Page précédente

Épisode 1 ici

Épisode 2 ici

Épisode 3 ici

Épisode 4 ici

Les ordres de mon maître :

Prêté par mon maître :

Normalement les ordres de mon maître me viennent par mail, mais ce jour là c’est un courrier ce que je reçu avec un billet de train AR, en voici le contenu :

Putain,
Ci-joint un billet de train et l’adresse d’un pote auquel tu dois te rendre demain, comme une salope et chienne tu te présenteras chez lui complètement raser, a poil, à genoux et mains sur la tête devant sa porte.
Tu as pour mission d’être son chien et sa pute durant tout le W.E. respecte le et obéi a ses ordres comme si c’était les miens, sous peine de sanctions sévères.

 

 

Comme ordonné, le lendemain je m’épile et me fais un long lavement, m’habille légèrement, (pantalon de survêt, tee shirt, basket et bien sur sans slip ni chaussettes) prend un sac a dos et vais prendre mon train.

Il est 22h lorsque je sonne à l’interphone.

- allo ?
- bonsoir maître
- 4eme étages droite

Sans rien ajouter, la porte s’ouvre, j’entre et dans le hall et tout en regardant de chaque coté pour voir si il n’y avait personne je commence a me déshabiller, j’enfourne toutes mes fringues ainsi que mes baskets dans mon sac a dos et monte, je sonne a la porte et m’agenouille mains sur la tête.

La porte s’ouvre, le mec me dit de rentrer. (En bon chien dressé je rentre à 4 pattes et me place à ses pieds.) Et referme la porte derrière moi.
Là il m’ordonne de le déchausser, de lui renifler les pieds et de les lui lécher, ce que je fis sans plus attendre.
Une fois ses pieds bien nettoyés il s’est assis sur son canapé, me tendit un verre et m’ordonna de me branler en jouissant dedans. J’ai commencé par me caresser la queue pour me faire bander mais une gifle me parvint brusquement.
- je t’ai demandé de jouir dans ce verre, pas de te caresser !

Alors je pris ma bite dans ma main et me suis branlé jusqu'à juter dans le verre.
Puis il m’a ordonné de lui présenter mon cul, il fit entrer mon sperme dans mon trou en me doigtant et essaya de m’introduire un plug. Sentant une résistance il me flanqua une grosse claque sur le cul et me dit :
- ouvre ta chatte salope

J’écartais donc mes fesses avec mes mains et pu sentir le plug rentrer dans mon fion.
Une fois le plug bien ancré dans mon cul il me menotta les mains derrière le dos, m’accrocha un collier autour du coup et y attacha une laisse.
Il descendit son pantalon et m’introduisit sa pine dans ma bouche.

- allez maintenant suce moi salope, et comme il faut…
J’obéis et il me laboura la gueule jusqu'à m’éjaculer au fond de la gorge, ne pouvant faire autrement (ses mains me tenant la tête) je du avaler sa semence. Il se retira de ma bouche, me laissa a genoux, s’ouvrit une bière s’alluma une clope tout en se rasseyant dans son canapé et me questionna :
- alors comme ça t’es une salope ?
- oui monsieur
- que t’as dis mon pote ?
- que je dois vous obéir monsieur
- tu es son esclave ?
- oui monsieur
- ok alors décrit toi en tant que salope
- mon maître m’a dressé à être une pute, une salope et une chienne, et, en tant que tel je dois obéir comme un esclave et servir de vide couilles sans me plaindre.
- Qu’est-ce qu’un vide couille selon toi ?
- C’est d’ouvrir ma bouche et donner mon cul a n’importe qui sur ordres de mon maître sans broncher.
- Très bien, lève toi et écarte les jambes.

Il se leva alla chercher un parachute qu’il fixa a mes couilles en y accrochant un poids, il se rhabilla pris la laisse et me dirigea vers la porte. Nous sommes sortis et descendu jusqu'à sa cave. Arriver a l’intérieure il détachât mes menottes de derrière le dos, me fit allonger sur le dos, m’attachât les mains au mur au dessus de la tête, me fixa des bracelets aux chevilles et une barre d’écartement qu’il relia au menottes, exposant ainsi mon cul bien en vue. Sortant juste sa bite de son pantalon il se plaça vers moi et me la présenta devant la bouche.
- allez suce moi salope

Je me suis appliqué à le refaire bander et lorsque sa bite devint dure il m’enleva mon plug pour y enfourner sa queue d’un coup sec ce qui m’arrachât un cri de douleur.
- ferme ta gueule sale putain, sache que la nuit va être longue pour toi.
Il me laboura pendant un moment le fion avant d’y cracher sa purée. Il se retira et avant que son foutre ne dégouline de mon cul il me réintroduisit le plug, il se rhabilla, me banda les yeux d’un foulard et partis en refermant la cave me laissant ainsi.

N’ayant plus la notion du temps je ne sais pas combien de temps je suis resté dans cette position avant d’entendre la porte s’ouvrir, j’ai entendu quelqu’un s’approcher de moi et une bite se poser sur ma bouche, déduisant que je devais la sucer, j’ouvris ma bouche et la fit bander.
Les seule parole que j’entendais c’était des « hummmm, hummmm »

Puis la bite est sortie de ma bouche comme elle était venue, j’ai sentis le plug se retirer de mon cul remplacé par cette bite mystérieuse, il me labourant ainsi jusqu'à entendre le mec jouir de plaisir dans mon cul, puis toujours sans rien dire il s’est retiré et y a replacé le plug avant de repartir comme il était venu.

Peu de temps après même scénario, j’entends la porte s’ouvrir, une bite sur ma bouche que j’ouvre pour la faire bander, le plug qui se retire faisant place a la bite que je venais de sucer, puis une main vint me tirer les cheveux et entendit :
- suce moi salope

Ils étaient donc 2 ? J’avais alors maintenant une bite dans la bouche et une autre dans le cul, et ils me labouraient fortement avant de me larguer leur foutre, l’un dans ma bouche que je du avaler et l’autre dans mon cul. Il repartir sans oublier de me remettre le plug.

Au total une quinzaibe de mecs se sont succédés à me baiser ainsi lorsque le maître des lieux vint me revoir en me disant que j’étais une bon vide couille et qu’il ferait un bon rapport a mon maître de cette soirée.

Il me libérât de cette position mais m’enchaînât au mur, mains derrière le dos, toujours yeux bandés et plug dans le cul, fixé a mes couilles pour pas qu’il ressorte et il me souhaita bonne nuit avant de refermer la porte de la cave.

Je ne sais pas combien de temps j’ai pu dormir mais toujours est-il que le maître vint me détacher le lendemain, (mais me rattachant les mains derrière le dos) et me refit monter a son appartement.

J’ai alors du préparé son petit déjeuner, et pendant qu'il le prenait, mon rôle était d’être entre ses cuisses sa bite dans la bouche et attendre ainsi, puis, au moment ou il a allumé sa clope il m’a ordonné de le sucer a fond jusqu'à ce qu’il me crache sa purée dans ma bouche que je du avaler en guise de nourriture.

J’ai passé ma journée à ses pieds comme un bon clébard, invitant 2 potes à lui pour leur servir de vides couilles avant qu’il me relâche pour reprendre mon train du retour.
A l’heure du départ il me détachât les mains, enleva le plug et m’ordonna de me rhabiller.

J’ai repris le train en serrant les fesses mais je n’ai pas pu retenir tout le foutre emmagasineé dans mon cul pendant tout le trajet, ce qui fait que j’ai souillé mon pantalon de sperme qui dégoulinait de mon cul jusque chez moi.

lope91

ericm91@voila.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.