Page précédente

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission / Domination 9

Le reste de la semaine nous permis à Marc et moi même de bien habituer Ric à vivre quasiment à poil, à obéir à nos ordres et à prendre à toutes heures et sous toutes formes nos bites en lui.
Le samedi, nous avions à disposition un superbe jeune homme lisse sous toutes ses faces (physique et mentale).
Pour le week end, Marc avait prévu de monter d’un cran en appelant Eric. (vu ma description de l’organe du père, il fallait commencer à élargir sérieusement les entrées du fiston).

Quand il arriva dans la cour, nous avons ordonné à Ric vêtu juste d’un jock et pluggé, d‘aller ouvrir. Il obéit , ce fut une surprise pour Eric que nous n’avions pas prévenu de la chose. Du salon nous avons entendu son sifflement admiratif.

Quand il entra dans la pièce, nous nous sommes embrassés, en même temps, je lui tâtais le paquet et lui faisait remarquer qu’il bandait déjà. A peine assis dans les fauteuils alors que je restais debout à servir l’apéro, Marc ordonna à Ric de s’occuper de son nouvel « ami ».
Ce dernier s’agenouilla entre les jambes bien écartées d’Eric et avec difficulté ouvrit le pantalon en cuir et baissa la braguette. Comme souvent il ne portait rien dessous et son membre put se déployer généreusement. La première fois que l’on voit ce spectacle, c’est impressionnant. Ce fut le cas pour Ric qui resta quelques instants immobile.
Marc le rappela à l’ordre et il se pencha pour commencer sa pipe. C’était très excitant de voir ses lèvres se distendre sous la poussée de la verge d’Eric. Il peinait un peu malgré la semaine que nous lui avions fait passer.

Eric avait fini de déployer ses 26 cm. Comme il commençait à buter sur le fond de la bouche, je prenais Ric par les épaules et poussant d’un coup sec fit passer le gland de l’autre coté. Ric d’un renvois expulsa l’intrus. M’attendant à cette réaction, je lui attrapais la tête et la replongea en avant. De nouveau le gland prit possession de son avant gorge. Malgré les larmes dues à l’effort qui lui coulaient sur les joues, je continuais jusqu'à ce que cesse ses contractions.
Mais la position agenouillée ne permettait pas d’envisager une plus profonde exploration et bien des centimètres restaient dehors.

Je relevais Ric et le poussant jusqu’à la table de salle à manger je lui ordonnais de s’y coucher sur le dos. Après lui avoir placé ses épaules au bord du plateau, je tirais sa tête vers le bas afin de bien aligner la bouche avec la gorge. Eric et Marc nous ont alors rejoints.
Eric a replongé son gland dans la bouche de Ric et alors que je murmurais des encouragements à l’oreille de Ric, il continua sa progression, fit passer le gland de l’autre coté de la glotte et poussant encore élargi la gorge. Je voyais la pomme d’Adam se soulever sous la pression interne. Il se retira rapidement et revint à la charge jusqu'à ce que ses couilles bouchent le nez de son pompeur.

Malgré ou plutôt à cause de la contrainte, Ric bandait comme un âne dans son jock. Eric nous demanda comment nous lui avions préparé le cul. Marc lui confirma que comme notre ami, prenait son pieds soumis à un léger sadisme, nous n’avions encore rien tenté de plus gros que nos propres bites (soit quand même pour Marc un 22 x 6/ 6,5 à la base).

Eric fut enchanté de la nouvelle. Il nous demanda de descendre à la salle de muscu car il voulait farcir ce petit cul sur le sling.
Nous nous y transportâmes tous les quatre. Pendant que Marc et Eric l’attachaient dessus, son regard implorant me fit pencher l’oreille au dessus de ses lèvres. Tout bas, il me dit avoir peur de se faire déchirer car il avait bien testé en bouche la différence d’avec ce qui l’avait entraîné toute la semaine !

Je le rassurais en lui disant que moi aussi j’avais eu le bonheur de me faire prendre par ses 26cm et que je lui apporterais un plus lors de l’intromission.
Lorsqu’il fut bien immobilisé les bras et jambes en extensions sur les suspensions, Marc graissa ses doigts et entrepris quand même une lubrification du conduit, arrivant à entrer une bonne dose de gel.
Alors qu’Eric enfilait une Kpote, j’attrapais le flacon de poppers, prêt à le déboucher sous le nez de Ric.

La vue du gros gland violacé posé au bord du trou rose avait quelque chose d’obscène !
Rapidement je faisais sniffer à notre proie le poppers. Nous avons vu la chaleur envahir la tête de Ric et à ce moment là, un coup de rein puissant permis à Eric de pénétrer jusqu’à la garde.
Cette intrusion fit apparaître des larmes aux yeux de Ric mais son sourire nous en disait long sur le plaisir qu’il venait d’en tirer. D’ailleurs, il n’avait pas débandé d’un millimètre !
Je lui remis vite fait une nouvelle dose avant qu’Eric se retire.
Nous avons pu admirer le trou béant laissé par l’empreinte du Pieu !
Je vidais un demi tube de lubrifiant dedans et Eric reparti à l’assaut. J’en atténuais la dureté en roulant une pelle bien baveuse à l’enculé. Obligé de lui tenir la tête, nous étions ballottés par les secousses de l’enculage.

Ma langue et mes lèvres bloquaient les petits cris que Ric poussait à chaque fois que son enculeur butait ses couilles contre son anneau.
Soudain le mouvement s’accéléra et connaissant mon Eric ça voulait dire qu’il n’y en avait plus pour longtemps.
Sans quitter la bouche de Ric, je tendis les bras pour attraper ses tétons et d’une torsion lui arracher sa jouissance.

Il s’en mis plein les abdos et j’en reçu sur le visage. Les spasmes de son anneau avaient vaincu notre ami black et Marc dirigeant sa bite vers nos têtes lâcha son propre foutre.
M’étant décollé de Ric, nous avons attrapé au vol ce que nous avons pu et avons récupéré le reste en nous léchant mutuellement nos visages.
Au sortir de la bite d’Eric, nous avons pu admirer la dose retenue dans la Kpote.
Après un instant de récupération, je plaçais le plug au « goulot » ultra fin et indiqua les exercices à pratiquer dessus au nouveau baptisé au 26cm avant de le détacher.

Une bonne douche plus tard, un bon dîner ayant restauré nos forces , Eric demanda à Marc, qui le lui accorda immédiatement, de lui laisser Ric pour la nuit.

Le dimanche matin il était déjà 10h quand j’allais extirper Ric du lit et des bras d’Eric, laissant ce dernier finir sa nuit. Nous sommes descendus à la salle de muscu pour faire quelques séries d’exercices puis nous sommes remontés à la piscine aligner les longueurs. C’est là que nos deux hommes nous ont trouvé, nos muscles gonflés par le travail. Au sortir de l’eau, je me glissais dans les bras de Marc qui me tendait un drap de bain pendant que Ric se faisait bouchonner par Eric.
Brunch puis sieste bronzante.

Au réveil, toutes les bites étaient raides (probablement de rêves cochons !). D’un geste j’intimais l’ordre à Ric de commencer à sucer nos aînés. Sur un ordre de Marc j’allais chercher gels, graisse et Kpote.

Après qu’Eric eu défoncé une nouvelle fois notre ami en levrette sur les matelas de piscine devant nous, Marc a voulu profiter de l’élargissement temporaire pour tenter une double sodomie, lui et moi.
Nous nous sommes assis l’un en face de l’autre, collés par nos périnées, les queues raides l’une à coté de l’autre.
Eric a alors soulevé Ric, lui a fait nous enjamber et lui a dit de s’asseoir. Seul Marc coté pile à pu voir nos glands buter contre l’anneau et commencer à disparaître à l’intérieur . moi je ne voyait que la bite méga bandée de notre enculé.
Eric pesait sur les épaules de Ric pendant que je le laissait respirer le précieux auxiliaire de pénétration qu’est le poppers.
Une dernière pression et il avait nos deux bites entièrement dans le cul. Je dis alors a Ric de prendre appuis sur les épaules et plaçant mes mains avec celles de Marc sous ses fesses, il a commencé ses mouvements d’ascenseur. Je voyais son visage réagir à chaque assise profonde. C’était vraiment trop bon, de sentir ma queue plaquée et serré contre celle de Marc, c’était mon gland qui buttait sur la prostate de Ric lui arrachant à chaque passage un gémissement.

Malgré notre bonne condition physique, cette position était assez fatigante ! je basculais sur le dos entraînant Ric dans mes bras pendant que Marc, à genoux entre nos cuisses prenait à sa charge les va et vient.
Là, ce fut les passages du gland de Marc au dessus du mien (bien calé au fond), qui maintenait notre excitation.
J’attirais la tête de Ric vers la mienne pour lui rouler un patin, sa bite se trouvais coincée entre nos abdos, son gland lové dans mon nombril.
La force des pénétrations de Marc déclencha l’éjaculation de Ric et par effets de contraction d’anus les deux nôtres.

J’ai gardé Ric dans mes bras alors que Marc basculait sur le coté, nous rejoignant au sol. Il félicita Ric pour sa performance et lui assura qu’il était devenu un bon vide couille.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.