Best Of Cyrillo

Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 161

Élargissement du cercle des baiseurs de Théo

 

le WE qui a suivi le gang bang, j’ai invité Ed et Théo à la maison. Officiellement, ils étaient chez un ami d’Ed qui les couvrait au cas, fort improbable, où leurs parents chercheraient à les joindre par un autre moyen que leurs téléphones portables.

 Vu l’impatience de Théo, je suis allé les chercher dès le vendredi soir. Dès que j’eu garé la 300C devant le portail de leur maison, ils ont sautés dedans. Ed relégué aux places arrières par un Théo hyper excité. C’est la première fois qu’il sort de chez lui pour un plan baise avec des inconnus, ceci explique cela.

J’ai un mal de chien à le faire tenir tranquille à mes cotés. Dès son entrée dans la voiture et la ceinture mise, il s’est penché vers moi pour tâter ma bite. Nous étions encore en ville et n’importe quel passant pouvait nous voir. Ed, derrière lui, a tiré sèchement sur la ceinture de sécurité pour le bloquer à son siège. Cela l’a retenu juste le temps du périphérique. Arrivé sur le bout d’autoroute que nous devions emprunter, il a relâché la pression et Théo a basculé sur moi, la tête entre mes cuisses.
Le plus dur pour lui a été de déboutonner mon jeans. Poussés par ma queue bandante et avec sa position, les quelques boutons lui ont donné quelques difficultés.
Mais l’opiniâtreté paye et quelques instants plus tard, ma bite se dressait fièrement devant le volant. Elle n’est pas restée longtemps sans couverture puisqu’aussitôt sa bouche est venue la chapeauter. Vive le régulateur de vitesse ! j’ai pu profiter sans risquer de brusques accélérations d’un pipe rendue encore plus excitante par la situation.
Durant le trajet, j’ai eu droit à quelques appels de phares de camionneurs ayant repéré le petit manège qui se passait dans la voiture. Ed était un peu frustré de ne pouvoir se joindre à nous.

J’ai quand même réussit à me retenir jusqu’à la maison (pour les techniciens, le passage du péage aux bornes CB évite tout risque de choquer les agents de l’autoroute).

Nous arrivons à la maison avant Marc. La réception par Samir et Ammed en shorty cuir fait halluciner le petit Théo.
Nous faisons le tour de la maison. Théo n’en fini plus d’écarquiller les yeux. L’écran géant de TV du salon, la piscine qui fume de l’autre coté de la baie vitrée et surtout la salle de sport au sous sol le font kiffer un maximum.
Avec Ed, nous profitons d’être au sous sol pour nous préparer à la soirée. Théo nous imite et nous nous retrouvons tous les trois sous les douches communes. A quatre mains, nous lavons Théo qui se tortille car sensible aux chatouilles.

Quand nous passons aux flexibles munis de tubes à lavement, Théo est surpris, il n’avait pas encore vu cela dans les films de boule qu’il avait téléchargé.
Je lui explique comment cela marche et de lui même se penche en avant pour me faciliter le taf. J’y vais lentement avec une eau tiède. Quelques secondes suffisent à le « remplir ». Il court vite aux WC se vider puis revient recommencer. A la 4ème fois il nous annonce tout fier que c’était ressorti tout propre. J’enchaine avec Ed. En trois fois il est propre. Puis je m’auto traite. 
Passage à la case traitement des poils. Ed passe en premier et rafraîchi son aspect. Moi je l’ai fait le matin même, il ne reste plus que Théo. Sans être imberbe, il n’a encore que peu de pilosité et seules ses aisselles et sa bite sont à travailler.
Sous les bras ce sera rien, pour la queue j’hésite puis me décide à tout raser sauf deux carrés d’environ 1cm de coté taillés courts au dessus de sa bite à droite et à gauche. Cela évitera de le croire impubère (le risque si, avec son physique juvénile, ils était complètement rasé).

Il se regarde dans les grandes glaces de la salle de muscu, tourne sur lui même et se trouve « so cute » (trop mignon) comme le dit sa mère (les rares fois où ils se croisent). Puis vient la réaction : merde ! qu’ est ce qu’ils vont dire les copains au sport.
Là c’est à Ed de jouer. Il lui donne les réponses à envoyer dans les dents des petits camarades pour faire cesser les remarques. Cela va du « moi, je préfère comme cela » à un « tu serais pas un peu Pd à me mater comme ça ? » qui a le dont de calmer les plus virulents.

Je tends à Ed un Jock strap et en choisi un parmi ceux que j’avais acheté pour Jimmy, taille S. Pour la ceinture élastique ça va, par contre pour y ranger tout son « matériel » c’est juste. La poche a beau être élastique, en S elle est quand même sacrément petite !

Nous remontons au salon attendre Marc. Samir nous accueille avec une proposition de rafraichissements qui nous fera attendre l’apéro. Il avise le problème de Théo et me propose de mâtiner les élastiques d’un jock de taille S avec la poche d’un de taille M.
Pour vérifier nous faisons essayer un Jock de cette taille à Théo qui finalement est mieux dans une poche taille L.
Samir part avec les deux pièces sélectionnées et nous dit qu’il n’en a que pour quelques minutes.

C’est le cas et Théo se trouve avec un sous vêtement à ses tailles. Je demande à Samir depuis quand il faisait couturière. Réponse depuis qu’il avait acheté une machine pour modifier les fringues d’Ammed à ses besoins particuliers et certains de Jimmy à la demande de mes clients.

Nous avons le temps d’approfondir avant que Marc ne rentre. Il appel Jimmy qui nous arrive revêtu d’un jeans modifié et de plusieurs autres dans les bras.

Le premier est simplement avec une ouverture dans la couture du cul maintenue par un velcro quasi invisible. Jimmy me dit que depuis qu’il l’a, un de nos client ne le prend plus que par là, sans le faire déshabiller plus que le haut. Il se change et un autre jeans laisse apparaître la même opération d’ouverture mais avec trois pattes à boutons pour la maintenir fermée.
Le troisième jeans est lui transformé en chaps, comme c’était à partir d’un sling, le résultat était bien moulant et par dessus le jock qu’il portait cela rendait très sexe.

Jimmy en plus de faire le mannequin était très intrigué par Théo sinon un peu jaloux.  Il s’est arrangé pour rester en notre compagnie jusqu’à ce que Marc rentre.

Théo s’est étonné quelques instants de la complicité entre son frère et Jimmy, jusqu’à ce qu’Ed lui en dise un peu plus sur ses après midi et leurs travail commun.

Quand Marc est arrivé, il a trouvé 4 jeunes mecs prêts à le satisfaire. Après que je lui ai roulé un super patin d’accueil, je lui ai présenté le petit nouveau. Ce dernier un peu gauche, les joues rouges et beaucoup moins fier que tout à l’heure, s’est présenté debout, les mains dans le dos, la tête dirigée vers le bas.
Marc lui a pris le menton pour lui faire lever les yeux et croiser son regard. Les yeux dans les yeux, il lui a demandé si c’était bien ce qu’il voulait. Hochement positif de la tête, Marc nous demande alors (aux autres) de le déshabiller. Une fois nu devant Théo qui n’avait pas bougé d’un poil, il poussa légèrement sur ses épaules.
Il a compris tout de suite ce que Marc voulait et s’est agenouillé. Quand la queue de Marc en cours d’érection a atteint le bon niveau, Théo l’a prise en bouche et avalée jusqu’aux couilles. Surprise pour Marc que je n’avais pas tenu au courant des progrès de mon dernier protégé.
En quelques secondes sa queue avait atteint sa taille maxi et vaillamment Théo continuait à la prendre entière dans sa bouche.
Marc me félicita de mon talent de professeur. Il appréciait sans vergogne la douceur et l’étroitesse de la gorge de Théo.
Jimmy et Ed chauds aussi s’étaient attaqués à mon Jock distendu et à deux me léchaient, suçaient la bite.

Connaissant mon homme, je savais que tôt ou tard il enculerait Théo. Je détachais Jimmy de moi avec mission de lui préparer l’anus.
Il s’est couché sur le dos et j’ai demandé à Théo de s’asseoir sur son visage. Sans qu’il ne cesse sa pipe, il se faisait maintenant manger l’oignon histoire de bien l’attendrir.

De mon coté j’avais entamé un 69 avec Ed, lui me suçant la bite et moi lui préparant le cul.
Quand Jimmy a répondu oui à la demande de Marc concernant la préparation du petit trou de Théo, lui et moi sommes passés aux choses sérieuses : l’enculage !

Nous avons mis cote à cote les deux frères, dos sur le canapé. Leurs jambes relevés sur nos épaules (moi kpoté et Marc non) nous avons plié les genoux pour poser nos gland sur les anus respectifs en attente.

J’ai demandé à Jimmy de graisser les ensembles (bite et cul) et de popperiser Théo lors de la première entrée de Marc.

En même temps nous avons pénétré les deux frères. Ed, curieux, regardait les réactions de son frère qui lui cherchait dans mes yeux ma satisfaction.

Sans un cri, il s’est pris les 22x6 de Marc comme un grand et je l’ai entendu soupirer un « quel cul ! ».
Tendrement les deux frères se sont tenus la main alors que nous les besognions sérieusement.
Est-ce la situation insolite ?, l’excitation du moment ?, ou l’effet de nos queues frappant régulièrement leurs prostates, toujours est ils qu’ils bandaient comme des fous distendant les poches de leurs jocks jusqu’à juter dedans sans se toucher.
J’accélérais alors mes mouvements pour juter à mon tour rapidement.
Marc plus exigent et plus endurant, a attendu planté au fond du trpu de Théo que ce dernier expulse ses dernier millilitres de sperme avant de recommencer les va et vient.
C’était un grande première pour Théo que je n’avais jamais encore repris immédiatement après la jouissance. Il a mis d’ailleurs quelques minutes avant de s’y faire (la nouvelle couche de gel posée par Jimmy et le nouveau sniffage de poppers l’y aidant fortement).
Nous avons alors regardé Marc faire. Après l’avoir planté profond sur son pieu, il s’est redressé, le tenant dans ses bras. Instinctivement Théo a croisé ses jambes autour de la taille de Marc, aidant à la stabilité de l’ensemble en déplacement.
Marc s’est alors assis sur le bord du canapé et a demandé à Théo de le chevaucher.
De nouveau très chaud, Théo a entamé un grand prix d’Amérique sur Marc. Jusqu’à ce que ce dernier le fixe planté à fond sur sa queue et de plusieurs coups de rein explicites de ses éjaculations arrive à le soulever et à rentrer encore plus en lui. Théo s’est de nouveau répandu et cette fois ci son sperme est venu s’étaler sur les abdos de mon mec juste avant que lui même se plaque sur son torse, un sourire de contentement sur ses lèvres.
Jimmy explose entre les mains d’Ed qui ne pouvait le laisser sans jouir lui aussi.

J’aide Théo à se redresser et se déplanter de Marc. il s’accroche dans mes bras et me roule un patin tout mouillé de ses larmes. Quand je l’interroge, il me dit que c’est de plaisir et je le crois.

Tout le monde direction les douches du sous sol, puis retour au rez de chaussée pour le dîner.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.