Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

Ma virginité perdue -2

Stupéfait, je suis rentré chez moi au foyer me demandant : « Mais vraiment qu’est-ce qui s’est passé ?  Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que nous avons fait ? Oh ! Oh ! Oh ! je me suis fait enculé...
L’idée que j’ai déjà perdu ma virginité il y a une heure me claqua l’esprit. Elle me donna un frisson tout le long du corps. Tous mes os tremblaient de peur, d’angoisse, mais de plaisir.
Cependant, la question qui m’a effrayé le plus était : « Comment je pourrais le voir demain ?, et si je le verrai (bien sûr que je le verrai) qu’est-ce que je vais lui dire ? ». Toutes ces questions me tracassaient l’esprit, rien ne me semblait être le même.
L’électricité n’est plus absente au foyer, je me dirigeai vers le miroir, je m’y matai : ce n’était plus moi. Je n’étais plus puceau.

Je sentis ma bite regonfler dans mon jean. Bien qu’elle ne fût pas grande mais elle me faisait mal à l’intérieur, elle voulait sortir. Pourquoi faire ? j’ai juté il y a une heure et je n’ai plus de jus dans les couilles...en fait, je ne suis jamais branlé deux fois par jour dans ma vie. J’avais un sentiment très étrange, une envie incontrôlable, je voulais me branler de nouveau et juter une deuxième fois.
Je me suis dirigé vite aux toilettes. Baissant mon pantalon et mon slip, je vis ma bite toute grande, rouge d’excitation, et prête à me donner tout ce qu’elle contenait. Je me suis mis à me branler, tout lentement d’abord de peur de me faire mal. Mais, dès que je sentis que ça me faisait un plaisir inoubliable, j’accélérai le rythme. Voyant que je tardai à juter (chose que j’ai jamais expérimentée avant cette nuit-ci), je commençai à me branler comme une bête féroce s’apprêtant à déchirer sa proie. Après une dizaine de minutes de branle, je sentis quelque chose monter de mes couilles. Ces dernières se contractèrent un moment pour laisser quelques gouttes de sperme sortir de mon gland et s’éparpiller partout dans ma toilette. C’était étrange pour moi mais aussi amusant. Je l’ai bien aimé malgré quelques picotements dans mes couilles et mon gland. Sur ce, fourbu comme je n’ai jamais été, je mis mes pyjamas sur moi et je me suis endormi sans même diner ni me laver.

Le lendemain matin, à 7 :00, je me suis réveillé tout chaleureusement, j’ai pris mon bain, préparé un tout petit déjeuner que j’ai avalé très vite, porté mes plus beaux habits et me suis dirigé vers l’université en n’ayant en tête qu’une seule idée : « Hassan, ce beau mec ! waw ! je bande juste en pensant à lui ! waw ! je vais le rencontrer aujourd’hui ! waw ! ».
Arrivé au campus de gestion, j’ai garé la voiture, porté mon cartable et me suis dirigé directement à la cafétéria, le seul lieu où je pourrais le trouver.
A peine franchi la porte, j’ai levé les yeux et hop ! ils tombèrent sur les siens !
« Oh la la ! » me dis-je, « c’est lui ! », « que ferai-je ? », mon cœur battait très fort, mes mains tremblaient, ma respiration semblait s’arrêter... ça y est, je vais avoir une crise cardiaque...
A peine j’ai eu toutes ces pensées qui franchirent l’esprit, je me suis préparé pour lui sourire et j’ai ouvert la bouche pour lui dire un simple bonjour...
A ma grande surprise, il me regarda juste dans les yeux un moment, et continua son trajet comme rien ne s’est passé...

« Oups ! », me dis-je. Son visage était totalement rigide à tel point que j’ai senti mon cœur s’arrêter de battre, le sang sécher sans mes veines et la sueur attaquer mon front.
Tout s’arrêta un moment autour de moi, je suis rester quelques secondes paralysé à la porte, ne voulant croire ce qui s’est juste arrivé, croyant que je rêve encore... mais, un cri de mon amie préférée m’appelant à s’approcher d’elle, me fit revenir à la réalité.
Le reste de la journée ne passa pas bien, j’avais l’esprit dans la lune, distrait. Je n’avais en tête que la figure de Hassan et la peine dans mon cul qui me rappelait de lui et de sa bite, à chaque fois que j’ajustais ma position sur la chaise.

J’avais en tête l’idée que tout est fini, que je ne le verrai jamais. A 16 :00 de l’après-midi, assis pendant la sieste sur le banc de la cafétéria (la même position d’hier), mes amis et moi discutaient de ce que nous allons faire pendant les vacances semestrielles. Tout à coup, mon cellulaire sonna. Je l’ouvris. Il afficha : vous avez un message de Hassan.

Je fis un tour d’œil. Hassan n’était pas dans mon alentour. Une seconde passa, et je sentis un souffle d’air chaud me caresser le cou, je regardai du bout de l’œil à ma droite, une silhouette apparut debout à côté du banc où nous étions assis. J’avais peur de lever les yeux, mais j’avais peur aussi d’ouvrir le message et permettre à cette personne qui que ce soit de voir ce que Hassan m’avait écrit. C’était honteux que quelqu’un découvre ce qu’il avait entre Hassan et moi. Il fallait me relever donc. Une brise d’air fraîche vint de la fenêtre semi-ouverte à ma droite et une odeur très familière entra dans mes narines... J’ai essayé de me souvenir d’où je connaissais cette odeur et soudain je me souvins : « Oh Bon Dieu ! ça ne pourrait pas être vrai ! Oh ! non ! non ! »….comme vous avez le déduire...oui…...c’était celle de Hassan, je l’ai bien sniffée hier quand il me prenait.

J’allais me relever quand une main se posa sur mes épaules pour l’empêcher de le faire. Je me suis retenu. J’ai ouvert le message et voici ce que j’ai trouvé : « c’est ton tour ce soir ». J’ai bandé comme un âne et il n’était pas judicieux de ma part que je me relève... Je le pouvais pas en tout cas, Hassan avait toujours sa main posée sur mon épaule.

« Le salaud voulait voir ma réaction au message sans que je puisse voir la sienne », me dis-je.
J’ai pris une grande haleine, je fermai le cellulaire et le cachai dans ma poche en essayant de comprendre ce qu’il voulait dire par ça. Et bien sûr, j’ai rien fait comme réaction ?.

Une deuxième fois, j’ai raté le cours du soir car je ne pouvais penser à rien d’autre que ce message et j’ai attendu dans la voiture. A 18 :00, la cloche sonna et les étudiants se précipitèrent à sortir. Contrairement à la fois passée, Hassan n’a pas tardé à venir, j’ai pu facilement distinguer sa silhouette parmi toutes les autres. Il portait des baskets en pied, un survêtement qui lui convenait terriblement, il était très sexy en ce survêtement, et bien sûr, la casquette qui cachait ses cheveux. Je l’admirais. Il avançait à pas sûr mais rapide comme s’il savait que je l’attendais mais en même temps comme s’il avait peur que j’étais déjà parti au foyer.

Ses yeux inspectaient tous les véhicules dans le parking afin de me trouver. Soudain, un sourire grandiose, un sourire divin se manifesta sur son visage, un sourire que j’ai jamais vu sur ses lèvres : Il m’a trouvé. Une fois nos yeux se rencontrent, le sourire disparut de ses lèvres. Comme il était viril ce mec tout en ne voulant pas manifester ses émotions….mais je les ai vues... ?….je me suis aperçu de toutes ses émotions…il semblait hyper gai de m’avoir vu l’attendant en voiture….
Une seconde fois, Hassan arriva à la voiture, ouvra la porte, s’assit et tourna la tête vers l’autre côté de la route tout au long de trajet, avec la seule exception cette fois : il ne m’a pas regardé.
Arrivant au foyer, j’ai pris mon cartable et le devança vers ma chambre. Il connaît déjà son numéro. J’ouvris la porte, j’entrai, je mis mon cartable sur le bureau toujours prêt du lit et me tourna en arrière. Hassan était en train d’entrer. Nous avions de l’électricité. J’allumai la lumière et fermai la porte. Nous étions là-bas, debout l’un en face de l’autre. Nos yeux parlaient mille et un mots mais nos lèvres ne bougeaient presque point, si ce n’est quelques tremblements de ma part. Après une minute bien étrange, j’ai entamé la discussion.
Moi : Eh bien !
Lui : Eh bien !
Moi : tu ne diras rien ?
Lui : non !
Moi : je t’aime…
Lui : je sais.
Moi : Pourquoi tu es chez moi ce soir ?
Lui : dis moi !

A ce moment, je ne pouvais plus me retenir, ma bite faisait mal dans mon slip et voulait sortir et se libérer pour aller à la rencontre de ses lèvres...
Ne pouvant plus me retenir, j’ai pris l’initiative et je me suis déplacé vers lui. Une fois juste en face de lui, j’ai pris son survêtement qui couvre son torse, entre mes mains et je l’ai tiré vers moi. Il s’est laissé faire. J’étais rassuré. Je me suis approché davantage et d’un seul coup j’ai posé mes lèvres sur les siennes. Elles étaient mouillées et chaudes. Elles avaient l’air très bon à goûter. Quelques secondes plus tard, j’ai senti sa bouche s’ouvrir, j’ai écarté mes lèvres moi aussi et j’ai fait sortir ma langue de sa cave. Sa langue est sortie à l’encontre de la mienne. Confus, je ne savais pas quoi faire, je me laissais faire par lui. A ma grande surprise, lui aussi, il ne savait pas quoi faire, il s’est reculé. Stupéfait, j’ai mis ma main derrière sa tête et je l’ai approché de nouveau vers moi. Mais cette fois, je me suis approché de son oreille et lui ai chuchoté : « mes lèvres sont toujours vierges ».

Se rassurant par mes paroles, il me prit dans ses bras, me serra contre lui d’une tendresse éblouissante. Je le serrai aussi. Et, tout à coup, il me confia à l’oreille :
« ne dis à personne, Eldi, (je vous ai dit, il connaissait mon prénom), les miennes le sont aussi ».
En le serrant fermement contre moi, j’ai souri en reposant ma tête sur son épaule.
Ce ne fut que quelques secondes plus tard, il reposa ses lèvres contres les miennes et nous avons commencé, comme de nouveaux apprentis à fouiller l’un la bouche de l’autre par nos langues pleines de salive excitante. Et peu à peu, nos embrasses devenaient plus chaudes que jamais et je sentais sa bite gonfler dans son survêtement large.
J’ai fait descendre ma main jusqu’à ses cuisses pour aller à la rencontre de son sexe. A ma grande surprise, je l’ai touché et je me suis aperçu qu’il ne portait rien sous la survêtement.

Je lui ai lancé à l’oreille :
« Nu là-dessous ? »
Lui : oui.
Moi : toute la journée ?
Lui : oui.
Moi : pour moi ?
Lui : (il devint tout rouge) oui.

Le voyant embarrassé j’ai arrêté mes questions et j’ai descendu directement vers sa bite.
A genoux devant elle, je l’ai vue bien énorme, bandante à mort attendant ma langue mouillée. En passant ma main dessus, je l’ai sentie, elle m’a plu.
Avant de faire quoi que ce soit, j’ai levé mes yeux vers lui. Il était en train de me contempler impatiemment et ... souriait. J’ai compris que c’est mon feu vert pour le travailler comme il faut.
Ainsi, j’ai baissé son survêtement brusquement et sa bite sauta devant mes yeux. « quel sexe circoncis ! me dis-je, et quelle paire de couilles il a ce mec ! oh ! elles semblent bien pleine !....faut donc les vider.

Et, ouvrant la bouche, j’ai commence à lécher son gland circoncis. « oh ! Comme c’est bon ! »…. Il était très chaude, rouge et bien rond. Je l’ai mouillé plusieurs fois et le suçait avidement tout en entendant Hassan gémir et respirer de plus en plus difficilement. Il me semblait vouloir jouir tout de suite mais il paraît se retenir pour ne pas me vexer par sa jouissance rapide. Il gémissait de plus en plus fortement à fur et à mesure que j’avale sa bite. Elle sentait terriblement bien et j’avais un plaisir inexplicable en l’ayant dans ma bouche. Puis j’ai commencé à lécher ses couilles qui se contractaient et se relâchaient dans ma bouche. J’ai su ainsi qu’il était prêt à jouir. Hassan essayait hardiment ne pas juter, il gémissait comme un chien et j’entendais sa respiration rapide.
J’ai cessé de lui travailler, je me suis relevé en lui lançant une pelle dans sa bouche. Sa respiration calmait un peu. De nouveau, je lui ai lancé à l’oreille :
« vas-y Hassan, n’aie pas peu, je veux que tu viennes dans ma bouche ».

Et j’ai redescendu vers sa bite, la prenant en main, j’ai commencé à la branler très doucement tout en ayant la bouche grande ouverte. Quelques secondes passèrent avant que Hassan, qui a joui hier dans mon cul très calmement, ne lance un cri de jouissance très fort. Ainsi, cinq giclées très épaisses vinrent se poser sur ma langue mouillée. C’était la première fois que je goûte à une semence... C’était hyper bon, j’ai tout avalé d’un seul coup….j’en était tellement avide et j’en avais tellement envie.

Ceci étant, il n’a pas tardé à débander dans ma bouche….
J’ai pas oublié qu’est-ce qu’il m’a écrit dans le message de cet après midi : « c’est ton tour ». Je me suis relevé, je l’ai embrassé tandis qu’il était en train de se calmer la respiration un peu. Je l’ai regardé dans les yeux. Ils étaient très innocents mais donnaient beaucoup d’envie. Je voulais le prendre…mais pas malgré lui. J’ai glissé ma main sur ses fesses tout en les lui caressant, l’ai regardé dans ses yeux et dit :
Moi : tu veux ?

Ne disant rien, Hassan, m’ayant retiré la main loin de ses fesses, m’a serré très gentiment contre lui tout en me posant un baiser sur le cou.
Pour la première fois, j’ai compris ce qu’il voulait dire. Il était puceau lui aussi, et n’avait pas le courage pour une sodo. Il la voulait bien mais en avait peur aussi. Où est allé ce mec viril d’hier qui m’a baisé jusqu’à l’extase sans mot aucun ?
Sans être vexé, je l’ai serré longuement contre moi et une dernière fois j’ai chuchoté à son oreille : « suce moi donc ! »
Ravi de mon attitude, Hassan était vite à genoux en train d’enlever ma ceinture, de baisser mon jean et de me faire perdre mon slip... je bandais à mort…

Elle faisait 15 cm de longueur, il en était ravi, peut être parce que je suis moins monté que lui (il en avait 18 lui) ou parce que ces 15 cm n’allaient pas lui faire mal à la bouche ni au cul après…. ?
Et d’un seul coup, il avala tout mon sexe à l’intérieur de sa bouche mouillée…j’ai gémi comme un lion….je n’ai jamais senti d’un tel plaisir, ni quand il m’a enculé si brutalement hier, ni quand je me suis branlé longuement une seconde fois après être enculé par lui...mon cœur battait comme il n’a jamais fait, ma respiration s’accélérait de plus en plus à fur et à mesure qu’il me suçait.... j’avais tellement envie de juter dans sa bouche que j’aie pris sa tête et l’ai appliquée à mon sexe, des va et vient à n’en pas finir, férocement, brutalement…il étouffait….je gémissais….deux ou trois minutes plus tard, et j’ai lancé tout mon jus dans sa bouche….six giclées pleines de plaisir, chaude, délicieuse venaient de se poser sur sa langue avide….ne pouvant plus respiré, il a tout avalé…

L’aidant avec ma main, je me suis branlé doucement pour qu’il me nettoie la bite tout entière. Il l’a fait.
Notre nuit de baise n’a pas fini sur ce point…. attendez la suite….

Si vous aimez ce que j’écris, j’aimerais avoir de votre part en feed-back sur
Eldi36@hotmail.com

Je réponds toujours... vous pouvez m’ajouter directement sur msn...

eldi

eldi36@hotmail.com

Suite de l'histoire

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay