PAGE précédentE

<< Épisode précédent

Salope sur MSN

SALOPE A DISPOSITION…

Après qu’Alex et Hakim soient partis, Franck me fit descendre avec lui dans le salon. Il sortit une bière du frigo et s’installa sur le canapé pour mater un match de foot à la télévision. Il m’ordonna de venir à ses pieds. Il s’était mis en jogging et était pieds nus.
- Lèche-moi les pieds salope.
Je m’exécutais pendant presque un quart d’heure. Il buvait toujours sa bière. Il me fit redresser la tête et me cracha une grosse gorgée de bière sur le visage.
- Tu es vraiment une bonne pute !
- Oui.
A ce moment-là, la porte de l’entrée s’ouvrit et un grand black en jean et blouson noir entra.
- Salut Moktar ! J’ai mis de la bière au frais, si tu veux.
- Non, pas maintenant.
Il entra dans le salon et me dévisagea.
- C’est lui la pute à dispo ? Beau cul !
- Il est entièrement à ton service, mec.
- Pas tout de suite. Là je suis naze et vénère ! Je me suis fait virer du boulot !
- Putain, tu as déconné ?
- Je me suis pris la tête avec mon chef et… Bref, je lui ai foutu mon poing dans la gueule !
- Merde ! Installe-toi. Cette salope va te lécher les pieds pour te détendre.
Il m’ordonna de lui lécher les pieds. Je m’approchai de lui, lui ôtai ses chaussures et ses chaussettes et commença à lui lécher les pieds.
- Tu as raison, Franck, c’est un vrai esclave. Une vrai lope.
- Grave.
Je le léchais depuis cinq minutes quand on sonna à la porte. Franck alla ouvrir.
- Moktar, c’est le proprio, il veut son chèque. Il le veut maintenant.
- Merde ! Fais le entrer.
Moktar se leva et alla saluer le proprio qui venait d’entrer dans le salon. C’était un beur d’environ 45 ans, bien portant avec plus de graisse que de muscles. Mais raisonnable ! Il avait les cheveux noirs très court et un bouc. Des yeux noirs.
- Ecoutez M. Kharssim, je pourrais vous donner le chèque dans deux jours. J’attend un virement de mon travail, déclara Moktar.
- Ça fait déjà dix jours que je vous laisse. C’est fini les délais.
- Je vous dis que ça sera sûr dans deux jours. Vous avez ma parole.
- Difficile de vous croire.
- Pour vous faire patienter encore un peu, je vous offre ça, déclara Moktar en me désignant.
Le proprio porta son attention sur moi et me remarqua entièrement nu et à quatre pattes.
- Quoi ?
- Je vous offre la possibilité de vous divertir avec cette salope. Ne faites pas le désintéressé, vous habitez au dessus et on connaît vos penchants pour les keums quand votre femme n’est pas là.
Le proprio me regarda sans répondre puis finit par dire : « Mais ma femme est là ce soir.
- Vous êtes également chez vous, ici, alors profitez en sur place.
- Bien, mais ça veut pas dire que j’accepte le délai. Je teste avant.
- Vous devez accepter pour vous régaler, précisa Moktar. Regardez ce beau cul et cette bouche à pipe. Vous en avez jamais eu de tel.
- Ok.
- Vous pouvez monter avec lui là haut. Quant à toi salope, tu vas faire tout ce que M. Kharssim te dira. Compris ? Sinon tu vas dérouiller.

Le proprio me fit monter à l’étage dans la chambre.
- Alors tu n’es qu’une pute ? (J’acquiesçais). C’est bien de baiser des salopes comme toi, ça en redemande toujours.
Il enleva son pull dévoilant son torse poilu et enrobé.
- Approche, salope.
Je rampais vers lui, complètement nu. Il ouvrit son jean et son slip et les retira, se retrouvant en chaussettes devant moi.
- Lèche mes pieds !
Je retirai ses chaussettes et m’exécutais.
- Bien sale pute.
Il m’attrapa par la tête et me colla sa queue dans la bouche m’ordonnant de sucer. Je m’exécutais en avalant sa queue déjà dure à l’idée de me baiser. Elle n’était pas très grande (autour de 15 cm) mais assez grosse. Je devais bien ouvrir la bouche pour le sucer. Je le suçais en faisant glisser ma langue dessus ? Ceci l’excita au plus haut point. Il m’attrapa les cheveux et commença à me défoncer la bouche. Il entrait entièrement sa grosse queue dans ma bouche pour m’enfoncer la tête dans ses poils.
- Hum, tu es vraiment une salope ! Je crois que tu vas faire plusieurs séjours chez moi ! Tu aimerais ça sale pute ?
- Oui.
- Passe moi une capote !
Je me relevai et ouvris le placard où j’avais vu Franck prendre les préservatifs dans l’après-midi. Il y avait également du gel. Je lui tendis la capote et pendant qu’il l’enfilait je me badigeonnais le cul de gel pour limiter la douleur. Bien m’en pris car une fois que je fus à quatre pattes, il s’enfonça direct me faisant gueuler de douleur. Il me limait vite puis ralentissait démontrant ainsi qu’il ne voulait pas jouir trop vite. Pendant cinq minutes il me défonça le cul en m’insultant. Alors que je commençais à prendre mon pied, il s’arrêta net et se retira.
- Tu n’as pas joui de la journée ? C’est trop facile ça petite pute ! Allez vide toi les couilles !
- Mais…
- Ta gueule, beugla t’il en me collant une baffe. Exécution salope !
Il voulait me faire jouir pour que je n’ai plus de désir sexuel et que ses saillies de taureau me fasse l’effet d’un viol. Je commençais à me branler. Il m’exhorta à jouir pas à me caresser. Finalement je jouissais dans mes mains et sur le carrelage.
- Lèche ton foutre, m’ordonna t’il !
- Non, c’est…
Une autre baffe !
- Obéis sale pute !
Je me penchai et léchai tout le sperme que j’avais foutu par terre.
- Penche-toi de nouveau salope !
Je me remis à quatre pattes et il s’enfonça de nouveau dans mon cul lubrifié. Cette fois, ce fut douloureux et humiliant. Je n’éprouvais plus le moindre plaisir. Il pris tout son temps, s’arrêtant souvent. Il m’insultait copieusement. Sa queue me déchirait les entrailles. Ses mains me tenaient solidement par les hanches pour mieux assurer sa prise et ainsi mieux me défoncer. Après dix minutes, il se retira d’un coup, puis ôtant la capote, m’attrapa par les cheveux et éjacula sur ma gueule.
- Tu vois, là tu es vraiment une sale pute !
Il s’essuya avec ma veste qui était toujours par terre. Voyant qu’elle était pleine de foutre, il me regarda puis lâcha :
- Tu es un vrai trou à jouir, un vide-couille ! Dis-toi qu’on va se revoir très vite, sale pute.
Il descendit l’escalier et j’entendis qu’il accordait un délai d’une semaine à Franck et Moktar. Il ajouta qu’il y aurait d’autres visites pour valider complètement l’accord.

Pierre

Passif75009@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.