Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 103

J’ai pris de grande décision d’organisation du travail.

Depuis que nous nous sommes rencontrés, Olivier m’a proposé plusieurs fois de me confier la création des parcs et Jardins des maisons qu’il fait construire. Sur la base d’une création par mois (c’est le rythme qu’il a lui même) je serais à même de me faire un salaire des plus confortable. Je n’aurais qu’à dessiner et veiller à la réalisation par l’entrepreneur de mon choix.

Après en avoir bien discuté avec Marc et mon banquier (le père de Ric), je suis arrivé à l’organisation suivante : constitution d’une micro société, travail à la maison et sur le terrain (environ un mi temps tout compris). J’ai négocié mon départ de la boite où je bosse avec la promesse que je les consulterai systématiquement dans mes appels d’offre (ce sont de bons professionnels) et un job en mi temps pour Jimmy (ce dernier ne le sait pas encore).

A Marc, je confie que ça devrait me laisser tout mes après midi que je consacrerai à mes activités annexes. Lundi, mardi, vendredi je m’occuperai de Jimmy, mercredi du jeune bourge que va me trouver Jean et jeudi d’Emma. Les soirs et WE nous étant réservés. Le tout devant se mettre en place dans le mois à venir.
Il me traite gentiment d’ordinateur. Je lui dis alors que le mieux serait d’ajouter une chambre à l’appart au dessus des communs pour jimmy. Il en convient et me charge de le faire puisque ce sont pour mes futurs revenus.

C’est assez facile, je fais appel à un aménageur de comble et nous ajoutons une pièce de 25m² prise dans les combles au dessus des garages. Une porte avec l’appart la fait bénéficier du séjour (tv…), des sanitaires et de la cuisine. Je veille particulièrement à l’isolation phonique entre les deux chambres, que Samir et Ammed puissent baiser dans leur coin. En une semaine, la chose est faite et la peinture sèche (merci le placo).

Le samedi de la sélection du blondinet, je suis arrivé de bonne heure chez Jean (en remplacement de mon coaching).
Comme à chaque fois qu je mets les pieds dans cette maison, je me fais violer par la mère de Jean. Je la laisse faire, c’est grâce à cela qu’elle accepte encore les plans dépucelage que lui amène Jean.
Dès le passage de la porte d’entrée, elle me saute dessus et me roule un patin. Je lui mets direct la main au panier et mes doigts s’enfoncent dans sa chatte moite. Elle ne porte pas de culotte ! Je pince son clito et elle commence à haleter. J’insiste et sous mes doigts elle jouit en se mordant les lèvres. Jean débarque sortant de son lit, la gaule matinale déformant son slip. Je lui dis de lui préparer les trous pendant qu’elle va me sucer.
Je sors le service 3 pièces par la braguette et alors qu’elle me pompe, Jean l’emmanche. Quelques va et vient dans la chatte et je lui dis de me préparer son cul, je préfère.
Elle pipe maintenant aussi bien qu’un mec. Elle m’avale jusqu’aux couilles sans tousser. Mes mains dans ses cheveux, je lui donne mon rythme, m’enfouissant à chaque fois jusque derrière ses amygdales.
Estimant son trou prêt, Jean décule et me passe une kpote. je me couvre et après un échange de place, je m’enfonce entre ses fesses. C’est encore pas mal. Pas trop dilaté, son anneau serre bien ma bite.

Jean m’a remplacé et nous nous embrassons par dessus sa mère.
La situation m’excite un max et je jute dans ma kpote alors que sous ma langue je sens Jean faire de même dans la bouche de sa mère. Je m’écarte et la vois avaler le sperme de son fils.
Je sors, elle n’a pas jouit. Je lui dis que tout à l’heure avec les petits jeunes elle pourra se faire plaisir. Nous l’envoyons à la maison de la piscine et j’attends devant l’écran du PC qui me renvoi les images du lieu, Jean accompagner le premier sélectionné.
Il a bien bossé et je vois apparaître un jeune blond même type de physique que Jimmy (corpulence, pas origine !) dans l’entrée. Il le conduit à sa mère et le laisse après avoir expliqué : Kpote, gel et ce qu’il est autorisé à faire.
Il parait un peu gauche et la mère de Jean doit prendre les devants. Elle le dénude et ça me confirme la première impression, fluet, très blanc de peau et petit zizi.
Ça a vraiment l’air d’être son dépucelage. Il ne sait par quel bout commencer et elle en profite pour se faire brouter le minou copieusement. Nous la voyons tenir la tête du minet bien enfoncé sur sa chatte et prendre un premier pied.
Elle l’attire sur elle et après l’avoir Kpoté, prend son spaghetti dans sa chatte.
Je bande devant l’écran. Je dis à Jean que ma sélection ne va pas traîner et que je vais dès aujourd’hui tester ses « produits ». Comme il hésite à comprendre, je détaille. Je lui dis que dès qu’il sera dans le cul de sa mère j’irai moi même tester le siens, un peu à la façon où l’autre bourge s’était fait son pote. Il me fait remarquer qu’avec mes 20cm x5 ça risque d’être un peu difficile pour une première. Je sors ma baguette magique et l’occurrence un flacon de poppers (celui de Xavier le plus puissant que je connaisse).
Quand à l’écran nous voyons sa mère se faire enculer, je descend vite et entre dans la pièce. Le gamin est surpris mais la mère de Jean le tiens bien dans ses bras écrasé contre ses seins. Je lui dis de continuer et me prépare. Je lui dis de sentir et dans la minute qui suit, il est chaud, très chaud. Tellement que je peux direct lui mettre deux doigts graissés dans le cul et qu’il se trémousse dessus.
Kpoté, j’approche mon gland de ce passage vierge et sans m’attendrir enfonce mes 20cm entiers. Comme il gueule un peu fort, je lui repasse le flacon sous le nez et il se tait comme je sens son anneau s’ouvrir un peu plus.
Miamm que c’est bon de sodomiser un puceau. Avec me faire mettre par Marc, c’est ce qu’il y a de meilleur au monde.
Je prends mon temps et explore de mon gland sa cavité anale. Il à l’air d’apprécier et ne débande pas. Je lui tourne la tête et lui roule une pelle, il ne me refuse pas sa langue et semble avoir oublié la meuf qu’il était en train de baiser. Je fais signe à la mère de dégager, elle va se doucher et moi je continu avec le blondinet. La séparation d’avec la meuf est passée sans problème et je change de position. Couché sur le dos, il me chevauche. Ça me permet de voir si il continue de lui même ou pas.
Il ne quitte pas ma bite et prenant appuis sur mes pecs, il galope avec un rythme régulier, (merci la jeunesse dorée qui fait de l’équitation).
Le premier il me jute dessus mais continu à me branler la queue avec son cul. Il ne cesse que quand je lui prends les hanches pour le maintenir enfoncé sur ma bite en train de remplir la kpote.
Encore au fond de son cul, je lui demande si ça va, il me répond qu’il ne s’attendait pas à être doublement dépucelé en venant ce matin. Je lui dis alors que si ce genre de plan l’intéressait, je pourrai lui organiser quelques rencontres « intéressantes ». Il me dit pas non et me donne son tel, et adresse mail.
 
Je le laisse partir. Il est temps le second va bientôt arriver. Physiquement il ne me plait pas du tout. Jeune, blond, fluet mais un je ne sais quoi dans son visage me mets mal à l’aise.
Je dis à Jean de s’en occuper mais que de mon coté je vais continuer avec le premier pour voir si il m’ira.

Je rentre à la maison et m’installe sur internet. J’envoi un massage au blondinet et j’ai la surprise de recevoir une réponse aussitôt. Nous discutons en direct.  J’en apprends plus sur lui, famille (il a un petit frère de 12ans auquel il vient d’apprendre à se masturber, je garde l’info dans un coin de ma tête pour dans quelques années on ne sait jamais), amis (pas beaucoup), distractions (vu son physique, peu de sport en dehors de l’équitation). Je lui demande jusqu’où il serait intéressé coté sexe. Il me répond qu’étant puceau la veille, il avait tout à apprendre et que l’aperçu que je lui avais donné ce matin lui laissait envisager de bons moments à venir. J’aime cette ouverture d’esprit ! Je lui dis que si il voulait je pouvait m’occuper de meubler ses mercredis après midi. Il me dit alors être libre aussi les WE, ses parents étant quasi inexistants (obligations professionnelles, Lyon’s clubs divers prennent tout leurs temps).

Voilà une bonne seconde recrue ! Je ne regrette pas d’avoir laissé tomber avec la deuxième sélection de Jean.
J’en parle le soir même à Marc et lui propose de le faire venir le dimanche à venir.

Mercredi.

J’emmène Jean à son nouveau client et futur « permanent ». En route je lui explique le deal. Etre au service exclusif du mec (en tarifé) sauf quand nous (Marc et moi) en auront besoin lors de touze. Je lui ai négocié un minimum « syndical » : un soir par semaine et les WE hors périodes d’examens (càd à partir d’un mois et demi avant l’épreuve) avec concertation. Je lui fais part aussi de la demande de changement de body de la part de nos clients ce qui explique les derniers événements.

Cela va faire quelques fois depuis le gang bang qu’il pratique ce grand black. Il trouve que j’aurais pu trouver pire. Quand je lui dis le trouver peu enthousiaste, il me répond que c’est la monogamie qui le trouble un peu.
Je lui dis que de ce coté là il sera totalement libre de baiser ailleurs. Il me dit alors que c’est d’accord et que le type est bien à niveau que ce soit financier que dimensionnel (rappel, monté 27 x 7). Il me demande quel est le deal pour moi (c’est gentil d’y penser). Je lui dis une rente mensuelle du montant de 10 passes. Il siffle en me disant que c’était plutôt le commerce que j’aurais du faire au lieu du jardinage. 

Il me reproche juste de ne pas lui avoir expliqué dès le début, il a un peu paniqué, et eu peur que je le laisse tomber comme une vielle chaussette.
Je le prends dans mes bras et le serre très fort. Je le rassure et lui dit qu’il fait partie de ma « famille » à moi. Que si le plan que je lui ai organisé ne lui convient pas, il faudra qu’il me le dise et on envisagera autre chose. Il sait que je lui dois beaucoup (et pas que financièrement), je le laisserai pas tomber.

Il me demande si il pourra passer nous voir quand même, je le rassure et lui dis que cette transaction est soumise à son acceptation et le temps qu’il estimera devoir ou vouloir le faire.

Nous entrons dans la propriété. Le mec est sur le perron de l’entrée à nous attendre.

Il nous accueil avec effusions et couve Jean d’un regard lubrique. Nous discutons des derniers détails. Jean insiste sur le fait d’être libre. Le mec accepte et Jean lui dit alors que ce que j’ai négocié peut se faire.

Tout mois commencé étant dû,  il me donne mon chèque et pour la dernière fois je les accompagne dans sa chambre.

Jean se met à poil rapidement et attaque les fringues de son client. Il bande dur malgré la taille du monstre. Jean  se met au travail. Il pompe, pompe et pompe encore. Le black lui tient la tête et sodomise sa gorge au plus loin qu’il peut (c'est-à-dire pas entièrement pour son malheur. Jean crache régulièrement quand le gland sort pour lubrifier.

Son nouveau boss se penche et lui prépare la rondelle avec ses doigts. Avec ses 7cm de diamètre, il prend bien le temps de dilater le cul de Jean. J’ai confiance, dans le gang bang, c’était le seul à faire attention à Jean et à le prendre avec précautions. Les autres brutes n’étant venus que pour prouver leur coté dominant !

Je les laisse achever leur rencontre seul et attend Jean au salon.
J’explore la bibliothèque. Quelques ouvrages peu communs, épreuves d’écrivains, illustrations originales… cet homme a du goût (la preuve il s’est entiché de Jean !).

Quand ils réapparaissent, notre hôte a l’air content et Jean ravi.

Je le questionne pendant le trajet de retour. Il me dit qu’ils ont un peu discuté après la baise et ont trouvé, ensemble, un accord sur le long terme. Il ne veut pour l’instant rien me dire de plus, j’attendrai !!

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.