Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 104

Vendredi fin d’après-midi.

Samir arrive avec Jimmy, Ammed de son coté.

Je leur fais visiter l’appart modifié et précise aux trois que j’ai pris soin de l’insonorisation (ce qui les fait rire). Nous testons. Les gémissements simulés ne passent pas entre les deux pièces. Jimmy me dit que c’est dommage, il aurait bien aimé les entendre baiser ensemble. J’en profite pour le prévenir que de temps en temps il aura un compagnon de jeux. Ça l’intrigue.

Samir et Ammed commencent l’entretien de la maison et je discute avec Jimmy le temps que la salle de muscu soit faite. Je lui demande s’il est toujours partant pour que je m’occupe de lui. Il me répond positivement. Je lui explique que je lui ai trouvé un travail à mi-temps. Il me regarde craintif, je lui explique le taf et que je l’introduirai auprès de mon patron, ça le rassure. Je lui dis aussi que l’autre mi-temps sera consacré à la baise avec des amis qui cherche un ptit mec comme lui. Je fais miroiter sous ses yeux l’aspect financier de la chose lui annonçant un revenu total mensuel (j’ai décidé de lui laisser 50% des passes) auquel il n’avait jamais pensé hors le trafic de shit. Ce sera presque de l’argent de poche, puisque de mon coté je prends en charge toute la logistique (fringues, protection, poppers…).
Il essaye de me tirer les vers du nez concernant son futur compagnon de jeux.

Je ne cède rien malgré ses caresses, pipes et autres excitations sexuelles. Je fini par ne plus tenir et je le redresse alors qu’à genoux entre mes cuisses, il me pompe avec ardeur, pour le faire asseoir sur mes « genoux ». Bien sûr ma bite en a profité pour perforer son anus et l’arrimer à moi.
Nous sommes face à face et il en profite pour m’embrasser. Après m’avoir picoré les lèvres, il glisse sa langue entre mes dents et je lui prends la tête pour appuyer notre pelle. J’aime ses lèvres pulpeuses aussi bien collées aux miennes que quand elles s’arrondissent autour de ma verge.

Bien que fixés par nos bouches, il ne cesse de monter et descendre faisant coulisser ma queue dans son anus.
Avec lui tout paraît si naturel et évident que je vais lui confier Charles-Edouard (le ptit bourge). Il y gagnera en aisance.

Il m’excite bien et je fini par lui jouir dedans mes mains appuyant sur ses épaules pour le planter profondément. Quand il sent que le je remplis, il s’autorise à juter. Passage aux douches et nous montons attendre Marc au salon.
Nous matons quelques dessins animés japonais.

Quand Marc arrive, je vais l’accueillir. Il a croisé Samir et Ammed qui partaient au donjon.
Nous nous roulons un patin et je lui dis que Jimmy est là. Nous poussons jusqu’au salon et nous trouvons notre jeune ami à poil, à genoux sur la table basse, la tête posée sur la pierre et ses bras autour. En fait « un cul », et très bandant ce cul !

Je passe ma main sur le jeans de Marc, il bande ferme. Moi aussi d’ailleurs.  Je m’installe en bout de table, relève la tête de Jimmy et lui dis  de me sucer. Marc de son coté vire ses fringues rapidement et après avoir juste craché sur la rondelle offerte, l’a pénétrée. Arrivé au fond, un petit coup de rein pour être bien sûr, propulse ma bite au fond de la gorge de Jimmy.
Je n’ai pas à bouger, les va et vient de Marc engendrent le mouvement de pipe. C’est trop bon. Je demande à Marc si ça va, il me répond qu’il s’est ouvert comme une fleur mais qu’il sent bien et l’anneau et le boyau.
Je suce deux de mes doigts (majeur et indexe) et viens les faire coulisser au coté du sexe de Marc. Ça marche, Jimmy accepte la dilatation supplémentaire. Quand je les retire, son anus se referme et serre de nouveau la hampe de Marc.

Entre le spectacle et les stimulations buccales sur mon gland, je ne tiens plus et jute dans la bouche de Jimmy qui avale consciencieusement. Marc me suit de près et dose son cul.

Il nous remercie pour cet accueil. Nous nous embrassons passionnément sous les yeux de Jimmy.

Nous le confions à Samir quand il vient nous prévenir qu’ils ont fini pour aujourd’hui.
Je leur précise juste que si ils font quelque chose avec Jimmy c’est kpote obligatoire, la baise sans nous étant réservée à Marc et moi.

Le samedi après mon cours au père de Jean (et son niquage), je continue avec Jimmy dès mon retour. Assouplissement exclusivement, le fond est là, naturellement il arrive à prendre des positions extrêmes, mais je souhaite qu’il arrive au grand écart facial (il ne lui manque pas grand-chose) et qu’il approfondisse ses auto-fellations.
 Nous y passons une bonne heure et demie mais il progresse et le grand écart sera à sa portée rapidement.

Marc nous rejoint en nous annonçant qu’Eric viendra ce soir après ses cours nous aider à formater Jimmy.
Nous passons une partie de l’après midi dans l’eau. Ça va entretenir la résistance de Jimmy sans le muscler outre mesure.

Quand j’entends la moto d’Eric, j’envoie Jimmy le recevoir et le suit pour voir comment il s’y prend (il ne porte sur lui qu’un des maillots de bain que je lui ai acheté).

Il lui ouvre la porte. Eric surpris se laisse faire. Après lui avoir pris le casque des mains et l’avoir posé sur la console de l’entrée, il dézippe la combi en cuir jusqu’en bas laissant surgir le paquet d’Eric encore contenu par le tissu du shorty.
Il s’agenouille devant et lèche la bite par-dessus cette barrière. Il l’a mouille de salive et je peux voir les mailles coller au sexe d’Eric comme une deuxième peau.  

Sans un mot, il tire l’élastique sous les couilles laissant se déployer la batte de base- ball black. Il commence par jouer avec le gland, léchant sa surface, le râpant de sa langue, glissant cette dernière sous la couronne, buttant sur le frein.
Ça marche comme cela jusqu’à ce qu’Eric trop sensibilisé, lui enfonce sa bite d’un coup. Après un court moment d’appréhension (de ma part), je vois Jimmy accepter sans chichi l’envahissement violent de sa gorge.
Eric lui ramone deux trois fois ses amygdales, sort totalement de la bouche vorace qui l’excite et remballe le matériel (avec difficulté il le place vers sa hanche gauche).
Je m’approche alors pour l’aider à retirer sa combi.
Il me dit que le « petit » a bien progressé et que je vais pouvoir rapidement l’utiliser.
Je suis d’accord avec lui.

Nous entrons tous les trois au salon ou Marc à préparer l’apéro. Quand il voit la barre horizontale dans le shorty d’Eric, il lui demande si ça va.
Réponse : difficile d’aller mieux.
Eric se cale dans un canapé et Jimmy reprend les choses là ou ils les avaient laissées. A genoux entre les cuisses d’Eric, il se remet à le sucer.
Marc sert un whisky à Eric et en lui passant le verre appui sur la tête de Jimmy pour voir si il était bien planté à fond. Il revient s’assoir à mes cotés. Ses jeans sont bien déformés et sa main sur ma nuque, après m’avoir rouler un patin, il pousse ma tête vers vers ses cuisses.
Ma bouche s’crase sur la toile tendue. Je lui défais ceinture et boutons pour accéder au trésor caché.
Excité par les « slurp, slurp » venant d’à coté, je tire l’élastique pour laisser la place à la bête de se déployer. Miamm je l’adore et je me jette dessus. Marc n’a plus besoin de me guider. Je lèche, suce, pompe. Elle est trop bonne sa queue. Il me l’enfonce bien dans ma gorge et je dégluti à coups rapide pour lui masser le gland, je sais qu’il adore ça.

Eric me demande s’il peut l’enculer. Je lui bien sûr sous Kpote. Il le pose, l dos sur la pierre froide de la table basse et protégé, graissé, il s’enfile en lui. Je regarde bien le visage de Jimmy. Ce dernier ne laisse paraitre que plaisir, aucunes crispations involontaires dues à la pénétration d’un tel sexe dans son cul. Un phénomène mon ptit beur !
Je m’approche et lui donne ma bite à sucer. Sans problème il me la bouffe jusqu’à l’os. Je me penche pour dégager mon cul et Marc vient s’y planter. Trop bon !!

Nous baisons jusqu’à ce qu’Eric sorte en urgence du cul de Jimmy, dkpote et arrose ce dernier de sperme. La pression était telle que j’en ai reçu sur mes propres abdos.
Entre les stimulations buccales et le ramonage de mon cul par mon mec, à mon tour j’ai juté, direct dans l’estomac de Jimmy. Les spasmes de mon anus ont eu raison de Marc et je l’ai senti me doser4 ou 5 fois.

Au retour des douches, nous avons trouvé le dîner prêt, Ammed au service. Quand Marc a fait la remarque à Samir que ce n’était pas dans le deal, ils ont répondus en cœur que c’était pour leur plaisir.

Pour la soirée, nous allons au donjon. Après que nous l’ayons tous enculé l’un après l’autre en taille croissante (moi, Marc puis Eric), je l’ai fait chevaucher notre selle spéciale agrémenté de notre plus gros gode (le 28 x 7).
Debout sur les étriers, la rondelle et le gode couvert de graisse, il s’est assis dessus à mon commandement. Tous les trois autour nous n’avions d’yeux que pour sa rondelle martyrisée. En fait nous l’avons vue se déplisser et s’ouvrir pour avaler le monstre jusqu’à ce que ses fesses se posent sur le cuir.
Superbe spectacle. Eric me dit qu’il était prêt pour mes clients, vu la facilité avec laquelle il s’était enfoncé ce monstre dans le cul. Marc et convint et j’ai acquiescé.

Nous l’avons laissé faire quelques va et vient avant qu’Eric le soulève et les jambes un peu écartées, l’enfile sur sa propre bite. Automatiquement les jambes de Jimmy sont venues ceinturer la taille de son enculeur. Vu le faible poids de Jimmy et la force d’Eric, ils gardent la position quelques instants.

Quand Eric se couche sur un tatami, Jimmy place ces genoux de part et d’autre de la taille d’Eric  pour continuer  à se faire enculer.
Je m’approche et glisse deux doigts le long de la bite d’Eric, ça rentre. Je m’agenouille et pose mon gland sous la couronne de celui d’Eric lors d’un « va » et profite du « vient » pour pénétrer Jimmy. Son anus s’ouvre sous notre poussée commune et il nous accepte tous les deux.
L’anneau serre bien l’ensemble de nos deux bites. µJimmy souffle un peu mais reste tout sourire. Je lui demande s’il a mal, il me répond que c’est juste étrange comme sensation. Mes frottements contre la bite d’Eric, le fait exploser dans sa kpote.
Je bascule en arrière entrainant avec moi Jimmy pour dégager et déculer Eric.

Marc prend place et nous reprenons nos positions. Marc dos sur le tatami, Jimmy à cheval planté sur les 22cm de bite et moi derrière à ajouter mes 20cm dans son cul.

Nous le laissons gérer. De lui-même il se lime sur nos bites réunies. Marc lui fait sucer deux doigts, il fait cela façon très salope ! Nous ne tenons bientôt plus et Marc et moi lui larguons nos réserves de foutre dans le boyau.

Je m’écroule sur son dos et Marc porte tout le poids. Naturellement nous sortons de son intimité. Son anus suit notre « débandade » et se referme juste nos glands sortis.

Douches, puis je le conduis à sa nouvelle chambre. Samir  est en train d’enculer Ammed dans le séjour. Ils s’excusent. Mais je leur dis qe c’est moi qui suis entré chez eux sans prévenir, donc y’a pas de problème et en plus ils sont très beaux à voir !
Je pousse Jimmy jusqu’à sa chambre et lui dis de laisser son tonton tranquille. En repassant dans le salon, je ne peux m’en pécher de caresser le dos de Samir  qui commence à se couvrir de sueur. Il tourne la tête vers moi et me propose de rester avec eux quelques instants.
Je lui fais un bisou sur les lèvres, le remercie mais ne m’attarde pas.

Quand je rejoins Marc, je lui raconte. Il me demande pourquoi je ne suis pas resté. Je lui dis que pour aujourd’hui les autres ça suffisait, je voulais juste rester collé à lui toute la nuit !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.