, pas moins de 5 étoiles et une suite !). Il a conclue en disant : « J’ai besoin de toi », moi, bien sûr, j’y ai vu une pensée bien cochonne.
18h pétantes, j’arrive au palace de Monsieur, je m’annonce à l’accueil, on m’accompagne auprès de sa majesté qui me reçoit en mode détente : chemisette au crocodile, chino grande marque, baskets de la même marque que la chemisette et sourire ultra bright ! On se sert la main et là, j’ai su, en croisant son regard, que j’avais eu raison, il aime la queue et il allait s’en taper une ! 
On s’assoit dans un canapé, il avait fait monter du champagne bien frais. Moi, négligemment, je remonte mon tibia sur l’assise du canapé et j’étends mon bras le long du dossier. Il me sert une coupe, me la tend, on trinque à « nos échanges futurs », je souris et je bois. Il repose sa coupe, s’assoit comme moi, une jambe remontée, nos genoux s’effleuraient, son bras le long du dossier contre le mien et on commence à parler taff. A un moment, ma main commence à caresser son bras, il sourit encore plus et son genou se frotte contre le mien. La tension sexuelle montait en flèche, sa voix devenait plus suave, son regard, un peu plus profond… J’ai lancé les hostilités en passant mon index sur sa poitrine tout en disant :
-       C’est bien beau tout ça mais tu te distrais comment dans ta cage dorée ? 
Il m’a souri, il allait répondre quelque chose mais j’ai remonté ma main d’un coup sous son menton pour lui fermer la bouche, je me suis approché pour lui rouler une pelle, il s’est laissé tomber en arrière, a posé ses deux mains derrière ma tête. Moi, je me glissais entre ses cuisses et mes mains les caressaient de haut en bas et je m’excitais sur son ventre. Il gémissait déjà, ma langue entrait dans sa bouche, il a commencé à déboutonner sa chemisette mais s’y prenait mal, je me suis relevé un peu, j’ai ôté mon T-shirt et  j’ai attrapé les deux côtés de sa chemise et j’ai tiré d’un coup sec, ça a déchiré les boutonnières, les boutons ont volé partout. Direct, je me suis mis à lui pétrir les tétons, il a poussé des petits cris entrecoupés de « oui »… 
Il a déboutonné son pantalon, je le lui ai baissé puis enlevé complètement et balancé, il portait un boxer gris, légèrement déformé, je l’ai baissé et là, les mecs, j’ai failli rire mais bon ça se fait pas, il bandait dur pas plus de 13 cm je dirais ! Quasiment aucun poil sur le corps, voilà le mec qui fait trembler le CAC 40 !
J’ai enlevé mes fringues, quand il a vu mes 19 cm, il les a pris en main comme un affamé, a approché sa gueule et a avalé tout ce qu’il a pu. Mes mains se sont posées derrière sa tête, j’ai fermé les yeux et rejeté ma tête en arrière tellement sa bouche est bonne et j’ai poussé un long souffle de satisfaction en lui disant : « Ouais, suce… »
Il m’a divinement sucé, alternant les va et vient lents puis rapides, le travail du gland et du frein avec sa langue experte, il m’a gratifié de bonnes gorges profondes son nez dans mes poils pubiens et mes couilles sur son menton. On a joué comme ça un moment, j’ai dû le calmer pour ne pas venir trop vite.
Je l’ai fait mettre à quatre pattes sur le canapé et je me suis occupé de sa rondelle, toute petite, serrée mais totalement imberbe et palpitante de plaisir. Le simple contact de ma langue l’a électrisé ! Il n’avait plus rien à voir avec le mec sûr de lui de l’autre soir, là, j’avais réveillé la salope et j’allais bien en profiter.
Je lui ai bouffé et doigté le trou pendant un sacré long moment, je le faisais bien mouiller, il était ouvert juste comme j’aime, pas trop pour que j’y sois serré mais suffisamment pour que je coulisse. C’est lui qui a craqué le premier :
-       Putain vas-y, mets-la moi, baise-moi, j’en peux plus là, j’veux ta bite ! »
Je me suis donc relevé, j’ai mollardé sur ma queue, je lui ai claqué les fesses et la raie avec, je me suis reculé, j’ai guidé mon gland à l’entrée et, d’un coup, j’ai poussé pour entrer complètement. Il a hurlé, s’est cramponné au tissu du canapé, a mordu un coussin puis a tourné la tête vers moi, son visage était différent, les traits plus durs, la bouche ouverte il haletait, il m’a regardé et a dit :
-       Vas-y, défonce-moi ! 
On ne contrarie pas un Golden Boy, je l’ai défoncé comme une pute d’abord en levrette en faisant bien claquer mon bassin sur son cul puis, je l’ai retourné pour le choper en légionnaire. C’est là qu’il a joui du cul et que sa nouille a craché son jus, il tremblait de partout, son anus se contractait, ça m’a fait monter, je me suis planté au fond de son cul pour m’y vider entièrement les couilles.

On est restés l’un sur l’autre encore un moment puis je me suis relevé, il m’a proposé une douche, j’ai pas dit non, il y est passé à son tour. Il est revenu juste avec son chino grande marque vu que la chemisette avait bien morflé. Il était près de 20h, il m’a dit :
-       Si tu veux je nous fais monter un truc à manger, tu pourras partir après.
-       T’es ouf ! On n’a pas encore testé le pieu ! Appelle et fais monter du consistant.
Il a joint la réception… La soirée allait être chaude…

J’espère que vous avez kiffé, pas de problème, j’attends vos réactions sur mon mail…

J-Baptiste

jb.demareuil@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Homme de pouvoir, homme à queue - Le petit cul d'Hugo - Putain de cours de tennis

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

MINET

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)