1er Juill.
Nouvelles histoires, nouvelle galerie photo "Daddy" & plan de vacances

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Nuit de noce

Enfin ! J’ai bien cru que cette journée n’en finirait jamais. Marié ! Moi ! Quand j’y pense ça me file un putain de vertige. Il y a quelques mois je manifestais avec mes potes pour le mariage pour tous, mais surtout pour les autres. Et puis je manifestais aussi contre cette connasse de Frigitte et ses potes cathos-fachos… Si on m’avait dit que quelques mois plus tard je ferais partie du premier wagon d’heureux mariés…

            Je m’effondre dans le fauteuil de la chambre d’hôtel louée pour l’occasion. Que dis-je, la suite louée pour l’occasion. Alex, mon copain – non, mon mari – s’assoit calmement sur le lit en face de moi. Qu’il est beau dans son petit costume noir. J’ai à peine eu le temps de le regarder pendant cette journée de dingue. Entre la belle-mère, les cousins, les potes, la mairie, le photographe, le traiteur, le DJ, le repas, le champagne, la pièce-montée, les toasts et les conneries traditionnelles, j’ai l’impression qu’on s’est à peine croisés. J’en ai chié toute la journée mais je ne regrette pas. L’idée que ce petit mec là devant moi est maintenant mon mari… ça vaut bien toutes les emmerdes de cette journée. Je comprends pourquoi le mariage est censé durer toujours, personne n’a envie de se farcir tout ça deux fois.

  • Alors ? Prêt pour la nuit de noce ?

Alex me regarde avec ses grands yeux bleus de sale gosse mal élevé. Il me fait trop craquer quand il est comme ça. Il est à la fois énervant et attendrissant, comme un gosse.

  • T’es con ! Je suis mort, j’ai trop bu, trop mangé, trop supporté ta mère, je veux dormir…

Il hausse les sourcils et se relève en me souriant. Il commence à enlever sa veste puis déboutonner sa chemise. 

  • Il faut respecter les traditions, le mariage doit être consommé pendant la nuit de noce. Pense à ton devoir conjugal !

Et il se fout de moi en plus… En quelques secondes il a viré le haut, sauf la cravate noire qui pend entre ses petits pectoraux dessinés. Il enlève aussi chaussures, chaussettes et pantalon et se retrouve debout devant moi, en slip blanc et cravate noire. Qu’il est beau mon mec. Non ! Mon mari ! Ses cheveux blonds bien peignés ce matin sont maintenant tout en bordel. Il me sourit avec ce petit air espiègle qui m’a toujours fait craquer chez lui. Sa peau paraît plus claire que d’habitude par contraste avec la cravate, mais je peux voir ses petits muscles dessinés par ses séances hebdomadaires de sport. Il est toujours trois fois moins musclé que moi – et j’adore le faire enrager avec ça – mais il est juste magnifique, et tout à moi maintenant. 
Il commence à me chauffer avec son petit numéro d’ingénu en chaleur. Malgré la fatigue et le champagne ma libido commence à se réveiller et je me sens à l’étroit dans mon caleçon ; on dirait que je ne vais pas dormir tout de suite finalement…

Alex s’approche de moi en se dandinant légèrement, comme il le fait toujours quand il a envie de cul. Je commence à le connaître après toutes ces années de couple. Je connais bien cette façon qu’il a de tortiller du cul quand il est chaud. Et puis ce petit sourire, je sais bien comment ça finit à chaque fois.
Il s’agenouille entre mes jambes, au pied du fauteuil, et commence à me caresser doucement les cuisses à travers le pantalon. Il me regarde droit dans les yeux et je fonds instantanément. Je lui caresse la joue et je remarque l’alliance que je porte maintenant à l’annulaire. Je l’avais oublié celle-là… Les mains de mon chéri sont sur mon entre-jambe et il semble satisfait de constater que son petit numéro fonctionne. Il me frotte doucement la bite à travers le pantalon et je vois son alliance à lui briller à la lumière de la lampe de chevet.

Je lui fais un petit clin d’œil pour l’encourager et il ouvre ma braguette prête à exploser. Sa main baguée se glisse à l’intérieur et empoigne directement ma bite. Il sait ce qu’il veut mon chéri. Et ça tombe bien, ce qu’il veut ce soir et depuis quelques années, c’est moi.
Malgré son doigté il bataille un peu pour extirper ma bite bandée à fond. Il faut dire que je suis plutôt très bien équipé, pour son plus grand plaisir, et que ce putain de pantalon de costume est assez serré. Il extirpe finalement ma queue de sa cachette et elle se dresse fièrement vers le plafond. Je suis surpris moi-même de voir mon équipement sortir de ce pantalon. J’ai plutôt l’habitude de voir ma bite sortir d’un jean, mais je dois reconnaitre que je trouve le contraste assez excitant. Alex a l’air d’accord et il regarde fixement son jouet favori en se mordillant la lèvre. Je sais ce qu’il veut et je vais pas le faire attendre :

  • Vas-y bébé ! Occupe-toi de ton mari !

Alex me sourit et commence à me branler délicatement. Il fait ça très bien et je m’enfonce un peu plus dans le fauteuil en regardant sa main monter et descendre sur ma bite. Il a réussi à me mettre le feu ce petit salopard. Ok pour la nuit de noce alors, j’ai trop envie maintenant. J’attrape sa jolie petite gueule en posant ma main derrière sa nuque et je le tire vers mon chibre en feu. Je veux qu’il me bouffe la bite. Il pose ses lèvres toutes douces sur ma queue et commence à l’embrasser timidement, comme s’il lui faisait la bise. Il joue avec moi, il me fait poireauter après m’avoir chauffé. C’est déloyal, notre nuit de noce en plus…

  • Oh oui !

Je n’ai pas pu m’empêcher. La sensation de ses lèvres qui se referment sur mon gland est trop forte. C’est chaud et doux, et je sens le bout de sa langue qui me titille l’extrémité de la bite. Il me regarde fixement avec ses yeux bleus lubriques, comme pour me narguer. Sa langue s’entortille autour de mon gland et je sens que ma queue se gorge encore un peu plus de sang. Je tire un peu plus sa tête vers moi pour m’enfoncer un peu plus dans sa bouche et je soupire de plaisir en voyant son petit air ravi. Je le laisse prendre la direction des événements et il commence à aller et venir sur ma queue et entortillant sa langue autour de mon gland. Qu’est-ce qu’il suce bien mon mec ! Non ! Mon mari ! Il est vraiment doué et je ne me lasse jamais de le regarder faire. Le spectacle d’un beau petit mec en train de téter une belle bite de tout son cœur… et je dis pas ça seulement parce que c’est la mienne !
Malgré tout son talent et ses efforts il ne peut engouffrer qu’une bonne moitié de ma queue. Ça suffit tout de même amplement à mon bonheur et il me fait chaque fois des pipes exceptionnelles. Je ne compte plus le nombre de fois où il m’a fait jouir entre ses lèvres, ni les litres de foutre que j’ai déversé dans sa bouche gourmande. Il adore mon foutre mon chéri. Non ! Mon mari ! Depuis le jour où nous avons décidé d’abandonner les capotes après avoir passé tous les tests il m’avale presque à chaque fois. Quand je vous dis qu’il est d’enfer…

Mais pas question qu’il m’avale comme ça ce soir. C’est notre nuit de noce après tout, il veut du cul et il va en avoir. Je le laisse s’activer quelques minutes encore sur ma queue et saliver tout ce qu’il peut en tâchant d’enfoncer quelques centimètres de plus dans sa gorge. Je l’encourage en lui caressant la nuque et en soupirant de plus en plus bruyamment pour lui signifier mon plaisir et mon amour. Il glisse sa main sous ma chemise et me caresse le ventre tout en gardant les yeux braqués sur moi et la bouche pleine de ma bite. Il fait un petit bruit de succion chaque fois qu’il enfonce mon gland dans sa gorge et ça m’excite encore plus de le sentir batailler avec mon braquemart trop grand pour sa petite bouche d’amour. 
Il libère finalement ma queue trempée de salive et se relève en me disant :

  • A toi de t’occuper de ton mari maintenant.

Il me fait un nouveau clin d’œil puis se retourne pour se diriger vers le lit où il s’installe à quatre pattes, le cul relevé et tourné vers moi, toujours emballé dans son petit slip blanc. Putain quel spectacle ! Il a un cul magnifique mon copain. Mon mari ! … Ça fait des années que le baise, dans tous les sens et dans toutes les positions, mais je ne me lasse jamais de ce spectacle. Ses deux petites fesses rondes et fermes, sa peau blanche et douce, son petit trou rose brûlant…

J’en peux plus ! Je me lève, toujours en costume mais la bite bandée à la main, et je rejoins mon homme qui dandine du cul pour m’appeler. Je lâche ma bite pour poser mes deux mains sur son cul et malaxer ses deux merveilleuses petites fesses. Il gémit en cambrant le dos pour mettre encore plus en évidence son petit derrière. Je descends rageusement son petit slip pour enfin admirer le spectacle de son cul à l’air. Je dois m’arrêter quelques secondes pour reprendre mon souffle et ne pas me juter dessus. Il m’excite trop il faut que je me calme.
Je le caresse du bout des doigts pour le faire languir et sa peau douce se met à frissonner. Il se tortille sous la caresse et je vois sa bite bandée à fond osciller entre ses cuisses. Visiblement il est aussi chaud que moi ! Je lui pétris encore un peu le cul avant de glisser ma main entre ses fesses, à la recherche de son petit trou. Son gémissement de plaisir m’indique que j’ai mis droit au but et je constate qu’il est déjà trempé. Je lui titille doucement la rondelle avec mon index, étalant sa sueur dans sa petite raie imberbe qui est un appel à la baise. Quand je vous disais qu’il avait un beau cul j’étais loin du compte. Il a le plus beau cul que j’ai jamais vu et que j’ai jamais baisé. Deux petites fesses toutes rondes, toutes fermes et toutes douces. Une raie très étroite et un petit trou justement très accueillant. A la fois serré et près à s’ouvrir si on sait comment le traiter.

En parlant de ça j’arrête mes conneries et je m’agenouille au pied du lit pour me plonger dans ce petit cul d’enfer. J’écarte ses petites fesses avec mes mains et je plonge pour lui bouffer le trou. Au premier coup de langue sur la rosette brûlante je retrouve ce goût qui me fait triquer comme un malade. Ce mélange de savon et de sueur, ça me met chaque fois une gaule d’enfer, j’en ai presque mal à la bite. Mon petit mec gémit tout ce qu’il peut sous mes coups de langue et m’encourage :

  •  Oh oui ! Bouffe-moi le cul ! C’est trop bon…      

Je redouble d’ardeur sous les encouragements et j’essaye d’enfoncer ma langue dans son petit trou qui commence déjà à s’ouvrir. Je bave tout ce que je peux pour lui tartiner la raie de salive et préparer l’assaut. Je crois qu’on se souviendra de cette nuit de noce… Je lui mets un premier doigt et je suis surpris comme chaque fois par la chaleur et la douceur de son trou. C’est brûlant mais tellement accueillant… J’enfonce mon index, phalange après phalange, et mon mec – non ! mon mari ! – se cambre un peu plus à chaque millimètre. Je commence un lent va-et-vient avec mon doigt et il redouble de gémissements.
Mon deuxième doigt rentre sans problème et Alex commence déjà à haleter au rythme de mes allers-retours dans son cul. Qu’est-ce que ce sera quand je lui mettrai ma bite ! Il a l’air plus réactif et plus excité que jamais. Je ne sais pas si c’est la journée, ou si c’est la tenue… Tiens je me rends compte que je ne me suis même pas déshabillé et que je suis toujours en costume cravate avec juste la queue qui dépasse du fut. Je commence à déboutonner ma chemise d’une main en continuant de doigter mon petit mari mais il m’arrête aussitôt :

  • Non garde tes fringues s’il te plait ! J’ai toujours rêvé de me faire baiser par le marié…

Ouah ! Je ne sais pas quoi répondre alors je me contente d’un petit sourire et d’un troisième doigt dans son cul. Il se cambre un peu plus encore et pousse un long soupir de plaisir. Je commence à être serré dans son trou et je n’en peux plus d’attendre. Je pourrais lui mettre un quatrième doigt mais je n’aime pas le dilater trop, je préfère qu’il soit un peu serré…. Pas que je veuille lui faire mal, je suis pas une brute, mais j’aime bien lui donner quelques sensations fortes, et m’en donner aussi au passage.
 
J’enlève délicatement mes doigts de son petit trou et je contemple le spectacle de sa petite rosette qui se referme presque instantanément. Elle va bientôt se rouvrir en grand pour accueillir ma bite… J’ai trop hâte, j’en peux plus. Je me jette sur le sac de voyage posé près du fauteuil et en cinq secondes j’ai trouvé le flacon de gel lubrifiant. J’en verse une bonne quantité sur ma bite turgescente qui paraît prête à exploser et je tartine doucement pour étaler sans trop me branler. Je ne veux surtout pas risquer de juter maintenant et tout gâcher.
 J’admire quand même le spectacle au passage, une belle grosse queue bien droite, veinée juste ce qu’il faut, plantée sur une belle paire de couilles qui dégueule de la braguette et terminée par un bon gros gland gonflé à bloc et rouge d’excitation. Le tout luisant de gel et pointé vers le ciel. Désolé si je me la raconte un peu mais je suis quand même fier de mon matériel. Et quelque part je me dis que c’est aussi en partie ce matériel qui m’a permis de conquérir le petit canon qui vient de devenir mon mari et qui va se le prendre dans quelques secondes…

Mon petit Alex justement n’a pas bougé. Il attend bien sagement, toujours à quatre pattes au bord du lit, que je le prenne en levrette pour fêter l’événement. Il me regarde dans les yeux avec un air gourmand et je vois qu’il jette quelques coups d’œil furtifs à ma bite. Il en veut c’est clair.
Je me repositionne derrière lui et je tartine ce qui reste de gel sur mes doigts dans sa petite raie affamée. Il gémit de plus belle quand le gel froid touche son petit trou brulant. Sans perdre une seconde je glisse mon gland dans sa raie et je le fais monter et descendre le long de son trou qui palpite à chaque passage. Je fais durer le plaisir volontairement pour l’exciter encore plus. J’adore le voir s’impatienter. En général il devient vulgaire et exige que je la lui colle le plus vite possible au fond du cul. Ce soir il a l’air plus romantique et il se contente de gémir. Je finis par céder et je lui demande ?

  • Tu veux que ton petit mari te fasse l’amour toute la nuit bébé ?

Il me sourit avec un petit air coquin et me répond en un murmure :

  • Oui vas-y ! Montre-moi ce que c’est qu’une nuit de noce !...

Oh putain qu’il est chaud ! J’en peux plus ! Je positionne mon gland tout contre son trou et j’empoigne ses hanches pour le tirer vers moi et l’empaler sur ma queue.   

  • Tiens prends la bite de ton mari !

Après un moment de résistance son petit trou cède et mon gland s’enfonce d’un coup, comme aspiré par son cul. Un petit cri étouffé, Alex encaisse sans protester, il a l’habitude de se faire ouvrir un peu brutalement. Je lui laisse quelques secondes pour reprendre ses esprits et s’habituer et je lui caresse le dos pour le détendre un peu. Je recommence à pousser ma queue dans son trou, tout doucement. J’envahis sans difficulté son merveilleux derrière et je savoure la chaleur et la douceur de son boyau qui semble se refermer sur ma queue et en épouser tous les contours.

Alex retient son souffle et ne fais plus aucun bruit. Il doit être en train de pousser de toutes ses forces pour me faciliter le passage. J’apprécie ses efforts et je tâche d’y aller le plus doucement possible pour ne pas lui faire mal. Je ne veux surtout pas gâcher tout alors qu’une nuit mémorable s’annonce. Je vois les petits muscles de ses bras se contracter et je devine qu’il serre les draps dans ses mains. J’aimerais voir son visage d’ange se crisper sous le plaisir et la douleur mêlés mais, inconvénient de la levrette, je ne vois que sa nuque relevée.
J’arrive enfin au bout et mes couilles gonflées buttent contre ses fesses. Je suis entièrement enfoncé dans son cul. Ce petit salopard a réussi une fois de plus à prendre toute ma queue en entier dès le premier assaut. C’est pas la première fois, loin de là, mais ça me surprend toujours. Il faut dire que je m’en suis tapé des grands gourmands qui pensaient pouvoir assumer et qui finissaient en larmes à mi-parcours et me suppliaient d’arrêter. Alex lui aussi a eu du mal au début, mais il ne s’est jamais découragé et après quelques ratés et quelques douleurs persistantes, il a fini par s’habituer à mon volume qu’il se prend maintenant sans problème.

Je me retire en douceur de son petit cul et, quand il ne reste plus que mon gland dans son trou brulant, je me ré-enfonce en entier, lui arrachant un cri de plaisir et de surprise. Je ne lui laisse pas le temps de respirer et je commence des va-et-vient lents mais réguliers. Après quelques secondes je sens son cul se desserrer et ma bite glisse de plus en plus facilement dans son trou. Il commence à gémir, m’indiquant que toute douleur a disparu et qu’il prend maintenant son pied.
J’empoigne mon petit mari par les épaules pour m’enfoncer plus profondément dans son cul et j’intensifie mes coups de reins. Je profite du spectacle de son petit corps musclé secoué d’arrière en avant par mes coups de bassin et tendu par l’effort. Je repense à la journée qu’on vient de passer et je le revois me regardant dans les yeux, devant le maire et devant nos deux familles réunies, répondant un grand « Oui ! » à la question et me souriant de toutes ses dents. Qu’est-ce qu’il était beau dans son petit costume moulant, avec son petit air de premier de la classe… Et maintenant il est là, sur ce lit, le cul envahit par ma bite, gémissant à chaque coup de queue et à ma merci pour toute la nuit. J’ai envie de lui faire l’amour et de le baiser à la fois. J’ai envie d’être tendre et de le prendre dans mes bras, et en même temps j’ai envie de le défoncer et de lui faire gueuler son plaisir.

Il prend la direction des opérations et s’empale lui-même sur mon chibre. Je le laisse faire et l’encourage en caressant ses petites fesses. Il se démène pour m’engloutir et me recracher le plus vite possible tout en resserrant son petit anneau sur mon gland à chaque passage. C’est trop mignon, il pense encore à mon plaisir et fait tout ce qu’il peut pour que cette nuit soit inoubliable pour moi aussi. J’ai trop envie de le câliner. Je me retire de son cul sans prévenir et je le retourne sur le lit pour le mettre sur le dos. Il me regarde avec un air surpris mais son regard est surtout embué par le plaisir. Sa belle queue est bandée à bloc alors qu’il s’est à peine touché et elle est plaquée contre ses petits abdos dessinés.
Je le pousse légèrement vers le centre du lit et m’allonge sur lui, toujours habillé alors que lui est entièrement à poil, à l’exception de la cravate. Il me tend ses petites lèvres que je dévore plus que je ne les embrasse. Il me rend mon baiser sauvage en fourrant sa langue dans ma bouche. J’adore même le goût de la salive, légèrement sucré et un brin amer quand il est en plein effort. Je soulève ses jambes et les passe dans mon dos pour relever son petit cul. Ma queue retrouve toute seule le chemin de son trou et je m’y enfonce avec délice en lui arrachant un nouveau cri.
Je reprends mes coups de rein et il s’accroche à mon dos pour relever encore un peu plus son cul et me permettre de m’enfoncer plus loin encore. D’habitude le missionnaire ne me plait pas trop mais ce soir c’est différent. Le contexte, le lieu, la tenue, j’ai l’impression d’être un hétéro qui déflore sa femme le soir des noces et la fait grimper au rideau pour la première fois. Bon d’accord c’est un peu daté comme vision du mariage, et Alex n’est ni une meuf, ni vierge, mais je trouve l’image furieusement excitante. Ça m’a toujours fait tripper de voir dans les pornos des petits mecs à l’air innocent se faire baiser par des bêtes de sexe super-expérimentées. Ce soir j’ai l’impression que c’est moi la bête de sexe…
Alex me regarde droit dans les yeux et grimace de plaisir à chaque fois que je m’enfonce dans son cul. J’ai envie de lui faire l’amour pendant des heures jusqu’à ce qu’il se jouisse dessus. J’adore le voir juter sans même se toucher, quand je l’encule tellement profond que sa prostate explose. Et j’adore ses petits cris et son regard ahuri quand il jouit entre mes bras. J’arrête de l’embrasser pour le laisser un peu gueuler et je pose ma tête contre la sienne pour le sentir frémir à chaque mouvement. Après quelques minutes il me demande d’arrêter et de me retirer de son cul. J’obtempère aussitôt même si je suis un peu déçu que ce soit déjà fini, mais il me rassure d’un clin d’œil et je comprends qu’il veut juste changer de position.

Il m’allonge à mon tour sur le dos et pose ses genoux de part et d’autre de mon bassin, positionnant son petit cul pile au-dessus de ma bite.

  • Laisse-moi jouer avec ta queue, je veux m’assoir sur ta bite et te faire jouir avec mon cul…

Quel programme ! Je ne sais pas quoi répondre alors je me contente de sourire. Il empoigne ma bite et la positionne direct sur sa rondelle. Il s’assoit tout doucement et mon gland retrouve sa place dans son petit boyau brulant. Je savoure la pression sur mon gland gonflé à mort mais il s’amuse à me faire patienter en laissant tout le reste de ma queue dehors. Il me sourit comme pour me provoquer.

  • Vas-y mon amour, assieds-toi sur ma queue, prends moi en entier…

Il continue de me narguer en me faisant un petit « Non » de la tête tout en me souriant. Il me cherche le petit salopard, il va me trouver ! J’attrape la cravate toujours nouée à son cou et je la tire vers le bas. Son petit corps suit et il s’empale complètement sur mon chibre qui disparait dans son cul. Il grimace au passage des derniers centimètres et prend un air faussement réprobateur :

  • Salaud ! C’est moi qui m’encule, laisse-moi faire !

Je lui souris amoureusement et je lâche la cravate pour le laisser faire.

  • Vas-y mon amour, fais-toi plaisir, joue avec la queue de ton mari.

Il soulève doucement son petit cul pour dégager ma queue puis se rassoit dessus, l’enfonçant aux trois quarts dans son trou. Je gémis à mon tour tandis qu’il recommence en rythme son va-et-vient son mon chibre. Je savoure les sensations qu’il me donne et j’admire ses petits abdos et ses pecs qui se contractent à chaque mouvement. Son visage n’est plus qu’un masque de plaisir et ses petits yeux d’amour sont toujours braqués sur les miens.
Je repense à nouveau à la journée que nous venons de passer et je revois mon petit mari au milieu de nos amis et de nos parents. Est-ce qu’ils s’imaginent ce que nous sommes en train de faire en ce moment ? Est-ce que tous les mariés sont censés baiser comme des bêtes le soir de leur mariage ? Ça m’excite d’imaginer nos amis nous regardant en train de baiser. Je dois avoir un trip exhib… Et en même temps j’aimerais bien me voir moi-même allongé sur le lit, encore en costume, la bite enfoncée dans le cul de mon mec presque entièrement à poil et qui se déchaîne sur la queue de son homme pour lui donner du plaisir. Je sens mon alliance qui me sert l’annulaire comme la rosette de mon petit mari me sert la bite.

Alex s’encule de plus en plus vite sur mon chibre. Il rebondit en rythme sur mon bassin et prends ma queue en entier et en profondeur à chaque mouvement. Il est complètement en transe et ne me regarde plus. Sa tête est rejetée en arrière et je l’entends haleter de plus en plus vite. D’habitude il est dans cet état après un bon pilonnage en règle, mais ce soir il s’est fait ça tout seul, juste en jouant sur ma queue.   
Je commence à sentir l’orgasme pointer ; vu les petits cris de plaisir de mon mari, il ne doit pas en être loin non plus. Je lui malaxe les pecs pour détourner un peu l’attention et il déboutonne ma chemise pour faire de même. Ses cheveux sont trempés de sueur sous l’effort et je commence à suer aussi dans mon costume. Je sens ma queue qui se durcit encore avant l’explosion finale. Je ne tiendrai plus longtemps et j’en informe mon petit homme.

  • Je vais jouir mon amour, c’est trop bon ce que tu me fais avec ton cul !

Alex me sourit et empoigne sa belle bite pour se branler et se finir en même temps que moi. C’est trop mignon, il veut même partager l’orgasme avec moi.

  • Alors je vais te faire jouir dans mon cul !

Le coup de grâce ! Son cul qui va et vient sur ma bite, son regard, son petit corps couvert de sueur et tendu par l’effort, ses mains qui malaxent mes pectoraux, je craque. Je gémis de plus en plus fort pour l’alerter de l’imminence de mon orgasme. Il se branle de plus en plus vite et accélère encore le rythme de son cul sur ma bite. Je bascule et je sens mon foutre monter dans ma queue. Je ferme les yeux et je gueule tout ce que je peux tellement le plaisir est violent. Mon bassin se soulève par réflexe et je m’enfonce plus loin encore dans son cul pour y déverser mon foutre. Je me vide complètement dans son trou brulant et je sens mon sperme tapisser son boyau et maculer ma queue.
Alex crie à son tour et branle sa bite comme un fou, envoyant ses giclées de sperme s’écraser sur mon costume noir. Son visage se crispe et s’illumine à la fois et je peux presque compter les vagues de plaisir qui traverse son petit corps. Il s’immobilise finalement, toujours empalé sur ma queue et cramponné à sa bite. Je l’attrape par les hanches et le tire vers moi pour l’allonger. Il s’effondre sur moi, tartinant son foutre sur mon costume, et vient poser sa tête contre mon épaule. Je lui caresse doucement les cheveux et nous restons là quelques minutes, silencieux, ma queue toujours planté dans son cul plein de mon foutre.

Je le redresse finalement pour l’admirer et jeter un œil au piteux état de mon costume. Mon mari me sourit avec un air de gamin fier de lui et me dit :

  • Merci mon petit mari, je ne suis pas près d’oublier notre nuit de noce…

Pharaoh90

pharaoh90@hotmail.fr

Autres histoires de l'auteur : Piss & Love -Iniciação - Police - Visiteur nocturne - Nuit de noce

Dernière mise à jour publique

9 Juillet

Queue de black en solde Mathias
Week-end chaud Sylou69
Plan chaud à quatre Chopassif
Le petit short blanc Frank
Le mec de mon enemi kyyrx
Putain de Machine James
Sortie vélo  Master23

Nouvel épisode

Soumission & Domination -496 (L'épisode manquant) Jardinier
La venue du jardinier -02 Eric
Mon bâtard -06 Teub23
La grosse bite de mon beauf -06 Ghost writer
Le chalet -24 Yan

5 Juillet

Première fois avec Alex Marc
Adam Ethan De Rouge
Le moniteur moto -01 -02 Sketfan
Sex shop Lille antoine59
Première expérience avec un mec grâce à Grindr Jimmy
Mon kiné TTBM Kin44
Putain de cours de tennis J-Baptiste

Nouvel épisode

Le vendeur kiffeur -08 Sketfan
Le vendeur kiffeur -09 Sketfan
Le vendeur kiffeur -10 Sketfan
Le mec idéal -24 Pititgayy
Le mec idéal -25 Pititgayy
Franck beau frère routier -05 Helium89
Dans les geoles d'Armid -02 Iwan

1er Juillet

Cuckold Top Frat. Cyrillo
Un après-midi de photo Coco911
Voyage Initiatique -01 Ninemark
Voyage Initiatique -02 Ninemark
Picnique mémorable à la plage James
Liège, ces toilettes et ses histoires Loikksoo
Soumise, offerte à deux hommes Nadegetv
Récréation Frank
Plan odeur avec M Mystérieux Passif & Soumis

Nouvel épisode

Mon fantasme -02 Lord-sauron
Professeur Ligoteur -04 Boundkey
Les frères Mateozzi et moi -02 Bearwan
Ancien pote, nouvelle chienne -04 Bearwan
Julien en famille -05 Marco10e
Julien en famille -06 Marco10e
Soumission & Domination -500 Jardinier
Soumission à Marseille -02 Passif & Soumis
Vendredi soir aux Tuileries Stéphane Juin
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)