Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 122

Mon Oreille est totalement cicatrisée. J’ai échangé l’anneau en  inox chirurgical pour un anneau en or épais mais qui colle presque au bord du lobe. Comme ça, cela évite que le diam ballote trop bas et c’est plus pratique sous le casque.
Je ne le quitte plus (le diam pas le casque !).

Le plus drôle c’est quand j’ai été récupérer l’anneau. Je l’avais commandé sur mesure chez le « bijoutier » chez qui Emma m’avait acheté le caillou. J’ai donc fait un aller et retour express à Paris en moto. Quand j’ai garé le R1 près de la porte et que je me suis présenté dans ma nouvelle combi en cuir noir mat, le casque sur la hanche, j’ai fait sensation dans le quartier !
Ils ont mis un peu de temps avant de m’ouvrir la porte puis après se sont confondus en excuses pour ne m’avoir pas reconnu aussitôt. Ils m’ont dirigé vers un salon privé où ils m’ont apporté ma commande. J’ai mis l’anneau et le diamant pour lequel je l’avais fait faire.
Dans la glace que me présentait le vendeur, je me suis vu. Amusant l’air voyou que cela me donne. Pas du tout plus respectable malgré la valeur de ce qui me pend à l’oreille ! et lui de me demander si je restais sur Paris ce soir.
Comme je lui demandais : pourquoi ?, tu as l’intention de m’inviter chez toi ?, il est devenu rouge pivoine. Je me suis radouci et je l’ai remercié en lui disant que je redescendais en province direct. Comme il insistait, me disant qu’il était à mon service tout en matant mon entre jambe, je me suis laissé tenter. Après tout nous étions dans un salon privé.
Il s’est agenouillé devant moi. Comme le cuir épais de la combi l’empêchait d’atteindre son but, j’ai descendu le zip de ma combi jusque sous les couilles et l’ai laissé faire.
On aurait pas cru que sous son petit costume gris foncé, se cachait un pompeur de compétition.
Il ne fallu pas longtemps avant que je ne bande comme un taureau. Comme les gorges profondes semblaient être sa spécialité, chacun de mes coups de rein lui envoyait mon gland derrière la glotte.
Au bout de mon oreille le diamant ballottait à chaque mouvement.
Il m’excitait bien avec sa langue profitant de mes retraits pour la faire tourner autour de mon gland, râpant celui ci et essayant même d’écarter le méat.
Un très bon  pompeur en fait.
Je lui demandais si nous avions un risque d’être dérangés. A sa réponse négative, je l’ai relevé, lui ai défait le pantalon et l’ai plaqué, torse sur le bureau où quelques instants plutôt il me présentait l’écrin de mon anneau.
Là quand je lui ai rabattu les pans de sa vestes sur la tête, c’est son anneau rose palpitant qui y était posé et sans écrin !

D’un doigt j’en vérifiais l’élasticité et me kpotais vite fait.
Un sachet de gel plus tard je m’enfonçais avec délice dans son petit cul (un peu plat à mon goût).
Comme je m’étonnais de ses réactions bruyantes, il m’assura en hoquetant que chaque salon était insonorisé pour la confidentialité des transactions.
Pendant que je l’enculais, je pensais à faire faire un cockring en or pour offrir à Marc. Cadeau un peu bling bling mais aussi neutre que de l’inox et en or blanc ça pourrait le faire.
Je me pressais de nous achever et jutais dans ma kpote sans faiblir sur les va et vient. J’arrachais un dernier cri à ma monture qui juta dans sa propre main pour éviter d’en mettre partout.
Précautionneusement, j’ai fais un nœud à la kpote et avec le kleenex dont il s’était servi, elle s’est retrouvé glissée dans une enveloppe kraft anodine au fond de la poubelle.

Une fois réajustés, je lui demandais son avis quand à la faisabilité de créer un cockring en or blanc. Nous avons réfléchi ensemble, il a noté quelques dimensions : anneau diamètre intérieur 62mm, de section ovale 5 mm avec une boule de 10mm (à placer sous la bite, sur le canal).
Le tout gravé du nom de la maison.
Il me dit qu’il avait un modèle comme cela chez lui car son mec était puissamment monté et qu’il saurait faire les croquis nécessaires.
Il me dit qu’il m’appellera sous 8 jours pour me dire le montant.

Je réglais mon achat en liquide puis il me raccompagna à la porte.
Quand nous avons rejoint le salon d’entrée, nous avons eu droit à quelques regards. En jetant un œil à ma montre, je remarquais que nous avions mis plus d’une heure pour juste une remise d’anneau ! Évidemment ça s’est remarqué.
Comme dans ces boutiques ils doivent satisfaire le client dans toutes ses exigences, cela ne posera surement aucun soucis à mon petit vendeur d’autant plus qu’il sort avec une nouvelle commande.

Au retour je me suis fais draguer sur une aire de repos par un mec pas trop mal mais j’étais pressé de rentrer.

Avant que nous soyons en vacances, Marc s’absente encore plus ! J’escorte donc souvent Emma. Ce n’est pas désagréable d’autant plus que cela me permet de retrouver Kev et l’autre Escort boy.
Nos « patrons » ne s’étonnent plus que l’on s’éclipse quelques instants pendant la soirée. Emma, elle me laisse faire ce que je veux, quant aux deux vieux, comme ils ont trouvé les Escorts qui leur vont bien, ils acceptent le fait.
Le boss de Kev en avait quand même essayé 6 avant que le lui présente mon ami. Quand à l’autre type, son Escort le tiens par le sexe.

Le diamant va bien avec les costumes. Il me donne un air racaille de bon aloi qui émoustille les amies et amis d’Emma qui ne cessent de lui demander où elle m’a trouvé.

Kev me traite de petite frappe et l’autre Escort lui trouve cela trop kiffant et aimerait bien avoir le même.
Pour déconner je lui dis que vu sa tête c’est plutôt un caillou planté direct dans le lobe qui lui irait le mieux.

Nous sortons assez souvent tous les 6, opéras, théâtres. Pour le cinéma, un des vieux (pas celui de Kev, l’autre) a sa propre salle et nous assistons à des projections privées des derniers grands films. Son Escort nous a confié à Kev et moi que les films de Bel Ami rendent aussi très bien sur grand écran !

J’ai été obligé de limiter mes samedi matin de coaching à 2 par mois. Le père de Jean a fait la gueule mais je n’ai pas le choix avec mes autres activités.
De plus je préfère être Escort, que d’enculer ce type. Il commence à me fatiguer avec sa routine. C’est un plan que j’aurais pu refiler à Kev s’il avait été libre.
Heureusement que de temps en temps j’y retrouve mon petit gardien préféré pour une bonne pipe ou même une enculade rapide.

Jean qui me téléphone à l’occasion me dit que sa mère m’attend toujours même si elle lui rapporte encore un peu.
Comme il n’a plus le temps d‘en occuper vraiment, il l’a mise entre les mains de 3 des ptits jeunes qu’elle a dépucelé. Comme cela ça lui bouche les trous et la fait attendre.
Lui se fait bien à sa situation de gigolo patenté de son black TTTBM. Pour le fun il vient aussi de passer son permis moto et de s‘acheter sa première monture. Il passe du coup de temps en temps le soir nous faire un petit coucou qui parfois dégénère en séance cul cul !
Avec l’été, La piscine attire les copains qui ne sont pas encore en vacances. Du coup, souvent le soir, nous nous retrouvons entre 6 et 8 sur la terrasse. Ça fini en général en BBQ et touze ou touze et BBQ!!
Heureusement que nous sommes un peu isolé du village et que la propriété est entourée de grands murs. Mais il n’empêche que ça commence à jaser sur le fait que des véhicules n’arrêtent pas d’entrer et sortir.

L’autre soir, au retour d’une prestation de Jimmy, nous nous sommes retrouvés avec Bruno et Arnaud (les voisins), Seb et son Nicolas plus Phil et Luc avant leur départ en vacances dans le sud.
Nous avons touzé autour de la piscine. Jimmy s’est fait passé dessus par tout le monde sauf nos deux serveurs et même par Arnaud. Comme c’est un gourmand et que l’après midi ne lui avait pas suffit, les plus petites bites se sont retrouvées à deux dans son cul.
Marc et Bruno ne l’entendaient pas de cette oreille et ils l’ont achevé en rentrant tous les deux dans son trou, dilatant sa rondelle pour la dernière fois de la journée.
Tous les autres, installés en cercle, nous mations l’exercice.
Arnaud ouvre toujours de grands yeux devant ce type de démonstration. Comme le spectacle nous fait tous bander de nouveau, je me fais prendre par Nicolas pendant que Seb s’occupe du petit cul d’Arnaud. Phil et Luc se font un 69.
J’aime bien Nicolas, même s’il est plus court que Marc, il sait très bien se servir de sa bite et défonce avec art mon trou.

Il était plus de 22h quand nous avons diné ! Phil et Luc nous ont fait part de leur projet de vacances. Direction la cote d’azur, se trouver un résident qui les « apprécie » et faire le séjour en villa avec piscine comme l’année précédente. Le paiement en nature ne les effarouche pas !!

15 jours après ma commande, j’ai été appelé par la « bijouterie » parisienne et par l’intermédiaire de mon petit vendeur.
Nouveau rendez-vous. Cette fois ils m’ont reconnu quand je me suis garé et je n’ai pas attendu à la porte.
Accueil, entrée dans un salon privé, offre de café, thé… j’opte pour un thé.
En attendant le breuvage, mon vendeur sort l’objet. Il est superbe, exactement ce à quoi je pensais. Pour me l’assurer, le vendeur sort de sa poche l’original en inox.
L’or blanc poli est plus lumineux que l’inox. Je prends les deux en main. L’or blanc pèse beaucoup plus lourd ! Mais comme il sera bien coincé par le membre bandé, ça devrait le faire.
Le thé arrive et la collègue de mon vendeur qui nous sert ne peut s’empêcher de regarder sur le bureau les deux anneaux.
J’attends qu’elle se retire et dé zippe ma combi jusqu’en bas. Ma bite bandante déforme le shorty. Il se jette dessus et détrempe le tissu au niveau du gland. Il tire l’élastique sous les couilles et peut voir mon propre cockring jonc rond, diamètre 5,5cm avec la même boule destinée à compresser l’urètre.
Il me suce à fond de gorge. Je lui prends la tête et sans précautions particulières, je lui défonce la gorge. Il aime ! Je sors de temps en temps car la pression de son larynx / pharynx m’excite trop et je serais bientôt incapable de me retenir.
Le cockring fait son affaire et me fait gagner un bon 1/2cm de diamètre en plus.
Il me kpote et me présente son trou en me demandant d’y aller direct.  Penché sur le bureau, ses mains écartant ses fesses, il me dévoile son entrée cachée.

Comme il me le demande, je pose mon gland dessus et mes mains bien accrochées à ses hanches je pousse un coup violent pour le pénétrer en une fois.
J’y suis allé trop fort. Il s’était préparé le trou par une bonne lubrification et du coup je me suis retrouvé direct au fond de son cul faisant avancer le lourd bureau de 5 bons cm. Avec le bruit qui va avec.
Je restais quelques instants sans bouger, m’attendant à ce que la porte s’ouvre.
Comme rien ne venait, je me suis mis en mouvement, limant son cul de salope en costume. Après y être entré facilement, il s’est mis à serrer son anneau, augmentant notre plaisir réciproque. Nous nous sommes donné beaucoup de plaisir !
Pour plus de confort, il a retiré sa veste et son pantalon mais je lui ai fait garder chemise et cravate. Le dos sur le bureau, ses chevilles en mi chaussettes sur mes épaules, mes mains placées sur le haut de ses cuisses, je suis revenu à la charge. Mes grands coups de queue l’ont obligé à se retenir des deux mains au plateau. Je l’ai limé comme ça jusqu’à remplir ma kpote. il eu juste le temps d’attraper une feuille de papier pour faire écran à son sperme devant sa chemise.

J’attendais de débander un peu et lui confiais mon cockring pour me faire faire une copie en or blanc.
Je réglais, toujours en liquide, mon achat qui rejoignit un écrin en cuir noir. Je refusais le papier cadeaux, trop niais !

Je passais l’après midi en pilotage automatique attendant avec impatience le retour de Marc.

Dès son arrivée, je lui sautais au cou et lui glissais dans sa main le petit écrin plat.
Il a eu un léger mouvement de recul, il n’aime pas les bijoux ! Mais dès qu’il l’a eu ouvert, il m’a fait un sourire, m’a attrapé par le cou et m’a roulé un méga patin.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.