Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 33

Quelques heures plus tard, avec la voiture de Marc, je ramenais les jumeaux chez eux.
 Si je devais tester leur père, celui ci devait de son coté avoir décidé de passer à l’attaque. En effet, à peine la porte passée, il rappelle à ses fils que faire la fête le WE s’est bien mais qu’il y a les devoirs à faire et qu’il serait temps qu’ils s’y mettent.
Les jumeaux font mine de faire la tête et me disent au revoir avec chacun une pelle bien appuyée.
Comme ils montent à leur chambre, leur père m’invite à entrer au salon car il avait des conseils à me demander.
A peine assis dans le canapé, il met en marche le lecteur de DVD et sur l’écran plat géant (au moins 130), je vois défiler les images d’un film de cul homo. Il m’explique que intrigué par ce que ses garçons lui avaient dit de la chose et voulant en savoir plus, il s’était acheté ça ce WE.
Je prenais la jaquette et vu que c’était un des derniers CADINOT. De jeunes mecs TBF essentiellement imberbes qui baisaient à chaque coin de rue. Il me demanda si ce type de film reflétait la réalité. Les joues un peu rouges, je le fixais et lui dis que ça pouvait être le cas mais pas uniquement. Il n’existait pas que des homos de ces ages là ! il rit et en convient. Je lui dit que pour ma part j’appréciais bien les mecs de mon age mais aussi les plus âgés, que cela dépendait du physique. Il se mit debout devant moi et déjà peu vêtu, il ôta son polo découvrant un torse aux poils bruns tondus à 5mm couvrant sans les cacher des pecs d’un beau volume et des abdos plus que corrects. Sous son jeans, son sexe avait pris de l’ampleur et déformait le tissu laissant présager un engin de belle dimensions.

Il me demanda ce que j’en pensais. Plutôt que de parler, j’étais quand même un peu troublé, j’ai glissé à genoux, les yeux fixés sur son entrejambe, j’ai défait sa boucle de ceinture et baissé le zip. Sans slip, son sexe est directement venu frapper mes lèvres. Comme me l’avait dit ses fils, il était long (22cm comme Marc) épais, veiné, circoncis. Il différait d’avec celui de mon homme par le gland. Si celui de Marc est conique, celui que j’avais sous les yeux était lui plutôt  rond en forme de grosse prune.

Comme j’ouvrais la bouche pour parler, il a poussé son bassin en avant et plaçant ses mains derrière ma tête, il est entré totalement. Je me suis un peu étranglé, surpris qu’il aille aussi vite aussi loin. Il me dit alors que c’était encore meilleur que ce qu’il avait imaginé aux récits de ses fils. Je poussais des deux mains sur ses cuisses car tout à l’écoute de ces nouvelles sensations, il avait oublié que je devais respirer !

Alors que j’aspirais l’air si nécessaire au maintien de ma vie, il s’excusa de sa maladresse mais que c’était vraiment supérieur à toutes les pipes qu’il avait connu. Je m’empressais de pomper ce sexe, résolu à ne pas le détromper. Je devais lui faire la pipe du siècle pour le convertir à nos pratiques. Une de mes mains est venue entourer la base de ses couilles et tout en maintenant un rythme soutenu et un avalage complet de sa bite, j’ai doucement tiré ces dernières vers le bas.

Sur l’écran, les jeunes comédiens de Cadinot étaient passés à la vitesse supérieure et s’enculaient les uns les autres.
Attirant mon regard sur ces actions, il me demanda si j’étais partant. J’avalais une dernière fois sa bite et bloquant le gland au fond de ma gorge je le massais en déglutissant plusieurs fois rapidement. Puis je me reculais et dis OK de la tête.
Je fis voler mes vêtements et il me siffla quand nu, je me suis tourné vers lui. Ma plastique ressemblait beaucoup à celle des acteurs du film en un peu plus musclé quand même. Il attrapa une Kpote dans sa poche (il avait vraiment prévu le coup !) je lui en recouvris le sexe et me suis placé à 4 pattes sur la table basse pour qu’il puisse me sauter debout.

Alors que j’attendais le contact de son gland, c’est sa langue qui est venue se poser sur mon anus. J’ai apprécié l’attention car excité comme il était, je m’étais attendu à être enculer à la hussarde.

Quelques coups de langues et pas mal de salive plus tard, je l’ai entendu se relevé et j’ai senti aussitôt son gland se poser et pénétrer mon intimité. Lentement, pour bien sentir toute la différence d’avec une meuf, il m’a enculé. Progressant cm par cm, écartant mes fesses, il a entré toute sa bite dans mon cul. Les mains sur mes épaules, un dernier coup de rein l’assura que je m’étais tout pris. Je l’avais laissé faire. Maintenant, alors qu’il entamait un retrait, je faisais pulser les contractions de mon anus massant sa hampe sur tout le trajet et lui bloquant le gland, l’empêchant de sortir totalement. Il gémit de plaisir sous ce traitement. Il me dit qu’aucune des salopes qu’il avait baisé ne lui avait fait cela avec son cul, et pourtant il en avait sauté des chaudasses ! ses mains sur mes hanches, il a accéléré la cadence.

Comme je tournais la tête en arrière pour le regarder, par la porte, j’ai vu assis dans l’escalier les jumeaux en train de nous mater.
J’ai sorti le grand jeu, venant de moi même m’empaler sur son dard. Il me dit alors que j’étais vraiment une salope moi aussi qui ne demandait que de la bite. Il était très endurant et malgré tout mon savoir faire, il réussit à me limer une bonne demi heure avant de remplir la Kpote, tétanisé au fond de mon cul.

C’est à ce moment là que les jumeaux se sont mis à applaudir.
Surpris, leur père s’est retirer brutalement le passage du gland faisant le bruit d’une bouteille qu’on débouche et s’est retourné pour voir ses deux fils hilares. S’étant repris, ils leur confirma que baiser un mec avait quelque chose d’excitant que les meufs n’avaient pas.
Comme je me redressais, ils se sont approchés de nous et alors que Tic (Vassili) m’essuyait le cul, Tac (Ptior) ôtait la kpote et épongeait le sexe de son père. Levant le bout de latex devant nos yeux, il nous fit remarquer la dose de sperme qui la remplissait. Il y en avait plus de 3cm dans le fond !  comme le père négligemment nous disait que c’était habituel, il se fit bousculer à coup d’épaule par ses fils.

Nous avons remis nos pantalons sur nos fesses et Tic est parti chercher des Cocas pour nous désaltérer. Sur l’écran le film finissait, avec un tableau de groupe où tous les protagonistes étaient autour d’une piscine.
 
Je fis remarquer que des la belle saison revenue, nous pourrions faire ce genre de tableau à la maison !
Quand Tac a demandé à son père si baiser avec moi lui avait plut, ce dernier lui a dit que n’était ce la chatte dont je n’étais pas pourvu, ma bouche et mon cul valaient dix fois ceux d’une femme. Que sur la centaine de meufs qu’il avait tiré, aucune n’avait ce niveau de pipe, ou cette science de la sodomie passive. Et pourtant il en avait baisé des salopes !
Tic qui revenait avec les rafraîchissements lui demanda si il serait intéressé pour découvrir encore plus de choses de mecs.
Le père lui répondit que si ça avait ce niveau d’excitation sexuelle, il est OK.

Quand je suis renté à la maison, j’ai dit à Marc que le père des jumeaux était prêt à tester les rapports entre mecs à une plus grande échelle que mon simple petit cul. Le récit de mon enculage, excita suffisamment Marc pour que je sois obligé de le calmer d’une pipe qui me servit l’apéritif 15mn plus tard avec 6 belles giclée de sperme. J’en gardais les 2 dernières pour les partager avec le donneur en lui roulant un patin.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.