Page précédente

Épisode 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 -

 

inceste 4

2 semaines après avoir privé la vieille de ma bite, me voilà de retour chez elle pour l'entretien du jardin.
En arrivant, je prends jean (son fils) à part et lui dit que c'est ce jour-là qu'il va baiser sa mère. Il en est déjà tout bandant ! Je lui explique que quand elle viendra me rejoindre après le boulot, après quelques minutes, je lui banderais les yeux et qu'alors il pourra nous rejoindre à la seule condition de ne pas dire un mot.

Le moment arrive, je sors de la douche ruisselant d'eau, elle est là à m'attendre, à poil, (la sevrer de ma bite l'autre jour a été bénéfique !). Je lui dis de se mettre à genoux et de me sucer, je ne bande pas encore mais me développe doucement dans sa bouche, elle suce. Je lui annonce que puisqu'elle m'a dit que son corps m'appartenait, j'allais lui bander les yeux et qu'elle allait servir à vider les couilles d'un de mes potes. Elle refuse, je la gifle et lui dit d'obéir si elle veut me revoir et que je continue à la baiser. Elle capitule. Je lui bande les yeux.

Jean arrive, il n'a jamais bandé autant, sa bite doit bien faire un ou deux cm de plus que d'habitude. Je relève sa mère et le fait se pencher pour me sucer. Son fils pose ses mains sur ses hanches, elle a un sursaut. Je lui dis de ne pas bouger. Jean commence à enfiler sa bite dans la chatte de sa mère, il me regarde les yeux brillant d'excitation. Je commente tout haut "tu vois, espèce de chienne, que ce n'est pas dur de te faire baiser par un inconnu", je retire ma bite de sa bouche pour qu'elle me réponde. Pendant ce temps, son fils lui lime la chatte. Je lui dis que maintenant qu'il est lubrifié, il doit changer de trou. Il se retire et enfonce violemment sa bite dans le cul de sa mère, elle encaisse sans rien dire, je la traite de salope et la prévient que ma bite l'écartera encore plus. D'excitation jean jute dans sa kpote. Je lui dis de se barrer (tout en lui faisant signe de revenir plus tard) et prend sa place au chaud au fond des boyauds de cette pute. Je baise son trou sur toute la longueur de ma bite et gicle. Je me retire, lui retire le bandeau et lui dit de se casser. Elle me quitte en me demandant de continuer à venir chez elle ! (comme quoi !).

Jean revient (il était juste dans la pièce d'à côté) il me branle et je rebande direct. Il me suce et je m'enfonce au fond de sa gorge en lui maintenant bien la tête. Après quelques bonnes aspirations, il m'enfile une kpote se retourne et me supplie de l'enculer. Je le pousse jusqu'à une table, le plie dessus, lui écarte les jambes avec mon pied et m'enfile direct au fond de ses tripes. Il gueule, j'ai juste le temps de le bâillonner de ma main pour éviter qu'il rameute tout la maison. Vu que je viens de me vider, je le lime bien 20mn, alternant de grand mouvement me faisant sortir au bord de l'anus avec des pilonnages courts enfoncé jusqu'aux couilles, avant de jouir. Il jute dans sa main, je lui dis de tout bouffer, il se lèche les doigts jusqu'à ce que tout disparaisse.
Il me demande ce que je veux, je lui dis du fric ! Il va à son short et me donne quelques billets pliés, je compte pas et lui dit qu'il a intérêt à ce que se soit suffisant si il veut continuer à se faire sauter comme sa pute de mère. Il me dit qu'il a mis gros car ça l'a super excité de la sauter.

En partant je récupère mon salaire et sur le chemin du retour, je déplie les billets que jean m'a donné et trouve 500€. C'est correct, il me rêvera !

De retour à la maison, je croise ma mère, elle me dit que marc a appellé pour dire qu'il passerait me chercher qu'à 21h. Je suis surpris, elle me dit de ne pas m'inquiéter, que le programme n'en sera pas changé. Puis elle me dit que depuis que je travaille pour marc, elle s'est aperçue de changement en moi. Ca m'intrigue !, elle dit me trouver plus ouvert (ha ! ha ! si elle savait d'où !), que je m'élargi encore des épaules (c'est vrai que mes t-shirt son plus moulant, mais vu le travail du jardin et la gym spéciale qui suit !), et qu'elle est contente de me savoir entre de bonne mains à ne pas trainer et devenir un voyou (je ris intérieurement, pas voyou mais carrément salope !).
Elle me serre dans ses bras et me dit d'aller préparer mes affaires. Je l'embrasse, personne n'est plus aveugle qu'une mère !

Jean arrive enfin, je saute dans la voiture, lui demande pourquoi il est en retard. Il me dit que c'est lui qui commande et m'ordonne de mettre mon collier. Je l'attrape dans la boite à gants et le pose sur mon cou, c'est vrai que je dois serrer un trou de moins, je me suis vraiment développé !

Pour faire pardonner ma question, je lui ouvre la braguette et lui suce la tige.
Sa main vient caresser mes cheveux, je suis excusé. Il me dit d'y aller doucement, je tête, suce toute la longueur, et à l'arrivé à la maison, il me tapisse les amidales de son foutre. Je bois sans en laisser couler une goutte. Il me redresse et m'embrasse, faisant lutter nos langues.

Il me dit d'aller me déshabiller et de rester nu. Lui se change pour un shorty et un débardeur. On se prend un apéro, le troisième whisky me laisse très coopératif. Il me dit alors que nous allons retourner dans la boite gay et que je ne porterai qu'un jock et mon collier de chien dès le passage de la porte.

Nous dînons léger et nous descendons me préparer. Nous nous douchons, puis il sort et revient avec un drôle d'instrument, une poire à lavement. Il l'a rempli d'eau tiède, me l'enfonce dans le cul et appui sur la poire pour la vider dans mes boyauds. Il l'a retire et m'ordonne de serrer les fesses le maximum de temps avant d'aller me vider dans les WC. Il recommence plusieurs fois jusqu'à ce que l'eau qui sorte soit aussi propre qu'à l'entrée.

Nous montons nous "habiller" !
Lui : jeans, t-shirt blanc et perfecto
Moi : short jeans "coupé" sur un jock, cater aux pieds et perfecto à même la peau, collier de chien à clous et bien sûr un plug bien graissé dans le cul.

Dans la voiture sur la route vers la boite de nuit, il m'explique le programme :
Il veut montrer sa "chienne", profiter de mes trous devant un public. Je devrais le suivre partout, backroom mais bar aussi, je devais me laisser caresser si il le décide mais en aucun cas sucer ou me faire sodomiser par un autre que lui. Je lui dis que de toute façon je suis à lui comme il le désire.

Nous entrons dans la boite, je laisse au vestiaire perfecto et short, je me fais siffler par le videur et l'ouvreur. Il faut dire que le jock blanc, souligne bien mes fesses rondes et musclées !

Je suis marc jusqu'au bar, il s'assoit et je reste debout à ses cotés. Il commande deux whisky dont un double pour moi et me dit de l'avaler cul sec. Je le fais, il sirote le siens, le double commence à faire de l'effet au fond de mon estomac. Marc s'en aperçoit, il se lève et m'entraine vers la backroom.
Les mecs nous regardent passer, je vois certain regard envieux de mon maitre. Nous trouvons dans une petite salle un sling accroché entre un sol et un plafond de miroir.

Il me couche le torse dessus m'écarte les jambes et après avoir retiré le plug me bouffe l'oignon, en rentrant la langue bien profondément. Il crache dedans, se relève, me retourne et m'attache les jambes aux chaines de suspension.

Il ouvre son jeans le baisse sous ses fesses et m'encule d'un coup brusque jusqu'aux couilles. Je laisse échapper un souffle. Depuis quelques temps les murs se sont tapissés de mecs qui se branlent devant le spectacle.
Marc balance le sling pour me limer sans bouger. Il fait l'article, faisant admirer mon trou qui accepte sa grosse bite de 22cm, mes abdos en tablettes de chocolat contractés par l'effort, mes pecs aux tétons dressés.
Ma tête tourne sous l'excitation. Je ressens toute la longueur et l'épaisseur de sa queue. Il me lime sortant sa bite entièrement et me la remettant au fond dès que mon anneau s'est resserré. Cela dure bien une 3/4 d'heure avant qu'il me jouisse dedans. Je sens les giclées dans mes boyauds et cela me fait juter, mon sperme s'étale sur mes abdos, marc se penche et me nettoie avec sa langue. Il se retire et me Plug direct, son jus risque pas de ressortir. Il me détache et nous remontons au bar, j'avale un grand verre d'eau, la séance m'a déshydraté !
le barman nous félicite, il me dit que pendant ma "prestation", il n'y avait plus personne à danser, tout le monde s'était arrêté pour me regarder me faire sauter sur les écrans géants du bar et de la piste, du coup il nous offre un cocktail très revigorant, il est mignon en plus 20-25ans bien foutu, belle gueule avec une queue de cheval, il se penche au dessus du bar et demandant l'autorisation à marc d'un regard, pince mon téton droit et le fait rouler entre ses doigts. Ça me fait gémir de plaisir. Il me relâche et félicite marc d'avoir un mec aussi mignon et salope à sa disposition. Marc lui répond que tout est dans le choix du mec et surtout dans son éducation au sexe, et qu'avec sa belle gueule il ne devait pas avoir de soucis pour trouver son bonheur !

Après quelques instants de repos, nous remontons au vestiaire récupérer nos fringues et rentrons. Je suis claqué, vidé ! Je m'endors avant l'arrivée. Je sens juste marc me sortir de la voiture, me prendre dans ses bras et me porter sur notre lit. Il me déshabille, je sens un bisou sur les lèvres, je crois entendre "je t'aime" je dors déjà !

Je me réveille il est midi!, je suis seul, je rassemble mes esprits et me demande si je n'ai pas rêvé son "je t'aime" !

J'enfile un jock, et déboule dans le salon ou je trouve marc dans le canapé, je lui saute dessus et l'embrasse passionnément.
Il me demande ce que lui vaut cette exubérance. Je lui dis "rien, juste que je me sens bien et que je suis heureux !" ça le fait rire, il me prend la bouche et me roule un patin qui me laisse tous les sens en émoi, je bande dur !

Il me laisse dans cet état, se lève et là je vois que lui aussi ça lui a fait de l'effet. Sa belle bite déforme son cycliste.

Je l'attrape par les hanches avant qu'il s'éloigne et suce son gland au travers du lycra. Sa mouille traverse et je l'aspire. Il reste debout devant moi, je baisse doucement la ceinture, dévoile le gland rouge vif et le recouvre aussitôt de ma bouche. Je travaille quelques instants le gland finissant de baisser le cycliste sous ses couilles.
J'aspire sa bite et me l'enfile jusqu'à ce que mon menton repose sur les couilles. Son gland envahi ma gorge coupant ma respiration.
Je me redresse faisant ressortir sa tige serrant les lèvres et jouant de la langue.
Je fais coulisser sa bite dans ma gorge jusqu'à sentir son sperme me nourrir.
Il ressort, me caresse la joue tendrement et me remercie.
Je lui dis que c'est moi qui le remercie de m'avoir fait connaitre ça, que je n'ai jamais été plus heureux de ma vie. Il m'arrête là d'une pelle.

Nous finissons le we comme un petit couple, calme enfoncés dans le canapé, récupérant des folies de la veille.

Quand je rentre à la maison, ma mère est là, marc descend lui dire bonsoir.
Elle le remercie de tout ce qu'il fait pour moi, et du moral que ces we me donnent. Je le regarde et vois dans ses yeux qu'il a du mal à ne pas éclater de rire. Il lui dit que tout le plaisir est pour lui ! (je pense qu'il est aussi tout pour moi le plaisir !).

J'attends avec impatience le prochain we !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.