11 Nov.
+ 54 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

MINET
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Rencontre avec Henri

Il y a un peu plus de trois ans, alors que je passais quelques jours à Paris, j’ai fait une rencontre dont je me souviens parfaitement. Ce qu’il faut expliquer c’est que, quel que soit le motif de mon séjour, à chaque fois que je viens dans la capitale, j’en profite pour faire des rencontres. Cette fois-ci, je logeais dans l’appartement d’une amie qui était absente donc j’avais toute liberté pour sortir un peu le soir. Je ne devais rester que trois jours et j’étais en formation la journée. Si le premier soir j’avais été réquisitionné pour diner avec des copains, le second j’avais quartier libre. Je décidai donc d’aller boire un verre dans un Bear bar de la rue des Lombards que certains doivent connaitre. Ma journée s’étant terminée vers 15 heures, j’avais fait un peu les magasins, acheté quelques trucs et je me décidai à aller dans le Marais vers 18 heures.

Pour ceux qui connaissent, l’endroit est exigu et l’ambiance plutôt gauloise qui y règne m’a toujours bien plu. J’avais bien l’intention de trouver un partenaire et donc ma tenue était choisie avec soin. Nous étions au mois de juin donc je portais un teeshirt blanc tout simple que j’avais acheté quelques heures avant pour l’occasion (je m’étais changé dans les toilettes d’un café), un jean que je porte à la fois pour bosser et pour sortir et qui, je trouve, met mon cul en valeur et une paire de Converse. J’avais un look un peu post-ado et, même si j’avais déjà un peu plus de 25 ans à l’époque, mon look et mon petit gabarit, mes cheveux blonds et courts pouvaient me faire passer pour encore plus jeune. J’avais parfaitement conscience que cela pouvait avoir quelques avantages pour le petit passif qui n’a pas froid aux yeux que je suis.

Il n’y avait que peu de clients compte tenu de l’heure et je m’installai au bar. Je sirotais une bière lorsqu’un homme en costard entra. Il devait avoir passé la cinquantaine, les cheveux et la barbe grise, un costard très chic, grand, athlétique, avec un air que je trouvai d’emblée très sexy. Ce qu’il faut vous dire c’est que si j’aime tout type de mecs, j’ai des périodes où je suis attiré surtout par les « daddies ». C’était le cas à ce moment-là sans doute car il y avait d’autres types que j’aurais pu trouver attirants dans le bar mais c’est lui qui me plaisait. Il vint se placer tout près de moi en plus. Quelle chance !

Il commanda un verre et commença à échanger des plaisanteries un peu graveleuses avec le barman que je connaissais vaguement et avec qui j’avais discuté lors d’un précédent séjour à Paris. Je me sentais un peu intimidé et je me contentais de sourire lorsqu’il commença à me prendre à témoin en disant un truc genre, « oh mais il y a de nouvelles têtes. » Puis il engagea franchement la conversation. Je crois qu’en un regard il avait compris qu’il y avait moyen.
« Tu es de Paris ? Je ne t’ai jamais vu ici. »
« Non de Lyon. Je suis là pour quelques jours. »
« C’est ton premier séjour. »
« Non, je viens de temps à autre pour le boulot, le plaisir ou les deux… »
J’avais insisté sur la dernière partie de ma phrase pour qu’il n’ait plus de doute. Il m’offrit un deuxième verre et nous avons échangé des banalités jusqu’à ce que je sente sa main sur mon épaule et ensuite, ses doigts se balader sur mon dos. Je bandais déjà dans mon jean.

J’appris qu’il s’appelait Henri et qu’il venait très souvent depuis quelques mois. Il commença à me rouler des pelles sous l’œil goguenard du barman puis à me proposer de descendre faire un tour dans la backroom. Vous pensez bien que je ne me suis pas fait prier. Il était un peu gêné par son costard mais nous nous sommes tripotés dans l’obscurité. Je remarquais qu’il bandait et je me mis maladroitement à genoux pour lui baisser sa braguette et lécher son caleçon afin de l’exciter encore plus mais il me releva et m’embrassa à nouveau.
« Tu ne préfères pas qu’on aille chez moi ? C’est tout près. »
J’acceptai sans me poser de questions et nous remontâmes et sortîmes du bar pour nous retrouver à l’air libre. Je pus le voir un peu mieux. Il avait une expression vraiment excitante et une attitude de mâle dominant qui m’excitait énormément.

Effectivement, il n’habitait pas loin puisque quelques minutes plus tard, nous pénétrions dans son appart de la rue Quincampoix. C’était assez joli, avec une déco blanche et ultramoderne.
« T’aimes quoi ? »
« Je suis passif. Assez soumis… »
« Parfait. »
Il se cala dans le canapé et me lança.
« À poil ! »
J’obéis et me déshabillai sous son œil. Je bandais comme un malade et il s’en rendit compte dès que je fus en boxer. Je fus vite nu comme un ver devant lui.
« Très mignon. Tu as quel âge ? »
« 25. »
« Tu ne les fais pas. Viens m’enlever ma cravate. »

Je m’approchais et, en me collant à lui je dénouai la soie pour dégager son cou et déboutonner sa chemise. Je l’ai enlevé d’un coup ainsi que sa veste. Il était assez musclé pour un homme de son âge et les poils gris de son torse m’excitaient énormément. Je passai ma langue sur son cou, ses tétons, ses aisselles tandis qu’il se laissait aller. J’aimais beaucoup la situation aussi je descendis le long du canapé et lui ôtais ses chaussures et ses chaussettes. Je lui léchai les pieds. Il se sentait comme un pacha et j’aimais ça. Je me disais que si je l’excitais un peu, ses coups de bite seraient encore plus forts. Il se souleva légèrement afin que je puisse lui retirer son pantalon puis son slip blanc. Nous étions nus tous les deux et je me collai à lui pour le lécher à nouveau partout. Ma langue passa de part et d’autre de ses couilles. J’aimais son odeur voire les restes de son parfum raffiné.
« On va dans la chambre ? »
Il se leva. Je remarquai qu’il était vraiment grand par rapport à moi mais il faut dire que j’ai du mal à atteindre le mètre soixante-dix. Il était bien monté et sa queue d’une raideur Indescriptible me faisait très envie.

La chambre était dans la pénombre. Elle semblait également ultramoderne et toute blanche. Il y flottait un parfum très agréable. Il me poussa sur le lit et commença à me lécher à son tour tout y passa, mes jambes, ma queue, mon torse. Je me contractais quand il passa aux aisselles et encore plus aux tétons.
« Tu es sensible ? »
« Ouais, j’adore ça, tu peux y aller. »
« Parfait. »
Il me lécha les tétons. Il était à la fois très sensuel et directif. Il m’avait bloqué les mains pour que je ne puisse pas me débattre et m’avait immobilisé les jambes avec les siennes. Je sentis ses dents après sa langue et, lorsqu’il commença à me mordiller, ma queue devint plus dure encore. Je pouvais sentir la sienne et je me disais que je l’excitai aussi. Je me laissai donc aller et me mis à gémir. Il me mordait carrément et je ne ressentais pas de douleur, seulement une excitation grandissante.

Il desserra son étreinte et me releva les jambes. Il écarta mes fesses avec ses mains et commença à me bouffer le cul. J’adore ça et, vu que j’étais un peu désinhibé par les trois bières que j’avais bues, je commençai à gémir vraiment ce qui sembla l’exciter encore plus. Je lui avais précisé que je ne baisais qu’avec capote aussi il respecta et en attrapa une dans une boite qui se trouvait sur la table de chevet.
« Tu veux ma queue ? »
« Oui… »
Il l’enfila avec dextérité et commença à me cracher dans le cul puis à me mettre du gel. Très brutalement, il me releva encore les jambes et les posa sur ses épaules puis entra en moi d’un coup en m’arrachant un cri. Il commença à aller et venir à la fois brutalement et sèchement.
« C’est ça que tu voulais petit bâtard. C’est pour ça que tu traines dans les bars gay. T’aime la bite. »
Il m’embrassait en même temps et j’essayai de me contrôler pour ne pas jouir. Il dut s’en rendre compte car il se retira d’un coup bien décidé à faire durer le plan.

Il me retourna. Me fit mettre à quatre pattes sur le pieu et recommença à me bouffer le cul. Il avait encore la capote et il me pénétra à nouveau brutalement. Je sentis ma tête tomber contre la couette lui offrant mon cul cambré le plus possible afin de lui faciliter le boulot. Il me saisit par les hanches et recommença à entrer et sortir puis il me claqua le cul très progressivement et régulièrement. C’était génial et je me sentais vraiment excité. Je gémissais. Il se retira, ôta là capote et me retourna encore une fois. J’étais allongé sur son lit, la tête dans le vide et il me faisait sucer.
« Bouffe !’

Je ne me faisais pas prier. Sa queue était dure, la position inconfortable mais j’étais super excité. Il me fit descendre du lit.
« À genoux ! »
Je me plaçai devant lui et lui léchai les boules. Il avait un peu transpiré et j’aimais l’odeur de son corps. Je le suçai à nouveau. D’un coup, il se retira de ma bouche et se toucha légèrement pour éjaculer sur ma gueule. Je sentais son sperme couler sur mon visage, dans mes cheveux et le long de mon coup. Je me branlai à mon tour. Il me releva et me jeta sur le lit, mon visage encore dégoulinant. Il m’empoigna les tétons et je ne fus pas long à jouir sur mon ventre.

« T’es excitant. Petite pute. Bouge pas. »
Il se leva, son gland encore luisant et sa queue encore un peu raide. Il fonça dans la salle de bain et revint avec une serviette. Il m’essuya le visage scrupuleusement puis le torse et le ventre.
« Tu veux une douche ? »
« Oui. »
Il alluma la salle de bain me sortit une serviette et je me souviens avoir ressenti un grand plaisir à me débarrasser de nos sueurs respectives en me savonnant et en sentant l’eau tiède couler sur mon corps.

Quand je revins dans la chambre, Henri avait remis son slip et il m’entraina dans le salon.
« Tu veux un verre ? »
« Oui… »
« Champagne ? »
« Oh oui. »
Il ouvrit le frigo, ouvrit la bouteille et nous avons trinqué.
« À ton séjour à Paris. Tu dors où ? »
« Chez une amie dans le 17ème. »
« Elle t’en voudrait si tu ne rentrais pas ? »
« Non, elle n’est pas là. »
«Ça te dit de dormir là. On pourrait faire un resto et on remettrait ça. »
J’acceptai. Ce fut le début de ma relation de sexfriend avec Henri. Chaque fois que je viens à Paris j’essaye de le voir et surtout de faire en sorte qu’il me défonce le cul. Il devient de plus en plus dominant. Il a eu soixante ans depuis et la différence d’âge ne me dérange pas du tout. Je sais qu’il a un copain qui vit dans la région de Bordeaux et je ne peux pas faire de plan avec lui à chaque fois que je suis dans la capitale mais j’essaye le plus souvent possible.

Chopassif

cstphan@yahoo.com

Autres histoires de l'auteur : Plan drague - Je suis un vide-couilles - Avec deux blacks - Une super rencontre au sauna - Plan cave avec Sylvain et les autres - Mon sex friend tatoué - Rencontre avec Henri - Mon anniversaire avec Éric - Le corps de Clément - Maître Olivier - Visite de Mehdi - Marc - Plan chaud à quatre

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

MINET

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)